Jeudi, 20 Février

Dernière mise à jour20/02/2020 11:35:32 AM GMT

Vous êtes ici Articles Stockage interne, SSD SSD Intel Série 335 240 Go, One NAND to rule them all

SSD Intel Série 335 240 Go, One NAND to rule them all

Envoyer Imprimer

1030_Intel_011

Intel revient avec une nouvelle gamme de SSD. Sur la place de plus en plus bondée du marché des disques solides grand public, les séries 5xx et 3xx d'Intel représentent souvent un choix de compromis et de confiance : d'une part grâce au positionnement tarifaire de la série 330, mais aussi par la réputation de sérieux du support entourant les produits du fondeur de Santa Clara.

Le disque de 240 Go nous intéressant ce jour ouvre le bal de la série 335. Nouvelle nomenclature pour une nouvelle révision ? Pas tout à fait ! La filiation avec la série 330 repose sur quatre éléments : le contrôleur LSI SandForce 2281, la NAND synchrone, une garantie de 3 ans, et un positionnement tarifaire agressif.

 Ce qui change en revanche est un peu plus profond, mais juste en apparence. Les séries 330 et 520 partageaient toutes deux de la NAND MLC en 25nm, avec un MTBF pour chacun de 1.2 million d'heures. On passe désormais sur la série 335 à de la NAND MLC en 20nm, toujours avec un MTBF de 1,2 million d'heures.

Question IOPS en lecture et écriture sur un bloc de 8Go, on reste à l'identique avec respectivement 42000 IOPS et 52000 IOPS pour la déclinaison de 240 Go, seule disponible à l'heure du test, mais rattrapée récemment par une version de 180 Go.

Oui, comprenez-le d'emblée, il s'agit d'un remplacement de la NAND par des modules de gravure plus fine pour l'essentiel sur un PCB à l'agencement inchangé, accompagné par un nouveau firmware qui pousse Intel à créer une déclinaison de la gamme 335.

Pas de chamboulement, hormis ce firmware v.335S, et une baisse notable de la consommation du dispositif grace à la nouvelle finesse de gravure de la mémoire.

Intel complexifie temporairement sa différenciation de gamme au regard des stocks restant en 330, mais dès que cette disponibilité sera résorbée, seule la série 335 persistera dans les tailles à partir de 180 Go, et c'est déja le cas dans certains boutiques en ligne.

En soi, celà tombe très bien, l'accessibilité tarifaire de ces tailles en fera le nouveau standard de 2013 lorsqu'elles atteindront le seuil des 150 €, et potentiellement un produit phare de la gamme de SSD Intel en SandForce.

Notez d'ailleurs que ce test inaugure le choix de la rédaction de ne pas intégrer aux résultats les disques de taille inférieure à 120Go et de mettre de côté les relevés en SATA II, uniquement pour les disques à partir de 240 Go, afin de ne pas nuire à la lisibilité des performances.


335 Series 240 GB

IMG_5734

Firmware : 335S

Taille formatté 4K aligned: 223.6 Go

Contrôleur : SandForce SF-2281VB1-SDC

Type de modules NAND : 16x8Go MLC 20 nm synchrone

Taux de transferts séquentiels déclarés : 500 Mo/s en lecture, 450 Mo/s en écriture

Écriture 4K séquentielle maximale exprimée en IOPS: 52000

Lecture 4K séquentielle maximale exprimée en IOPS : 42000

Bundle : visserie et adaptateur 3,5 pouces, nappes et convertisseur d'alimentation, mini-cd Data Migration Software, sticker

Prix moyen : 180 €

IMG_5735

Les performances affichées ont été relevées sur l'interface SATA III native sur la carte mère suivante :

- Gigabyte GA-P67-UD4 (drivers Intel RapidStorage 11.0.0.1032 WHQL) – i5 2500T@2,4Ghz – 4Go

OS : Windows 7 64bits SP1, à jour.

Protcole CystalMark 3.0.1 (x64) : résultats collectés en 9 passes sur des échantillons de 4000, 500 et 50 MB remplis de manière aléatoire. Les résultats affichés sont les moyennes des relevés pour les 3 échantillons.

AS-SSD est lancé à 3 reprises. Seuls les résultats du troisième test sont relevés.

Procotole Anvil Pro version xxx : les tests sont effectués sur des échantillons de 8, 16 et 32 Go compressibles et non compressibles afin de stresser l'unité de stockage.

Le disque a été soumis à l'équivalent de 90 jours d'écritures aléatoires continues sous Anvil Pro, par extrapolation des 20 Go journaliers préconisés pour le calcul contructeur du MTBF, soit 1,80 To en phases d'écriture / lectures.


Le classique des classiques, CrystalMark lance la première danse du bal, comme toujours.

Crystal

Le 335 apparait sous un jour particulier. Lecture et écriture séquentiels sont sans surprise, bons, mais à la traîne par rapport à des SSD de référence en 128 Go, dont l'honorable Samsung 830 et l'excellent M5 Pro.

Face à son cousin en NAND synchrone de la série 520, le 335 ne ravira pas la couronne sur les données mixtes, et pas plus sur les accès séquentiels. Le M5 Pro à densité moindre lui fait autant la nique, mais de manière générale, le petit dernier a pour lui de ne démériter nulle part pour autant.

 

Crystal-IOPS

 

Côté IOPS, les accès massivement parallèles font toujours honneur aux disques de 240 Go en écritures aléatoires, mais le QD32 ne fera pas entrer les SandForce 2 dans le palmarès de l'efficacité. Le delta marqué précédemment avec le 520 de même taille perdure, et la suprématie de certains 128 Go persiste en lecture.

Il reste que nous sommes en face d'un disque qui délivrera de très bonnes prestations globales, mais reste comme ses homologues de la série 330 bridé par les choix de segmentation d'Intel sur ses gammes SandForce.

Vient ensuite la séance de musculation du SF2281 avec les données incompressibles sous AS-SSD.

AS-SSD

La hiérarchie posée par CrystalMark en terme de débits séquentiels demeure identique dans le cas des données non compressibles, avec des performances en écritures à peine dégradées. Il semblerait qu'Intel aie bien travaillé sa cpoie et n'a pas fourni un firmware terminé à la truelle côté performances.

On remarque côté accès aléatoires threadés une petite surprise. Le résultat en écritures 64 threads est excellent, et dépasse d'une bonne tête le 520 cette fois. En soi, ce résultat qui titille la suprématie de la solution en mémoire synchrone a pas mal de sens !

Mon petit doigt me dit qu'Intel a retravaillé sa copie pour tirer parti du contrôleur de manière plus efficace en écritures sur les données non compressibles, là où un disque de 240 Go est bien censé briller à pleine charge ! Pour une solution pourvue d'une mémoire plus "économique", c'est un beau tableau de chasse.

Les profils "Game" et "Program" semblent donner raison à cette hypothèse, avec un bénéfice net tout aussi remarquable pour un disque de ce prix face à la déclinaison haut de gamme d'Intel. Sans être pour autant un cador, l'équilibre général de la solution transparait déja nettement.

Au petit jeu des profils d'ailleurs, certains disques de 128 Go restent très vaillants, comme le Samsung 830 et le Wildfire sous ce même SandForce (ici avec son tout dernier firmware 5.0.2 avant sa disparition totale de la gamme Patriot) qui disposent encore de beaux restes grace à leurs NAND respectives.

Question débits séquentiels, R.A.S., sauf le constant caractère insolent, voire vexant des Samsung 830 en écritures.

C'est au final tout ce que l'on attend d'un SSD, mais encore faut-il comprendrer et analyser celà sur des données plus complexes pour confirmer notre sentiment...

IMG_5739


...et c'est là qu'intervient Anvil et ses petites sessions de gonflette pour SSD sur des fichiers de 16 et 32 Go. Contrairement aux tests constructeur basés sur un bloc de données de 8 Go(mélangeant des résultats en QD32 et du QD64 dans les product specs), nous procédons grace à Anvil à un stress un peu plus important de la gestion de la NAND.

 Sur données compressibles à 100%

altalt

C'est le moment pour le contrôleur SandForce de briller. Incontestablement, le disque fonctionne bien, et parvient à des performances globales équivalentes à un M5 Pro 128 Go, et à un 330 de 180 Go dans le même profil. Le contrôleur s'en donne à coeur joie, et les résultats en 4K montrent qu'Intel ne calibre pas ses specifications sur ce type de profil de données.

 Sur données compressibles à 46%

altalt

 Beaucoup plus réaliste que le profil précédent, ce qui ressemble à un usage applicatif trouve ici des résultats en parfait équilibre par rapport à la gamme et au format du 335. Qu'il soit question de fichiers de 16 ou 32 Go, le disque garde des résultats stables.

En 4K, quadrupler les accès ne quadruple pas les performances, mais l'indice donne une perspective réaliste des chiffres affichées par Intel en lectures / écritures. La moyenne des 42K/52K est peu ou prou respectée sur chaque profil.

 Sur données incompressibles

INTEL_SSDSC2CT240A4_240GB_16GB-20121208-1653INTEL_SSDSC2CT240A4_240GB_32GB-20121208-1523

 La surprise du chef revient à la quasi-stagnation des résultats sur les données totalement incompressibles. Seul élément notable, le contrôleur semble souffrir en lecture 4K QD16 sur l'échantillon de 16 Go. Rien du tout de pénalisant, mais il semblerait que l'aménagement des données bénéficie grandement de la gestion des modules mémoire.

Le panachage des données sur les 16 modules de 16 Go sont alors mis obligatoirement à contribution, ce que le contrôleur de LSI semble apprécier particulièrement en lectures. Intel a donc un contrôleur bien maîtrisé côté performances entre les mains.


Une fois le 335 rempli à 90%, nous lui offrons l'occasion finale de montrer sa capacité à garder sa verve la bouche pleine.

AS-SSD_Usure

Ce sont les accès séquentiels qui trinquent en écritures, avec un plongeon de 44% confirmé sur le profil ISO taxé à plus de 35%.

Aussi maîtrisé soit-il, un SandForce reste un SandForce lorsqu'il est question de maintien des performances sur un disque plein en écritures, mais celà n'en fait pas une situation dramatique pour autant.

Usure Avec une perte maîtrisée de 10% des performances du disque, il y a vraiment peu de chances que vous remarquiez une quelconque pénalité à l'usage, et ce y compris en temps d'accès :

AS-SSD_Accs_Usure

 Côté support du TRIM, rien de changé depuis la série 330, tout se passe très bien, et le disque a repris ses propriétés initiales sans problème.


Très en dessous du tarif du "Cherryville" de même taille, le 335 fait bonne figure comme son prédécesseur "Maple Crest", sans assurer pour autant le spectacle. Les apports du firmware font état d'une maîtrise remarquable du contrôleur LSI, et démontre qu'Intel sait faire mieux que ses concurrents sachant palier à un défaut notoire de cette solution.

Le disque ne s'effondre pas en données incompressibles, et s'il brille logiquement en donnée totalement compressibles, le delta entre les deux extrêmes est bien maîtrisé sur cette déclinaison de 240 Go, d'une densité il est vrai très favorable à réduire ce contre-coup.

Face à son homologue de la série 520, autant dire que question performances au quotidien, l'utilisateur n'y verra que du feu entre les deux solutions.

IMG_5736

Seul véritable point de différenciation, la garantie, encore vraiment en faveur du 520 mais à pondérer avec les taux d'écritures tolérés pour les SSD Intel en NAND 5K sur les 520 et 3K sur les 330 et 335. De fait, la série 33x doit, malgré son MTBF identique avec la 520, être bien prise pour une solution devant être soumise à des usages modérément intensifs en écritures.

Toutefois, vu la chute progressive des prix de ces solutions, est-il vraiment pertinent de tabler sur une garantie si longue ? Oui, pour le cas de la revente, absolument pas si vous changez régulièrement de configuration.

Placé en moyenne 20€ moins cher qu'un M4 qui a fait largement ses preuves à taille et bundle équivalent, Intel en donne pour l'argent investi sans fioritures, et constitue une offre incisive, voire agressive au regard des prestations.

IMG_5738

Dans la même frange des 180 €, on trouve du vieillissant OCZ Agility 3, du Kingston SSDNowV+200, tous sous SF2281, et désormais plus dans la même frange de performances. Autant dire que le 335 est pour qui désire avoir un peu d'espace sur son SSD ou faire tenir l'intégralité des données locales sur un SSD au prix le plus serré constitue un choix judicieux.

alt alt

fleche SandForce maîtrisé côté performances
fleche Tarification (très) agressive

fleche Quid de la fiabilité de la nouvelle NAND 20 nm ?

Share