Jeudi, 27 Février

Dernière mise à jour27/02/2020 09:58:39 AM GMT

Vous êtes ici Articles Evénements, lives et interviews Interview : les dissipateurs Noctua

Interview : les dissipateurs Noctua

Envoyer Imprimer
 Articles > Alimentations -
{navigation}


Tout d’abord, merci beaucoup de l'intérêt que vous portez à Noctua . Je m’appelle Jakob Dellinger et je suis responsable pour la presse ainsi que pour les relations publics chez Noctua. J’espère que vous pardonnerez mon français, et je me réjouis de répondre aux questions de 59H.

Une partie de l'équipe

De Gauche à droite : un technicien, Mr Dellinger et Mr Mossig le grand chef de Noctua !


Quel est l’historique de l’entreprise ?

Noctua est le résultat d’une coopération entre la société autrichienne Rascom Computerdistribution et la société Kolink International de Taiwan. La marque a été introduite en 2005 et, depuis cette date,  nos produits n'ont cessé de gagner en popularité parmi les amateurs de silence. Aujourd’hui, nous sommes présents dans 29 pays et nos produits ont reçu plus que 700 récompenses et distinctions, décernées par des magazines et sites Internet de renom.

Quelles sont les productions de l’entreprise ?

Nous offrons des composants de refroidissement silencieux, notre gamme de produits comporte des ventilateurs, radiateurs et pâte thermique.


Quels sont vos volumes de production ?

Nous sommes fier du fort développement de notre production depuis la création de Noctua, et nous continuons d'augmenter nos capacités pour faire  face à une demande croissante.


Produisez vous vous-même vos ventirads ?

Oui, nos ventirads sont produit par Kolink International.


Avez-vous votre propre R&D ou partez vous à la chasse aux bons produits auprès des petits constructeurs tiers ?

Oui, le R&D est fait par nos bureaux d’études en Autriche et Taiwan.


Êtes vous présents sur le marché OEM ? Est-ce votre marché principal ? Sur quels marchés êtes vous présents ?

Non, nous ne faisons pas d’OEM.
Notre marché principal, sont les produits de refroidissement grand public (retail), mais nous travaillons aussi avec des intégrateurs de systèmes, ainsi qu'avec des assembleurs PC qui utilisent nos ventilateurs et radiateurs dans leurs machines.
Par ailleurs, nos derniers ventirads DX et DO s'adressent au marché des serveurs et stations de travail.
Pour terminer, nous avons des partenaires dans l’industrie qui incorporent nos produits dans leurs constructions – par exemple, LaCie a choisi notre ventilateur NF-P12 pour sa dernière solution RAID 4big Quadra.

{mospagebreak}
 Articles > Alimentations -
{navigation}

Caloducs et ailettes


Il est actuellement impossible de parler de radiateur sans parler de caloducs. Il semble que le seul axe de développement actuel soit la surenchère, que ce soit en terme de taille du radiateur ou du nombre de caloducs. Avez-vous actuellement d’autres axes de développement ?

Oui, nous faisons des recherches sur concepts alternatives aux caloducs, mais jusqu’à d’ici, il n’y a pas une technologie tellement supérieure qui offre grand avantages pour notre type de produits.


Il nous semble que les caloducs font quasi tous le même diamètre, et sont tous de constitution identique. D’ailleurs, aucune firme ne joue sur ce paramètre pour mettre en avant un produit. Jouez vous sur le diamètre des caloducs ? Existe-t-il un diamètre standard qui offre les meilleures performances ? Leur constitution est-elle systématiquement la même ?

Tout d’abord, il y a des différences en ce qui concerne la structure intérieure (« wick structure Â» en anglais) des caloducs. La qualité de cette structure est essentielle pour permettre un bon rendement dans n’importe qu’elle orientation. De fait, des caloducs avec une « wick structure Â» de mauvaise qualité seront plus dépendants de la gravitation et moins performant en général.
En ce qui concerne le diamètre, on utilise surtout des models à 6mm ou 8mm pour les ventirads aujourd’hui. En général, la capacité augmente avec le  diamètre, mais ça ne veut pas dire que des caloducs 20mm feraient un meilleur ventirad pour CPU : on ne peut pas, par exemple, intégrer quatre caloducs de ce diamètre dans une base de contact de taille habituelle (socket 775 par ex.) sans réduire l’efficacité du transfert thermique entre le processeur et les caloducs. En plus, il faut tenir en compte la distribution de chaleur sur les ailettes :  la distribution est meilleur avec 6 caloducs à 6mm comparé au 4 caloducs à 8mm. Il faut donc prendre en considération une multitude des facteurs et trouver le meilleur compromis. Par conséquence, on ne peut pas vraiment juger un ventirad par le nombre des caloducs ou leur diamètre.

noctua_nh_u12p_1_bd.jpg

Le NH-U12P, une des stars de la marque.


S’il est vrai qu’ils possèdent un bon niveau de performances, on peut reprocher aux dissipateurs à caloducs exposés de truster les meilleures places sur les bancs de tests théoriques, alors qu’en pratique ils ne sont pas toujours aussi bons que cela. Par ailleurs il semblerait qu’en cas de trop forte pression du système de rétention, leur base se déforme. Qu’en pensez vous et que pensez de ces dissipateurs à caloducs exposés ?  

Ce type de dissipateurs a un avantage sur les bancs de test qui utilisent un élément de chauffe à la place d’un CPU parce que la répartition de la chaleur est plus uniforme au niveau de la zone de chauffe : on n’a pas besoin d’une base en cuivre qui distribue la chaleur aux caloducs « extérieurs Â». Sur un CPU par contre, les caloducs « extérieurs Â» ne sont pas aussi efficaces que ceux directement au-dessus des cÅ“urs si on n’a pas une base en cuivre. En général, cette technologie n’est pas nécessairement un avantage comparée à un bonne base en cuivre. Si vous comparez la majorité de tests pratiques, ce sont très souvent les dissipateurs « traditionnels Â» comme notre NH-U12P ou les models Thermalright qui sont en tête. Comme vous avez dit, il y a aussi des soucis en ce qui concerne la stabilité et la qualité de leur base, surtout en face du « thermal cycling Â» à long terme. A notre avis, le stade actuel de cette technologie offre donc un avantage énorme pour le secteur prix/performance à cause de l’élimination des frais pour la base en cuivre, mais ce n’est pas encore approprié pour les dissipateurs de meilleure qualité.

{mospagebreak} 

 Articles > Alimentations -
{navigation}

Pâte thermique et base


Les tests montrent, qu’à dissipateur égal une pâte thermique peut faire gagner plusieurs degrés. Généralement les articles publiés intègrent cette donnée et donc les comparaisons sont valables. Néanmoins, le consommateur final installera généralement le radiateur avec la pâte que vous lui fournirez, il pourra donc obtenir des performances différentes de celles attendues. Quel soin apportez vous à la pâte thermique que vous livrez ? Est-il possible d’imaginer un partenariat avec un des leader du marché, comme Artic Silver par exemple ?

Je suis complètement d’accord ! La pâte thermique est un facteur très important, et comme la majorité des utilisateurs préfèrent utiliser la pâte fournie avec le dissipateur, il faut aussi en tenir en compte lorsque l'on compare des dissipateurs. C’est la même chose avec les ventilateurs. En fait, il faut toujours juger le bundle complet, et c’est pour cette raison que nous incluons notre pâte haute de gamme NT-H1 avec nos dissipateurs. Si vous achetez un ventirad Noctua, vous n’achetez pas seulement un bon dissipateur mais un bundle complet avec un excellent ventilateur et une excellente pâte thermique. Bien sur, nous sommes toujours ouverts pour nouveaux partenariats, mais une multitude de tests indépendants a confirmé que notre NT-H1 offre un meilleur rendement qu’Arctic Silver 5, donc ce produit ne serait pas vraiment intéressant pour nous.

noctua_nh_c12p_1_bd.jpg

Le NH-C12P livré avec de la NT-H1 bien sur.


Une autre manière d’envisager le problème des pâtes thermique est de limiter leur impact en offrant une finition miroir de la base du ventirad. En dehors de quelques waterblock quasi « fait à la main Â», nous n’avons jamais retrouvé une telle finition. Est-ce envisageable ? Existe-t-il une limitation à une telle réalisation ?

Tout d’abord, la finition miroir n’est pas nécessairement un grand avantage d’un point de vue thermique, dans la majorité des cas les différences sont minimes. Par ailleurs, une telle finition peut aussi causer des problèmes de distribution avec quelques types de pâte thermique : apparition de poches d'air après application et montage. En fait, l'existence d'une rugosité, même minime, au niveau de la base aide un peu à la distribution des pâtes visqueuses. Comme vous le laissez comprendre, il y a aussi des limitations en ce qui concerne la production en grande série :  si on fait une finition miroir, ce n’est pas facile de garder une planéité parfaite, qui est, en définitive, beaucoup plus important d’un point de vue thermique (ndlr : deux notions sont abordées ici : la rugosité et la planéité). Par conséquence, il y a plus des rejets, les coûts de production augmentent, etc. Bref, pour le moment, cela n’a pas vraiment de sens pour nous, parce qu’on risquerait sacrifier la qualité pour un avantage surtout visuel. En outre, quelque soit la finition de la base une bonne pâte thermique ne sera jamais superflue parce qu’il y aura toujours des imperfections au niveau des IHS (integrated heat spreaders) des processeurs.


{mospagebreak}

 Articles > Alimentations -
{navigation}

Système de rétention, poids et matériaux


La simplicité et la fiabilité du système de rétention sont selon nous primordiales. Surtout lorsque l’on voit des radiateurs pesant quasi 1 kg, ou tellement encombrant qu’ils cachent 1/3 de la carte mère. Est-il, selon vous, nécessaire de faire un compromis ? Et dans ce cas que privilégiez vous ?

Encore une fois, je suis tout à fait d’accord. Avec des radiateurs pesant plus de 600g, il est indispensable d’avoir un système de fixation complètement fiable, qui utilise un plaque de fixation arrière pour assurer une fixation sans faille, et qui réduise les contraintes de torsion de la carte mère (comme, par exemple, notre système SecuFirm™). Personnellement, je ne voudrais pas monter un ventirad de 800g en utilisant des push-pins (ndlr : système présent sur les ventirad box Intel). Mais même avec un bon système de fixation, nous sommes convaincus qu’il faut faire un certain compromis entre rendement, encombrement et poids. Par exemple, à notre avis, il ne faut pas doubler l’encombrement et le poids pour gagner 1 ou 2 degrés.

noctua_computex_08_05_bd.jpg

Le prochain système de fixation destiné aux sockets LGA1366 des core i7


Nous venons de le dire, le poids des ventirads est clairement devenu un problème, les forces de cisaillement exercées sur les socket de rétention sont importantes. Existe-t-il une limite de poids communément admise ? Vous limitez vous à un certain poids ?

Il n’y a pas vraiment une limite de poids communément admise, mais comme j’ai dit, nous essayons bien sur de rester raisonnable en ce qui concerne le poids de nos ventirads. Néanmoins,  je tiens à souligner encore une fois  que tout dépend aussi du système de fixation. Grâce à notre système de SecuFirmâ„¢, nous n’avons eu aucun problème dû au poids avec milliers et milliers de ventirads vendus.


En dehors de l’aluminium, du cuivre, et du placage nickel, aucun autre matériau n’a été utilisé pour construire un ventirad à notre connaissance. Existe-t-il d’autres matériaux potentiellement intéressants ?

Oui, de l’un coté, il y a d’autres matériaux intéressants comme l’argent ou le carbone, mais de l’autre coté, ces matériaux ont quelques désavantageas. Par exemple, l’argent est trop cher pour notre marché et le carbone est très cassant. On utilise donc l’aluminium et le cuivre parce qu’ils sont performants même en étant assez faciles à travailler et abordable.

{mospagebreak} 

 Articles > Alimentations -
{navigation}

Les ventilateurs

Les ventilateurs sont une autre variable importante pouvant influencer les performances d’un radiateur. Quels sont vos principaux critères de choix d’un ventilateur ? Le silence ? Les performances ?

Comme j’ai déjà dit, nous essayons toujours de faire attention au bundle complet d’un ventirad, et comme vous l'avez remarqué, le ventilateur joue un rôle très important. En fait, notre NF-P12 120mm est le premier ventilateur spécialement conçu pour l’utilisation sur dissipateurs et radiateurs en offrant une pression statique supérieure. Évidemment, il faut toujours essayer de combiner le silence et les performances, ça c’est le critère principal et le grand défi dans la construction des ventilateurs. Il serait facile de construire un ventilateur silencieux si les performances ne comptaient pas, ou un ventilateur très performant si le silence ne comptait pas, mais bien sur, tout le monde veut les deux…

noctua_nf_p12_1_bd.jpg

Le récent NF-P12 et ses ailettes travaillées.


Avec la démocratisation du PWM et du monitoring par le biais des cartes mères, les variateurs de tension paraissent obsolètes. La gestion PWM d’un ventilateur n’est en définitive qu’un moyen différent de le faire ralentir. Néanmoins, le mode de variation reste totalement dépendant de la carte mère, seule la plage de variation est lié au ventilateur. Qu’en pensez vous ?

A notre avis, le PWM est un moyen formidable si on utilise un dissipateur qui nécessite un ventilateur assez rapide et bruyant. En ce cas, la flexibilité de réglage automatique du PWM aide à réduire le niveau sonore si le processeur n’est pas à pleine charge. Si on utilise un radiateur de haute performance comme notre NH-U12P ou NH-C12P, qui sont optimisé pour des ventilateurs silencieux, c’est différent. Ils ne nécessitent pas plus de flux d'air que celui apporté par les 1300tpm de notre NF-P12, et ce même pour refroidir des processeurs à quatre cÅ“urs overclockés. Un ventilateur plus puissant, qui deviendrait silencieux grâce à la gestion PWM, n'est donc pas intéressant du fait de l'optimisation de nos radiateurs. En plus, beaucoup de nos clients préfèrent de limiter la vitesse du ventilateur manuellement pour trouver le rapport performance/bruit parfait pour leur système. Nous fournissons donc des adaptateurs qui permettent de réduire la vitesse à 1100 ou 900tpm. Néanmoins, il y a une certaine demande pour des ventilateurs PWM  silencieux même à pleine vitesse, nous avons des projets allant dans ce sens.


Grâce à une taille démesurée, nombre de radiateurs se prétendent passif. Selon nous c’est un argument purement marketing, au sens ou ces radiateurs nécessitent tout de même un flux d’air : celui du boîtier. Le but recherché est le silence, et donc s’il faut une ventilation de boîtier puissante, et donc bruyante, pour refroidir passivement le processeur, ou est l’intérêt ?

Bonne question, je ne peux qu'être d'accord ! C’est précisément pourquoi nos dissipateurs ne sont pas optimisés pour une utilisation dite « passive Â», mais pour un usage avec des ventilateurs silencieux et ultra-silencieux. A notre avis, il est plus raisonnable d’utiliser deux ventilateurs de boîtier à 600tpm et un ventilateur CPU à 600tpm, qu'un dissipateur passif et deux ventilateurs de boîtier à 1200tpm.

{mospagebreak}

 Articles > Alimentations -
{navigation}

Questions diverses


Que pensez vous du Watercooling ?

Avec le développement des dissipateurs air plus en plus performants (caloducs, ventilateurs 120mm, etc.), le Watercooling n’est plus si intéressant pour le grand public. Les kits assez bons marchés n’offrent pas vraiment un meilleur rendement qu’un bon ventirad malgré leur coût supérieur. En plus, il y a bien sur des questions de confort d’usage et de fiabilité. Les kits de haute qualité sont par contre beaucoup plus coûteux, ils s’adressent vraiment à une clientèle limitée. Néanmoins, notre ventilateur NF-P12 est très populaire parmi les amateurs de Watercooling à cause de ses bonnes performance sur les radiateurs.


Que peut-on attendre comme nouveautés pour cette année ?

Nous venons de présenter nos nouveaux radiateurs pour Xeon/Opteron la semaine dernière et nous présenterons très bientôt notre kit de fixation pour le nouveau socket Intel, LGA1366. Ce kit sera compatible avec tous ventirads Noctua depuis 2005 et nous envisageons de fournir le kit gratuitement à tous utilisateurs Noctua qui en ont besoin. En plus, nous travaillions sur le successeur de notre célèbre ventilateur NF-S12. Le nouveau modèle offrira un rapport performance/bruit encore amélioré grace aux améliorations de la dernière version de notre système rotatif Smooth Commutation Drive qui a été introduit avec le NF-P12. J’espère que nous pourrons présenter notre nouveau modèle en Novembre.

Est-ce possible d’imaginer un partenariat avec Intel ou AMD (sous forme de label), ou ces derniers se contentent-ils de leurs dissipateurs fournis en bundle ?

Pourquoi pas ? Nous sommes toujours ouvert à nouvelles coopérations et ne serait-il pas formidable d’avoir une version « premium Â» du nouveau i7 dont le bundle incluerait un ventirad Noctua ?


Merci Mr Dellinger, responsable des relations presse de Noctua , de nous avoir consacré le temps de l'interview, ainsi que pour l'effort de l'avoir faite en français.

Share