Dimanche, 26 Janvier

Dernière mise à jour24/01/2020 02:54:20 PM GMT

Vous êtes ici Articles Périphériques

Périphériques

Clavier KeySonic 3200-5200, le HTPC du bout des doigts?

Envoyer Imprimer

{menu Introduction}

Introduction

Nous allons aujourd‘hui vous présenter deux claviers  KeySonic, parmi les derniers modèles sortis de la marque allemande, connue notamment pour ses claviers souples et ceux tout en un équipés de touchpad : le KSK-5200 RFM, un Mini-clavier sans fil à trackball intégré  et le KSK-3200 RF, un Super Mini clavier sans fil à trackball intégré.

alt

Test clavier souris multimédia sans fil Heden.

Envoyer Imprimer

{menu Introduction}

Introduction

Heden nous revient avec un ensemble clavier multimédia souris sans fil à un prix défiant toute concurrence, 29 euros. C’est une des spécialités de ce fabricant que de proposer des produits à prix très bas. Sa gamme est grande, pour résumer nous pourrions dire qu’il ne produit pas de cartes mères ni de processeurs ni de cartes graphiques, en bref tout ce qui complète un PC est dans ses compétences.

Test WebCam 3D de chez Heden

Envoyer Imprimer

{menu Introduction}

Introduction

Silverstone SG05

Aujourd'hui nous sommes des millions à utiliser les services gratuits des messageries instantanées telles que Msn, Skype, Yahoo! Messenger, sans parler des réseaux sociaux...

La propagation du haut débit dans tous les foyers permet de s'affranchir des limites de débit et d'ajouter la communication visuelle par webcam (interposée ou non) à la communication écrite instantanée.

Comparatif : Quatre claviers sans fil

Envoyer Imprimer

{menu Introduction}

Dans le domaine des claviers sans fil beaucoup de modèles différents existent, cela va du clavier standard à la version mini, en passant par l'orienté multimédia. Tous les claviers testés fonctionnent à piles, utilisent une liaison à 2,4Ghz, et disposent de touches similaires à celles des ordinateurs portables, mais quelles différences ont-ils ? Bien qu'utilisant une liaison 2.4Ghz comme le Bluethoot ils ne seront pas forcément compatibles avec cette norme ; deux modèles seulement seront à même de dialoguer avec un PDA bluethoot par exemple.

c6o6ac3yxpk0hfxj3slv.jpg6x618v1vf0rjlk4d8cwd.jpg 2btfmzuq1cox925f8vjm.jpg

Quatre modèles donc avec l'Aurora Wireless de chez Enermax, les ACK-340 BT et ACK-540 BT de chez Keysonic et le KM7580 de chez Gigabyte. Lequel retiendra notre attention ? La réponse dans notre test d'aujourd'hui !

{mospagebreak}
{menu Keysonic ACK-340 BT et ACK-540 BT}
Keysonic ACK-340 BT

Les Keysonic:

knw6tovqs4jywg97ul4u.jpg

 

Les deux claviers Keysonic utilisent la technologie bluetooth : ils sont donc compatibles avec de multiples appareils autres que les PC. Un code entré sur le clavier permet de le synchroniser et de crypter la connexion, ce qui permet d'utiliser les Keysonic avec n'importe quel récepteur Bluetooth. Sans doute un plus pour les utilisateurs qui perdraient leur dongle. A ce propos, les dongles USB sont fournis, et leur petite taille évite qu'ils dépassent trop de la tour.

Côté design, les deux claviers sont simples, entièrement en plastique et de couleur noire; la finition est soignée.


Ce modèle de Keysonic est particulièrement destiné à un usage nomade : livré avec un étui à l'aspect velours, il est également de petite taille, à savoir 218x150mm. Nous n'avons malheureusement pas pu le connecter à l'ordinateur, le clavier semblant être défectueux. Il sera difficile de faire état de problèmes de connexion.
irzh9nrlcn7lkyg03tqx.jpgdwstj0s5oteqby13m2on.jpg
La frappe et la disposition des touches

Bien plus que son grand frère ACK-540, les touches du 340 sont un peu raides : la frappe n'est pas des plus agréables, et il n'est pas forcément recommandé pour de longs rallyes de traitement de texte... De toute manière, l'aspect compact du clavier ne favorise pas une utilisation intensive de ce genre : il faut un petit temps d'adaptation pour retrouver les caractères spéciaux, comme par exemple la touche « ^ », reléguée auprès de la barre espace.

Signalons tout de même que les touches sont extrêmement silencieuses, c'est un atout pour un produit nomade.

Un autre bon point : une touche verr num permet de transformer les lettres de droite en pavé numérique. On retrouve leconfort d'un clavier standard. La touche windows n'apparaît pas sur ce modèle.

Le touchpad intégré

Le touchpad est bienvenu pour piloter l'ordinateur à distance, tout en restant confortablement installé sur son canapé. En outre, il peut être utile pour la bureautique, mais il reste utilisable pour le jeu : la place du touchpad permet de l'utiliser conjointement au clavier, et si le confort est tout de même très loin d'un couple souris/clavier, c'est être un bon substitut de manette adaptée au gameplay des jeux pc.

5grxoyprpkwm7sp2lscb.jpg6x618v1vf0rjlk4d8cwd.jpg
Keysonic ACK-540 BT

La version grand modèle du 340 corrige ergonomiquement les défauts du 340. Son seul gros défaut est  sa taille : trop grand (291x197mm) pour être transportable (et ne disposant d'ailleurs pas d'étui), il est également un peu trop petit pour remplacer un clavier sans fil classique.

La frappe et la disposition des touches

La frappe est plus agréable que sur le 340, les touches sont nettement moins raides. Comparativement à l'Aurora en revanche, il y a un petit fossé ; n'oublions cependant pas qu'un autre fossé les sépare : le prix. Des touches réapparaissent (la touche windows est de retour) ou reprennent leur place initiale, ce qui améliore le confort pour un usage bureautique, autant que pour une utilisation vidéoludique. On peut noter que les touches produisent un son plus marqué  (notamment la barre d'espace), même si cela reste très correct.

Le touchpad intégré

Le touchpad voit sa surface augmenter  ce qui n'est pas une mauvaise chose. Les deux Keysonic permettent en outre de faire défiler les pages, en utilisant deux doigts sur le touchpad.

{mospagebreak}
{menu Enermax Aurora Wireless}
L'Enermax Aurora Wireless

S'il est nettement plus cher que les Keysonic, l'Aurora dispose d'un design bien plus soigné : l'aluminium brossé et quelques éléments argentés indiquent qu'on se situe dans la gamme supérieure. Disponible en deux coloris (noir et gris), l'Enermax est le plus lourd des claviers testés.

L'Aurora n'est pas un clavier Bluetooth, et il est nécessaire d'utiliser le dongle fourni. Ce dernier, contrairement aux autres modèles testés, n'est pas discret. Il dépassera  allègrement de la tour du PC...

cq7rc4szs3du9bvko3pt.jpgLa frappe et la disposition des touches

La frappe est particulièrement agréable. Nul besoin de pratiquer un quelconque gymnastique digitale, tant les touches sont réactives. Le son que produisent les touches frappées est plus discret que sur le Keysonic 540, grâce à une technologie brevetée dont on ne peut que reconnaître les bienfaits.

Même si un pavé numérique aurait été utile, c'est bonne idée de Keysonic que de donner une disposition des touches facilitant un usage bureautique.

On appréciera de même les touches multimédias  en haut du clavier : elles permettent  de transformer l'Aurora en télécommande. Très pratique pour la musique. Malheureusement, deux touches manquent à l'appel : les touches « suivant » et « précédent », qui auraient permis de changer rapidement de piste. Petit détail : les touches de volume auraient  dû être inversées car il était logique de placer le – avant le +...

Autres fonctions intéressantes, toujours dans le domaine du multimédia : les touches media center qui permettent de naviguer très rapidement dans les dossiers de films, de musiques ou d'images, et de renforcer l'aspect "télécommande" du clavier. Malheureusement, absence répétée des touches suivant et précédent, bien qu'il y ait des touches pour l'avance et le retour rapides... Bref, étrange omission qu'on souligne.

Le trackball

Particulièrement appréciable (plus précis et rapide que le touchpad), le trackball se situe en haut à droite. A gauche du clavier se trouvent les boutons et une roulette de défilement. De quoi remplacer totalement une souris, d'autant que l'on choisit la précision du trackball, entre 400, 800 et 1200 DPI. Une fois le clavier bien en main, la navigation devient très agréable. Un lourd bémol vient relativiser ce constat : l'utilisation conjointe du trackball et du clavier est plutôt délicate, contrairement aux Keysonic et à leur touchpad. Le trackball étant d'un côté et les boutons de l'autre, difficile de les manipuler pendant que l'on tape au clavier. De sorte que pour les jeux, la manipulation devient bien plus difficile, voire désagréable. La seule solution sera de configurer ses jeux pour éviter tout emploi des clics droit et gauche, ainsi que de la molette. En n'utilisant que la boule du trackball et le clavier, l'utilisation devient plus confortable. Au final, le trackball est une bonne idée, mais son placement sur le clavier, bien que plus esthétique, n'est pas forcément le plus pratique. Situé en dessous du clavier avec les boutons, l'usage aurait sans doute été amélioré.

Malgré quelques défauts, le micro Aurora wireless est tun clavier d'excellente facture. C'est  sa finition de grande qualité qui peut faire regretter ses défauts.

{mospagebreak}
{menu Gigabyte KM7580}
Gigabyte KM7580

Clavier sans fil également non bluetooth, il est disponible en noir et en blanc. En plastique, léger, il est livré avec une souris. Plutôt grand (425x155mm), son but n'est pas la mobilité : c'est clairement de servir de clavier principal, disposant de suffisamment de confort et de fonctionnalités pour cela.

On peut noter que le bouton permettant d'allumer le clavier se situe sous la souris, qui dispose également d'un emplacement pour le dongle USB, lequel est tout aussi discret que celui des claviers Keysonic.

La frappe et la disposition des touches

Le KM7580 est très plaisant à utiliser : les touches sont réactives et agréables au toucher, même si de ce côté, beaucoup préféreront sans doute le modèle d' Enermax. Les touches sont silencieuses, ce qui devrait ravir les fanatiques de la discrétion. Le clavier ne dispose pas de bloc séparé avec les touches d'insertion, de suppression ou encore home, page haut et page bas. Cette disposition permet d'avoir un clavier un peu plus compact, bien que moins agréable à l'usage. Rien d'insurmontable cependant, puisque le bloc est remplacé par une ligne verticale de touches. Certains trouveront que c'est plus esthétique, et d'autres regretteront  un aspect  fouilli. L'appréciation reste subjective.

Un point très positif de ce clavier réside dans ses touches multimédias : il dispose de la panoplie complète pour le volume, la lecture de la musique, mais également des touches pour les navigateurs internet, tels page suivante ou page précédente, ou encore un raccourci vers les favoris.

De même, le clavier permet notamment la mise en veille. Bref, il est très complet de ce point de vue, avec 15 boutons supplémentaires.

Un reproche : contrairement aux autres claviers qui disposent d'un commutateur pour éteindre l'appareil (et économiser les piles), ce n'est pas le cas du Gigabyte. Seule la souris dispose d'un bouton on/off.

La souris

La souris fournie est simple : trois boutons dont la molette. Il est possible de changer la résolution en appuyant durant 5 secondes sur les boutons droit et gauche, passant de 500 à 1000 dpi. Si la souris pourra sembler trop anguleuse, elle n'est toutefois pas inconfortable.

{mospagebreak}
{menu Conclusion}
Conclusion

Pour conclure, difficile de départager ces claviers : le plus intéressant au niveau qualité reste l'Enermax, avec en contrepartie un prix bien plus élevé ; ce dernier n'étant toutefois pas bluetooth, il reste cantonné à des appareils comme le PC ou la Playstation 3, avec des options intéressantes de pilotage à distance de logiciels multimédias. Le clavier le plus proche, le Keysonic ACK-540, est une bonne alternative : plus abordable financièrement, il est malheureusement dénué d'options attrayantes, même si le touchpad combiné au clavier peut rendre des services, puisque contrairement à l'Enermax, c'est un périphérique bluetooth.

Le plus portable, tout en pouvant être connecté à davantage d'appareils, est le Keysonic ACK-340 BT; pour autant, il faudra faire des concessions au niveau de l'ergonomie, qui est forcément loin de celle d'un couple souris/clavier de bureau, mais qui connecté à un PDA pourra rendre de précieux services.

Pour un usage standard, le Gigabyte est un bon choix, avec des fonctions avancées, notamment multimédias. Pas de fioritures, du moment que l'on souhaite acheter une souris et un clavier appareillés.

Test : Microsoft Wireless Desktop Comfort 5000

Envoyer Imprimer

{menu Introduction}

Introduction

En même temps que la sortie de son nouveau système d’exploitation Windows Seven, la filiale ‘Hardware’ de Microsoft dévoile un kit clavier/souris sans fil optimisé pour ce nouvel OS. Le Microsoft Wireless Desktop Comfort 5000 est destiné à un usage bureautique, conçu pour augmenter le confort d’utilisation grâce à sa forme spéciale et à ses touches raccourcies, qu’en est-il à l’usage ?

59hardware

{mospagebreak}
{menu Présentation}

Présentation

 

Le clavier est en forme de vague ce qui permet à l’utilisateur de disposer ses poignets de façon plus instinctive et naturelle qu’un classique rectangle. Les touches sont de type ‘low profil’ ce qui offre un silence accru, elles sont au nombre de 126, ajoutez aux classiques lettres, chiffres et autres caractères pas moins de 19 touches disposées au sommet du clavier destinées à facilité l’usage d’applications sous Windows Seven. Cinq d’entre elles sont numérotées, elles ont pour fonction de lancer dans l’ordre d’affichage les programmes présent dans la barre de tâches : si par exemple l’icône Internet Explorer est présente en première position dans celle-ci, alors une simple pression sur la touche ‘1’ permettra de lancer le navigateur, si Photoshop est en 4ème position, appuyer sur la touche ‘4’ et le logiciel s’ouvrira. Aucun réglage n’est nécessaire, bougez simplement les icônes de place et le clavier se reprogramme automatiquement. Une fonction très sympathique, soulignons-le.

4fa8wrdvvxi73twypf75.jpg

Sept autres touches sont destinées au contrôle du multimédia (lecture – pause – piste suivante/précédente – contrôle du volume – etc). Deux touches ‘Zoom’ servent à agrandir ou réduire le plan dans des logiciels disposant de cette fonction, elles auront pour fonction le défilement verticale dans un navigateur par exemple. Enfin, les touches restantes ne sont pas bien originales : home, mails, mes documents et mes images. Notez que toutes ces touches sont programmables à votre guise via le logiciel fournit par Microsoft.
A l’utilisation, ce clavier est très agréable, le repose poignet en matière caoutchouc est plaisant et confortable mais peut être un peu ennuyant à l’entretient. La forme courbé du clavier est très bien conçue, la position des doigts sur les touches est instinctive, le confort est ainsi amélioré. Les touches additionnelles sont incrustées dans le design du clavier ce qui ne demande aucun effort pour leur utilisation, chose différente pour la série de touches ‘F’ qui n’est pas très accessible. Enfin, un voyant indicateur de charge permet d’éviter la surprise de tomber en panne de piles.

tl1jvgj3ze0a1fimmre8.jpg twxvjb4g7mcd25wna87w.jpg

La souris qui compose se kit se veut universel, en effet elle conviendra aussi bien aux droitiers qu’aux gauchers. Les deux indispensables boutons traditionnels sont parfaitement intégrés dans le design de cette souris, à cela s’ajoute un bouton de chaque côté, originalement programmés pour consulter la page précédente ou suivante, mais leur utilisations est rendue difficile du fait qu’ils se situent trop en avant, ils ne tombent pas naturellement sous les doigts. La molette est multidirectionnelle et cliquable, un petit tour par le logiciel fournit vous permettra de sélectionner la fonction que vous voudrez, par défaut, c’est une fenêtre réunissant tous les programmes en cours d’utilisations qui s’affichera. La forme de la souris permet une excellente position de la paume de main, très confortable. La glisse est aisé sur la plupart des surfaces grâce aux deux patins et au capteur BlueTrack. Le dessous de ce mulot dispose d’un emplacement pour deux piles AA – même si elle fonctionne avec une seule – et d’un logement pour le capteur USB, celui-ci est très discret et ne nous a posé aucun problème de réception jusqu’à une dizaine de mètres.

9w4c291hdn5d89mfy31i.jpg x03re9beivybeawdqoer.jpg

Dans une utilisation exclusivement destinée à la bureautique, cette souris est parfaite, mais la position des deux boutons latéraux les rendent quasiment inutilisable, son poids peut être trop léger pour en faire une souris très précise, notamment dans le domaine de la retouche d’image. Le logiciel permet de programmer l’intégralité des boutons – bien que les réglages par défaut ne conviennent pas d’être changés dans l’immédiat – de régler la vitesse de déplacement du pointeur, de défilement horizontal ou encore vertical. Enfin, un voyant indiquant le manque de batterie s’affichera sur le dessus.

{mospagebreak}
{menu Conclusion}

Conclusion

ensnsgmgo6unehi2m301.jpg

Nous concluerons que le Microsoft Wireless Desktop Comfort 5000 est un ensemble relativement bien réussi : le clavier est très confortable mais sa forme originale peut déplaire ou nécessité une période d’adaptation, elle lui permet pourtant, à notre humble avis, de sortir du lot dans ce marché très fermé. La frappe est agréable et très peu bruyante, les touches programmables sont pratiques avec leur fonctions par défaut, elles deviennent vite indispensable pour les utilisateurs voulant leur assigner la fonction de leur choix.

La souris peut être considérée comme le point faible de ce kit, bien trop rudimentaire à notre gout, la précision n’est pas optimale ce qui peut gêner dans différents domaines tel que les jeux ou la retouche d’image, en ce qui concerne une utilisation basique de type bureautique, elle conviendra parfaitement. Mais nous aurions pu espérer un mulot de la gamme supérieure pour ce Microsoft Wireless Desktop Comfort 5000 qui est tout de même affiché en rayon au prix de 70 Euros.

 

arrow La forme du clavier
arrow Souris ambidextre
arrow Confort de frappe
arrow Manque de précision de la souris
arrow Prix ?
v91w9oeh0weii749rxz7.jpg

Test souris Cooler Master Sentinel Advance

Envoyer Imprimer

{menu Introduction}

Introduction

CoolerMaster vient de commercialiser récemment sa première souris. Et quelle souris ! Cette dernière est destinée aux hardcore gamers que nous sommes. Appartenant à la gamme Storm de CoolerMaster, la Sentinel Advance (c'est son nom) est censée être notre compagne favorite pour les déplacements en lan party. Mais ces derniers temps, nous avons constaté un boum des souris pour gamers. Tout le monde s'y met ou presque. Il faut donc se faire remarquer et faire dans l'originalité pour espérer imposer sa référence. CoolerMaster et sa Sentinel Advance ont-ils réussi cela ? La réponse dans ce test.

 

{mospagebreak}
{menu Présentation de la souris}

Présentation de la souris

Spécifications techniques

fleche Capteur Laser
fleche Sensibilité max. de 5600 DPI
fleche Accélération max. de 50G
fleche Temps de réponse de 1 ms (1000 Hz)
fleche Mémoire interne de 64 Ko
fleche 5 profils programmables
fleche Axes X et Y indépendant et programmables
fleche 7 boutons programmables
fleche 5 poids amovibles de 4,5 gr chacun
fleche Ecran OLED
fleche Prise USB en plaqué or
fleche Poids : 161,5 grammes

fleche Prix : 59,90 euros


Packaging - Bundle

On attaque ce dossier par le packaging et le bundle de cette Sentinel Advance. C'est dans la simplicité que CoolerMaster nous livre sa souris, dans une boîte qui ne fait pas dans le superflu.

               

Concernant le bundle, on y retrouve alors à l'intérieur les éléments suivants :

fleche La souris
fleche Mini CD contenant le software
fleche Antivol StormGuard

Rien d'exceptionnel donc (même pas de notice d'utilisation), mais nous notons tout de même un accessoire quelque peut différent. Le StormGuard. Mais qu'est ce donc ? Il s'agit d'un antivol pour périphériques (casque, souris, clavier, ect.) se vissant sur un des slots du boîtier et, donc, empêchant le vol d'un de vos périphériques. Les vols de matériels étant très fréquent en lan party (et sous notre responsabilité), nous saluons naturellement CoolerMaster pour cet outil qui, d'après nous, est le premier du genre à être livré dans un bundle et qui ne fait pas gonfler la facture à l'achat.

Description

Nous vous l'avouons ! Au premier coup d'oeil derrière votre écran, cette Sentinel Advance n'a rien de très séduisante. On a même l'impression d'avoir à faire à une souris "Transformers Style" avec son design sophistiqué. En réalité, elle n'est rien de toute cela. On découvre alors une souris au design sobre et très agressif.

Côté ergonomie, c'est tout simplement le grand luxe. Pour vous dire, nous avons même laissé tomber notre Logitech G5 pour cette confortable CoolerMaster Sentinel Advance. Les possesseurs de certains téléphones portables, comme le Samsung SGH-i780 ou le HTC Touch par exemple, retrouveront sur cette souris un plastique doux et très agréable au toucher. Un véritable régal ! De plus, la Sentinel Advance est une souris assez imposante, les utilisateurs avec de grandes mains seront, alors, heureux de pourvoir profiter de l'ergonomie de cette dernière.

Parmi les autres caractéristiques de la Sentinel Advance, cette dernière cache un système à poids pour alourdir ou non la souris en fonction de votre envie. On dispose alors de cinq poids de 4,5 grammes chacun. Dommage que CoolerMaster n'est pas fournie un boîtier pour les poids indésirables dans la souris. Concernant les boutons, on en compte huit au total : le clic de la molette, deux boutons pour changer à la volée le nombre de DPI, le clic gauche et droit, celui pour changer de profil et deux derniers boutons qui se situent sur le côté gauche de la souris.

Mais CoolerMaster, nous propose quelques petits gadgets bien sympa pour se démarquer de la concurrence. On découvre alors que la souris est rétro-éclairée avec la possibilité de changer la couleur de celle-ci. Et pour finir, elle dispose d'un écran OLED ! Pratique, il permet de visualiser d'un clin d'oeil la résolution actuellement appliquée à la souris. A chaque changement de profil (cinq en tout), l'écran OLED indique lequel est en action. Ce dernier permet même l'affichage d'un petit logo, celui de votre team par exemple. Oui, c'est gadget. Et contrairement à ce que certains peuvent penser, l'écran n'est pas caché par votre main ou vos doigts pendant que vous utilisez la souris, l'écran reste visible et lisible.

{mospagebreak}
{menu Présentation du tapis}

Présentation du tapis

C'est devenu monnaie courante aujourd'hui de lancer avec une nouvelle souris, le beau tapis qui va avec. Normal après tout, si l'achat d'une nouvelle souris est envisagé, il en est de même avec le tapis, alors pourquoi ne pas proposer un tapis conçu et adapté avec votre nouveau mulot ? CoolerMaster n'échappe donc pas à cette règle et propose une gamme de tapis avec sa Sentinel Advance. Pour ce test nous avons reçu le HS-M Battle Pad SSK. Il est proposé au prix de 22,90 euros.

La surface de ce dernier est granuleuse (langue de chat) et de type rigide, un choix discutable, car le risque de déformation est élevé pour les utilisateurs qui se déplacent fréquemment en lan party. La taille de ce dernier est convenable (350 x 260 x 4 mm), bien que la tendance soit dans des surfaces de plus en plus grande. Le dessous du tapis est anti-dérapant.

Mais peut-on vraiment tester un tapis ? Pas vraiment. L'acquisition d'un nouveau tapis n'est pas signe de performances supplémentaires pour les utilisateurs souhaitant améliorer leur niveau. Tant que la glisse de la souris est bonne (en fonction des besoins) et que les sensations conviennent, alors pourquoi pas ? Ce n'est qu'une question d'habitude et de préférence. Néanmoins, CoolerMaster recommande l'utilisation du HS-M Battle Pad SSK pour que la Sentinel Advance puisse librement s'exprimer et nous allons dans ce sens. En effet, nous avons testé la Sentinel Advance sur une dizaine de tapis de marque et de type différent et nous notons que pour obtenir une glisse légère et rapide, les tapis rigides en plastique dur ou en aluminium sont vivement conseillés. Sinon, vous obtiendrez un déplacement très lent, mais précis avec des tapis souples (en plastique ou tissu).

{mospagebreak}
{menu Le software}

Le software

Le fameux software ! Dieu sait que nous avons beaucoup de choses à dire dessus. Ce dernier est très complet et permet de se créer des profils uniques avec de très nombreuses possibilités.

On commence, on insère le mini CD livré avec la souris et le menu fait son apparition. Et première satisfaction, on remarque qu'il est possible de lancer le software directement depuis le CD sans à l'installer sur votre disque dur. Bien sûr, si vous avez l'habitude de changer régulièrement les paramètres de votre souris, une installation sur le disque dur sera à privilégier.

Au lancement du software, un petit menu apparait et vous propose de sélectionner à quel type de joueur vous appartenez. Peut importe où vous cliquer, les deux menus mènent aux mêmes réglages de la souris.

Là, ça commence à devenir très intéressant. Le premier onglet, Main Control, permet de régler un grand nombre de paramètres comme la fréquence de rafraichissement, l'assignation des boutons, les quatre niveaux de résolution avec les axes X et Y totalement indépendant, ect. N'oublions pas que la souris permet de gérer cinq profils.

Le second onglet, Color Control, permet de modifier l'éclairage de la souris et de charger un logo sur l'écran OLED. La souris dispose de deux sources lumineuses, elles aussi indépendantes, vous pouvez donc choisir de diffuser deux couleurs différentes parmi les sept couleurs disponibles. CoolerMaster va plus loin et permet de choisir différents styles de diffusion de la lumière. Là aussi, vous pourrez créer pour chaque profil (sur les cinq disponibles) une ambiance lumineuse différente.

Concernant l'affichage du logo, ce dernier est commun aux cinq profils. Cette option est assez compliqué à paramétrer. CoolerMaster conseil (dans la notice) d'appliquer un logo en 32 x 32 px en noir et blanc au format .BMP. Il nous a fallu plusieurs essais afin d'afficher correctement notre logo.

                      

                      

Pour finir, les quatre derniers onglets sont : Macro, Script, Library (gestion des scripts) et Support Update. Ce dernier permet de mettre à jour le firmware de la souris. Concernant les trois autres onglets ils permettent une multitude de possibilités. Les trois quarts d'entre nous n'oseront même pas s'approcher de ses fonctions avancés, mais elles existent et seront très utiles pour les utilisateurs trouvant une utilité à tout cela.

{mospagebreak}
{menu Utilisation et conclusion}

Utilisation et conclusion

En utilisation, la souris réagit normalement à nos actions aussi bien pour des tâches sur le bureau que dans un jeu. Elle réagit peut-être trop bien : sans monter jusqu'aux 5600 DPI, la souris retransmet le moindre mouvement à l'écran pendant une partie sur des FPS bien connus. Rien de bien méchant, un très court temps d'adaptation sera nécessaire.

Seul petit bémol, le capteur laser de cette Sentinel. Nous ignorons si ce problème vient de notre style de jeu ou de la souris en elle-même, mais si vous aussi, vous avez cette manie dans un FPS de vouloir recentrer la souris au milieu du tapis, tout en exécutant un mouvement de direction (souris légèrement décollé du tapis), il y a de fortes chances que le mouvement ne soit pas exécuté à l'écran 1 fois sur 10. En effet, nous avons alors constaté que les mouvements de la Sentinel ne sont pas reproduits quand la souris est décollée de plus d'1 mm du tapis, alors que notre Logitech G5 tolère facilement 3 mm de vide entre le tapis et le capteur laser. Si, il s'agit d'un problème récurent, il se pourrait que prochainement une mise à jour du firmware de la souris soit disponible pour le corriger.

Pour conclure, il n'y a pas à dire, cette souris laisse une très bonne impression. Le design plait ou ne plait pas, même si du premier coup d'oeil on croit avoir à faire une souris "Transformers Style", il n'en est rien en réalité. On apprécie sa prise en main et son confort (elle est parfaite pour la bureautique). Son écran OLED est tout à fait lisible : les doigts ne cache pas l'écran contrairement à ce que certains peuvent penser. Le software est bien pensé, joli, très complet et permet de se créer une souris unique et adaptée à votre style de jeu.

Les seules choses que nous pourrions reprocher à cette souris sont, peut-être, son capteur laser (voir ci-dessus) et le clic de la molette assez dur à l'utilisation. En dehors de ce faux-problème, que pourrions-nous lui reprocher ? Rien d'autre pour notre part. CoolerMaster réalise donc une très belle entrée en la matière avec sa Sentinel Advance. Annoncé au prix de 59,90 euros, les quelques rares boutiques en ligne qui la référence en France la proposent au prix de 48 euros (c'est le cas de Grosbill), en clair : laissez-vous tenter !

 
Souris CoolerMaster Sentinel Advance

fleche Ergonomie
fleche Ecran OLED
fleche Antivol StormGuard
fleche Le software très (très) complet
fleche Prix

fleche Le capteur laser (voir ci-dessus)
fleche Clic de la molette très dur


Tapis CoolerMaster HS-M Battle Pad SSK

fleche Bonne glisse
fleche Taille convenable

fleche Surface rigide (risque de casse)
fleche Prix

Remerciement : CoolerMaster

Test : Mini-souris et maxi confort?

Envoyer Imprimer
{menu Introduction}

Introduction

Elles sont devenues les meilleures compagnes des ordinateurs portables au fil du temps, il faut admettre que le pavé tactile positionné sous le clavier n’est pas toujours très confortable, pas rapide ni même précis. Pour se faire, nous avons à disposition, les mini-souris.
Leur principe de fonctionnement et le même que leurs grandes sœurs, seules changent leurs tailles, mobilité oblige, certaines touches sont donc absentes notamment celles affectées à des macros ou fonctions. Mais cela ne sous-entend pas qu’elles n’intègrent pas certaines caractéristiques intéressantes dans le cadre de la mobilité, nous le découvrirons.
Nous retrouvons les interfaces de sortie habituelles, l’USB et le sans fil (radio).

Les modèles testés sont :
fleche Heden Mini souris optique, 8.80 euros.
fleche LEXMA  Optical Travel mouse R201,10.00 euros
fleche LEXMA Nano Laser Travel AR501, 13.90 euros
fleche Heden Mini souris sans fil, 17.00 euros

Silverstone SG05

Au cours de ce test nous allons utiliser nos mini-souris dans un usage classique. Bien évidemment difficile de les comparer aux ténors des souris habituelles. Ici point question de tenue dans la paume de la main dans la mesure où nous avons le pouce d’un côté et l’annulaire et/ou l’auriculaire de l’autre dans bien des cas tant elles sont petites. Nous jugerons donc ces souris plutôt dans leur contexte, un usage ponctuel et surtout mobile.
Nous utiliserons un tapis de type un SlickRide Pad SE et un Nova, mais aussi des surfaces type stratifié, des brillantes des finitions bois, bref ce que nous pouvons trouver dans un contexte de mobilité.

{mospagebreak}
{menu Heden Mini souris optique}

Heden Mini souris optique

C’est par un modèle en provenance de chez Heden que nous commençons. Qui ne connaît pas cette marque qui fait le bonheur des boutiques tant sa gamme est complète. Les produits se veulent simples, tout comme leurs prix d’ailleurs qui sont assez bas généralement.
Deux modèles font partie de notre test, la SUSB800RCP, une souris optique entrée de gamme des mini-souris et la SUSB800RCP, une version sans-fil. Commençons par la première, la filaire.

SUSB800RCP

Les spécifications techniques :

azsx Référence : SUSB800RCP
azsx Résolution optique : 800 DPI
azsx Nombre de touches : 3
azsx Poids : 58 g
azsx Dimensions : 97 x 58 x 34 mm L x l x H
azsx Interface : USB
azsx Taille du cordon : 80 mm rétracté, 70 cm déroulé.
azsx Coloris : Noir, gris, bleu, rose et rouge
azsx Compatible : Windows ou Mac.

Bundle :
fleche La souris

Prix de vente : 8.80 euros, garantie 1 an.

SUSB800RCP SUSB800RCP

Présentation :

La SUSB800RCP est donc une souris filaire, elle possède un cordon rétractable sur un petit enrouleur bien ingénieux.  La qualité de ce dernier nous paraît correcte mais il est difficile de s’engager sur une garantie de durée de fonctionnement, au minimum elle est d’un an.  
Une grande partie de la souris est en plastique avec un toucher soft très agréable pour la partie basse du mulot. La partie intermédiaire est constituée du même matériau mais translucide, voilà qui laisse supposer une illumination.
La partie supérieure adopte le même plastique que la base mais coloré, 5 couleurs sont disponibles, noir, gris, bleu, rose et rouge.
Pas de logiciels livrés, elle est reconnue par défaut et adopte les réglages de base sous Windows.
Nous avons en main le modèle fille,  rose… Bon autant être franc, le mulot s’allume de surcroît, je me vois assez mal en salle de presse, par exemple, avec un sapin de noël dans la main. Le côté regrettable c’est qu’on ne peut pas couper cet éclairage puisqu'il s'agit de la  led utilisée pour le pointage…

SUSB800RCP SUSB800RCP

La maniabilité est correcte, les 800 DPI suffisent très largement à une utilisation courante de bureautique et d’Internet. Par contre la roulette manque un peu de précision, de plus son contact est assez désagréable.
La glisse est correct, elle ne pèse que 57 grammes, l’un dans l’autre, évidemment avec ce poids ça glisse plutôt bien, c’est tellement léger surtout par rapport à ma vieille MX 1000 qui en pèse le triple.
Les 4 tampons de glisse sur le dessous sont en plastique, sur notre tapis de référence, le SlickRide Pad SE le résultat est correct. Sur d’autres surfaces genre stratifié et oui, en voyage ou en déplacement nous n’avons pas toujours le choix du support, ni celui de sortir ou pas un tapis, dans ce cas la précision est correct, sans plus.
Le contact est agréable, la matière est confortable avec ce toucher soft très en vogue chez les souris du moment.

SUSB800RCP

Conclusion :

C’est le 1e prix de notre plateau, à ce prix bien sûr difficile de se montrer intraitable. Le rapport qualité/prix est excellent, la glisse est correcte, la prise en main l’est tout autant. La roulette est en plastique dur ce n’est pas très heureux  pour la précision ni pour le contact.
L’éclairage interne causée par la led  se répand dans toute la souris et dans la mesure où une partie de sa carrosserie est transparente, ca ne passe pas inaperçu, loin de là, il faut aimer.
Elle est taillée pour la mobilité, comme ses consœurs, avec son cordon muni d’un enrouleur.


azsx Cordon rétractable.
azsx Couleurs disponibles.
azsx Toucher de la souris agréable.
azsx Prix

azsx Lumière toujours allumée.
azsx Toucher de la roulette.

{mospagebreak}
{menu LEXMA Optical Travel mouse R201}

LEXMA Optical Travel mouse R201

Une marque Taïwanaise en cours d’implantation en France, son orientation est sans nul doute la mobilité. Claviers, webcams, casques et surtout souris font donc partie de leur gamme. Deux grandes séries pour les souris, les lasers et les optiques le tout subdivisé en 3 catégories : portables, bureau et sans fil.
Pour les 2 premières, mobile et fixe, les mini-souris et les rétractables pour la catégorie sans fil les Wireless (radio) et les BlueTooth. En bref,  une cinquantaine de modèles, visiblement chez LEXMA on maîtrise bien le sujet !
Les 2 modèles à disposition sont la R201, une souris optique plutôt entrée de gamme et la R501, une laser. Attaquons par la R201.

LEXMA Optical Travel mouse R201

Les spécifications techniques :
fleche Référence : R201
fleche Résolution optique : 900 DPI
fleche Nombre de touches : 3
fleche Poids : 69 g
fleche Dimensions : 95 x 65 x 34 mm L x l x H
fleche Interface : USB 1.1
fleche Taille du cordon : 75 cm déroulé.
fleche Coloris : Noir, rouge
fleche Compatible : Windows ou Mac.

Bundle :
fleche La souris
fleche Une notice

Prix de vente : 10.00 euros, garantie 1 an.

LEXMA Optical Travel mouse R201 LEXMA Optical Travel mouse R201

Présentation :
Elle est toute en arrondie cette R201, une base noire légèrement granuleuse et un dessus gris brillant, entre les 2 un bandeau de couleur, rouge dans notre cas. Les touches sont dans le prolongement du dessus de la souris, la molette est de couleur noire son revêtement est souple plutôt agréable. Le crantage de cette dernière est bien étagé et assez agréable.
Le dessous présente une structure assez inhabituelle, la partie optique est décalée vers la gauche là où habituellement elle est au centre. La raison principale est que sur la partie droite se situe la trappe accueillant le connecteur USB et les 75 cm du cordon et son enrouleur. Ouf, voilà qui en fait une souris plutôt encombrée.
Les patins glisseurs sont au nombre de trois deux sur l’avant et un circulaire sur l’arrière

Le branchement est assez intuitif, il suffit d’ouvrir la trappe et de sortir le connecteur USB et de tirer dessus pour dérouler le cordon et de refermer la trappe. Le rangement est aussi simple, il suffit d’ouvrir la trappe et de tirer sur le cordon pour qu’il se ré-enroule dans la souris. Simple et ingénieux, à ce niveau, même remarque que pour les autres modèles munis d’enrouleur, leur tenue dans le temps est inconnue.

LEXMA Optical Travel mouse R201 LEXMA Optical Travel mouse R201

La prise en main est classique, difficile de parler d’ergonomie tant la simplicité est de mise, le pouce d’un côté et les autres doigts..., là ou il y a de la place. La matière est également classique, point de toucher soft, du bon vieux plastique bien brillant et bien glissant quand il fait chaud. Pour ce type de souris la précision est plutôt bonne.

Aucun éclairage à signaler pour notre LEXMA Optical Travel mouse R201, pas une once de légèreté ni dans la présentation ni dans l’usage, cette réflexion n’est pas une critique mais une constatation. Très honnêtement cela tombe plutôt bien, le testeur écrivant ces mots n’étant pas un amateur de lumières à tous les étages.
Ce qui est appréciable, c’est la compacité de la souris cordon rangé, rien ne dépasse, c'est idéal pour la mobilité...

LEXMA Optical Travel mouse R201

Conclusion :

L’entrée de gamme de la marque LEXMA, à peine un peu plus chère que notre Heden. L’ensemble est de bonne qualité par contre son ergonomie est assez moyenne. La précision et la maniabilité sont correctes pour ce type de souris.
Un mot sur le rangement du cordon, il est très astucieux et fort pratique.

azsx Rangement du cordon astucieux.
azsx Qualité de l'ensemble.
azsx Bonne précision.
azsx Prix.

azsx Ergonomie moyenne.

{mospagebreak}
{menu LEXMA Nano Laser Travel AR501}

LEXMA Nano Laser Travel AR501

L’autre exemplaire en provenance de LEXMA, sa particularité est d’intégrer une technologie laser en lieu et place de l'optique habituellement rencontrée. Le 2ème point singulier est de présenter un système antibactérien…

Nano Laser Travel AR501

Les spécifications techniques :
azsx Référence : AR501
azsx Résolution optique : Laser 2000 DPI
azsx Nombre de touches : 3
azsx Poids : 70 g
azsx Dimensions : 95 x 62 x 35 mm L x l x H
azsx Interface : USB 2.0
azsx Taille du cordon : 75 cm déroulé.
azsx Coloris : Bleu
azsx Compatible : Windows ou Mac.

Bundle :
azsx La souris
azsx Une notice

Le prix de vente est de 13.90 euros en moyenne, la garantie est de 1 an

Nano Laser Travel AR501 Nano Laser Travel AR501

Présentation :

Elle adopte la même forme arrondie que la R201, visiblement la coque est identique tout au moins pour la partie basse. Nous retrouvons donc le même plastique granité de couleur noire sur la base, juste au-dessus une bande avec la même matière mais de couleur gris foncé et avec un toucher soft.
Le dessus est occupé par une coque bleu métallisé, elle entoure la roulette mais aussi un repose index juste devant elle.
Sur le dessous, même architecture que sa petite sœur, à savoir sur la partie droite l’emplacement du cordon USB. Sur la gauche, l’optique de pointage laser, devant les 2 patins et sur l’arrière le dernier en forme d’arc de cercle.

Là où cette souris se singularise c’est par son traitement de surface. Il se nomme NanoGuard, il est en fait composé de nano-particules de TIO2 (Titane) et d’argent. Ce mélange a comme principale caractéristique des propriétés antibactériennes certaines, selon le fabricant. Exit le staphylocoque doré et ses compères ou même l’Escherichia coli, également appelé colibacille. D’après les explications fournies, « Les particules nanométriques des TIO2 absorbent la lumière et deviennent actives photocatalytiquement créant ainsi des radicaux inactivant … ».
Le tout semble validé par bon nombre de tests effectués par divers laboratoires japonais, taïwanais ou américains, visiblement aucune agression ni irritation ne sont à craindre au niveau cutané pour l’homme, ni pour le lapin et la souris. la vraie. En voilà une bonne nouvelle! 

A l’usage, elle est plutôt agréable, la précision est très bonne y compris sur des surfaces brillantes, c’est un des atouts du système de pointage laser. Au niveau de la glisse elle est largement comparable aux autres modèles de ce plateau. La préemption est correcte, également  à l’échelle des autres candidates tant les formes et les ergonomies sont proches les unes des autres.
Le cordon est dissimulé dans la base de la souris, sous une petite trappe, le cordon est monté sur enrouleur.

Nano Laser Travel AR501 Nano Laser Travel AR501


Pour le côté antibactérien ? Pourquoi pas, c’est un service supplémentaire mais quid dans le temps ? Et la grippe A h1n1, LEXMA y a-t-il pensé ? Plus sérieusement, nous prenons sans vraiment être sûr que ce soit l'argument principal…

Conclusion :

59hardware

Elle possède un capteur laser ce qui accroît sa précision notamment sur des supports particuliers ou inhabituels tels que les surfaces réfléchissantes.
Une souris de bonne qualité, les matériaux utilisés sont très corrects avec en plus une finition antibactérienne, c’est la cerise sur le gâteau. Le toucher est agréable grâce notamment à la finition du dessus de la mini-souris. Elle est également équipée d’une petite trappe pour ranger le cordon, très pratique pour le transport.
Label Coup de coeur pour cette mini-souris.

 

azsx Qualité de l'ensemble.
azsx Compatible presque tous supports.
azsx Précision.

azsx Ergonomie moyenne.

 

{mospagebreak}
{menu Heden Mini souris sans fil}

Heden Mini souris sans fil

Le deuxième modèle testé de chez Heden est un modèle sans fil, par radio pour être précis. Ces modèles sont de loin les plus pratiques, un dongle à brancher et c’est tout. Les portés sont généralement assez importantes pour autoriser un pilotage à distance, le cas échéant

Heden Mini souris sans fil

Les spécifications techniques :

azsx Référence : SUSBOPTCRW.
azsx Résolution optique : 400/ 800/ 1200 DPI.
azsx Vitesse : 24 Pouces par secondes.
azsx Nombre de touches : 3.
azsx Poids : 59 g
azsx Dimensions : 95 x 65 x 40 mm L x l x H.
azsx Interface : Sans fil 2.4 GHz.
azsx Coloris : Noir, rouge et  bleu.
azsx Compatible : Windows ou Mac.

Bundle :
azsx La souris
azsx Un jeu de piles AAA
azsx Un récepteur mini dongle.
azsx Une notice.

Prix de vente : 17.00 euros, garantie 1 an.

Heden Mini souris sans fil Heden Mini souris sans fil

Présentation :
Un autre produit de chez Heden, mais cette fois sans fil, par radio. C’est la 2ème interface habituellement rencontrée pour ce type de périphérique, elle a pour elle une grande liberté au niveau du rayon d’action, dans notre cas 10 mètres sont avancés.  
C’est une souris ambidextre avec un semblant d’ergonomie, la partie arrière est plus large que sur l’avant.

La partie basse est totalement en plastique, la partie supérieure adopte un plastique toucher soft coloré, rouge, bleu et gris.
Juste avant la molette, un bouton permet d’ajuster la résolution, 400, 800 ou 1200 DPI. Aucun indicateur n’est prévu ni même de mise en mémoire du dernier réglage. Il faut donc tâtonner pour retrouver le bon réglage.
Au niveau du fonctionnement, un système d’économie est présent, au bout de 15 secondes sans fonctionnement  elle se met en veille, au bout de 3 mm elle se coupe. Il suffit de manœuvrer un des boutons pour la remettre en fonction.
Sous la souris, nous retrouvons les 4 patins en plastique, vers l’arrière l’emplacement du récepteur, sous les patins la trappe pour les 2 piles AAA. Devant le témoin de charge des piles, il clignote en cas de décharge.

Heden Mini souris sans fil Heden Mini souris sans fil


La portée annoncée est de 10 mètres, nous l’avons mesuré à 7 à 8 mètres au maximum, ce qui est déjà pas mal pour une mini-souris même dans le cas de pilotage d’une présentation.
A l’usage, elle se montre plus confortable que sa consœur, la forme de la base permet de bien loger le pouce, les autres doigts tombent naturellement sur la souris.
Au niveau de la résolution et en fonction de l'écran, 400 est faible, 1200 un peu rapide pour ce type de souris, nous retombons donc sur notre classique 800 DPI.
Le système de mise en veille fonctionne plutôt bien, pour le compléter, la souris se coupe dès que le mini-dongle est débranché. Petit détail qui a son importance, il se range sous la souris, dans un emplacement qui lui est dédié, un bon point…

Heden Mini souris sans fil

Conclusion :

59hardware

La seule « sans fil » de notre plateau, de loin la plus indépendante, pas de « fil à la patte », c’est un atout.
La maniabilité est bonne, l’ergonomie n’y est pas étrangère, c’est la seule de notre plateau à ne pas posséder cette forme demi-ovoïde propre aux souris de ce type.  La forme évasée de l’arrière permet de loger le pouce très facilement.
L’alimentation apparaît comme étant bien gérée, nous n’avons pas pu tester l’autonomie des piles livrées, mais rien n’empêche  de prévoir un jeu d’avance au cas où dans la sacoche du portable.
Le dongle livré est de petit format, attention de ne pas l’égarer ! Un emplacement est prévu sur le dessous de la souris pour son rangement.

Nous recommandons  cette souris.

azsx Semblant d'ergonomie.
azsx Liaison radio.
azsx Gestion de l'alimentation.
azsx Plusieurs résolutions éventuellement..

azsx

{mospagebreak}
{menu Conclusion}

Conclusion

Heden Mini souris sans fil

Nous voici au terme de notre petit comparatif, avant de passer à la conclusion précisons que d’autres modèles viendront sans doute compléter ce test dans les mois à venir.
Comme nous le notions dans l’introduction, difficile de comparer ces souris à leurs homologues de plus grand format, la prise en main est totalement différente, l’usage l’est également.
Nos tests se sont basés sur une utilisation quotidienne et régulière, dans un cadre de mobilité.

L’interface la plus courante est également la moins coûteuse, ça c’est d’une logique extrême… Sans surprise Il s’agit donc de l’USB, intéressante également par son côté universel, elle est en effet très répandue.
Juste après figure les "sans fils", 2 grandes séries de produits, les "radios" qui utilisent les ondes du même nom pour communiquer avec le PC, la portée est d’environ 8 à 10 mètres. Elles sont livrées avec une petite clé, le récepteur, à insérer dans un des ports USB du portable.
Vient ensuite le BlueTooth il possède les mêmes avantages que la radio mais avec un atout supplémentaire il peut utiliser la connexion BlueTooth du portable s’il en est équipé,  sinon il faut passer par un adaptateur qui n’est pas toujours livrée avec la souris.
Pour les capteurs de ces souris, 2 grandes séries, les optiques qui se vérifient par la présence d’une lumière rouge créée par une diode ou les lasers pas de lumière du tout mais une précision plus élevée que les premières notamment sur certaines surfaces. Pour les nostalgiques, les boules c’est fini depuis un bon moment déjà, et on ne s'en plaint pas du tout. 

 

fleche Heden Mini souris optique, 8.80 euros.:
C’est le 1er prix de notre plateau, à ce prix bien sûr difficile de se montrer intraitable. Le rapport qualité/prix est excellent, la glisse est correcte, la prise en main l’est tout autant. La roulette est en plastique dur ce n’est pas très heureux  pour la précision ni pour le contact.
L’éclairage interne causée par la led se répand dans toute la souris et dans la mesure où une partie de sa carrosserie est transparente, ça ne passe pas inaperçu, loin de là, il faut aimer.
Elle est taillée  pour la mobilité, comme ses consœurs, avec son cordon muni d’un enrouleur.

fleche LEXMA  Optical Travel mouse R201,10.00 euros :
L’entrée de gamme de la marque LEXMA, à peine un peu plus chère que notre Heden. L’ensemble est de bonne qualité par contre son ergonomie est assez moyenne. La précision et la maniabilité sont correctes pour ce type de souris.
Un mot sur le rangement du cordon, il est très astucieux et fort pratique.

59hardware

fleche LEXMA Nano Laser Travel AR501, 13.90 euros :
Elle possède un capteur laser ce qui accroît sa précision notamment sur des supports particuliers ou inhabituels telle que les surfaces brillantes .
Une souris de bonne qualité, les matériaux utilisés sont très corrects avec en plus une finition antibactérienne, c’est la cerise sur le gâteau. Le toucher est agréable grâce notamment à la finition du dessus de la mini-souris. Elle est également équipée d’une petite trappe pour ranger le cordon, très pratique pour le transport.

59hardware

fleche Heden Mini souris sans fil, 17.00 euros :
La seule "sans fil " de notre plateau, de loin la plus indépendante, pas de « fil à la patte », c’est un atout.
La maniabilité est bonne, l’ergonomie n’y est pas étrangère, c’est la seule de notre plateau à ne pas posséder cette forme demi-ovoïde propre aux souris de ce type.  La forme évasée de l’arrière permet de loger le pouce très facilement.
L’alimentation apparaît comme étant bien gérée, nous n’avons pas pu tester l’autonomie des piles livrées, mais rien n’empêche  de prévoir un jeu d’avance au cas où dans la sacoche du portable.
Le dongle livré est de petit format, attention de ne pas l’égarer ! Un emplacement est prévu sur le dessous de la souris pour son rangement.
Label  Performance pour cette souris réf SUSBOPTCRW.

 

Remerciements :
Heden
LEXMA

Signaler une erreur : 59Hardware

 Articles relatifs :

Articles > Périphériques de saisie

Test tapis et souris Gigabyte
Il est très difficile, pour un joueur, de changer ses habitudes, surtout concernant le matériel qu’il utilise. C’est pourquoi le défi ne paraît pas simple à relever pour les fabricants qui lancent une nouvelle gamme destinée aux gamers. Notre challenger du jour n’est pourtant pas méconnu dans le domaine de l’informatique, il affiche un catalogue tr
Test : Clavier Gigabyte GK-K6800
Les nouveautés dans le domaine des périphériques ne sont pas très courantes, hormis les claviers OLED récemment commercialisés à prix exorbitants, les dernières révolutions concernant les claviers remontent à plusieurs années. Malgré cela, les fabricants n’hésitent pas à proposer régulièrement de nouveaux modèles qui intègrent généralement des
Test : Souris OCZ Behemoth
Notre test du jour portera sur la souris OCZ Behemoth, c’est une souris gamer qui rejoint une gamme de deux autres produits, l’Eclipse et l’Equalizer. A la base OCZ est et demeure un fabricant de mémoire mais son domaine s’est bien élargi au fil des ans, refroidissement, alimentation, clavier et souris sont désormais au catalogue

Test tapis et souris Gigabyte

Envoyer Imprimer

{menu Introduction}

Introduction.

Il est très difficile, pour un joueur, de changer ses habitudes, surtout concernant le matériel qu’il utilise. C’est pourquoi le défi ne parait pas simple à relever pour les fabricants qui lancent une nouvelle gamme destinée aux gamers. Notre challenger du jour n’est pourtant pas méconnu dans le domaine de l’informatique, il affiche un catalogue très complet de produits performants et plus ou moins réputés : Gigabyte. Notre test portera sur la partie obscure et encore inconnue de cette enseigne : l’environnement des périphériques pour joueurs. Au programme, deux composants une souris, la GM-M8000 et son tapis, le GP-MP8000.

Présentation : Fondé en 1986, Gigabyte s’est rapidement imposé dans le domaine de l’informatique à l’aide de ses cartes-mères et cartes graphiques. Depuis, la société s’est imposée dans bien d’autres domaines, en effet, hormis le processeur, la mémoire et le disque dur, qui sont certes des éléments vitaux, vous pouvez équiper l’intégralité de votre bureau avec les produits de cette marque.

{mospagebreak}
{menu Présentations}

Présentation Souris

Spécifications :
fleche Technologie : laser
fleche Sensibilité ajustable : 400 > 4000 dpi
fleche Mémoire interne de 8 Ko
fleche 5 boutons programmables
fleche Bouton de réglage de la sensibilité
fleche 4 Led pour indiquer le niveau de sensibilité
fleche 2 larges patins en téflon
fleche Câble USB recouvert de tissus de 180 cm
fleche Prise USB en plaquer or
fleche Poids amovible (jusque 38 Gr)

Composition du bundle
fleche Souris
fleche Poids
fleche Logiciel
fleche Manuel traduit

Compatibilité des drivers : Windows 98/200/ME/XP/Vista 32 & 64 bit.

Prix moyen constaté, (hors transport) : 50.00 euros

En regardant la Gigabyte GM-M8000 sous cet angle, vous apercevez les deux boutons principaux ainsi que la molette, juste derrière celle-ci se trouve le bouton de réglage rapide de la sensibilité qui est alors indiquée directement sur la souris à l’aide des quatre Led sur le bas droit. Enfin, l’inscription Gigabyte s’éclaire différemment selon le profil employé depuis logiciel fournit (bleu – vert – rouge).

Le pouce se positionne naturellement sur l’espace qui lui est dédié, ce qui oblige à cette souris un utilisateur droitier, recouvert d’un caoutchouc antidérapant. Deux boutons légèrement au dessus sont totalement programmable (généralement précédent / suivant). Enfin, sur le côté droit de la souris figure également un bouton personnalisable.


Sur le dessous de cette souris sont présent deux très larges patins en téflon. Le capteur laser se trouve traditionnellement en plein milieu de cette surface, juste en dessous, une trappe amovible vous permettant d’ajouter les poids fournit, jusqu’à 38 grammes supplémentaires (divisé par des masses de 6 – 6 – 6 – 20 gr).

Le logiciel, en anglais, est intuitif, facile d’utilisation, il propose le réglage des trois profils qui concerne la fonction des boutons, les intervalles entre les différents changements de sensibilités et enfin la vitesse de la molette verticalement et horizontalement.

Présentation Tapis

Ce tapis que nous propose Gigabyte nous laisse perplexe aux premiers abords, en effet, son revêtement en tissus lui confère un look d’ancienne école, bien loin des derniers QPad ou Nova, maître en la matière. Il est composé d’une couche de 4 mm de caoutchouc qui le rend anti dérapant sur la plupart des surfaces mais également qui l’empêche d’être rigide. La partie en contact avec la souris est composée d’un millimètre de polyester haute densité. Quid de l’usure de ce matériau à la tendance fragile ?

{mospagebreak}
{menu Utilisation et Conclusion}

Utilisation :

Cet ensemble composé de la souris ‘Ghost’ GM-M8000 et du tapis GP-MP8000 étant principalement destiné aux joueurs, nous allons effectuer plusieurs parties de jeux en réseaux (FPS – MMORPG). Chaque joueur étant différent, la prise en main de ce type de matériel peut varier entre chaque utilisateur.
La souris, poussée jusqu’à 4000 dpi, réagit très bien et est très précise, les boutons personnalisables sont utiles et tombent naturellement sous les doigts. L’utilisation de différents profils enregistrés dans la mémoire interne de la souris depuis le logiciel fournit, et facilité leur sélection via les différentes couleurs que prend le logo ‘Gigabyte’, permet de passer d’un FPS à un MMORPG d’un simple clique, les besoins n’étant pas les mêmes. Habitué de souris pour joueurs issues de grandes marques telle que Logitech ou Razer, le défi paraît d’autant plus difficile à relever pour une nouvelle entrée dans ce cercle relativement fermé, mais la Ghost nous surprend, non pas en mal, mais nous lui trouvons de quoi rivaliser avec les plus grandes du domaine. En effet, très ergonomique, précise, une sensibilité élevée, différents réglages aisément modifiable, 5 boutons personnalisables, si ce n’est que le logo, qu’a-t-elle à envier à une Logitech ou autre ?

Chose bien différente maintenant, le tapis, comme nous l’avions souligné dans les pages précédentes, les ténors du domaine ont abandonné le tissus depuis quelques années maintenant, la réutilisation de ce matériau nous laisse visiblement perplexe, mettant tous ça de côté et l’utilisant de manière objective, nous lui avons fait subir, de même qu’à la souris, un test grandeur nature, plusieurs semaines d’utilisation normale en jeux vidéo, bureautique et multimédia. Tout d’abord, le comportement de la souris sur le GP-MP8000 est aisé, la ‘Ghost’ adopte une glisse parfaite, sans aucun accroc. Le point négatif de ce tapis revient donc dans sa longévité, en effet, comme nous le redoutions, après trois semaines d’utilisations, les premiers traits de vieillissement prématuré se font remarquer (effilochement du contour et marques sur la face supérieure). Son prix de 15 euros peut donc paraître un peu excessif selon l’espérance de vie de ce tapis.

Conclusion :

En conclusion, nous troquons sans rechigner une seule seconde nos souris Logitech ou Razer contre cette Gigabyte, nous lui attribuons donc notre label ‘Coup de cœur’ seul son prix de 50 euros peut être dissuasif, mais son bundle et ses fonctions sont complets, sa robustesse en fait un investissement intéressant qui perdurera plusieurs années sans aucun doute. Le tapis en revanche ne nous paraît pas à la hauteur, sa fragilité certaine et son prix, identique à un Nova Winner, ne le place pas dans la même catégorie, bien que sa taille soit bien plus appropriée à un joueur, sa longévité elle, ne l’est pas.

 

Souris Gigabyte GM-M8000

Antec P183

fleche Mémoire interne de la souris.
fleche Logiciel de paramétrage.
fleche Ergonomie.
fleche Rapport qualité/prix.

fleche Prix ?

 

Tapis Gigabyte GP-MP8000

fleche Dimensions
fleche Glisse aisée

fleche Longévité

Remerciements : Gigabyte

Signaler une erreur : 59Hardware

 Articles relatifs :
Test : Souris OCZ Behemoth
Notre test du jour portera sur la souris OCZ Behemoth, c’est une souris gamer qui rejoint une gamme de deux autres produits, l’Eclipse et l’Equalizer. A la base OCZ est et demeure un fabricant de mémoire mais son domaine s’est bien élargi au fil des ans, refroidissement, alimentation, clavier et sou.

Test du clavier KeySonic ACK-5600 ALU
Qu’il est loin le temps des claviers IBM façon machine à écrire qui faisait un bruit d’enfer et qui nécessitaient un appui disons très viril sur les touches pour voir apparaitre quelque chose sur un écran monochrome orange ou vert

Test : Clavier Gigabyte GK-K6800

Envoyer Imprimer

{menu Introduction et présentation}

Introduction.

Les nouveautés dans le domaine des périphériques ne sont pas très courantes, hormis les claviers OLED récemment commercialisés à prix exorbitants, les dernières révolutions concernant les claviers remontent à plusieurs années. Malgré cela, les fabricants n’hésitent pas à proposer régulièrement de nouveaux modèles qui intègrent généralement des touches raccourcis qui facilitent l’accès à différentes applications. Notre article concerne un clavier signé Gigabyte, destiné à une utilisation axée sur le multimédia, le GK-K6800 sera-t-il se distinguer sur un marché déjà bien chargé ? Il part d’ors et déjà avec un avantage : son prix.

OCZ Behemoth


Présentation.

OCZ Behemoth

Spécifications :

fleche Nombre de touches : 108
fleche Nombre de touches raccourcis : 14
fleche Durée de vie : 10 millions de frappes
fleche Alimentation : 5 Volts
fleche Consommation : 500 mA
fleche Interface : USB
fleche Poids : 854 Gr
fleche Dimensions : 467 x 205 x 31,2 mm
fleche Couleurs : Noir & gris

Prix moyen constaté outre-Atlantique : 15 €

OCZ Behemoth OCZ Behemoth

Le clavier Gigabyte GK-K6800 est d’allure générale très sobre, sa finition en plastique noir brillant lui confère une ligne épurée mais semble un peu fragile. Il présente pas moins de 14 touches raccourcis, certaines très utiles, notamment celles dédiées au contrôle du lecteur multimédia, sont présentent également cinq touches d’aide à la navigation sur internet (Accueil – Favoris – Actualiser – Suivant – Précédent) ; notons que l’utilisation de ces raccourcis est également fonctionnelle sous Windows. Enfin, à l’extrémité droite du clavier cinq autres touches pour faciliter l’accès à certains programmes tels que la calculatrice, le client mail, au poste de travail, au lecteur multimédia et une dernière afin de couper le son. Pour conclure avec ces touches additionnelles, une molette de réglage du volume se trouve sur le côté droit du clavier.

OCZ Behemoth OCZ Behemoth


{mospagebreak}
{menu Utilisation et conclusion}

Utilisation et conclusion.

Gigabyte nous dévoile un clavier résolument tourné vers le multimédia, son ambition n’étant pas le jeu, nous oublierons cet aspect d’utilisation, même s’il conviendrait parfaitement à un utilisateur lambda, il ne serait pas apte à répondre aux exigences d’un joueur acharné. Nous allons donc tester ce clavier dans de réelles conditions, c'est-à-dire plusieurs jours d’utilisation classique concentrée sur de la bureautique et du multimédia. Notre version délivrée gracieusement par Gigabyte étant un QWERTY, nous n’allons pas prendre en compte le temps d’adaptation supérieur qu’il nous a fallu. La prise en main est agréable, on regrettera cependant le repose poignet légèrement trop petit ; le plastique est agréable au toucher. Les touches de raccourcis sont facilement accessibles, excepté celles destinées à la navigation sur internet, trop excentrées sur le côté gauche du clavier. Les touches sont relativement bruyantes, en effet, un format ‘low profil’ aurait été préférable, que ce soit niveau silence, entretien et esthétique, le rendu aurait été accru.

Penchons-nous quelques temps sur le domaine de prédilection de ce clavier : le multimédia. La molette du réglage du son est très utile et précise, son utilisation est naturelle et la rend vite indispensable. Les quatre touches de gestion du lecteur multimédia sont également très utiles, elles évitent bien des manipulations de souris pour revenir sur le lecteur en cours d’exécution. Cependant, beaucoup d’autres claviers proposent ce genre de fonctionnalités devenues vitales ce qui ne permet pas à notre GK-K6800 de se démarquer de ses concurrents.

OCZ Behemoth

Gigabyte nous propose donc un clavier qui remplit aisément un cahier des charges rédigé par ‘Monsieur tout le monde’… Le GK-K6800 ne risque pas de faire une révolution dans le domaine, mais conviendra parfaitement à tous ceux qui exploitent leur ordinateur simplement en bureautique ou en tant que lecteur multimédia, alors ils pourront profiter pleinement des avantages des quatorze touches raccourcis dont dispose ce clavier. Encore indisponible en France, son prix outre atlantique avoisine les 15 €, ce qui en fait un clavier très attractif, en effet, les finitions sont soignées, certaines fonctions très utiles, malheureusement un peu bruyant, cela n’empêche qu’il prendrait naturellement place sur votre bureau si la navigation sur Internet et la bureautique sont vos principaux centres d’intérêts alors ce GK-K6800 vous conviendra parfaitement.

 

 

fleche 14 touches raccourcis
fleche Finitions
fleche Prix

fleche Repose poignet trop petit
fleche Bruit

 

Remerciements : Gigabyte

Signaler une erreur : 59Hardware

 Articles relatifs :

lTest du clavier KeySonic ACK-5600 ALU
Qu’il est loin le temps des claviers IBM façon machine à écrire qui faisait un bruit d’enfer et qui nécessitaient un appui disons très viril sur les touches pour voir apparaitre quelque chose sur un écran monochrome orange ou vert.

la Logitech G1, une souris qu'elle est bien pour jouer
Le petit univers des souris peut aujourd’hui se diviser en 3 catégories : les pas chères, les « veaux » (ces grosses souris lumineuses qui coûtent bonbon et pèsent une tonne cinq) et les souris...
Comparatif : 5 Tapis et 3 Souris
Pour un joueur, le choix d’une souris ou d’un tapis de souris est bien plus important qu’on puisse le croire. En effet, ces deux produits doivent être en parfaite harmonie afin d’offrir une précision...
Test : SteelPad S&S
Voila plusieurs semaines que j'ai reçu de la part de Steelpad (que je remercie ) leur tout dernier model de Tapis de souris : le Steelpad S & S...

Test : Souris OCZ Behemoth

Envoyer Imprimer

{menu Introduction et présentation}

Introduction.

Notre test du jour portera sur la souris OCZ Behemoth, c’est une souris gamer qui rejoint une gamme de deux autres produits, l’Eclipse et l’Equalizer. A la base OCZ est et demeure un fabricant de mémoire mais son domaine s’est bien élargi au fil des ans, refroidissement, alimentation, clavier et souris sont désormais au catalogue.

Présentation.

OCZ Behemoth

Spécifications :

fleche Technologie : Double capteur Laser.
fleche Résolution réglable : 800-1600-2400-3200 dpi.
fleche 3 Led pour indiquer le niveau de sensibilité.
fleche 1 bouton pour changer la sensibilité de la souris.
fleche Acceleration : 50 G.
fleche Vitesse : 60 IPS / 125 - 1000 Hz.
fleche 5 boutons programmables.
fleche Câble ajustable
fleche Interface USB 2.0.
fleche Dimensions : 118 x 71 x 44 mm.
fleche Choix de 5 poids pour lester la souris (18 g au total).
fleche Poids ajustable jusqu'à 159 grammes.

Composition du bundle
fleche Lea souris.
fleche Cd du logiciel.
fleche Une notice traduite..

Prix moyen constaté, (hors transport) : 29.95 euros, garantie 1 an.

OCZ Behemoth OCZ Behemoth

Un look très dans l’air du temps, beaucoup de courbes pour une ergonomie visiblement très recherchée.  Elle n’est  compatible qu’avec la main droite, désolé pour les gauchers.
Le revêtement de cette souris est très agréable au touché, façon soft touch. Au niveau des boutons, le pouce se voit dédier 2 boutons, par default suivant et précédent sont assignés.

OCZ Behemoth OCZ Behemoth


Sur le dessus, une pièce en plastique gris entoure la roulette, elle est crantée mais très douce. Au dessus, un indicateur lumineux à 4 positions, éteint, une, deux ou trois barres allumées, il indique le niveau de résolution : 800-1600-2400-3200 dpi par défaut. Le bouton à proximité permet de changer à la volée cette résolution.

Observons le dessous de notre OCZ Behemoth, tous d’abord 5 petits patins en périphérie pour assurer une glisse optimale. Le capteur laser est placé au centre de la souris, vers l’avant, le passage du cordon, 6 sorties sont possibles suivant des directions différentes.  A noter que ce cordon est gainé avec du textile, il manque un peu de souplesse.

OCZ Behemoth OCZ Behemoth


Au centre de ce « répartisseur » de cordon, la  plaquette d’identification, le plus intéressant se trouve en son centre. Un bouton permet de modifier les profils, ils sont au nombre de trois, à chaque changement des témoins lumineux rouge s’allument autour des boutons  gauche (pré et suiv). Attardons nous sur la partie arrière et à l’emplacement des poids, ils sont au nombre de 5 de 4 g à l’unité soit 20 g d’amplitude.

OCZ Behemoth OCZ Behemoth

 

Le logiciel

.Livré sur un mini CD, il permet d’accéder directement au logiciel de paramétrage sans installation sur le disque dur. A noter la sauvegarde des configurations dans la mémoire de la souris, ils demeurent même en cas de changement de machine.
Deux onglets sont présents, Profile et configuration. Ce dernier permet de régler finement le niveau de résolution, suivant 1,2,3 ou 4 paliers.

OCZ Behemoth

Profile, permet la création et la gestion des profils. Il permet d’assigner les 4 boutons et la roulette, soit pour des fonctions standards, des combinaisons de touches ou des macros. Avec cette dernière fonction il est possible d’enregistrer des combinaisons de touche avec des appuis minutés par exemple ou des pauses.

OCZ Behemoth

{mospagebreak}
{menu Utilisation et conclusion}

Utilisation et conclusion.

OCZ Behemoth

Nous avons testé la souris sur une succession de surfaces, du bureau en bois jusqu’au tapis Nova, la glisse est excellente en tout état de cause bien supérieure à nos MX 1000 et 518.
La prise en main est un sujet très personnel, tout dépend de la taille de sa main et de ses habitudes en matière de souris. Au sujet de son poids de 159 grammes, cela fait 6 g de moins qu’une MX 1000 et 40 g de plus qu’une MX518. Elle se situe donc dans la norme à un niveau intermédiaire entre une souris dite lourde, la MX 1000, et un autre plus légère.
Le revêtement de notre OCZ Behemoth est qualifiable de très confortable et agréable au touché, reste à voir sa tenue dans le temps aux zones de frottement. Quoiqu’il en soit après plusieurs heures d’utilisation intensive et malgré un peu de transpiration le touché est toujours aussi sur.

OCZ Behemoth

L’ergonomie se prête peut être plutôt aux grandes mains, sa forme arrondie plongeante se loge  particulièrement bien dans la paume de la main, les boutons tombent naturellement sous les doigts, notamment ceux du pouce.
En utilisation courante les 3200 Dpi ne se justifient pas vraiment, par contre il est possible d’ajuster finement la résolution par pas de 200, de quoi trouver son bonheur. Les indicateurs lumineux sur le dessus de la souris sont un rappel fort pratique sur la sensibilité en cours car difficile de la retenir a chaque changement.
Le système de poids livré peut en amuser certains, mais pour d’autres cela peut avoir de l’importance ou tout au moins, ça rassure...

AntecTwelve Hundred

En définitive une souris bien sympathique, dotée de fonctionnalités très intéressantes que l’on retrouve habituellement sur des modèles d’un cout bien plus élevé, nous ne pouvons que la recommander.

 

 

fleche Mémoire interne de la souris.
fleche Logiciel de paramétrage.
fleche Ergonomie.
fleche Rapport qualité/prix.

fleche Cordon un peu raide

 

Remerciements : OCZ

Signaler une erreur : 59Hardware

 Articles relatifs :

lTest du clavier KeySonic ACK-5600 ALU
Qu’il est loin le temps des claviers IBM façon machine à écrire qui faisait un bruit d’enfer et qui nécessitaient un appui disons très viril sur les touches pour voir apparaitre quelque chose sur un écran monochrome orange ou vert.

la Logitech G1, une souris qu'elle est bien pour jouer
Le petit univers des souris peut aujourd’hui se diviser en 3 catégories : les pas chères, les « veaux » (ces grosses souris lumineuses qui coûtent bonbon et pèsent une tonne cinq) et les souris...
Comparatif : 5 Tapis et 3 Souris
Pour un joueur, le choix d’une souris ou d’un tapis de souris est bien plus important qu’on puisse le croire. En effet, ces deux produits doivent être en parfaite harmonie afin d’offrir une précision...
Test : SteelPad S&S
Voila plusieurs semaines que j'ai reçu de la part de Steelpad (que je remercie ) leur tout dernier model de Tapis de souris : le Steelpad S & S...

Test : l'I-Ball, la boule qui fait chanter le bureau

Envoyer Imprimer
{menu Introduction}
Introduction

Nous allons aujourd’hui nous attaquer à un produit assez inattendu et pour le moins original : l’I-Ball. Aucun rapport avec un éventuel apéritif, il s’agit ici d’un système de haut parleur, mais sans membrane. L’I-Ball se sert en effet de la surface sur laquelle il est posé pour propager le son.  Dans ce test nous allons regarder si en plus d’être original l’I-Ball propose de bonne performance. L’idée étant de savoir s’il restera un objet inutile (donc indispensable ?) pour Geek, ou bien au contraire s'il peut être utile à tous ? La réponse dans notre test.

.I Ball

{mospagebreak}
{menu Présentation et principe de fonctionnement}

Présentation et Principe de fonctionnement

Présentation

L’I-Ball porte bien son nom, il s’agit d’une boule (relativement lourde) à poser sur le bureau, elle est reliée à un petit boitier qui servira à régler le volume sonore.

I Ball
I Ball
I Ball

Le boîtier est équipé de patin antidérapant pour pouvoir tenir en place sur le bureau sans bouger, enfin ça c’est la théorie. En pratique, le boîtier est tellement léger que  lorsqu’on règle le volume il bouge et n’adhère pas vraiment.

I Ball
I Ball
I Ball

 

I Ball I Ball  
Une fois branchés l'I-Ball et le boîtier deviennent bleu.
I Ball
I Ball

 

Principe de fonctionnement.

Avant toute chose revenons rapidement sur le principe de propagation du son dans l’air et son principe de fonctionnement.

Avec un haut parleur les choses sont simples : la membrane du haut parleur en bougeant d’avant en arrière provoque des ondes qui se propagent dans l’air, ce sont ces ondes que notre oreille capte. Ici les vibrations passent par le support sur lequel elle est posée, il vibre à son tour provoquant des ondes sonores. Le principe est simple, le fonctionnement aussi, reste que le rendu sera différent selon le support, qui forcément réagira en fonction de sa composition interne.

I Ball
Les vibrations passent par le pied de la l'I-Ball

{mospagebreak}
{menu Utilisation en situation : perforamnces et inconvénients}

Utilisation en situation : performances et inconvénients

I Ball

Maintenant que nous avons parlé de la théorie de fonctionnement de l’I-Ball, passons à ce qu’il donne en réel.  Je dois bien avouer avoir été agréablement surpris, le son diffusé par l’intermédiaire de l’I-Ball sans être exceptionnel est loin d’être mauvais.

Si la restitution des médiums et des aigüs n’est pas mal, les basses ne descendent pas très bas et manquent de puissance.  Etant donné la souplesse des matériaux utilisés ce comportement est normal et attendu. Nous avons préparé quelques exemples de rendu sonore en fonction du support utilisé. La qualité de l’enregistrement est par contre dépendante du matériel que nous avons à notre disposition, mais cela permet de se rendre compte.

Premier extrait avec un dialogue
{mp3}I-ball-voix-1-1{/mp3} I-Ball
{mp3}I-ball-voix-1-2{/mp3} Kit créative
Deuxième extrait avec des bruits de voiture
{mp3}I-ball-voix-2-1{/mp3} I-Ball
{mp3}I-ball-voix-2-2{/mp3} Kit créative
Premier extrait avec une chanson
{mp3}I-ball-voix-3-1{/mp3}
I-Ball
{mp3}I-ball-voix-3-2{/mp3}
Kit créative

Passons quelques instant sur les rendements sonores de l’I-Ball, mais abordons un autre point autrement plus préoccupant : les vibrations. En effet, l’I-Ball transmet au support les ondes sonores par vibrations, et ces vibrations ne sont pas anodines. On les sens parfaitement bien. Ce n’est pas spécialement agréable  si le clavier est posé sur la même surface, mais c’est relativement inquiétant pour un éventuel disque dur externe, un portable ou tout autre matériel électronique. S’il est posé sur le même support les vibrations arriveront forcément jusqu'à lui et ce genre d’appareil (plus précisément les soudures) n’aime pas les vibrations. Interrogé sur cette inquiétude Heden nous a conseillé de placer ce genre d’appareil sur un bloc de mousse, pas très pratique comme solution il faut bien avouer.

{mospagebreak}
{menu Conclusion}

Conclusion

Alors finalement cette I-Ball est-elle intéressante ? Eh bien c’est dans la pure ligne du parfait objet pour Geek. A l’heure actuelle tout le monde possède déjà une paire d’enceintes qui sera capable de faire mieux la plus part du temps. L’I-Ball ne fait pas de stéréo (même avec deux bureaux ça ne marche pas), la qualité sonore sans être mauvaise n’est pas excellente et enfin l’I-Ball transmet beaucoup de vibrations qui peuvent être dangereuses pour certains appareils électroniques. Comme je disais en introduction l’I-Ball est innovante, mais aussi inutile, donc absolument indispensable pour un Geek !

Ce gadget, pas au sens péjoratif du terme, mais au sens propre  est vendu à un peu moins de 60€ la boule, à vous de voir si ça en vaut le prix. Personnellement je ne l’utiliserais pas comme système audio de tous les jours,  mais j’aime bien l’innovation qu’il procure. Bref une conclusion, une fois n’est pas coutume,  loin d’être franche et tranchée pour un produit atypique qui ne passe pas loin d’un coup de cœur quand même …

I Ball

 

Test du clavier KeySonic ACK-5600 ALU

Envoyer Imprimer
 Articles > Barebones, minis boîtiers
{navigation}

Introduction.

KeySonic-ACK5600 ALU+

Qu’il est loin le temps des claviers IBM façon machine à écrire qui faisait un bruit d’enfer et qui nécessitaient un appui disons très viril sur les touches pour voir apparaitre quelque chose sur un écran monochrome orange ou vert.

Signe des temps, ils sont moins encombrants, plus esthétiques ne nécessitent pas de taper comme un sauvage et adoptent des fonctions intéressantes comme certains raccourcis visant à nous simplifier la vie.  

Notre produit du jour est le KeySonic ACK-5600ALU+, nom pas très évocateur, nous lui préférerons son appellation commerciale Intuition XL.

historique

{mospagebreak}

 Articles > Barebones, minis boîtiers
{navigation}

Présentation.

KeySonic-ACK5600 ALU+

Spécifications :

fleche Nombre de touches : 109 + 4
fleche Durée de vie : 5 millions de frappe.
fleche Poids de poussée : 55 +/- 15 g
fleche Alimentation : 5 Volts
fleche Consommation : 500 mA sans alimentation externe.
fleche Alimentation externe optionnelle : 5 Volts.
fleche Connecteur d’alimentation : Ø 3.45 mm, L= 9.5 mm.
fleche Température de fonctionnement : 0 à 50 °C.
fleche Dimensions : 471 x 26.5 x230.5 mm
fleche Poids : 1.8 Kg
fleche Interface : USB
fleche Couleur : noir, version aluminium pas importée.
fleche Longueur du cordon : 1,80 m
fleche HUB USB : 2 x USB 2.0
fleche Carte son intégrée.

Composition du bundle
fleche Le clavier
fleche Repose poignet simili cuir
fleche Une notice traduite.

Prix moyen constaté, (hors transport) : 65.00 euros, garantie 1 an.

KeySonic-ACK5600 ALU+ KeySonic-ACK5600 ALU+

Notre Intuition XL est un clavier de grande taille, un large repose poignet en est  la cause principale. A ce niveau une pièce en simili cuir auto collante est livrée dans le bundle, en effet l’aluminium est d’un contact froid, cette pièce isole les paumes de la main pour plus de confort.
C’est un clavier tout en alu qui affiche un respectable 1.8 Kg, c’est tout simplement très lourd… Cela lui confère une stabilité certaine sur le bureau et une frappe silencieuse, mais surtout pas de bruits parasites genre métalliquo-plastique lors de l’utilisation. Des patins caoutchouc au nombre de 5 sont présents sur le dessous du clavier, un amortissement supplémentaire. Deux languettes sont présentes pour surélever l’arrière du clavier d’environ 10 mm.
Cet examen du dessous nous permet de constater qu’en fait le clavier est composé d’une pièce en aluminium extrudé et d’une plaque en plastique qui recouvre le dos des touches. Mais surtout le dessous accueille les 2 particularités de notre clavier, le hub USB et les connecteurs micro et casque.

KeySonic-ACK5600 ALU+ KeySonic-ACK5600 ALU+

Le hub est présent sur l’arrière du clavier à droite, il est alimenté par le connecteur USB du clavier en lui-même donc il faut se calmer au niveau de la consommation, elle est limité à 0.5 A. Voila qui suffit au petit stockage courant type clé USB ou autres, pour des périphériques plus gourmands, il faut faire l’acquisition d’un adaptateur secteur vers 5 Volts. Son branchement s’effectue sur la prise male USB du clavier, à priori le format est standard. Une bien bonne idée cette possibilité de branchement d’une alimentation complémentaire, voila qui permet de connecter des disques durs ou des graveurs en toute tranquillité. De plus le branchement sur le connecteur USB male limite le nombre de cordons sur le bureau.

KeySonic-ACK5600 ALU+ KeySonic-ACK5600 ALU+

Et la partie son ? Et bien elle consiste en une carte intégrée au clavier, notre Intuition XL peut donc donner la parole à des Pc dépourvus de carte son en interne. Evidemment il ne faut pas s’attendre à du 5.1 mais en y branchant des écouteurs de bonne qualité la reproduction sonore est correcte pour Skype ou autres..
Au premier branchement Windows installe le clavier, ensuite il passe à la partie son en installant automatiquement un périphérique audio USB. Quelques secondes plus tard, le clavier est opérationnel, nous avons testé sur plusieurs machines aucun souci particulier, nul Cd n’a été demandé.

{mospagebreak}

 Articles > Barebones, minis boîtiers
{navigation}

Utilisation

KeySonic-ACK5600 ALU+

Passons à l’utilisation première d’un clavier, la frappe… L’implantation des touches est classique, nous retrouvons très facilement nos 109 touches en plastique, les F1 à F12 au dessus, le pavé directionnel et le numérique à droite. Les 4 touches supplémentaires sont constituées d’une prenant en charge la mise en veille de la machine, et de 3 permettant d’augmenter de couper et de réduire le niveau sonore, elles sont positionnées au dessus du pavé numérique sur la ligne des F1 à F12.
Les 3 voyants lumineux classiques sont bien présents, verrouillage des chiffres, des majuscules et arrêt de défilement, elles sont bleues.
La frappe proche de celle sur un ordinateur portable, peut être jugée comme étant assez ferme, cette particularité à pour intérêt premier une bonne précision. A l’inverse d’un portable, le clavier ne s’enfonce pas lors des l’appui sur les touches, heureusement me direz-vous..
L’autre point positif n’est autre que le repose poignet, il confère un grand confort et  nous comprenons mieux la présence du bandeau en simili cuir qui isole du froid de l’aluminium. Par contre la position est plus élevée que sur un clavier normal, 30 mm environ, il faut s’y habituer. Sur un point de vue sonore la frappe est discrète tout juste un petit bruit métallique qui n’est pas désagréable.
Le hub USB est extrêmement pratique, à se demander comment on a pu s’en passer jusqu’à présent. Par contre les emplacements des connecteurs USB sont perfectibles, en effet il faut retourner le clavier à chaque fois pour localiser les prises et introduire dans le bon sens la clé USB ou autre. Il en va de même pour les 2 connecteurs audio ou pour enfoncer le jack 3.5 mm il faut retourner le clavier également. Un positionnement sur les côtés serait sans doute préférable mais dans ce cas cela peut être gênant pour le maniement de la souris…

KeySonic-ACK5600 ALU+

Pour cette carte son intégrée, un peu de scepticisme car quasiment toutes les ordinateurs en sont équipés, sauf peut être lui attribuer uniquement une fonction de communication comme Skype par exemple ou MSN en vocal…
Le bundle est simple, il n’y a que le clavier, un adaptateur USB vers PS2 aurait peut être été le bienvenue les cartes mères en sont encore équipés et dans le cas d’une machine pauvre en ports USB c’est un bon moyen pour en économiser un.  Mais dans ce cas pas de hub USB et encore moins de carte son.

{mospagebreak}

 Articles > Barebones, minis boîtiers
{navigation}

Conclusion.

Que dire d’un tel clavier, impressionnant de par sa taille et de par son poids, sur ces 2 points le seul discutable pourrait être l’encombrement, si votre plan de travail est étroit il ne sera pas facile à loger. Pour autant, son encombrement lui permet d’offrir un large repose poignet très agréable. Le poids, contrairement à ce que l’on pourrait croire n’est pas à nos yeux un handicap mais un atout pour une meilleure stabilité du clavier.
Comme toujours, l’éternel compromis entre le confort, la robustesse et la taille et le poids qu’il faut définir au mieux.

KeySonic-ACK5600 ALU+

Son design n’est pas excentrique, il fait preuve d’un classicisme certain, d’aucuns le trouveront de bon ton, d’autres trop austères, dans ce cas précis tout est affaire de gouts.

KeySonic-ACK5600 ALU+

Le hub USB intégré est un atout de poids même si les connecteurs sont invisibles lors de l’utilisation du clavier, nous aurions préféré un accès plus aisé.
La carte son pourra peut être trouver une utilité en l’orientant vers la communication avec un casque/micro par exemple, mais pour une utilisation classique d'un clavier elle n’est pas d’une franche utilité.
La frappe est agréable, le clavier très robuste et de bonne qualité, c’est incontestable. Les 4 touches supplémentaires peuvent être utiles, mais nous aurions souhaité quelque touches de raccourci programmables, style lancement du navigateur web par exemple.
Reste son prix, 65 euros en moyenne, c’est assez élevé il est évident que pour taper 2 lignes par jour c’est excessif, pour cela un modèle plus simple et moins couteux fera parfaitement l’affaire. Pour un usage plus intensif par contre il peut trouver sa place sur votre bureau, il est robuste et offre un bon confort de frappe.  

fleche Confort de frappe.
fleche Robustesse.
fleche La qualité générale du produit.
fleche Hub USB.
fleche Prix un peu élevé.
fleche Touches de raccourcis manquantes.
fleche Accès aux connecteurs USB et Audio.
 

Remerciements : Hui Ching Nanopoint - KeySonic

Signaler une erreur : 59Hardware

 Articles relatifs :
la Logitech G1, une souris qu'elle est bien pour jouer
Le petit univers des souris peut aujourd’hui se diviser en 3 catégories : les pas chères, les « veaux » (ces grosses souris lumineuses qui coûtent bonbon et pèsent une tonne cinq) et les souris...
Comparatif : 5 Tapis et 3 Souris
Pour un joueur, le choix d’une souris ou d’un tapis de souris est bien plus important qu’on puisse le croire. En effet, ces deux produits doivent être en parfaite harmonie afin d’offrir une précision...
Test : SteelPad S&S
Voila plusieurs semaines que j'ai reçu de la part de Steelpad (que je remercie ) leur tout dernier model de Tapis de souris : le Steelpad S & S...

Multimedia Station E-Z : la télécommande de PC par Antec

Envoyer Imprimer
Articles
{navigation}
Introduction

Lorsque j'ai mis ma voiture en vente, j'ai pensé à y coller un autocollant ANTEC afin qu'elle se vende mieux.
Bon OK, je suis mauvaise langue, leurs produits méritent généralement leur réputation. Néanmoins c'est l'impression que donne les derniers ajouts à leur gamme d'accessoires multimédia. C'est du moins une bonne manière de résumer : ANTEC rachète Soundgraph, le constructeur des télécommandes IMON, et y colle l'étiquette VERIS qui désigne tous les accessoires multimédia/home-cinema de la marque.

Antec_Veris.jpg
La version de luxe des Station Multimédia de la gamme VERIS


Les 4 produits ajoutés sont les stations multimedia qui nous ont été présentés il y a peu,  des "solution multimédia complètes" dixit le constructeur. Entendez par là, une télécommande, un récepteur et une surcouche logicielle type "media center". En option un VFD de plus ou moins grande taille et dont la version "luxe" intègre des boutons et molettes de réglages.


EZ_1_400.jpg
La version de base qui accompagne très bien un haut degré de flemmitude


Un petit tour sur le site de Soundgraph, et nous retrouvons les quatre produits équivalents : IMON MINI, Inside, VFD et Ultrabay. Nous allons nous pencher aujourd'hui sur la version E-Z, entrée de la gamme "Multimedia Station" commercialisée à 29 euros.

{mospagebreak}
Articles
{navigation}
Présentation et instalation

Pour changer, une courte vidéo de présentation :

{flv}multimedia_station_e-z/presentation_station_multimedia_e-z{/flv}

TélécommandeSpecificités techniques :

 Signal : infrarouge 38KHz
 Distance de réception max : 10 mètres
 Angle de réception max : 120 degrés
 Poids du récepteur : 20/80g (sans ou avec le support USB)
 Interface : USB 1.1
 Systèmes d'exploitations : Windows 98, ME, 2000, XP and VISTA
 Télécommande : 94x41x11mm (Lxlxh)

 

L'installation ne prends que quelques minutes. Sur le plan matériel il suffit de brancher le récepteur infrarouge sur un port USB, éventuellement doté de son support. Sur le plan software, une paire de clic conduisent à un redémarrage obligatoire. L'affaire est dans le sac, le pilote IMON et la surcouche logicielle IMEDIA HD sont installés : vous avez gagné deux superbes icônes sur votre bureau ainsi qu'un nouveau gestionnaire (IMON) qui se lance à chaque démarrage.

telecommande.jpg

Et pour 105 Mo je prendrais l'installation complète de la Station E-Z.


{mospagebreak}
Articles
{navigation}
En pratique

A la Découverte de la télécommande, de son gestionnaire et de son pilote.

Le pilote de la télécommande transforme les touches en raccourcis clavier Windows ; au temps pour les utilisateurs de Linux et de Mac OS ... les produits IMON ne sont pas supportés. Chaque appui sur une touche se transforme donc en action retraduite pour Windows, ou pour le programme qui occupe le devant de la scène. Ainsi, si le bouton "play" n'entraîne aucune action lorsque votre bureau est affiché, il entraîne la mise en lecture (ou en pause) si Winamp est au premier plan.

Certains boutons ont par contre un effet constant : "power" éteint directement l'ordinateur, et "go" lance le gestionnaire de programmes IMON.
Détail énervant : à chaque action "télécommandée" vous serez gratifié par une notification en surimpression en bas à droite de votre écran. A peine 5 minutes d'utilisation et je trouvais ça pénible. Surtout que la notification ne se contente pas de se montrer, elle couine un peu aussi ...

notif2.jpg    notif1.jpg

Typiquement le genre de notification qui énerve ...


La touche "go" est la touche centrale de la télécommande, c'est l'équivalent de la touche Windows dans sa version IMON (ou VERIS si vous préférez). Elle vous permet de lancer le gestionnaire/lanceur de programme. Une vidéo vous en dira plus long que des explications toutes tortillonnées de partout :

{flv}multimedia_station_e-z/media_menu{/flv}

Cela paraît assez basique, mais couplé au pilote IMON, les possibilités deviennent impressionnantes. Nous ne rentreront pas dans le détail de la configuration du pilote, mais sachez que vous pourrez paramétrer à votre guise :
  Raccourcis claviers (3 touches) et macros
  Programmes disponibles dans le gestionnaire d'application
  Actions des touches de la télécommande en fonction des différents programmes

imon_manager1.resized.jpg  imon_manager2.resized.jpg
imon_manager3.resized.jpg  imon_manager4.resized.jpg
imon_manager5.resized.jpg  imon_manager6.resized.jpg
Les possibilités de configuration sont très étendues, et les plugins disponibles pour différents programmes sont légion grâce à une communauté d'utilisateurs très active.
 
Deux bémols. Le premier est que le lanceur d'applications, même configuré aux petits oignons, refuse de lancer directement quoi que ce soit sous notre version de Vista 32 bits. Un appui bref lance pourtant correctement IMEDIA HD ou la dernière application choisie, et cela semble être son mode de fonctionnement normal. Le second est que le gestionnaire est commun à toutes les télécommandes de la gamme. Du coup, de nombreuses commandes non supportées par notre version d'entrée de gamme alourdissent l'interface du pilote.
Une bonne nouvelle : le support du "media center" de Vista est parfait, rien à y redire.

A l'utilisation, la télécommande est légère et petite, assez pour passer dans la machine à laver, bien au chaud au fond d'une poche. En terme d'ergonomie pas de miracle, c'est plus solide qu'une biscotte mais pas vraiment plus maniable. La portée de l'engin est annoncé à 10 mètres, nous confirmons : 10 mètres avec le vent dans le dos, et en ligne droite. Dans une pièce un peu encombrée c'est plutôt 5 à 6 mètres, et idem avec un ou deux rebond (du faisceau IR contre les murs, pas de la télécommande). En terme de design les avis sont unanimes : planquez là sous un magazine.


Le média center IMEDIAN HD


{flv}multimedia_station_e-z/interface{/flv}

Comme tout bon "media center" qui se respecte, IMEDIAN HD veut absolument scanner votre disque dur à la recherche de fichiers photo, audio ou vidéo. Au premier lancement il ira simplement les chercher dans vos documents, dans leur dossiers respectifs ("Mes Photos", "Ma musique", "Mes vidéos"). Vous pourrez secondairement lui indiquer d'aller scanner d'autres dossiers, si du moins vous avez beaucoup de temps à perdre. En effet, rien que le fait de naviguer dans votre disque dur par l'intermédiaire du programme  prends un temps fou : il scanne les fichiers à tout va, chaque changement d'arborescence est l'objet, soit d'un freeze, soit d'une intense réflexion pour tenter de savoir ou l'on à atterri. Bref un point à améliorer grandement.

Le long et fastidieux paramétrage des dossier passé, nous découvrons un "media-center" tout ce qu'il y a de plus classique, avec un support limité aux médias qui se trouvent dans votre machine ou accessible par le biais de votre réseau local. Grosse déception de ne pas pouvoir écouter notre web radio préférée ou de na pas pouvoir surfer les vidéo made in youtube...

{mospagebreak}
Articles
{navigation}
Conclusion

Antec a lancé sa diversification et, comme à son habitude, Antec fait les choses bien. Leurs boîtiers à usage multimédia, ou orientés "home-cinéma", intégraient depuis quelques temps des produits Soundgraph, sous la forme de télécommande ou de panneau d'affichage de type LCD/VFD. Le rachat coule donc de source : extension de la gamme des produits multimédia avec un des leader du marché, intégration dans les boitiers à moindre coûts. Et si en plus ça peut couper l'herbe sous le pied de Silverstone par exemple, c'est encore mieux (ils intégraient aussi des produits Soundgraph dans leurs boîtiers multimédia.

Ce kit d'entrée de gamme vendu à 30 euros se tient plutôt pas mal. La télécommande se révèle pratique pour qui  utilise son ordinateur pour écouter de la musique ou lire des films. Ajuster le volume, mettre sur pause, éteindre à distance son PC, rien que cela suffit à justifier son utilité. Et grâce à la communauté qui existe autour des produits IMON, vous pouvez être quasi certain de trouver un plugin adapté à vos programmes préférés.


imedianhd.jpg


En effet, nous ne saurions trop vous conseiller d'éviter d'utiliser au maximum le « media center » IMEDIAN HD qui est livré avec. Difficile de configuration, il n'offre qu'une utilisation parfaitement basique audio/photo/video, en contraste total avec la liberté offerte par le pilote de la télécommande...

Alors cette « Multimedia Station E-Z » peut-elle se targuer d'un : « Antec, parce que je le vaut bien » ? Sur le plan purement hardware, très certainement. Sur le plan software pas vraiment.

 

59Gamer : la Logitech G1, une souris qu'elle est bien pour jouer

Envoyer Imprimer
{enclose 4099.mp3}

Le petit univers des souris peut aujourd’hui se diviser en 3 catégories : les pas chères, les « veaux » (ces grosses souris lumineuses qui coûtent bonbon et pèsent une tonne cinq) et les souris à la sauce « gamer ». La catégorie des souris orientée « gaming » est outrageusement spécialisée, on y trouve des caractéristiques techniques inutiles au commun des mortels et des prix au kilo qui boucheraient les coronaires d’un Emir. En témoigne, par exemple, la sortie de la Razer Deathadder (« Ajouteur de mort » dans le texte…), qui affiche un prix tournant autour de 60 euros et repousse loin ses rivales en termes plus techniques (capteur et taux de rafraîchissement maximal, jamais atteints jusqu’ici).


Pourtant, certaines souris apparentées à ce microcosme du jeu en réseau orienté FPS (first person shooter) se singularisent par leur polyvalence et surtout, par un bon rapport qualité prix.  La Logitech G1, qui n’en est plus tout à fait à ses débuts, est de celles là. J’avoue ne pas avoir réussi à googleliser la date de sortie exacte, mais admettre que celle-ci date d'une année tout au plus ne serait pas une si mauvaise réponse.

 

 

 

Bref, vous l’avez compris, c’est de cette souris dont je vais vous parler. Le but ici n'est pas tant de tester dans les moindres détails un produit assez ancien, mais plutôt de présenter la base de comparaison de nos tests à venir. Tests qui seront réalisés par votre nouveau serviteur, gamer acharné, qui se contentera de donner son avis, en laissant libre court à sa subjectivité galopante...

59 Chrono : Microsoft Lifecam NX6000

Envoyer Imprimer
Cliquez pour agrandir

Noël est la pleine saison pour les sorties de périphériques associés au PC et son petit monde. Microsoft Hardware ne déroge pas à cette tradition et c'est avec une webcam qui annonce fièrement une résolution de 2 Mégapixels qu’il le fait. Phénomène de mode, surenchère marketing, a-t-on réellement besoin d’une telle résolution sur Msn ou consorts ?
Nous avons eu cette webcam en main et vous proposons donc un 59 Chrono pour éclairer notre lanterne…

"Sur le marché des Webcams, le choix est vaste, la concurrence est rude. Il est donc impératif pour un fabricant de se démarquer des concurrents avec des annonces qui tranchent et qui se voient. Et bien c'est sur ce principe que vient de naitre la première Webcam 2 Mpix : la Microsoft Lifecam NX6000. " Lire la suite

Comparatif : 5 Tapis et 3 Souris

Envoyer Imprimer

Test réalisé par : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. le 6 décembre 2006
 
Comparatif : 5 Tapis et 3 Souris


Introduction


Pour un joueur, le choix d’une souris ou d’un tapis de souris est bien plus important qu’on puisse le croire. En effet, ces deux produits doivent être en parfaite harmonie afin d’offrir une précision et une facilité de déplacement redoutable.
C'est donc logique, avec l'explosion des jeux en ligne le marché des tapis de souris est en pleine expansion, et depuis le début d’année de nouvelles sociétés tentent une percée dans le domaine. C’est ainsi qu’est apparue la firme Nova sur le devant de la scène, là où d’autres sont déjà confortablement installées avec un catalogue très complet (QPad. pour ne citer qu’eux).

De son côté, le marché des souris pour joueurs est dominé par deux grandes sociétés : Logitech et Razer. La première est surtout connue pour son catalogue complet et régulièrement mis à jour, la seconde pour son positionnement extrême. Malgré cette domination, de nouvelles marques cherchent à se positionner sur ce marché très concurrentiel. C’est ainsi que Flexiglow et Revoltec proposent des modèles de souris qui tentent de se démarquer  des autres par divers moyens.

Dans cet article nous vous proposons de découvrir nos impressions à propos de 5 tapis et de trois souris, et pour l’occasion nous avons enfilé notre combinaison de combat : « Fire in the Hole !!!"


Dans ce comparatif, nous avons voulu faire le point sur les nouveautés apparues courant d’année dans ce domaine. Au programme :

Souris :

Logitech G5
Revoltec LighMouse
Cyber Snipa

Tapis :

Nova Winner
Nova Killer
QPad XTR
Cyber Snipa
Revoltec Precision Pro

Débattre ce sujet sur le Forum 59H{mospagebreak}

Test réalisé par : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. le 6 décembre 2006
 
Comparatif : 5 Tapis et 3 Souris


Protocole de test

Afin de se faire une idée précise sur les valeurs d’un tapis, nous effectuerons diverses parties de jeux vidéo (counter-strike : source, world of warcraft et call of duty 2). Comprenez bien ici que ces tapis sont destinés à un public composé principalement de joueurs, chaque tapis présent dans ce comparatif est donc conçu pour accroître la glisse des souris (laser principalement) et la précision.

Le couple glisse/précision est l’outil de jugement primordial pour un tapis de gamer. En effet, celui-ci est très strict sur le choix d’un tapis car il va lui conférer un style de jeu qui en dépendra, pourquoi n’a-t-on jamais vu un pro gamer avec un tapis en mousse ? :) Bien entendu, ce n’est pas en optant pour un Nova Killer que vous allez terminer premier à chaque partie, mais c’est un plus qui pourra vous apporter de l’aisance.

Nous allons établir une note sur chaque tapis afin de les juger cas par cas, différents critères entrent en compte : glisse, précision, bundle, conception, etc...


Pour les souris, les tests sont semblables, diverses parties de jeux nous donnerons un avis sur la qualité de celles-ci. Une évaluation comprise entre 0 et 10 a également été instaurée. Notre référence et base de comparatif est la Logitech MX518 patins d’origine à 1600 DPI. L’écran employé lors de ces tests est un LG Flatron L1750SQ (résolution de 1280 x 1024 pixels).

Débattre ce sujet sur le Forum 59H{mospagebreak}

Test réalisé par : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. le 6 décembre 2006
Remerciements : Nova
Comparatif : 5 Tapis et 3 Souris


Présentation :
Nova Killer & Winner

2006 fut un cru historique pour la société savoyarde Nova puisqu’elle marque son entrée dans le monde des jeux vidéo. Auparavant, la firme produisait des goodies publicitaires (tapis, poster, ...), mais après une étude complexe menée sur les goûts et les besoins des joueurs, Nova s’est vite aperçue qu’un nouveau tapis de souris n’ayant rien à voir avec tous les précédents pourrait obtenir un succès convaincant.

La société n’a donc pas chiné sur les moyens et c’est au terme d’une longue étude qu’un cahier des charges fut établi après maintes observations des plus grands joueurs. Les nouveautés n’étant pas fréquentes dans ce domaine, le Nova Killer et le Nova Winner marquent un point de rupture de par leur originalité et leurs caractéristiques techniques révolutionnaires.



Tout d’abord, la forme très spéciale des tapis : un demi-cercle retraçant les principaux mouvements de la main et de la souris dans diverses utilisations (jeux, navigation, ...) se prolongeant par un arc de cercle inversé afin de positionner le poignet en dehors du tapis, ce qui lui évite une usure inutile, pour enfin se terminer par un segment permettant d’accoler le tapis au clavier très aisément.

Puis la conception interne des tapis : des micro-miroirs sont incrustés dans le plastique, ceux-ci ont pour rôle de refléter plus rapidement et précisément les signaux lasers émis par les souris. Les mini-pyramides présentes à la surface permettent un espace de contact réduit entre la souris et le tapis, seul les patins de celle-ci sont en contact le tout afin d’éviter l’encombrement de la glisse. L’adhésion sur le bureau est très correct, impossible de faire glisser le tapis, il faut le soulever pour le retirer.




Enfin, un bord orange délimite les parois du tapis, il va également permettre à l’utilisation de recentrer la souris instinctivement. Une autre couleur aurait peut-être été préférable... Malheureusement, aucune pochette n’est présente, regrettable pour les habitués de lan party, seul l’emballage en plastique d’origine peut faire office de protection...

Les deux tapis se différencient par leur taille, le Killer est plus grand (32 x 32 cm) que le Winner (22,5 x 22,5 cm). Le Killer est donc plus approprié aux joueurs, le Winner étant un peu juste pour des mouvements rapides, longs et précis mais est pratique pour les petits bureaux ou encore pour naviguer tout en ayant une glisse irréprochable de la souris.

Nos tests sont concluants, le Nova Killer est tout simplement irréprochable, il offre à la souris une glisse rapide et précise, aucun obstacle n’entrave les déplacements (problèmes souvent rencontrés avec les tapis lisses). Le Nova Winner confirme que les tapis de taille ne sont pas trop appropriés aux jeux vidéo, plus de mouvements sont nécessaires, mais il n’empêche en rien que la souris se déplace très rapidement malgré cela, une souris plus petite que celle employée dans notre test (Logitech MX518) pourrait se contenter d’un tel tapis même en jeu...

Notre coup de cœur revient au Nova Killer...

Notes :
Nova Winner : 8/10
Nova Killer : 9/10

Débattre ce sujet sur le Forum 59H{mospagebreak}

Test réalisé par : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. le 6 décembre 2006
Remerciements : Listan France
Comparatif : 5 Tapis et 3 Souris


Présentation :
Flexiglow Cyber Snipa (tapis)

La société Flexiglow propose une large gamme de produits dans divers domaines tels que le refroidissement, le tuning, les alimentations et boîtiers ainsi que les périphériques. La gamme baptisée Cyber Snipa est composée de produits dédiés aux joueurs : clavier, souris, tapis, ... L’importateur français a mis à notre disposition le tapis et la souris de cette gamme.

Le Cyber Snipa est composé de trois couches de matériaux :

Sur la surface inférieure est collé un filet de silicone ayant pour rôle d’offrir au tapis une adhérence inébranlable : là aussi, à la manière des Nova, impossible de faire glisser le tapis...

La rigidité du tapis est obtenue par le socle en aluminium brossé, n’ayant aucun rapport avec la glisse de la souris, il offre au tapis une esthétique très correcte, nous pouvons le qualifier comme le plus beau de notre comparatif.

Enfin, la principale partie est composée de plastique. Lisse, le moindre obstacle entrave directement les mouvements de la souris. Néanmoins, la glisse semble régulière.

La forme du tapis permet des déplacements faciles, l’espace total est suffisant pour assouvir les besoins d’un joueur lors d’une partie. Le cadre en aluminium permet de recentrer la souris afin de ne pas sortir des limites du tapis. Ses dimensions (37 x 24 cm) sont raisonnables ; la courbe permet de positionner le poignet en dehors du tapis.



L’idée générale faite sur ce tapis au terme de différentes parties de jeux est plutôt positive. La souris glisse relativement bien mais est trop facilement ralentie par le moindre obstacle. L’ergonomie du tapis est intéressante, la surface est à la fois ni trop grande, ni trop petite. L’addition rapidité et précision est à moitié présente, le fait que le tapis soit lisse, la rapidité est, comme précédemment expliqué, trop aisément obstruée ce qui, par conséquent, attente négativement à la précision.

Note :
Flexiglow Cyber Snipa : 7/10

Débattre ce sujet sur le Forum 59H{mospagebreak}

Test réalisé par : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. le 6 décembre 2006
Remerciements : Listan France
Comparatif : 5 Tapis et 3 Souris


Présentation :
Revoltec Precision Pro

Revoltec est une marque qui importe depuis peu ses produits en France, sa large gamme se compose de boîtiers, câbles, ventilateurs, accessoires de tuning, périphériques de saisie, ... La série Précision est constituée de trois tapis de souris le Basic, l’Advance et le Pro. Chacun étant différent de part son bundle et sa conception. Le modèle Précision Pro représente l’apogée de cette série.

Ce tapis de souris est proche du célébrissime fUnc surface 1030 tout d’abord par sa réversibilité et par ses deux surfaces high et low sense (comprenez ici haute et faible sensibilités).



La surface «high sense» est lisse, elle est donc sujette aux mêmes inconvénients que le tapis Cyber Snipa : le moindre obstacle entrave inéluctablement la glisse de la souris. La surface «low sense» est granuleuse, une fois la souris équipée des patins mis à disposition par Revoltec, la glisse sur cette partie est très agréable.

D’aspect général, le tapis est identique au fUnc surface 1030, le Revoltec Précision Pro est entièrement noir, une bande de mousse faisant office de repose poignet est présente sur le bas du tapis. Son utilité n’est pas prouvée, mais elle peut être un avantage pour le différencier du fameux fUnc...

Le tapis est de forme rectangulaire, ses dimensions sont généreuses (25.5 x 28 cm) et permettent à l’utilisateur d’avoir une surface de glisse suffisante pour ne pas recentrer sa souris aux moindres mouvements. Le bundle inclut une pochette rigide qui assurera une protection sans danger du tapis lors des déplacements.

Rien de révolutionnaire, il fallait sans douter, ce tapis est trop proche du fUnc pour apporter un souffle d’air frais dans ce domaine rarement enrichit de nouveautés... Avec les patins d’origine de la souris, la surface high sense est inutilisable, la souris accroche au lieu de glisser ; la surface low sense quant à elle est plus appropriée, la glisse y est raisonnable.
Tout change lorsqu’on installe les patins Revoltec fournit avec le tapis, la glisse est plus fluide.

Note :
Revoltec Precision Pro : 6/10

Débattre ce sujet sur le Forum 59H{mospagebreak}

Test réalisé par : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. le 6 décembre 2006
Remerciements : Qpad
Comparatif : 5 Tapis et 3 Souris


Présentation :
QPad XTR

Firme spécialisée dans les tapis de souris, elle s’est vite distinguée de ses concurrentes par sa forte présence dans les lan parties et autres rassemblements de joueurs. C’est en étant proche de ceux-ci que QPad offre une gamme composée de produits de qualité.

Rigide, sombre, esthétique, pratique, voilà comment nous pouvons décrire le QPad XTR en quelques mots. En forme de demi-cercle, ce tapis offre une surface idéale pour des mouvements rapides et faciles.

La surface supérieure est noire et légèrement granuleuse, la glisse y est très fluide. Un cadre en plastique donne la rigidité du tapis, les contours sont arrondis et livrent un aspect esthétique concluant. Le dessous est agrémenté de patins anti-dérapants mais n’adhère pas très bien sur un plan en bois.



Dès que l’on pose la souris sur ce tapis, on s’aperçoit que la glisse est agréable et facile. La taille du tapis est correcte et n’entre pas dans l’excès ; le QPad XTR est, sous windows, un excellent tapis. Attaquons-nous maintenant aux jeux vidéo : impressionnant, c’est le principal rival du Nova présenté un peu plus haut. Les trois éléments de qualification (glisse, rapidité, précision) sont réunis sur ce tapis. De plus, un boîtier en aluminium est fourni avec le XTR, son bundle est complet (autocollants & patins). Son prix s’élève à 32 € soit 4 € plus cher que le Nova Killer, le package du QPad justifie cette différence.

Note :
QPad XTR : 9/10

Débattre ce sujet sur le Forum 59H{mospagebreak}

Test réalisé par : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. le 6 décembre 2006
Remerciements : Logitech
Comparatif : 5 Tapis et 3 Souris


Présentation :
Logitech G5

Fondée en 1981, Logitech est une société présente dans le marché des périphériques : claviers, souris, webcams, ... Cette société exploite toutes les hauteurs de gamme, elle est à la pointe de la technologie dans ses domaines de prédilection tout en disposant d’un milieu de gamme accessible à beaucoup.

La G5 est la remplaçante de la MX518, elle figure dans la nouvelle série de la société : «G». Les deux souris sont très semblables de forme, la principale différence est due à la précision : la G5 dispose de 2000 DPI contre 1600 pour la MX518. Pour information, 2000 DPI signifie que le pointeur va se déplacer de 1575 pixels si l’on bouge la souris de 2 cm. Une trappe montée sur glissière permet d’ajouter des poids afin de lester la souris à votre guise, jusqu’à 36 grammes ; nous avons opté pour 2 x 1,7 gr soit 3,4 grammes supplémentaires, après plusieurs tests, c’est la charge qui nous a paru la plus appropriée, sachez tout de même que tout est histoire de goût...

Deux boutons « + » et « - » permettent un réglage rapide de la sensibilité (de 400 à 2000 DPI), la molette traditionnelle, cliquable, mais en plus vous avez la possibilité de la déplacer de droite à gauche, un seul bouton sur le côté gauche, malheureusement, lors du passage MX518 à G5, un bouton sur ce côté a disparu... Le câble d’alimentation est revêtu d’une texture de tissu, elle rend celui-ci trop rigide et lui confère la forme de l’emballage difficilement modifiable du fait de son long séjour dans sa pochette.



Aisés, tel est le premier mot qui nous vient à l’esprit au sujet des mouvements de cette Logitech G5. Une précision redoutable s’ajoute aux déplacements rapides qui font de cette souris l’une des meilleures du marché. Les 2000 DPI se font sentir et vous obligent à mettre une très grande résolution sur un écran conséquent ; si vous êtes équipés d’un 17 ou 19 pouces, vous pouvez vous contenter de la MX518 et ses 1600 DPI. Le poids ajustable n’est pas indispensable, mais c’est une idée originale qui permet à l’utilisateur d’adapter sa souris à sa guise sans aucune difficulté. Malheureusement, le retrait d’un bouton est un point noir qui vient entacher l’image très concluante que nous nous étions faite, il est vrai que dans certains jeux, un maximum de touches doit être accessible le plus rapidement sans avoir à bouger son bras pour quitter les touches directionnelles ou la souris, cette disparition vous enlève donc une fonction à portée de main. Disponible aux alentours de 50 euros, cette souris est un bon investissement si votre écran est capable d’accueillir de grandes résolutions et si vous êtes un adepte des jeux vidéo.

Note :
Logitech G5 : 8

Débattre ce sujet sur le Forum 59H{mospagebreak}

Test réalisé par : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. le 6 décembre 2006
Remerciements : Listan France
Comparatif : 5 Tapis et 3 Souris


Présentation :
Revoltec LighMouse

Revoltec n’est autre qu’un membre du groupe Listan Gmbh & Co qui possède également Be Quiet!. Revoltec dispose d’une gamme de produits variés : boîtier pour disque dur, refroidisseurs, tapis de souris,... Chacun d’eux ayant un penchant pour le tuning. Nous avons déjà testé un refroidisseur pour carte graphique, celui-ci nous a montré que la marque disposait d’un catalogue composé de produits de qualité. En est-il de même pour cette souris ?

La Precision n’est pas une souris spécialement destinée aux joueurs, sa faible sensibilité (800 DPI) est loin d’être idéale pour les parties de jeux vidéo. Néanmoins, les utilisateurs de petits écrans ( 15 pouces en particulier) n’ont pas l’utilité d’une souris très puissante, ce modèle leur suffirait s’ils ne sont pas trop exigeants.

Au premier regard, cette souris semble petite aux côtés de la MX518, son design est très classique, noir, avec des rebords argentés et des symboles tribaux de parts et d’autres. Ses 800 DPI seront vite dépassés si vous utilisez un écran supérieur à 17 pouces, les mouvements ne seront pas assez rapides, il vous faudra alors opter pour une souris de gamme supérieure. Cette souris possède les fonctions rudimentaires, trois boutons au menu (clic droit, gauche et molette), c’est peu, les principales fonctions d’un jeu à portée de main sont primordiales dans les parties chronométrées. C’est donc ce manque cruel de fonctionnalités qui entachera notre avis.





Attaquons-nous désormais aux pures performances : première partie, c’est un FPS de renommée mondiale à savoir Counter-Strike : Source. Les mouvements sont fluides, mais la différence entre la Logitech MX518 et cette Revoltec se fait ressentir, et nous devons laisser couler plusieurs jours afin de nous y habituer petit à petit : les 800 DPI qui séparent ces deux souris ont creusé un fossé difficilement franchissable. Une fois bien prise en main, cette souris se révèle très intéressante malgré l’absence de boutons. La précision est très correcte, changeons de style de jeu vidéo pour un MMORPG dans lequel la souris parcourt plusieurs centaines de fois le tapis de haut en bas, et subit bon nombre de clics. L’attitude globale de cette Revoltec Precision est très décente.


La conclusion générale est positive, le couple rapidité/précision est au rendez-vous, malheureusement, le manque de boutons entrave cet avis et handicap la note finale que nous lui attribuons.

Note :
Revoltec LighMouse : 6/10

Débattre ce sujet sur le Forum 59H{mospagebreak}

Test réalisé par : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. le 6 décembre 2006
Remerciements : Listan France
Comparatif : 5 Tapis et 3 Souris


Présentation :
Flexiglow Cyber Snipa (souris)

Il n’est d’aucune utilité de vous représenter la société Flexiglow car nous l’avons fait précédemment pour le tapis de souris.

Du haut de ces 2400 DPI, cette souris est la plus précise que nous avons dans ce comparatif. Pour une utilisation courante d’une telle puissance, vous devriez opter pour un écran supérieur à 22 pouces, car comme nous l’avons expliqué ci-dessus, 2000 DPI signifie que lorsqu’on bouge la souris de 2 cm, le curseur se déplace de 1575 pixels. Néanmoins, par simple pression d’un bouton situé sous la molette, la précision changera de 2400 à 1000 DPI. La souris s’illuminera alors de rouge (bleu lorsqu’elle est réglée sous 2400 DPI).




La Cyber Snipa dispose de six patins en téflon dont deux latéraux de 4,5 cm de long, ceux-ci sont censés lui conférer une glisse idéale. Cette souris se connecte à votre ordinateur directement par un port USB, ses dimensions (260 x 260 x 45 mm) permettent une prise en main aisée. Le nombre de boutons (6) est suffisant, cela permet d’avoir les principales fonctions d’un jeu à portée de main.

La surface supérieure est noire mate, elle est affranchie du logo et du nom de la gamme. Un contour en plastique brillant affecte à la souris un design correct. La forme globale du mulot est sensiblement identique à celle d’une logitech MX518 ou G5.

Le comportement en jeu de la Cyber Snipa est-il à la hauteur de ses caractéristiques très intéressantes sur papier ? Plutôt concluant cet essai, malheureusement cette souris à quelque chose qui manque par rapport à une MX518 par exemple, il est difficile de décrire ce trou, mais malgré ces 2400 DPI, la glisse n’est pas parfaite, le curseur ne se déplace pas à notre guise et a tendance a rester à un endroit que l’on ne veut pas : si on bouge la souris vers le haut pour remonter le curseur en haut, celui-ci a un temps d’hésitation... c'est-à-dire qu’il reste un dixième de seconde en bas. Le temps de réponse entre le capteur et le mouvement à l’écran n’est donc pas suffisamment rapide. Sans ce point négatif, cette Cyber Snipa serait une souris capable de rivaliser avec les plus grandes du domaine...

Note :
Flexiglow Cyber Snipa : 7/10

Débattre ce sujet sur le Forum 59H{mospagebreak}

Test réalisé par : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. le 6 décembre 2006
 
Comparatif : 5 Tapis et 3 Souris


Conclusion

Nous voila au terme de notre comparatif, beaucoup de produits différents ont été testés, dans l’ensemble ils sont tous de bonne qualité mais de petites différences se dégagent.

 

Tout d’abord les tapis de souris: le Nova Killer se fait très remarquer :

Nova winner :

Nos tests sont concluants, le Nova Killer est tout simplement irréprochable, il offre à la souris une glisse rapide et précise, aucun obstacle n’entrave les déplacements ...

  Glisse
Forme ergonomique
  Pas de pochette
Petite taille

Nova Killer  :

  Glisse
Forme ergonomique
Taille
  Pas de pochette

Cyber Snipa :

L’idée générale faite sur ce tapis au terme de différentes parties de jeux est plutôt positive. La souris glisse relativement bien mais est trop facilement ralentie par le moindre obstacle...

  Forme
Taille
Pochette
  Glisse entravée

Revoltec Precision pro :

Rien de révolutionnaire, il fallait sans douter, se tapis est trop proche du fUnc pour apporter un souffle d’air frais dans ce domaine rarement enrichit de nouveautés... Avec les patins d’origine de la souris...

  Système "double face"
Bundle
  Glisse entravée
Rebord en mousse

QPad XTR :

Dès que l’on pose la souris sur ce tapis, on s’aperçoit que la glisse est agréable et facile. La taille du tapis est correcte et n’entre pas dans l’excès ; le QPad XTR est, sous windows, un excellent tapis...

  Glisse
Bundle
  Prix ?


Passons aux indispensables souris, c’est au tour de la Logitech G 5 de se distinguer...


Logitech G5 :

Aisés, tel est le premier mot qui nous vient à l’esprit au sujet des mouvements de cette Logitech G5. Une précision redoutable s’ajoute aux déplacements rapides et font de cette souris ..

  Système de poids
Forme
  Manque de boutons
Prix

Revoltec lighmouse :

La conclusion générale est positive, le couple rapidité/précision est au rendez-vous, malheureusement, le manque de boutons entrave cet avis et handicap la note finale que nous lui attribuons...

  Bon couple rapidité/précision
  Manque de boutons

Cyber Snipa :

Le comportement en jeu de la Cyber Snipa est-il à la hauteur de ses caractéristiques très intéressantes sur papier ? Plutôt concluant cet essai, malheureusement cette souris a quelque chose qui manque...

 
Forme
Système de lumière selon les réglages
  Temps de réponse trop lent

59Hardware recommande :

Pour les utilisateurs de desktop : Logitech G5 + Nova Killer ou QPad XTR
Pour les utilisateurs d’ordinateur portable : Revoltec lightmouse + Nova winner

Nos autres test de tapis de souris : 59Hardware
Signaler une erreur : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
Débattre ce sujet sur le Forum 59H

[Test] Rack multifonction Akasa All-In-One

Envoyer Imprimer
Test réalisé par : RuSSe_91 le 21 octobre 2005
Remerciements : Venticom
Matériel testé : Rack multifonction Akasa All-In-One


Introduction

C’est à la fin du mois d’août dernier que Akasa lançait (cf.cette news) son All-In-One. Pour rappel, il s’agit d’un rack multifonction proposant pas moins de 21 précieuses fonctions dont deux ports USB 2.0, un port FireWire, un connecteur SATA, 4 slots pour cartes mémoire et même un afficheur LCD, un véritable centre de transfert de données quelle quelles soient, vidéo, Mp3, photos… Il s’intègre en façade de l’ordinateur dans une baie 5 1⁄4 pouces et permet d’avoir tous les connecteurs dont vous avez besoin sous la main. En effet, certains utilisateurs diront qu’un tel gadget pareil ne sert a rien puisque toutes ces fonctions, nous les retrouvons sur notre carte mère. C’est la question à laquelle nous essayerons de répondre à travers ce test. Est-ce vraiment un accessoire indispensable et bien utile ou bien simplement un gadget...


Disponible depuis peu en France, l’Akasa All-In-One est décliné en 4 coloris : gris, rouge, noir et blanc. Le modèle que nous traiterons dans ce test est de couleur noire. Livré dans une petite boîte bien soignée, le rack, à première vue s’avère très complet. Derrière la boîte, nous avons un schéma expliquant le rôle de toutes les fonctions. Une liste des fonctions principales est rédigée en quatre langues dont le Français.


Débattre ce sujet sur le
Forum 59H {mospagebreak}
Test réalisé par : RuSSe_91 le 21 octobre 2005
Remerciements : Venticom
Matériel testé : Rack multifonction Akasa All-In-One


Présentation & Fonctions

A première vue, on peut constater que le rack est partagé en deux parties : La partie droite est consacrée à l’afficheur LCD qui inclut 4 boutons positionnés en dessous et permettant d’afficher les températures et paramètres des ventilateurs et leur vitesse. La partie gauche elle, peut être cachée à l’aide d’une trappe escamotable; elle regroupe toutes les autres fonctions de transfert à savoir les ports USB, FireWire, Audio, Vidéo et le reste...

Caractéristiques complètes :

Partie gauche :


Cartes mémoire :

Compact Flash I et II
Micro Drive

Memory Stick / Duo / Pro

Memory Stick Duo Pro

Secure Digital / MultiMedia Card

Connecteurs (de gauche à droite) :

2 ports USB 2.0
1 port FireWire (IEEE1394)
Vidéo
Audio (Entrée de ligne, Sortie de ligne, Entrée microphone)
1 connecteur SATA avec l’alimentation

Partie droite :


Afficheur LCD :

Dimensions : 33 x 15 mm
Affichage de la vitesse des 2 ventilateurs
Vitesse de ventilateur à contrôle thermique automatique
Contrôle de la vitesse par bouton poussoir
Affichages de température des 2 sondes
L’alarme de température peut être définie pour chaque zone
Changement de couleur lors de la panne d’un ventilateur

Bundle :

Le rack
Un CD-ROM avec les drivers USB 2.0
Une notice en forme de livre (en 4 langues dont en français)
2 câbles USB 2.0
2 câbles SATA
1 câble d’alimentation SATA
1 câble FireWire
1 câble microphone
1 câble Audio IN
1 câble Audio OUT
1 câble Vidéo
1 câble pour les lecteurs de cartes
3 colliers type Serflex
2 sondes thermiques
2 câbles pour les ventilateurs
1 prise Molex (alimentation générale)
1 plaque arrière PCI
1 jeu de vis et d’adhésif

Finition

Le rack est entièrement conçu en plastique d’une épaisseur de 1,5 mm environ. Il est donc fragile et les rayures apparaissent très rapidement. Un petit frottement avec le connecteur USB ou autre sur une partie du rack, sans trop forcer, entraîne déjà une petite rayure. Pas très méchant me direz vous, mais avec le temps et l’usage, les traces vont se multiplier, et pourront être visibles. Pas très esthétique...

Le petit système de fermeture est lui aussi en plastique mais, à priori, rempli bien sa fonction. La finition de la façade est plutôt décevante contrairement aux autres produits d’Akasa testés auparavant (cf. test du Akasa Integral AK-EN-02BK). Intérieur Afin d’accéder à l’intérieur du rack, nous avons enlevé le couvercle du dessus. L’opération se fait sans difficultés puisque vous n’avez pas besoin de tournevis ni d’aucun autre outil. Il suffit d’élargir les cotés et de retirer simplement le couvercle.

Rien de particulier à l’intérieur, tout à l’air propre et assez clair. 4 cartes électroniques sont installées : la carte de base qui regroupe les fonctions des ventilateurs et de la sotie Vidéo, la carte de l’afficheur LCD qui est branchée sur la carte de base, la carte des connecteurs Audio et la dernière celle des lecteurs de cartes mémoire.

Débattre ce sujet sur le
Forum 59H {mospagebreak}

Test réalisé par : RuSSe_91 le 21 octobre 2005
Remerciements : Venticom
Matériel testé : Rack multifonction Akasa All-In-One


Montage & Fonctionnement

L’installation du rack dans son emplacement 5 1⁄4 pouces ne pose aucun souci. Il suffit de le glisser dans la baie et le visser sur les cotés (les vis sont fournies). Passons maintenant aux branchements des différents connecteurs. Cette étape n’est pas très compliquée puisque Akasa propose dans son bundle un guide d’installation de 12 pages en Français ! Cette notice est accompagnée de nombreuses photos afin de faciliter le montage. Les explications sont très claires et compréhensibles, cependant, la notice de la carte mère peut être nécessaire pour les utilisateurs non confirmés. Les câbles fournis sont assez longs (90cm pour la plupart) donc aucun soucis à se faire pour les possesseurs de grandes tours. Une plaque arrière PCI avec passage prévu pour les câbles USB, FireWire, Audio et Vidéo facilite le branchement à l'extérieur du boîtier. Une fois le All-In-One installé et branché, nous allumons le PC. Une alarme de surchauffe est directement enclenchée. L’écran LCD devient donc rouge et l’alarme sonore s’active. Celle-ci va durer 25 secondes avant de s’arrêter.

Apres quelques minutes, nous arrivons enfin à configurer l’afficheur. L’écran passe de la couleur rouge au bleu. Le rack est bien configuré et prêt à l’emploi. Sondes : Deux sondes thermiques d’une longueur de 90cm sont incluses dans le package. Dans notre cas nous les avons placé, l’une sur le processeur,l'autre au sein du boîtier entre le processeur et la carte graphique. Pour vérifier les valeurs fournies par les sondes, nous avons fait appel à MotherBoard Monitor. Les températures affichées sur l’écran LCD Akasa à savoir 44,5°C ne correspondent pas tout à fait aux valeurs fournies par le logiciel qui affiche 46°C. Une différence de 1,5° est donc observée, rien de méchant… Lecteur de cartes / USB / Audio :Des le démarrage du PC, le lecteur de cartes ainsi que les ports USB sont automatiquement reconnus. Vous n’avez donc pas besoin du CD fourni qui comprend les différents drivers sous Windows XP. Les ports USB ainsi que le lecteur de cartes fonctionnent correctement. De même pour l’ensemble des connecteurs Audio… Nous avons testé une carte SD et une Compact Flash. Toutes deux sont reconnues et proposent des débits de transfert standard. Afficheur LCD : L’afficheur LCD, comme nous l’avons cité dans les caractéristiques mesure 33 x 15 mm et permet d’afficher des informations sur les ventilateurs et les températures en temps réel. Il embarque une fonction « Alarme » qui émet un signal sonore et change l’écran de couleur lorsqu’un ventilateur tourne moins vite que la vitesse programmée. Idem pour les températures. Il dispose de 4 boutons situés en dessous de l’écran : les boutons + et – permettent d’augmenter et diminuer le régime de rotation du ventilateur (par pas de 100tr/min), le bouton « Reset » permet de switcher entre les unités de température (C° et F°) et le bouton « Mode » entre la sonde 1 / ventilateur 1 et la sonde 2 / ventilateur 2.

Avant et après l'installation du rack

Débattre ce sujet sur le
Forum 59H {mospagebreak}
Test réalisé par : RuSSe_91 le 21 octobre 2005
Remerciements : Venticom
Matériel testé : Rack multifonction Akasa All-In-One


Conclusion

Ce n’est pas pour rien qu’Akasa a baptisé son rack « All-In-One ». En effet, le constructeur a réussi à intégrer toutes les fonctions nécessaires dans un tout petit boîtier. Tout est bien pensé, rien n'est oublié... Le nouveau « All-In-One » est une solution pratique et très utile pour tous les utilisateurs. Livré avec un guide d’installation très clair et explicite, il ne devrait poser aucun problème pour son installation par les débutants. On regrettera les matériaux utilisés pour la fabrication du rack, le boîtier tout en plastique rend la porte de protection très souple, donc fragile et sensible aux rayures. Nous aurions préférés une conception tout en aluminium... Autre inconvénient : devant la pléthore de fonction du « All-In-One » et donc de câbles, il n’est pas aisé de les ranger proprement, inconvénient de l’avantage... Akasa « All-In-One » est décliné en 4 coloris à savoir : rouge, blanc, gris et noir. Il est déjà disponible en France. Son prix se situe aux alentours de 45 euros.

Le design
Les fonctionnalitées
Notice en Français
Disponible en 4 couleurs
La finition
Beaucoup de cables
Prix

Débattre cet article : Forum 59Hardware
Signaler une erreur : 59Hardware

[Test] Caméscope 7 en 1 : Mustek DV-5500

Envoyer Imprimer
Test réalisé par : RuSSe_91 le 27 Juin 2005
Remerciements : Kemaleur
Matériel testé : Caméscope multifonction 7 en 1 Mustek DV-5500


Introduction

L'été approche, ceci est synonyme de vacances, et passer de bons moments avec des amis ou la famille sans laisser de souvenirs c'est vraiment dommage. C'est pourquoi nous vous proposons aujourd'hui le test d'un appareil multifonction 7 en 1 de la firme Taiwanaise Mustek : le DV-5500. Cet appareil très intéressant, embarque à la fois un caméscope numérique, un appareil photo numérique, un lecteur MP3/WMA, une web-cam, un dictaphone, un lecteur de cartes mémoire et une unité de stockage. Le tout dans un simple petit engin de seulement 84 x 55 x 95 mm pour un poids de 220 grammes. Disponible à partir de 175 euros seulement pour un appareil multifonction, saura-t-il nous séduire ce fameux DV-5500 ? La réponse dans le test.
 

 

Commençons par la présentation du constructeur. Crée en 1988 par un groupe d'ingénieurs et d'entrepreneurs reconnus dans le domaine des technologies de scanner, Mustek (Most Unique Scanning Technologies) s'est avant tout spécialisé dans les scanners et en est devenu le plus grand fabricant . Aujourd'hui la firme a grandi et propose désormais des produits numériques : caméscopes, appareils photos, webcams, lecteurs DVD...

Les produits de Mustek sont fabriqués sous les directives strictes d'ISO 9000, d'ISO 9001 et d'ISO 9002.{mospagebreak}

 
Test réalisé par : RuSSe_91 le 27 Juin 2005
Remerciements : Kemaleur
Matériel testé : Caméscope multifonction 7 en 1 Mustek DV-5500

Présentation

Revenons à notre produit en question en découvrant par le menu ses caractéristiques détaillées :

Constructeur : Mustek
Modèle : DV-5500
Type d'appareil : appareil multifonction 7 en 1
Écran LCD : 2,5" soit 6,35cm
Capteur : CCD 3.1 méga
Caméscope :
Zoom optique : x4
Zoom numérique : x4
Résolutions :
640 x 480
400 x 304
352 x 288
Mode son : Oui
Formats d'enregistrement : ASF
Appareil photo :
Résolutions:
2624 x 1968 (par interpolation)
2048 x 1536
640x480
Format d'image accepté : JPEG
Formats audio acceptés : MP3/WAV
Webcam : 20 ~ 30 fps (320 x 240)
Interface : USB 2.0
Mémoire fournie : MMC 32Mo
Formats de mémoire acceptés : Secure Digital / MultiMediaCard
Compatibilité : PC et MAC
Alimentation : batterie rechargeable Li-Ion
Dimensions : 84 x 55 x 95 mm
Poids : 220g (sans batterie)

Le bundle s'avère très complet. Mustek a inclus tous les éléments indispensables et même plus que ça. La boîte contient donc :

- L'appareil
- La batterie Li-Ion de 3,7V
- Carte mémoire MMC de 32Mo (Pretec)
- Adaptateur secteur
- Cable USB & AV
- Trépieds
- Sacoche en velours
- Écouteurs
- Couvert de lentille
- Documentation en 15 langues dont Français
- Logiciels : Ulead Photo Express et VideoStudio

La notice de mise en route fournie se présente sous forme d'une grosse brochure en 15 langues. Pas moins de 20 pages sont consacrées à l'utilisation de base de l'appareil. Un livret plus explicite et plus complet serait le bienvenu. L'utilisation de certains paramètres, disponibles dans l'appareil, ne figure pas dans la notice, ce qui est très dommage pour les débutants.

Malgré le haut-parleur présent sur le côté droit de l'appareil, une paire d'écouteurs est fournie. Après l'écoute de quelques morceaux, la qualité sonore en MP3 se révèle très bonne. Quant à la fonction dictaphone, le son s'avère moins bon accompagné des grésillements.
 
Cliquez sur l'image pour l'agrandir
{mospagebreak}
Test réalisé par : RuSSe_91 le 27 Juin 2005
Remerciements : Kemaleur
Matériel testé : Caméscope multifonction 7 en 1 Mustek DV-5500


L'appareil en détails

L'appareil propose un design très bien réussi certes, mais en ce qui concerne la finition globale, pour être direct, je dirais qu'elle est décevante. Conçu entièrement en plastique, il se révèle fragile. Certains boutons notamment le capuchon du capteur ne sont pas immobiles. La courroie d'attache est une déception ! Jugez vous-mêmes par cette photo :
 
Cliquez sur l'image pour l'agrandir

L'appareil est équipé d'un écran LCD assez grand de 2,5" d'une qualité plutôt correcte. L'interface graphique quant à elle, est assez simple d'utilisation malgré l'absence de la notice détaillée comme précité. Le menu est accessible à partir de la molette de sélection placée en haut de l'appareil. Celle-ci propose de naviguer entre cinq fonctions (de haut vers le bas) : l'enregistreur vocal, la prise de vue, la visualisation, le lecteur mp3 et pour finir le dernier bouton est le bouton des paramétrages.
 
Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Au milieu de la molette, un petit bouton rond a été prévu. Il sert à commencer et à arrêter l'enregistrement pour le mode vidéo, de même pour l'enregistreur vocal.
En dessous place à la touche directionnelle qui propose cinq autres options :

Touche haut : Contre jour (ON/OFF)
Touche bas : Affichage (OSD OFF/LCDOFF/LCD ON avec vignettes)
Touche Gauche : Retardateur (ON/OFF)
Touche droite : Flash (ON/OFF/Auto/Yeux rouges)
Milieu : OK/Lecture/Pause

En naviguant dans le menu des paramètres, je me suis aperçu que cette touche directionnelle n'était pas assez précise. Parfois en appuyant vers le bas, la flèche reste sur place donc il faut réappuyer mais un peu plus fort pour accéder au menu désiré.

Ces deux boutons (molette et touche directionnelle) sont accessibles très facilement avec le pouce. Très pratique sans faire appel à l'autre main !
Plus bas sur la meme face nous trouvons le cache du compartiment de la batterie et du slot mémoire. Afin de ne pas se tromper de sens, des indicateurs +/- ont été placés. Il en va de même pour la mémoire.

Afin d'offrir un maximum de fonctionnalités et de paramètres, Mustek a placé un petit panneau d'opérations sous l'écran. Il permet entre autres d'effectuer des opérations de base comme la suppression d'une image/vidéo, rotation d'une image, réglage du volume du lecteur MP3... Très pratique mais il faudrait une fois de plus appuyer fort afin d'accéder à la fonction désirée. De plus le panneau n'est pas accessible avec le pouce. On aurait préféré d'accéder à toutes les options de l'appareil seulement avec une main, mais ce n'est pas le cas du Mustek.
 
Cliquez sur l'image pour l'agrandir


Sur le côté gauche de l'appareil, 3 boutons sont disposés idéalement AE Lock pour l'index, AF/Obturateur pour annulaire auriculaire et le Zoom pour le majeur.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir
{mospagebreak}
Test réalisé par : RuSSe_91 le 27 Juin 2005
Remerciements : Kemaleur
Matériel testé : Caméscope multifonction 7 en 1 Mustek DV-5500
 


Les performances

Le bundle est bien réussi grâce au maximum d'accessoires fournis. Le design, lui, est plutôt sympa malgré la matière en plastique et la finition plutôt décevante. Quand aux performances et la qualité des photos/vidéos, vous allons voir si l'appareil s'en sort de même. Le trépied fourni nous a aidé à réaliser une petite comparaison de la qualité d'image. Nous avons utilisé en effet notre Nikon Coolpix 2200 (2 mégapixels) face au Mustek DV-5500. Deux comparaisons ont été réalisées sur le même cadre.
 
1024 x 768 pixels
Nikon Coolpix 2200 et Mustek DV-5500
1600 x 1200 pixels
Nikon Coolpix 2200 et Mustek DV-5500

Pas de grosse différence de qualité hormis une image plus claire pour le Nikon et une qualité plus nette pour le Mustek.

Ici une autre image prise avec le DV-5500 dans une autre situation :
 
2624 x 1968 pixels (résolution maximale proposée par l?appareil)
Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Avec une haute résolution (2624 x 1968 pixels), l'image est floue. Cependant en redimensionnant à 800 x 600 pixels, la qualité semble meilleure et l'image plus claire.

Passons maintenant au mode vidéo. Nous avons été très déçus par la qualité vidéo du Mustek. Trois possibilités de résolution d'enregistrement sont proposées (400 x 304 pixels dans notre cas). Le format d'enregistrement est l'ASF.

Voici la vidéo capturée avec l'appareil : Vidéo Elle pèse 3.2Mo pour une durée de 42 secondes. La carte mémoire livrée (32Mo) ne satisfera sans doute pas les utilisateurs gourmands puisque avec une résolution moyenne de 400 x 304 pixels, d'après nos calculs, vous arriverez à filmer seulement 7 minutes de vidéo. Pas super pour une semaine de vacances. Personnellement j'ai opté pour une carte mémoire de 512Mo soit plus de 110 minutes de vidéo.

Sous MAC, une fois connecté via le câble USB, l'appareil est automatiquement reconnu comme un disque USB amovible. Aucune installation de drivers n'est nécessaire alors que pour Windows 98SE/ME/2000/XP un CD d'installation est fourni. Trois dossiers sont présents sur la carte mémoire : DCIM (photos, vidéos, enregistrements vocaux), MISC et MP3. {mospagebreak}
Test réalisé par : RuSSe_91 le 27 Juin 2005
Remerciements : Kemaleur
Matériel testé : Caméscope multifonction 7 en 1 Mustek DV-5500


Conclusion

Après quelques jours d'utilisation, nous n'avons pas été pleinement satisfaits du Mustek DV-5500 tout d'abord à l'égard de sa qualité vidéo médiocre ensuite par la finition et la conception en plastique. Cependant, pour un petit prix de 175 euros, l'appareil trouvera sûrement des heureux notamment ceux qui ne veulent pas investir dans un appareil de haut de gamme au prix beaucoup plus élevé. De plus, se situant dans la section des « caméscopes », le Mustek propose la fonction photo, mp3, webcam et dictaphone. Plusieurs fonctions plutôt bien réussies hormis la vidéo, regroupées dans un seul appareil est le point fort du gadget. Toutefois, il faudrait prévoir une carte mémoire d'une capacité plus grande que celle fournie (32Mo) afin de profiter pleinement de toutes les fonctions proposées.
Proposant un bundle bien complet, l'appareil est disponible aux alentours de 175 euros chez plusieurs marchands (Pixmania pour notre part).
 
  7 fonctions en 1 seul appareil
Le bundle
Le design
Facilité d'utilisation
Qualité photo
Qualité MP3
  Qualité vidéo
La finition
Documentation non détaillée
Touche directionnelle pas précise
Quelques images en bref
Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Signaler une erreur : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

[Test] iRiver N10

Envoyer Imprimer
Test réalisé par : RuSSe_91 Le 11 novembre 2004
Matériel testé : Baladeur MP3 iRiver N10 128 Mo


Introduction et presentation


Apres le test du Mega Stick 128 du constructeur MSI, nous avons décidé de nous intéresser a un autre baladeur. Cette fois si c'est au tour d'un produit iRiver de passer au crible sur 59hardware. En effet il s'agit du tout dernier bijou j'ai noté iRiver N10, présenté par une compagnie si réputée dans le domaine du son. Plus connu sous le nom du « Collier iRiver » ce baladeur est un vrai bijou puisqu'il est livré dans une boite très élégante qui ressemble à celle d'une montre ou encore d'un collier chic...


Ce dernier existe en 3 modèles : le premier en 128Mo disponible à partir de 125 euros, le deuxième en 256Mo à partir de 199 euros et enfin la version 512 Mo coutant 300 euros environ. C'est vrai qu'un baladeur à 125 euros avec seulement 128 Mo de mémoire c'est cher, même très cher puisque d'autres modèles tels que le Mega Stick et d'autres baladeurs sans marque peuvent être disponibles à partir de 30 euros avec la même capacité. Vous vous demandez sûrement ce qu'il a de particulier ce N10 pour un tel prix.


Caractéristiques générales :

Catégorie
Element
Caractéristiques
Audio
Plage de fréquences
Sortie casque
Rapport S/B
20 Hz - 20 KHz
18 mW + 18 mW Max
90 dB (MP3)
Type de fichier
Type de fichier
Débit binaire
MPEG,WMA, ASF
8Kbits/s - 320Kbits/s
Infos résumées
ID3,VI, ID3 V2,0, ID3 V2 3,0, ID3 V2 4,0
Ecran LCD
Ecran electroluminescent Gris 16
Langue
40 langues
Enregistrement vocal
9H-32Kbps-128Mo
18 H-32Kbps-256Mo
36 H-32Kbps-512Mo
Durée de lecture maxi
Environ 11H (128Kbits/s, Vol 20)
Durée de lecture normal
Environ 7H (192Kbits/s, Vol 20)
Dimensions
27.2 x 49.8 x 13.3
Poids
28.5 g
Pile
Pile lithium polymène
Temp° de fonctionnement
5°C - 40°C

La première chose qui saute aux yeux du N10 est son design futuriste et féminin puisqu'il est noir et très petit avec ses 27 x 50 x 13mm et 22 grammes. Mais bien sur, rien n'empêche les hommes de l'utiliser :). Dès l'ouverture de la boite, on y trouve une deuxième boite en plastique dans laquelle le baladeur est très soigneusement rangé et couvert d'un couvercle transparent. Derrière la boite deux petits trous qui permettent de sortir les accessoires fournis suivants :

Un guide d'utilisation complet de 92 pages en Anglais, Français et Allemand
Un mini guide en 15 langues y compris le Français
Le CD d'installation comprenant le iRiver Music Manager
Le câble d'un mettre USB
Le mini adaptateur USB
Collier avec écouteurs iRiver intégrés
Un deuxième collier sans casque
4 oreillettes de couleur noire

On regrette l'absence d'un adaptateur USB-Secteur permettant de recharger le baladeur à partir d'une prise normale. Imaginez un voyage chez un ami sans PC ou les vacances au ski ... Vous êtes obligés d'avoir un PC pour pouvoir recharger votre bijou. Mais ce n'est pas vraiment un problème car vous pouvez faire acquisition d'un adaptateur USB-Secteur disponible à partir de 11 euros. SeloniRiver, 1 heure et demi de recharge suffisent pour utiliser votre baladeur pendant 7 heures minimum. Ca n'a pas été le cas chez moi puisqu'une heure et demi de recharge m'ont permis d'écouter de la musique pendant 4 heures environ.


{mospagebreak}
Test réalisé par : RuSSe_91 Le 11 novembre 2004
Matériel testé : Baladeur MP3 iRiver N10 128 Mo


Performances

Rien a dire sur le coté de la qualité d'écoute. Le iRiver N10 est rempli de fonctions et de différents réglages telles que 6 égalisateurs prédéfinis, l'enregistrement vocal ou encore les égalisateurs Xtreme EQ et Xtreme 3D qui rendent le son extrêmement bon ! Sans oublier la taille de l'écran graphique OLED 16 gris prenant en charge 40 langues. Ce baladeur est très simple à naviguer et il facilite la recherche d'un titre grâce au menu « NAVI ». Voici les formats de fichiers supportés : ASF, WMA, MP3 et IRM.

Dès l'allumage, le logo graphique iRiver s'affiche pendant que le baladeur scan les fichiers musicaux présents dans la mémoire. Quelques secondes après, l'écran principal apparaît avec l'écriture « iRiver » au milieu totalement personnalisable.

La première déception est l'absence de la touche Pause qui est indispensable pour moi sur un baladeur MP3. En revanche iRiver propose une option appelée « Resume » permettant de reprendre la lecture de la plage de là ou elle a été arrêtée. On regrette aussi que l'affichage des menus soit uniquement en anglais .

Le N10 dispose d'une option permettant d'afficher une animation graphique sur l'écran LCD du lecteur après un temps préréglé en cours de lecture de musique. 4 animations sont disponibles. Voici les videos que j'ai enregistré grace a mon appareil photo (désolé pour la qualité) :

Level Meter (Un orage) Voir la video
Thunder Ani (Une fille qui danse) Voir la video
I Rivrer Logo Ani (Logo iRiver flottant) Voir la video
Iguy Ani (Affichage de l'heure) Voir la video

Mais l'utilisation de ces écrans de veille est déconseillé car le niveau de la batterie devient très vite faible. Un inconvénient très gênant est l'écran LCD qui prend un effet « miroir » en présence de la lumière. Quand j'ai montré ce bijou à un ami, il faisait beau et on était dehors. Il l'a regardé et puis il a dit : « Ah c'est bien il fait miroir ton MP3 xD »
Le contraste de l'écran est aussi personnalisable de 0 à 40.

Une autre option sympa et utile est le réveil. En effet il s'agit d'un menu a partir duquel vous programmez l'heure a laquelle le lecteur se mettre sous tension. Vous pouvez aussi utiliser l'inverse c'est-à-dire vous programmez l'heure a laquelle votre lecteur s'éteindra.

Pour accéder au menu il suffit de rester appuyé sur le bouton en haut « M » Voici le menu arborescent du baladeur :

(1) Réglages généraux
Reprise
Langue
Défaut de charge

(4) Réglage des commandes
Saut rapide
Vitesse de balayage
FF /RW
Mode enregistrement
Vocal
Détection vocale auto
Vitesse de lecture

(2) Réglages de l?affichage
Retroeclairage
Contraste LCD
Economiseur d'écran
Vitesse de défilement
Informations résumées

(5) Réglage du mode
Mode de lecture
Intro
Study
Texte d'accueil

(3) Réglage du temporisateur
Mise en veille OFF
Mise hors tension
Réglage de l'heure
Réglage de l'alarme

(6) Réglages du son
Sélection EQ
Xtreme EQ
Xtreme 3D
Parametre DBE
Parametre 3D EQ
Balance du son
Limite EQ
Volume des bips
Volume progressif

Les écouteurs livrés sont de très bonne qualité et les oreillettes sont flexibles afin d'assurer le confort de l'utilisateur. Avec le N10, fini les écouteurs qui traînent de droite a gauche ! Grâce aux fixations sur le collier vous pourrez fixer vos 2 écouteurs sur le collier. De plus on remarque qu'on peut jouer sur la taille du collier suivant vos goûts ou suivant votre taille.

 

Comme dans le test du Mega Stick, j'ai comparé ce dernier avec des objets dont chaque personne connaît la taille. J'ai pris ce que j'ai eu sous la main c'est-à-dire une souris, une carte téléphonique, une boite d'allumettes et deux malabars (Fraise et pomme xD). On remarque que le N10 et la boite d'allumettes ont presque la même taille et même épaisseur ! Voici ce que ça donne :

Nous avons eu l'occasion d'utiliser le Mega Stick pendant quelques mois et j'ai été satisfait par la qualité du son en général. Avec le N10, on voit une grosse différence c'est-à-dire que la qualité du son et de l'enregistrement vocale est bien meilleure ! Le baladeur de MSI avait seulement 4 égalisateurs prédéfinis alors que la vous en avez 6 en plus des options Xtreme 3D. La qualité de l'enregistrement vocal est aussi personnalisable. C'est-à-dire que lors de l'enregistrement, le niveau d'enregistrement est commandé automatiquement grâce a l'option AGC qui permet d'améliorer les sources sonores éloignées. Le mode d'enregistrement peut aussi se mettre en pause automatiquement cas de silence. Et toutes ces fonctions, c'est vous qui les commandés !

{mospagebreak}

Test réalisé par : RuSSe_91 Le 11 novembre 2004
Matériel testé : Baladeur MP3 iRiver N10 128 Mo



Le logiciel


Passons maintenant au logiciel de iRiver « Music Manager » qui n'est pas du tout réussi ! C'est-à-dire qu'on trouve les fonctions principales mais rien de plus. Impossible de copier des morceaux du baladeur vers le PC, impossible de modifier les tags ID3 des titres sur le baladeur, pas de fonction d'encodage, pas la possibilité d'utiliser le N10 en tant qu'un lecteur amovible. On espère que iRiver pensera à ces options dans son futur firmware (le lecteur utilise la version 1.4 par défaut).

La mise à jour du firmware ainsi que le formatage s'effectue a partir du IMM.

Voici a quoi ressemble ce fameux Music Manager d'iRiver.

{mospagebreak}
Test réalisé par : RuSSe_91 Le 11 novembre 2004
Matériel testé : Baladeur MP3 iRiver N10 128 Mo



Conclusion

Nous pensons que iRiver a réussi a 100% le coté design et emballage du N10 mais pour satisfaire de nombreux utilisateurs, il aurait du revoir quelques petits détails absents tels que le bouton Pause ou encore il aurai pu fournir l'adaptateur USB-Secteur.

La fonction Tuner FM serait aussi la bienvenue.

Mais on peut comprendre qu'il peut être difficile d'intégrer toutes ces fonctions dans un si petit gadget. Autre chose très utile mais malheureusement oublié sur le N10 c'est l'utilisation du baladeur en tant qu'un lecteur amovible une fois connecté au PC. Parmi ces points négatifs, on se retrouve avec des options très intéressantes qu'on ne retrouve pas sur d'autres baladeurs. Par exemple l'économiseur d'écran graphique, la fonction d'alarme ou encore des différents égalisateurs 3D.

Personnellement j'ai beaucoup apprécié la façon dont le menu est fait. Une fois dedans, on ne se croit plus dans un baladeur mais on a l'impression de se retrouver dans le menu d'un téléphone portable ou d'un PDA.

Le design
La taille
La qualité sonore
L'emballage parfait

Logiciel pauvre en options
Affichage illisible a la lumiere du jour
Adaptateur USB-Secteur non fourni
Absence du Tuner FM et du bouton Pause
Le prix !

Video d'utilisation : 59Hardware
Signaler une erreur : 59Hardware

[Test] Qpad Gamer Lowsense

Envoyer Imprimer
Test réalisé par : Zweep Le 02 novembre 2004
Remerciements : Zweep | Qpad
Matériel testé : Gamer Lowsense Qpad

Introduction

Depuis l'avènement des FPS (comprenez Doom-Like et Counter-Strike pour faire vite), la précision des souris devient primordiales. Les ingénieurs de Microsoft Hardware ont mis au point la première souris optique en 1999. Le principe est simple, une LED rouge illumine une zone et un capteur analyse ces images pour définir le mouvement de la souris, tout cela retransmis sur l'écran par le pointeur ou le viseur. Mais deux nouveaux facteurs apparaissent en même temps que la souris optique pour nos amis Gamers : la glisse et la précision. La glisse : primordiale pour déplacer rapidement la souris, sans accrocs mais sans pour autant entamer la précision.La précision : tout aussi importante que la glisse, il faut que la souris optique puisse « lire » la surface sur laquelle elle glisse donc comprenez un motif varié.


Comment avoir une surface assez glissante mais sans être vraiment lisse (une surface lisse sera difficilement lisible car si le capteur vois toujours une surface identique, il ne fera pas bouger votre curseur).


C'est donc le défi de cette nouvelle génération de tapis de souris, que l'on peut désormais appeler sans complexe « surface de jeu ».

Je vais donc tester pour vous l'ouvre d'un des derniers fabricants sur ce secteur : QPAD.
Société créé en 1994 basée en Suède, qui propose un « tapis », décliné en trois model :
Gamer HighSense
Gamer MidSense
Gamer LowSense

{mospagebreak}

Test réalisé par : Zweep Le 02 novembre 2004
Remerciements : Zweep | Qpad
Matériel testé : Gamer Lowsense Qpad


Le Tapis / bundle


Peu évocateur au premier abord, ces noms définissent la sensibilité conseillée pour jouer avec ces tapis de tailles différentes (une sensibilité plus élevée pour un tapis plus grand).


Leurs tailles :

HighSense : 28,5cm x 19,5cm
MidSense : 30cm x 25cm
LowSense : 40,5cm x 28,5cm


Leur épaisseur est commune : 4mm. Les glidz et la préparation du test.

Autre produit vendu par QPAD : les « Glidz ».
Il s'agit de 2 bandes de téflons de 11cm x 1,5cm à coller sur les patins de la souris.


Le tapis gracieusement fournis lors de Lille Eurolan par Jean-Pierre est un Gamer LowSense accompagné d'un blister de Glidz. Pour comparer ce tapis, je vais utiliser un fUnc1030 et un Xboard V2 (Kryptec).


Point de vue taille, aucune comparaison, le fUnc mesure 25,4cm x 21,6cm pour 3mm d'épaisseur et le Xboard V2 mesure 30cm x 25cm pour une épaisseur de 7,5mm.


{mospagebreak}
Test réalisé par : Zweep Le 02 novembre 2004
Remerciements : Zweep | Qpad
Matériel testé : Gamer Lowsense Qpad


Système

Je testerais le tout avec les 2 souris les plus précises du moment, j'ai nommé la Logitech MX510 et la MX1000.


Tests et conclusion

Un test de glisse rapide sur les 3 tapis sans « Glidz » sous les souris. (Vidéos) J'applique des morceaux de « Glidz » sous les deux souris, il est conseillé de nettoyer les patins avec de l'éthanol (alcool à brûler) pour dégraisser les patins sans pour autant les faire fondre (l'acétone dégraisse mais fait fondre le plastique).

 

Nouveau test de glisse avec « Glidz ». Sans appel, ça glisse beaucoup mieux, surtout avec la MX1000 : elle a de plus grands patins d'origine et elle pèse plus lourd (170grammes contre 125 pour la MX510). Pour les différences selon les tapis, l'alliance du Glidz et du Gamer LowSense est tout bonnement parfaite : une excellente glisse très fluide sur la surface du tapis.

Avec le fUnc1030 et le Xboard V2, ça glisse également très bien, mais le « petit plus » apporté par le QPAD n'est pas là. En effet, le Gamer LowSense est fait (d'après Jean-Pierre) « en caoutchouc, ensuite recouvert de la texture imprimée ». C'est grâce au caoutchouc et la présence d'alvéole (voir photo tranche) que la glisse est plus « souple » en opposition à l'impression de dureté et de solidité du fUnc et Xboard.


Petit test sous divers jeux du moment (Doom III, FarCry, UT2k4, Counter-Strike, et Desert Combat), aucun miracle n'est fait sur la qualité du joueur, mais une aisance supplémentaire, surtout si la sensibilité très basse, on peux réaliser des mouvements bien plus amples sans avoir peur de sortir du tapis. Plus de problème pour les séances de snipe, beaucoup plus précises en faible sensibilité.

Mais si vous préférez jouer en sensibilité plus haute, le tapis reste un excellent atout par sa glisse et son confort (tant pour la souris que pour votre poignet qui repose dessus). Pour adopter un Gamer LowSense, faite donc de la place sur votre bureau (2 fois plus grand qu'un fUnc1030) ou prenez un plus petit modèle et n'oubliez pas les « Glidz ».


Pour les Gamers mobiles (comprenez Laners), ce tapis se roule dans son tube au moindre déplacement et aucune peur de le « casser » (un fUnc peut se plier ainsi que son socle en caoutchouc noir d'où là boite en acier, plutôt encombrant, le Xboard, lui, se transporte tel quel et ne risque pas de casser).


Pour ce qui est de l'usure, il faut voir sur la durée mais ça j'ai confiance en sa résistance (ayant déjà tué 2 Everglide, le Xboard en passe de devenir lisse, le fUnc également sans parler des patins de souris, je sais de quoi je parle). Les Glidz permettent d'éviter d'user les patins, c'est aussi un +. Pour le coté finance, impeccable également 22euros, 27,7euros et 31euros par ordre de taille pour les QPAD et 5,5euros pour les bandes « Glidz » (un fUnc est en moyenne à 25euros sur le net et le Xboard est maintenant introuvable suite à la faillite du fabriquant). Pour ce qui est de la disponibilité, en France, aucun distributeur pour le moment (mais ça ne saurait tarder vu la qualité de ce produit) mais vous pouvez toujours l'acheter à l'étranger ou sur le site du fabriquant (www.qpad.se) et il y a également plusieurs design à venir (différents dessins) dont quelques uns déjà en vente.

Le prix
Un choix entre trois tailles
La glisse incomparable et d'autant plus avec les Glidz
Possibilité d'équiper 2 MX1000 ou 3-4 MX510
Facilité de rangement
Adhérence sur le bureau
Son look et les designs originaux à venir
La disponibilité sur le sol français


fUnc qui se repose sur son 1030 depuis 2001 devrait penser à innover car son tapis est bel et bien dépassé, surtout par ce Gamer LowSense. Le Xboard V2 également (mais Kryptec a fait faillite).

Au final, un produit vraiment innovant, qui avait son stand lors du dernier E3 (prononcéI-CUBE J ).
Avis aux Gamers qui trouveront leur bonheur selon la sensibilité affectionnée et bientôt des images différentes imprimées pour une personnalisation accrue.

Page 10 sur 11