Cassez vous les curieux !

Imprimer

Vous est-il arrivé de faire un pari que vous n'ayez un jour regretté ? Ou ne vous êtes vous jamais posé la question de ce qu'aurait été votre vie si vous aviez fait un choix différent à un moment donné ? Ne vous êtes vous jamais dit que vous auriez vraiment du la fermer, plutôt que de laisser parler la testostérone ? Moi si...
 
    - Bon ... On y est ... Là je peux plus reculer. J'ai bien tout sauvegarder sur le NAS et pourtant y'a un je ne sais quoi qui me rappelle le drame de 2001 et la malencontreuse perte des photos de vacances... Ma femme ne me l'a jamais pardonné...
C'est sur qu'avec la perte de ses mails...
Non là, tout est OK. J'espère juste qu'il ne me foute pas la MBR en l'air ! Depuis le temps, ils ont du faire des progrès avec les distrib' Linux... 
Bon de toute façon le pari « Kasteel Â» c'était ça, ou donner mon corps à la science alors...
 
    - ... alors, tu l'enfonces cette touche « Entrée Â» ? 
Va falloir arrêter de se la jouer conservateur à la Mc Cain, faut vivre avec son temps ! 
Qui n'a pas essayé Linux de nos jour ? Hein, dit moi ? 
Toi qui en plus fait parti de ceux qui l'ouvrent toujours plus grand que les autres, tu mouilles ton pantalon pour trois tour de CD et une nouvelle partition ! Tient, je suis sur que même chez Clubic y'en à bien un qui tourne sous Linux alors... "
 
C'est sur ce dialogue avec ma conscience que je me suis lancé dans la grand aventure du logiciel libre, et que pour le première fois de ma vie, j'ai laissé entré Linux dans un de mes disques durs. C'est cette histoire que je vais vous relater ...
 

 test_linux_11_450.jpg

 

Un partitionnement dans la douleur
 
    - Et merde, je le savais : l'instal' elle foire, ça fait pas 5 minutes ! C'est nul linux, ça plante dès le partitionnement, même XP il fait pas ça lui. J'ai quand même dégagé 40 Go et je voit que dalle !
Allez, c'est bon je lache tout. Tu va voir qu'il à foutu en l'air mon XP et je suis bon pour 1 semaine de galère.

    - Ha bah bravo! Vive la conscience professionnelle ! Un bug d'installation et ca pigne comme tiot' qu'a renversé sa glace. 
T'as jamais eu d'instal de windows qui plante ? T'es sur que t'a pas fait une connerie ?

    - Hé oh, molo les sarcasmes. C'est pas toi qui assume derrière, et je te rappelle que je suis bénévole dans l'histoire ! Et puis j'ai suivi le tuto ... ha oué, non, j'ai peut etre oublié un truc...»

    - Swim, il a pas d'organe, Swim, il à pas d'organe ! 

    - ... 
 
Face à cette argumentation sans faille, je n'ai pu que persévérer. 
Le problème apparait juste après le boot sur le DVD d'instalation, au moment de choisir la partition d'instalation : l'espace libre non partitionné n'est pas disponible.

J'ai donc booté sur le CD  pour pouvoir accéder à un outil nommé "Gparted" et créer une partition formatée en "EXT2. C'est un oubli plus ou moins volontaire au sens ou, sous windows XP, j'ai bien dégagé de l'espace libre, mais sans pouvoir formater la nouvelle partition dans un des formats recommandé pour Linux. Du coup j'avais laissé en plan, pensant que ca passerait... 
Néanmoins c'est quand même super confortable de pouvoir booter sur le CD est de tomber sur un OS parfaitement fonctionnel avec plein de programmes dispo...

test_linux_10_150.jpg  test_linux_07_450.jpg

  
 
    - Non mais il va pas continuer longtemps à taper sur le système. Comme quoi y'aurait pas assez d'espace libre ! 40 Go ca suffit pas ??? Et puis c'est quoi c'est noms à la con "sda1", "sdb"? Il peut pas donner les tailles des disques plutot ?

    - Hé bé... On est pas arrivé dans le monde du logiciel libre vu comment t'es réfractaire. Je savais que t'avais toujours été un peu "campouze" sur les bord.
 
 

test_linux_01.jpgJe tient à précicer que je manie très bien le "Flack cannon". Je promet que le prochain larynx qui m'attribue l'adjectif "campouze" se retrouvera désolidarisé de son propriétaire.

Il existe quatres options disponibles dans le menu de choix de la partition à attribuer à Linux :
- Guided : l'espace libre d'un disque est choisit automatiquement, puis patitionné et formaté pour acceuillir notre distribution. Ce choix nous santionne d'une joli " Pas assez d'espace disponible" malgré les 40 Go libérés.
- Assisté - utiliser un disque en entier : ce qui consitute donc un motif de divorce dans notre cas. 
- Assisté - utiliser le plus grand espace disponible : toujours pas assez d'espace disque disponible...
- Manuel : c'est notre dernier choix ...

 

test_linux_15_150.jpg  test_linux_16_150.JPG  test_linux_17_150.jpg
test_linux_18_150.JPG  test_linux_19_150.jpg  test_linux_20_150.JPG
Voilà qui met parfaitement en confiance  ...

 

J'ai donc navigué un temps dans le mode manuel, et ai découvert le lexique si particulier de linux. Il semble que le caractère de base de ce language soit le "/"... Au moment du choix des disques, point de "SAMSUNG_XV_567895-500Go" pour nous repérer au sein de nos partitions. Non. Par contre plein de jolis /dev/sda1, /dev/sdb ou /dev/sdb2, heureusement annotés de leur taille respective. Une dificulté en cachant une autre, la fière sélection de notre partition de 40 Go (/dev/sda3) se solde par un doux message : "Erreur, aucun système de fichier n'a été choici comme racine". Ce que l'on peut traduire par "même joueur, joue encore" pour rester poli. Une cinquantaine de clic plus tard (et surtout un clic droit sur la partition) j'arrive enfin à une fenetre proposant de choisir un système de fichier et surtout un "point de montage". N'y comprenant toujours rien, je me rabat sur mes piètres connaissance et choisis le système "ext2", puis fait appel à ma logique implacable pour choisir comme point de montage la caractère de base, la fondation même de Linux : "/".

Insertion image 450 Avec clic droit

 

La copie des fichiers commence, les aplaudissements résonnent dans ma tête, je m'écroule, complètement vidé sur mon clavier.

 

Copier n'est pas jouer
 
A l'instar de Windows, les étapes suivantes de l'instalation consistent à choisir un nom d'utilisateur, un mot de passe, un type de clavier, un fuseau horaire et une dernière étape pour le moins surprenante.
 
    - Ouahhhhhhh, c'est terrible, il à repéré mon instal de windows et me propose d'importer mes documents et paramètres ! En plus il me laisse la possibilité de choisir l'utilisateur !

    - Rassure moi, tu remercie pas le soleil de se lever la matin quand même ?

    - Allez, je sélectionne swim et roule ma poule, c'est parti la copiiiii... arghhhh ! C'est quoi cette sournoise erreur de copie...  J'en ai marre, je pourrais pas avoir du bol de temps en temps ? Que tout marche du premier coup ?
 
Malgré cette petite pointe de découragement et après 3 gravures successives, il s'avère que les médias utilisés étaient défectueux pour deux raisons :
- Un téléchargement de moyenne qualité responsable d'une image disque abîmée, pourtant parfaitement bien copiée sur les CD ou DVD.
- Une gravure qui avait pioché respectivement 3 puis 1 fois dans la technologie « safeburn Â» (mise en pause de la gravure si le tampon est vide), et qui entraînait une erreur de lecture à chaque fois.
 
C'est donc après cette dernière épreuve, autant diagnostique que thérapeutique, que la copie des fichiers s'est déroulée normalement. Pour la première fois de notre vie, Linux démarrait à partir d'une de nos disque durs. (vous pouvez verser une petite larme, merci)
 

test_linux_23_450.JPG
Wouaaah !!! C'est joli, et sans rien faire du tout en plus ! On dirait pas un Héron d'ailleurs ?

 
    - Bon là il faut pas que je me rate. Y'à le vidéoprojecteur qui chauffe, madame est calée entre deux coussins, le regard rivé sur l'écran du PC, le sourcil froncé ... Non faut vraiment pas que je me plante et c'est le premier démarrage d'Ubuntu. 
Yata !!! Le vidéoproj et mon écran sont reconnus du premier coup et le double écran activé en mode clone déjà activé ! Allez avec un peu de chance on va voir Dr House pointer le bout de son nez sans que je galère.

    - On mange quoi ce soir ?

    - Tu sais que tu devient vraiment désagréable toi ?

    - Ouais ben tu dis pas toujours ça. Surtout quand tu sors : "j'ai ma conscience pour moi !"

    - Bon chut, ça commence !

    - Chériiiii, pourquoi l'écran du vidéo projecteur il est tout noir ???

    - Et merdouille ...
 
Malheureusement, les débuts enchanteurs tournent à la catastrophe. L'idylle était bien au programme : pas de drivers à installer, tous les périphériques de base fonctionnent parfaitement, même mon ensemble clavier souris Bluetooth de chez Microsoft et ses raccourcis ! Le programme de lecture vidéo à fait ce que le Lecteur Windows Média n'avait jamais réussi à faire : choper des drivers sur le net et permettre de lire la vidéo du premier coup. Les deux écrans sont bien reconnus dans leur résolution native, et le mode clone activé.

test_linux_05_150.jpg  test_linux_04_150.jpg
Un écran et un vidéoprojecteur parfaitement reconnus du premier coup et au premier boot, ca vous pose un OS là.
 
test_linux_08_150.jpg  test_linux_09_150.jpg
Là, le but en fait, c'est quand même d'avoir la même chose sur les deux écrans, ou alors que sur celui de droite. Raté.


Mais c'était trop demander : la vidéo ne s'affiche que sur l'écran et non sur le vidéoprojecteur ou la fenêtre nous propose une pale noirceur, qui ne tarde pas à se transmettre à l'humeur de ma chère et tendre épouse ...

Share