Intel Serie 330

Imprimer

Intel revient à la charge après sa très honorable série 520 visant le haut de gamme, en particulier de par l'offre de garantie poussée à 5 ans, et une des offres SandForce les plus fiables connue jusqu'alors.

Cette fois, la série 330 vise le segment ouvrant la gamme aux bourses plus regardantes sur le rapport performances / prix. De fait, le coktail NAND MLC Intel combiné au SandForce SF-2281 est cette fois assortie d'une tolérance de panne réduite à 1,2 millions d'heures, et une garantie "réduite" à 3 ans.

 

59hardware

Si du côté bundle et présentation générale du produit, rien ne distingue de l'extérieur les 520 des 330, il apparait que les progrès autour du développement des SandForce ont bénéficié à Intel pour la ségmentation de son offre en terme de tailles. Là où la série 520 proposait des déclinaisons classiques 60 / 120 / 240 / 480 puis un 180 Go, l'entrée de gamme a été calibrée d'office pour offrir ce compromis taille / performances / prix que seul un SF-2281 peut offrir.

 Intel_Serie_330_2

 

Celà a un double avantage pour Intel, qui permet du coup de garder une offre plutôt cohérente autour d'une base solide, sans canibaliser sa série 520. Mais s'y retrouve-t-on vraiment du côté du prix et des performances ? Cette dernière taille a-t-elle un réel attrait en terme de performances au delà du bénéfice d'espace face à un disque de 120 Go ?

Intel_Serie_330_3

Si comme nous, cette question vous taraude, suivez-nous pour le reste du test des deux extrêmes de la gamme, de 60 et 180 Go.


Intel-SSD-330-box-shot1Présentation

Produit testé : 60GB [SSDSC2CT60A3] et 180 GB [SSDSC2CT180A3]

Firmware livré : 300i

Tailles détectées :  60 : 55.9 go 180 :167 Go

Contrôleur : LSI SF-2281

Type de modules NAND : Intel MLC 

60GB

Taux de transferts séquentiels déclarés : 500 Mo/sec en lecture,  400 Mo/sec en écritures

Lectures aléatoires (4KB) maximales exprimées en IOPS: 12 000 IOPS

Écritures aléatoires (4KB) maximales exprimées en IOPS: 25 000 IOPS

MTBF annoncé : 1.2 million d'heures

180 GB

Taux de transferts séquentiels déclarés : 500 Mo/sec en lecture, 450 Mo/sec en écritures

Lectures aléatoires (4KB) maximales exprimées en IOPS: 42 000 IOPS

Écritures aléatoires (4KB) maximales exprimées en IOPS: 52 000 IOPS

MTBF annoncé : 1.2 million d'heures

Garantie : 3 ans

Bundle : Plaque 3,5", visserie, manuel, sticker, câble SATA, adaptateur alimentation, suite de migration logicielle Intel

Prix moyen : 60GB : 70€ / 180GB : 120€


Protocole de test

Les performances affichées ont été relevées sur les interfaces SATA II et III natives sur les cartes mères suivantes : 
fleche Gigabyte EP35-DS3R (drivers Intel RapidStorage 11.0.0.1032 WHQL) – Q6600@3.29Ghz – 4Go pour le SATA II (port 3)
fleche Gigabyte GA-P67-UD4 (drivers Intel RapidStorage 11.0.0.1032 WHQL) – i5 2500K@2,3Ghz – 2Go pour le SATA III (ports 0 et 1) Toutes deux supportent les commandes TRIM et NCQ. 

Les deux plateformes fonctionnent sous Windows 7 64bits SP1, à jour au 1er septembre 2012.

CrystalDiskMark-en1Nous démarrons avec CystalMark 3.0.1C (x64), dont les résultats ont été collectés en 9 passes sur des échantillons de 4000, 500 et 50 MB remplis de manière aléatoire. Les résultats affichés sont les moyennes des relevés sur chaque contrôleur, pour les 3 échantillons.

AS-SSD est lancé à 3 reprises. Seuls les résultats du troisième test sont relevés.

Le logiciel Anvil Pro est employé dans sa version 1.0.44.336 RC 3. Les tests sont effectués sur des échantillons de 16 et 32 Go compressibles et non compressibles afin de stresser l’unité de stockage. 

Les disques ont été soumis à l’équivalent de 90 jours d’écritures aléatoires sous Anvil Pro, à raison des 80 Go journaliers, soit 2,40 To en phases d’écriture / lectures.


Performances sur données mixtes

Nous partons pour un tour de chauffe sous CrystalMark.

Pour le 60 Go

Crystal_60_Go

Crystal_IOPS_60Go

 

Une fois n'est pas coutûme, le passage vers le SATA III n'apporte absolument rien en performances globales. Lecture séquentielle mise à part, le disque se comportera de manière absolument identique en SATA II et en SATA III.

Décevant ? Non, c'est même tout à fait logique vu la taille du disque. Les performances globales paraissent d'ailleurs plutôt honorables. Nous y reviendrons bien vite. 

C'est surtout une très bonne occasion de prendre en compte le disque dans un scénario d'usage et d'usure purement SATA II (avec, ne vous en faites pas, ce qu'il faut en SATA III pour appréhender le disque face à ses concurrents). Tant qu'à ne rien perdre, autant que celà permette d'illustrer ce qu'il peut offrir dans le cas d'un upgrade.

Pour le 180 Go

 

Crystal_180_Go

 

Crystal_IOPS_180Go

 

Les performances sur données mixtes sont toutes bonnes, et dans les clous de ce qui se fait en SandForce. Sans préjuger encore des performances générales du disque, il y a toutefois une progression nette des performances en SATA III. Les gains observés sont quasi proportionnels d'un profil à l'autre lorsqu'il est question d'une montée en charge.


Anvil et contre tous

Le développement d'Anvil poursuit son bonhomme de chemin et s'améliore chaque fois en apportant des ajustement utiles. Encore en version Release Candidate, mais toujours diablement efficace, ce dernier va prendre son assise dans nos tests pour appuyer les profils de performances, et remplacer AS-SSD pour une étude détaillée des performances en fonction de la compressibilité des données.

AS-SSD reste à nos côtés tout de même, afin d'harmoniser la comparaison avec les disques précédents, et illustrer les performances en 64 threads. 

En raison de l'espace libre, le disque de 60 Go ne peut pas passer le test de l'échantillon de 32Go (2 fichiers de 32 Go chacun en lecture / écriture).

En présence d'un SandForce, nous démarrons avec le test des données incompressibles.


Sur des données incompressibles

Pour le 60 Go

 

ATA_INTEL_SSDSC2CT06_SCSI_Disk_Device_60GB_16GB-20120919-2259

 

Dans la pire des situations pour un SF-2281, le 330 60 Go tire la langue en montée en charge. Que ce soit en lecture ou en écriture, le disque peine à lever la barre lorsque le threading passe de 4 à 16. Dans un sens, celui ci ne chute pas non plus. Le défaut structurel dû à la taille et la densité du disque ne joue pas en faveur du contrôleur qui ne fait pas nécessairement ici goulot d'étrangelement. Quoique ?

Pour le 180 Go

INTEL_SSDSC2CT180A3_180GB_16GB-20120916-1141

 

INTEL_SSDSC2CT180A3_180GB_32GB-20120916-1129

 

La déclinaison de 180 Go, bien mieux lotie en densité peut elle grimper bien plus haut en performances. Mais là encore, le SandForce bute en écritures 4K QD4. Mais en lecture, que ce soit sur un échantillon de 16 ou de 32 Go, il décolle en lecture. Par contre, nous sommes clairement éloignés des 42K IOPS promis en lecture, et aussi très loin des 52K en écritures. Voyons ce que l'algorithme de compression peut faire pour les performances sur la serie 330.


Sur des données compressibles à 46%

Pour le 60 Go

 

ATA_INTEL_SSDSC2CT06_SCSI_Disk_Device_60GB_16GB-20120919-2320

 

A ce seuil de compressibilité, les SandForce sont en principe comme un poisson dans l'eau. Pour le 60 Go, le threading en lecture ne fait que légèrement grimper l'efficacité, mais en écritures, c'est un bon du simple au double par rapport aux données incompressibles. Nous sommes dans les clous des 12K IOPS en lecture et 25K IOPS déclarés par Intel pour cette référence. C'est plutôt cohérent aussi avec ce qu'on attend d'un SandForce et, disons-le, ce n'est semble-t-il pas un firmware au rabais.

Pour le 180 Go

INTEL_SSDSC2CT180A3_180GB_16GB-20120916-1110


INTEL_SSDSC2CT180A3_180GB_32GB-20120916-1110

 

Le profil applicatif aide le 180 Go à montrer son plein potentiel. Cette fois nous y sommes, les clous posés sur le datasheet est respecté. Mais comme d'habitude, pas dans toutes les circonstances. Il suffit d'être prévenu.

Du reste, c'est un très bon résultat qui ne demande qu'à être confirmé en 60 threads sous AS-SSD, vu les marges prises par le contrôleur lors de la montée en charge (très notable en lecture).


Sur les données totalement compressibles

 Pour le 60 Go

 

ATA_INTEL_SSDSC2CT06_SCSI_Disk_Device_60GB_16GB-20120919-2328

 

Au jeu de la mongolfière, le 60 Go se donneà fond et cartonne en écritures threadées. Par contre, en lecture, rien ne bouge pour ainsi dire. Le contrôleur semble faire des claquettes avec cette quantité de NAND, mais permet néanmoins de profiter assez sereinement de son petit espace.

Pour le 180 Go

 

INTEL_SSDSC2CT180A3_180GB_16GB-20120916-1046

 

INTEL_SSDSC2CT180A3_180GB_32GB-20120916-1055

 

Quantité de puces oblige, le 180 Go malgré sa taille atypique continue à "performer" dans le bon sens en profitant lui d'une progression parallèle de l'efficacité en lecture et en écriture.

A titre d'exemple, ses perforamnces en écritures QD16 dépassent celles du Plextor M5 Pro 128 Go dans ce profil, et l'égalent à partir du QD4. C'est impressionant, mais c'est surtout vain, à part si vous ne manipulez que des fichiers texte rédigés dans le bloc note...

Mais que se passe-t-il pour les 330 en QD64 incompressible alors ?

AS_SSD_60_Go

Le plus petit des Dalton reste teigneux en progressant encore un peu en écritures par rapport au QD16 sous Anvil, à condition d'avoir du SATA III. On remarquera toutefois que cette progression ne révolutionnera rien, et que SATA II ou SATA III, le disque se comportera de manière quasi identique. Sa capacité en écriture grévant largement ses performances, ce SSD ne gavera même pas le contrôleur SATA II.

AS_SSD_180_Go

Autre musique chez le 180 Go, il prend tout, l'apport de bande passante du SATA III, et le gain de performances en QD64 qu'il met à profit fort bien. Pourtant le disque s'est comporté de manière ératique en lectures aléatoires 4KB sur les deux contrôleurs. Heureusement, nous ne portons pas de crédit aux "notes" délivrées par les benchmarks, et ce comportement n'eut lieu que sous AS-SSD. Nous n'en ferons pas un grief, le disque s'est très bien comporté sous Anvil et CrystalMark, et les différents outils de monitoring employés, dont la SSD Toolbox d'Intel ne nous ont pas renvoyé d'alerte quelconque.


Les 330 sur le grill

 En bonne compagnie, voire en consanguinité.

 En données mixtes

 

Comparo_-_Crystal_SATA_III

Questions débits sur données mixtes, le 180 Go a trouvé clairement son alter-égo en la personne du Crucial M4 128 Go. Il devance ainsi systématiquement le cousin de la série 520 de 120 Go. 

Entrée de gamme ou pas, firmware du SandForce moins évolué ou pas, le 330 de 180 Go est bien né, et démontre que le rapport à la densité combiné avec la bonne tenue de la NAND Intel peut faire du bon boulot. Son avantage de taille lui apporte un petit bonus intéressant au niveau des performances, mais cela n'en fait pas non plus un "dragster" des SSD.

Le petit 60 Go poursuit quand à lui son parcours en toute modestie. Pas meilleur que sa déclinaison de la série 520, il n'en est pas pour autant risible. L'intérêt de son existence n'est de toute évidence pas à chercher dans une quelconqué véléité à se pavaner dans les benchmarks.

 

Comparo_-_Crystal_SATA_III_IOPS

 

Question efficacité à la charge, les 520 et 330 en 60 Go sont dans un mouchoir de poche avec un léger avantage, qui ressemble quand même beaucoup à l'application d'un léger rabais sur ce dernier pour ne pas les confondre. A se demander si une étiquette et un firmware n'ont tout simplement pas valsé entre les deux à ce stade de cosanguinité (et je ne parlerai pas du PCB !).

Le 180 Go fait belle figure en lectures aléatoires, mais patine en écritures. Rien de dramatique face à au 520 de 120 go, il le dépasse de plus d'une tête chaque fois. Du reste, les non-SandForceux embarquant un SoC Marvell se portent tous mieux à la tâche lorsque le threading commence à faire frémir le contrôleur, et ce, même lorsque la NAND embarquée est du même cru (confère, le M4 de Crucial qui hors le déficit en écriture commun aux deux disques, se refait sur les lectures aléatoires threadées et non threadées).

 

 En données incompressibles

AS_SSD_SATA_III

Les données incompressibles, c'est la douloureuse tradition de la mise au peloton des SF-2281. Séries 520 et 330 comprises, ces derniers se lissent tous dans les proportions de leurs concurrents. PNY, Patriot, Intel, tous voient leurs performances se contracter, quelle que soit le type de NAND embarquée.

Le léger avantage de taille du 330 180 go par rapport à un 520 de 120 Go permet de canaliser le fléchissement des performances. Sans tenir la cadence exceptionnelle d'un M5 Pro, il n'en demeure pas moins que l'avantage de ce format intermédiaire dépasse tout de même le simple ajout d'espace et profite à l'équilibre général du disque. C'est un argument certain en sa faveur.

La version d'entrée de gamme de la série 330 évite la dégringolade, mais au final, fait jeu égal, vraiment égal, avec la version de la série 520. A cette échelle de performances, les légers avantages partagés ça et là entre les deux sont de l'ordre de l'imperceptibe et du pur aléa.


Endurance des disques à la charge

Une fois n'est pas coutume, nous évaluerons pour le cas du 60 Go son endurance dans un environnement SATA II, qui semble lui aller au final parfaitement. C'est l'occasion de voir comment le disque réagirait si vous l'utilisiez comme disque système d'upgrade, et risquiez de vouloir en bénéficier jusqu'au dernier giga.

 

Pour le 60 Go

AS_SSD_usure_60_Go

Tableau_usure_60_Go

 

Le disque se comporte impeccablement. Rassurant et efficace, hormis un raidissement anecdotique en écriture séquetielle, le 330 60 go confirme qu'il a sa place et son utilité dans cette gamme. Il reste un facteur à prendre en comte, rendez-vous dans la conclusion.

 

Pour le 180 Go

AS_SSD_usure_180_Go

 

Tableau_usure_180_Go

 

Avec plus de monde à adresser et organiser, le 330 de 180 Go s'en sort avec les honneurs. Dérivant autour des 10% de perte de performances, cette déclinaison garde bon pied bon oeil jusqu'à sa quasi-complétude. Intel semble donc avoir clairement soigné sa copie sur ce plan là.


Conclusion

Premier cas à prendre en compte dans la série 330, le 60 Go. Avec des performances en retrait par rapport à son équivalent dans la série 520, le benjamin de la gamme fait plutot pâlichon. Toutefois, il est beaucoup mieux servi en terme de tarification que son cousin "Cherryville" en étant trouvable sous la barre des 70€ sans trop se fouler. A ce tarif là, la garantie 3 ans se digère sans problème, et ses performances légèrement en retrait ne sont pas du tout rhédibitoires pour une machine disposant d'interfaces en SATA II uniquement, ce qui fait quand même pas mal de monde, sur des configurations Intel et AMD. Qui plus est, quelle que soit l'offre concurrente, chez Crucial en M4, Samsung 830 ou OCZ Agility, vous vous retrouverez peu ou prou avec les mêmes performances sur cette taille de disque. Le prix appliqué est alors réellement décisif.

Pour bénéficier des bienfaits d'un SSD pour pas cher et héberger un OS, une suite Office, et un déja un bon pacson d'applications (au hasard, une suite Adobe en plus tiens), c'est un upgrade intelligent et il faut le dire, moins cher qu'un jeu console. C'est aussi une solution pour un ordinateur transportable ou portable sédentarisé, qui trouvera une seconde jeunesse sans sacrifier à l'espace de stockage si vous prenez la peine d'externaliser votre disque mécanique sur l'USB.

Néanmoins, si vous disposez d'une interface SATA III native, vous pouvez passer votre chemin et lorgner vers plus efficace en rapport performances prix. Le serie 300 en 180 Go par exemple ?
intel_330_5

Ca se discute. Absolument pas mauvais, avec des performances qui le placent beaucoup mieux que le serie 520 120 Go niveau performances, et mieux que le 240 Go au niveau du prix, son attrait principal aurait pu être justement ce rapport poids / prix. A celà près que la perte de taille disponible après formattage est pour le moins frustrante. Avec 23 Go dans la nature, on se rend compte que l'on a à peine 48 Go de plus qu'un disque de 120 Go. Hors promotions, le 180 Go est proposé autour des 150 / 160 €, ce qui face à la petite centaine d'euros réclamée pour le 120 Go réduit l'intérêt du gain espace / prix à peau de chagrin.

A celà s'ajoute la proximité tarifaire plutot marquée avec la série 520 plus la taille augmente, remettant ainsi sur le fer la question de la garantie. En jouant sur ce facteur de fort belle manière en février dernier, Intel a joué un coup de Poker contre lui même dans la segmentation de sa gamme. Naturellement, si les performances sont à quelques choses près comparables, la garantie pourrait faire basculer facilement en faveur du grand cousin assuré d'être remplacé dans les 5 années de son service.

Comme vous pouvez le constater, la montée vers le haut des performances et l'uniformisation des produits, combinée à la chute récente des prix de ces solutions rend la ségmentation des offres très complexe. La gamme 330 est vraiment très honorable, mais elle canibalise et est à son tour canibalisée par une parentée trop proche avec d'autres bons produits.

Nous ne pouvons pas non plus évacuer trop vite le facteur SandForce de l'équation. Les coups de bonto entre les différentes branches d'implémentation du contrôleur, sur des bases de NAND souvent identiques, portent un peu à l'agacement. Intel en a fait la démonstration avec la gamme 520 par une belle maîtrise d'un contrôleur réputé "difficile" en termes de stabilité, surtout après les premiers produits lancés. Pourtant, tout porte à croire, côté NAND, qualité du PCB, MTBF annoncé, que nous sommes en face de clônes.

A ce titre, si l'un est garanti 5 ans et l'autre 3, pourquoi y aurait-il plus de risques ? Les différences de performances n'étant pas totalement significatives, le choix du plus abordable 330 ne serait au fond pas dénué de bon sens.

 

alt alt

flechePerformances (180 Go)
flecheQualité prix (60 Go)
flecheNAND et SandForce maîtrisés

flechePrix hors promotions (180 Go)
flecheGain d'espace peu évident (180 Go)
flecheGamme "entre deux chaises"

Share