Dimanche, 26 Janvier

Dernière mise à jour24/01/2020 02:54:20 PM GMT

Vous êtes ici Articles Mobilité, PC Portable et tablettes XMG U505 Ultimate

XMG U505 Ultimate

Envoyer Imprimer

Après un Aorus agressif mais plutôt bien gaulé, c’est au tour d’un nouveau constructeur nommé XMG de passer sur le banc de test. Dans son édition Ultimate, cette machine U505 de 15,6 pouces peut-elle faire sa place parmi la pléthore de machines transportables de jeux ? Les tournevis sont prêts…

DSC_0216

Nous étions dans notre grenier, en train de chercher dans nos cartons ce que nous avions de plus étranges ou encore à mettre sur l’étalage pour la brocante quand la sonnette de notre bureau s’est mise à annoncer l’arrivée d’un livreur. Oui, nous avons bien une sonnette spéciale pour nos livreurs. Avec un son particulier qui annonce alors l’arrivée d’un carton. Sur ce carton, rien de spécial n’y était inscrit. Pourtant, nous nous attendions à ce qu’il arrive. Nous parlons bien sûr du tout nouveau XMG. Cette bête de course qui affiche des caractéristiques assez étranges, comme nos vieilleries de notre grenier. Ne prenons pas de raccourcis. Notre XMG de 15,6 pouces n’est pas une vieillerie. Au contraire. Nous étions donc tous regroupés, dans ce grenier poussiéreux, pour le déballage du premier PC Portable de la marque à passer entre nos mains plus ou moins expertes. Avant de vous dévoiler les atours de notre U505 Ultimate, regardons de plus près la fiche technique.

DSC_0219 DSC_0220

Succinctement, XMG propose dans l’une de ses innombrables combinaisons possibles de sa boutique en ligne, notre version avec une dalle mate de 15,6 pouces en Full HD qui affichera alors vos jeux préférés et autres documents de travail mais aussi les milliards de pages web consultées au travers du GPU dédié : une Nvidia GeForce GTX 965M (génération Maxwell) et ses 4 Go de RAM en GDDR5 dédiés. Côté CPU, on trouve un Intel Core i5-4690S de la génération Haswell, gravé en 22 nm accompagné de 8 Go de RAM DDR3L 1600 MHz. La bizarrerie avec ce processeur, c’est que ce dernier est normalement prévu pour être logé sur un socket LGA 1150. Celui-là même que l’on trouve sur nos cartes mères Desktop. Mais alors, est-ce que l’on a bien un processeur de Desktop dans un laptop ? La réponse est oui. Après ouverture complète du bouclier sous la machine, on trouve bien un socket LGA 1150 avec notre processeur Intel dessus. Pour mémoire, ce processeur affiche un TDP de 65W dans sa fiche technique et une température maximale de fonctionnement de 71°c environ. Nous regarderons tout cela en détail lors de nos tests. Mais une chose est sûre, cela fait un bout de temps que nous n’avions pas vu un tel socket dans un laptop. Cela remonte à l’époque du… Clevo ? Oui, nous confirme Philippe. Pourtant, l’étiquette collée sur la plaque en plastique de protection que nous venons tout juste de retirer porte la mention de XMG. Un peu plus haut, on trouve une autre mention : SCHENKER. Si cela ne vous parle pas plus que cela, c’est normal. En bas à droite de cette fameuse étiquette, on peut y lire cette fois : CLEVO, en toute lettre. Alors ? Et bien notre contact chez XMG nous précise ceci : « Au même titre que Gigabyte, XMG prend des composants Clevo. Â» On pose ça là et on vous laisse en tirer les conclusions.

2015_-_1

Puisque l’on a un socket LGA, la question est la suivante : est-ce que l’on est assez dingue pour y mettre un Intel Core i7-4790S avec un TDP de 65W également ? Dans les faits, nous n’avions pas une telle puce sous le coude pour tenter le diable. Mais sur le papier, cette machine doit être capable de prendre en charge ce processeur de quatre cÅ“urs (huit threads) à 3,2 GHz en fréquence de base. Mieux, les deux CPU Broadwell-K doivent aussi pouvoir prendre place sur le socket de notre XMG puisqu’ils affichent tous deux 65W de TDP (i5-5675C et i7-5775C). En revanche, il va falloir ruser un peu. Le BIOS old school de notre machine ne doit pas être à jour pour supporter toutes ces références. A la lecture d’une documentation allemande du constructeur, nous avons pourtant la possibilité de placer d’autres CPU disposant d’un TDP plus haut comme l’Intel Core i7-4790K (88W).

Toujours dans notre grenier, on continue les fouilles archéologiques, ou plutôt documentaires sur le site de l’assembleur XMG. De base, le PC portable dans sa version Ultimate embarque un Intel Core i5-4460S. Sur le site Intel, ce processeur est facturé 182$ chaque pour 1000 pièces achetées. Tandis que notre Core i5-4960S s’affiche à 213$, toujours pour un pack de 1000 CPU achetés. On observe donc un prix de base de 31$, alors que XMG facture l’upgrade 43€ au moment d’écrire ses lignes. Certes, le taux de change n’est franchement pas en notre faveur. Mais la différence nous semble un peu trop importante. Dans la version la plus extrême, avec un Core i7-4790K, facturé à 339$ sur le site Intel, XMG nous propose l’upgrade à 213€. Entre le processeur de base et le Core i7, on obtient une différence tarifaire de 157$. De là à facturer 67,40€ le montage, pas sûr que ce soit une bonne affaire. En conclusion de notre partie sur le choix de la configuration, il convient d’attendre encore un peu pour voir si XMG revoit à la baisse ses tarifs. Si cela n’évolue pas, autant prendre la version de base. L’achat du CPU que l’on souhaite dans sa boutique préférée puis son installation dans la carcasse du XMG est finalement assez simple et reviendra moins cher. D’autant plus que l’on récupère un petit CPU pour en faire une seconde machine de salon par exemple. Certes, le budget gonfle à vue d’œil, mais est-ce que l’on est prêt à mettre 67,40€ en plus pour s’offrir sa machine de rêve ? A vous de voir.

DSC_0218

Plutôt bien loti côté châssis

Si le processeur est un axe d’investigation intéressant, nous nous sommes aussi arrêtés sur l’analyse de la machine en elle-même. Notre XMG U505 Ultimate dispose de nombres ports USB 3.0, au nombre de 5 dont un en combo eSATA, ainsi qu’un lecteur de cartes SD 6-en-1. Un port HDMI 1.4a et un port DisplayPort 1.2 font aussi office de sortie vidéo pour le multi-écrans. Au vue de l’épaisseur de la bête (3,57 cm), XMG a aussi doté sa machine d’un port Gigabit Ethernet, et de quelques prises jack pour le son en multi-canaux. Avec la batterie de 82 WH, le monstre pèse 3,4 Kg. Une masse que l’on ressent clairement dans le fond du sac pour nos séances de LAN chez les collègues. A cela s’ajoute d’ailleurs 1 Kg de chargeur, oui, 1 Kg pour 150W avec une prise que l’on branche au milieu de la machine sur sa face arrière. XMG n’est pas dupe et nous annonce 2 heures d’utilisation en mode standard. On ne parle pas non plus du mode jeu. De ce côté, XMG obtient sensiblement les mêmes résultats que nous puisque l’on a épuisé la batterie en 142 minutes avec notre film Full HD. Comme nous le disions en début de test, nous n’avons ici qu’une Nvidia GeForce GTX 965M. Qu’en sera-t-il de l’utilisation d’une GeForce GTX 980M avec ses 8 Go de RAM dédiés ? Difficile à dire.

En parlant de Full HD, la dalle mate est correcte. Rien à dire de ce côté. Dans sa définition native, l’utilisation de Windows 8.1 64 bit fonctionne sans problème et le calibrage des couleurs n’est pas extravagant. Au-dessus de la dalle, on dispose d’une webcam standard de 2Mpx qui restitue une image un peu blafarde. Mais cela reste correcte pour du Skype. Sous l’écran, le clavier qui affiche nettement les touches classiques Z Q S D entourées d’un liseré blanc. Utile ? Dans l’absolu, le design des touches de jeu n’est pas extraordinaire. Pourtant, avec le rétro-éclairage des touches du clavier, cela permet de retrouver ces quatre-là rapidement. Quelques logiciels maisons agrémentent d’autant l’expérience du clavier de joueurs en proposant différentes combinaisons d’éclairage ou encore d’accès rapide à sa configuration de touches pour tel ou tel jeu vidéo.

DSC_0215
Plusieurs couleurs de clavier peuvent être configurées dans le logiciel idoine

En bas du clavier, plutôt agréable à la frappe pour écrire du texte, XMG a installé là un trackpad double point au touché satiné. C’est assez doux pour être noté avec deux clics discrets. Au milieu de ces deux boutons, un lecteur d’empreintes digitales pour déverrouiller sa machine est proposé. De manière générale, le design du XMG ne casse pas des briques. Il ne propose pas une certaine rupture avec ce qu’il se fait actuellement sur le marché. Avec toutes les machines que nous avons dans le grenier, en dehors de la poussière, il ne se différencie pas nettement de la concurrence. Si le design ne détonne pas, on note aussi que la charnière de l’écran nous fait un peu peur à l’usage. En outre, la configuration de base est un peu élevée côté tarif et sans lecteur optique pour l’épaisseur de la machine. Pour 1499€, nous avons droit à notre dalle mate Full HD, notre GPU dédié de base, un i5-4460S, 4 Go de RAM, 500 Go de stockage sur disque à plateaux, et une garantie de 24 mois, le tout sans système d’exploitation. XMG ne fait franchement pas rêver.

DSC_02171Arrêtons de tirer sur l’ambulance deux minutes. Il est temps de voir ce que notre machine a dans le ventre. Pour faire simple, le combo CPU Intel et GPU Nvidia fonctionne globalement bien. Les derniers jeux vidéo à la mode tournent correctement, sans trop de saccades. BioShock, en Full HD, configuration High retourne 77 FPS, tandis que Tomb Raider, même configuration tourne à 81 FPS. Non, XMG ne peut pas décevoir de ce côté.

Le jeu, c’est pas mal, mais le silence n’est pas au rendez-vous. Alors, vous nous direz qu’une machine portable de jeu n’est pas silencieuse par définition. Et vous avez raison. Mais là, nous n’avons rien entendu de comparable, malgré nos monstres de puissance que nous avons pu avoir entre nos mains. La ventilation est de taille et le fait savoir. Dans notre grenier à 33 dBA, notre XMG titille notre sonomètre à 43,5 dBA à hauteur d’oreille quand l’utilisateur est placé devant. Même notre aspirateur sans sac fait moins de bruit, c’est dire ! Si l’on décrit clairement la ventilation, elle est tout de même efficace pour souffler les calories du processeur et du GPU. Le système de caloduc est bien calibré pour tenir la charge du CPU Desktop ainsi que la puce graphique dédiée avec une répartition de charge sur deux circuits partagés entre les deux ventilateurs de la machine. Les deux turbines ne se lancent d’ailleurs pas en même temps. Celle de droite se lance avant celle de gauche pour refroidir et stabiliser notre CPU en pleine charge à hauteur de 73°c.

Le prix de la rançon

Vendue comme une machine dédiée aux jeux vidéo, notre XMG Ultimate de test est proposée à 1816€ TTC. Pour une telle configuration, nous nous attendions clairement à mieux. D’autant que la concurrence fait rage sur ce segment de marché en pleine croissance. Les PC portables dits « gamer Â» sont de plus en plus l’apanage des constructeurs qui n’arrivent plus à rivaliser avec les tablettes, bien plus mobiles. De fait, les fabricants et autres assembleurs de PC portables n’ont plus que ce segment du jeu vidéo en mobilité pour proposer leurs produits. De ce côté, XMG n’arrive pas à convaincre avec cette édition Ultimate. En prenant la configuration la plus poussée, tout en étant raisonnable dans nos choix, avec un Core i7, 32 Go de RAM, une Nvidia GeForce GTX 980M, un SSD de 128 Go et 1 To de HDD, la facture grimpe à 2915€, OS compris. Sans changer la dalle Full HD, la facture est un peu salée. XMG doit revoir sa copie s’il veut vendre des machines séduisantes aux caractéristiques alléchantes sans pour autant faire un trou intersidéral dans notre compte en banque. D’autant plus que les prochains mois, tous les fabricants n’hésiteront pas à revoir à la hausse les prix de base, en cause un taux de change moins favorable et un marché de plus en plus difficile.

fleche Le CPU Desktop... 
fleche Des tonnes d'options...

fleche ...au prix d'une ventilation bruyante 
fleche ...facturées au prix élevé 
fleche Le prix, globalement

Share