Mardi, 18 Février

Dernière mise à jour18/02/2020 11:36:54 AM GMT

Vous êtes ici Articles PC de bureau, multimédias ZOTAC ZBOX nano AQ01 Plus, Gigabyte BRIX BXi3-4010 - Le combat de nains

ZOTAC ZBOX nano AQ01 Plus, Gigabyte BRIX BXi3-4010 - Le combat de nains

Envoyer Imprimer

 

Côté Zotac, on retrouve avec joie un cube parfait de 12.7 cm et une hauteur légèrement plus importante qu'un NUC avec près de 5cm de hauteur aux fins d'accueilir un disque dur ou un SSD de 2,5".

L'éclairage du dos au plastique (encore) glossy est cette fois vert sur le dessus du boitier. Son illumination n'est pas configurable dans le BIOS sur cette déclinaison AMD du format Nano. Toutefois, le bios lui-même est assez complet, et globalement plus clair que sur la série ADxx Ivy Bridge. En partie grace à un choix plus sobre de la palette de couleurs du Bios (croyez-nous, c'était un peu agressif avant !), mais surtout parce que les menus et sous-menus sont clairs et assez complets pour affiner sans soucis sa configuration en cas de changement de certaines pièces.

Zbox plus (2)

La construction du chassis est une nouvelle fois irréprochable de compacité et d'efficacité. C'est une machine bien née, disposant de deux ouïes, une arrière, et une latérale gauche, assurant un flux d'air bien réparti, y compris à la verticale pour le disque et l'APU, même à plein régime.

Globalement silencieuse en fonctionnement, le seuil de ventilation maximal de sécurité au lancement du bios n'est que rarement atteint en fonctionnement, et même pourvue d'un disque mécanique, ne donne aucun indice de son fonctionnement placé derrière un écran. Ca tombe bien, c'est le but recherché pour ce genre de solutions.

Zbox plus (6)


Au repos, le flux d'air de part en part de la box est littéralement froid, pour passer à tiède à pleine charge de l'APU, après deux heures de benchmarks consécutifs.

La ZBOX dispose d'un lecteur de cartes mémoire multi-formats, un récepteur IR pour utiliser une télécommande (non fournie), et deux ports USB 2.0. Les entrée et sortie jack animées pour l'audio d'un codec Realtek HDA sont une nouvelle fois accompagnés de l'astucieux adaptateur optique, très utile dans le cadre d'une utilisation au coeur d'un Home Cinema. 

Comme sur la Nano ID63, la présence d'une connectivité en quantité garnit le chassis de manière intelligente.

Zbox plus (8)


Deux sorties vidéo (HDMI et Displayport) jouxtent le connecteur d'alimentation. Le bloc fourni est cette dois un Delta qui fait bien le poids de ses 65W et ne chauffe pas outre mesure lorsque la machine est à pleine charge, en alimentant un disque USB3 externe.

Zbox plus (10)Zbox plus (11)

Deux ports USB 3.0 accompagnent un port ethernet 10/100/1000, et cette fois, point de eSATA, mais un connecteur USB supplémentaire s'ajoute faisant monter à 7 le nombre de ports présents. Très confortable !

Cette fois pas d'adaptateur double mSATA vers SATA dans le bundle, mais toujours un disque mécanique de 2,5" 5400TPM silencieux et peu sujet aux vibrations.

 

Le Brix est la première déclinaison de mini-machine à la façon Gigabyte.

Dès l'ouverture du coffret enfermant la machine, l'effet est immédiat : "la vache, c'est petit !". Petit mais, pas d'aspect fragile, ni léger.

Paré par une ossature en acier noir à la peinture mat à l'aspect rigide et au poids rassurant, le Brix ne passe pas pour une petite chose fragile. Sobriété et rigueur sont les mots d'ordre de Gigabyte pour cette déclinaison du Brix qui ne se laisse remarquer que par la désormais traditionnelle LED bleue du bouton d'allumage.

La seule vraie faute de goût revient au plastique brillant qui orne la face supérieure de la machine, et qui bien évidemment, ramasse le gras du moindre contact avec vos doigts ou la poussière par son côté statique.

Brix (5)Brix (7)

La compacité a un prix côté extensions et stockage. Point de possibilité de format 2,5" en interne (la machine elle même ne faisant qu'à peine la hauteur de deux disques de ce format empilés), mais mSATA uniquement. Nécessairement, le stockage interne aura un effet intéressant et bénéfique sur les performances et le confort d'usage, SSD oblige.

Pour des raisons d'espace encore une fois, Gigabyte a opté pour la combinaison Mini-Displayport et HDMI. Le port Ethernet 10/100/1000, est acoudé à deux ports USB 3, la face avant se contente d'accueillir deux ports USB 2 et la sortie audio mixte optique / analogique. Du coup, on sent un peu une certaine forme de frustration. La face avant paraît au final sous-exploitée.

Brix (9)Brix (11)

Les ports USB sont rapidement accaparés pour peu que vous choisissiez des périphériques filaires. Pour ne pas trop perdre en utilité, les deux ports à l'avant en USB 3 sont ainsi pris en otage pour laisser les deux USB 3 à l'arrière le privilège d'héberger le stockage de masse. On a rapidement fait le plein. A moins d'utiliser des périphériques d'entrée en Bluetooth pour profiter de la carte mixte WiFi/BT intégrée, vous devrez très certainement passer par la case hub USB pour vous faciliter la vie côté périphériques. 

Côté sans fil en effet, c'est généreux, on dispose d'emblée d'un contrôleur WiFi accompagné d'une stack bluetooth 4.0 sur une carte mini-PCIE demi format. Il est pratique de n'avoir pas au moins à se soucier de trouver une carte compatible, et qui offre d'emblée de bonnes possibilités d'apairages de périphériques.

brix vs Zbox plus (2)

Dans les deux cas, les mini-machines peuvent orner votre bureau ou votre salon sans honte, et bien évidemment disparaître en quelques tours de vis à l'arrière d'un écran, le support VESA étant fourni par les deux constructeurs.

Vous pouvez envisager sans problème si l'essentiel de votre stockage passe par le réseau, et vos périphériques par le Bluetooth de n'avoir à vous contenter que de deux à trois fils courant derrière le pied de votre écran pour oublier totalement leur existence si vous faites jouer la veille prolongée et que les fonctiones UEFI du bios ne vous laissent pas tomber.

En ce sens, le Brix manque encore de maturité côté finition du Bios. A la fois limité et une plaie à mettre à jour, Gigabyte n'a semble-t-il pas capitalisé sur son savoir faire dans le domaine des cartes mères pour assurer plus que le service minimum.

On est clairement dans une approche "set-top-box", en oubliant quelque peu l'utilité d'un suivi plus "user friendly" pour le support global de sa mini-machine. C'est une grosse suprise, voire une déception.



Share