Dimanche, 19 Janvier

Dernière mise à jour17/01/2020 05:29:44 PM GMT

Vous êtes ici Articles Cartes mères

Cartes méres

Gigabyte Z77X-UP7

Envoyer Imprimer

Trente deux phases uniquement pour alimenter un processeur : du jamais vu jusqu’à ce que Gigabyte dévoile sa carte mère spécial overclocking Z77X-UP7.

IMGP5444

Cette monstrueuse carte mère au format E-ATX toute droit sortie du Vésuve a de quoi faire frissonner n’importe quelle bombonne d’azote liquide car si tout est mis en œuvre pour faire suer le processeur, Gigabyte n’a pas oublié la partie graphique.

ECS A85F2-A

Envoyer Imprimer

ECS présente une carte mère nouvelle génération : la ECS A85F2-A dotée du fameux socket FM2 permettant d’accueillir les tout récents processeurs AMD reconnus pour embarquer une solution graphique des plus intéressantes.

IMGP5394

La ECS A85F2-A se veut économique grâce à un tarif attractif et constituera la base d’une plateforme multi usages.

La marque met l’accent sur la qualité des composants employés pour la réalisation de cette carte mère.

Gigabyte GA-X79S-UP5-WIFI

Envoyer Imprimer

Les chipsets de classe professionnelle Intel C600 offrent une nouvelle alternative aux cartes mères socket 2011 et Gigabyte en profite pour présenter la GA-X79S-UP5-WIFI.

Gigabyte-GA-X79S-UP5-WIF

Le socket 2011 conçu pour les processeurs les plus puissants de chez Intel était segmenté en deux familles distinctes : D’un côté les CPU Xeon réservés en priorité aux professionnels fonctionnant avec les chipsets C600 et de l’autres les i7 reposant eux sur le X79 visant le secteur grand public.

ECS Z77H2-A2X

Envoyer Imprimer

ECS alias Elite Group n’a pas son pareil pour proposer des cartes mères à des tarifs abordables et la ECS Z77H2-A2X a pour lourde mission de rivaliser avec les références présentées par Asus, Gigabyte et MSI.

IMGP5368

Ainsi la ECS Z77H2-A2X équipée de l’excellent chipset Z77 est conçue pour accueillir les processeurs Intel au socket 1155 dont le rapport performances prix est actuellement le meilleur.

EVGA Z77 FTW

Envoyer Imprimer

Nul besoin de se demander si la carte mère EVGA Z77 FTW est excellente car la réponse tombe sous le sens donc laissez-vous guider pour la découverte de la carte mère ultime qui ne tardera pas à s’inviter dans votre PC.

EVGA-Z77-FTW

Dans tous les cœurs des « Power users », des « Gamers » et des « Overclockers », un seul nom vient à l’esprit quand il s’agit de cartes mères : la EVGA Z77 FTW.

Gigabyte GA-Z77X-UD3H

Envoyer Imprimer

 

Le succès du chipset Intel Z77 allié aux processeurs Intel Ivy Bridge est bel et bien au rendez-vous et Gigabyte présente une nouvelle carte mère Z77X-UD3H innovante et orientée performances grâce à son système d’overclocking automatisé.

alt

Grâce à son socket 1155, la Gigabyte Z77X-UD3H peut accueillir tous les processeurs Intel de la famille Sandy bridge et la récente Ivy bridge permettant ainsi d’obtenir une plateforme puissante et adaptée à tous les types d’utilisation.

Gigabyte GA-7PESLX

Envoyer Imprimer

La carte mère Gigabyte GA-7PESLX se propose d’accueillir deux processeurs Xeon series 2400 de la famille Sandy Bridge produits par Intel via un socket peu répandu : le 1356 à ne pas confondre avec le populaire 1366.

IMGP5146

On pourra alors disposer de 24 à 32 unités de calcul cadencés de 1.8GHZ à 3.1GHz en fonction des processeurs choisis. Le chipset présent sur la Gigabyte GA-7PESLX est le récent Intel C602.

Carte mère Intel DX79SI

Envoyer Imprimer

Intel propose une carte mère taillée pour des performances de premier ordre : la DX79SI prévue pour accueillir les processeurs Intel Core i7 reposant sur le fameux socket 2011.

Intel-DX79SI1

Ces prestigieux CPU comptent en effet parmi les rares à être dotés de six cœurs et grâce à la technologie HyperThreading, concrètement on atteint le nombre impressionnant de douze unités de calcul. Ils représentent de ce fait le haut de gamme de la marque.

MSI Z77IA-E53

Envoyer Imprimer


MSI offre l’overclocking au format mini ITX grâce à sa carte mère Z77IA-E53 équipée d’un chipset Z77 et d’un socket 1155. Particulièrement en vogue ces derniers temps, le standard mini ITX autorise des PC ultra compacts car la Z77IA-E53 mesure seulement 17cm de côté. C’est presque deux fois mpins qu’une carte mère classique.

IMGP4625Et si longtemps le mini ITX été synonyme de piètres performances ou de fonctionnalités réduites à l’essentiel, l’année 2012 réduit les disparités entre les tours de bureau et les mini PC. Ces derniers sont devenus courants au sein des home cinéma ou en tant que serveurs de stockage grâce à des boitiers conçus pour accueillir de nombreux disques durs.


Plus récemment, les joueurs exigeants eux aussi dépendants des fabricants de boîtiers en raison de l’espace exigé pour une carte graphique performante peuvent désormais s’orienter sur du mini ITX. Il ne reste donc plus que les overclockers et c’est pour eux que MSI propose la Z77IA-E53 équipée de fonctionnalités exclusives comme l’OC Genie II, un mécanisme d’overclocking automatisé. Le BIOS lui aussi est spécifiquement développé pour que les overclockers grâce à de nombreuses options permettant de pousser le processeur dans ses derniers retranchements.

Qui plus est grâce à son socket 1155, la Z77IA-E53 peut héberger les CPU Intel de génération Sandy Bridge mais aussi les tout récents Ivy Bridge particulièrement adaptés à ce type de sport. Le chipset embarqué Intel Z77 offre lui aussi son lot de nouveautés : l’USB 3.0 est supporté nativement, il répartit ses lignes PCI Express en 8/8/4 et de nouvelles fonctionnalités ont été intégrées comme Intel Smart response Technology exploitable notamment grâce au port mSATA embarqué, Rapid Start Technology et Smart Connect Technology.

Pour aller encore plus loin, MSI privilégie les réseaux sans fil en intégrant un contrôleur Bluetooth et Wifi.

Alors les overclockers comme les utilisateurs exigeants trouveront-ils en la carte mère MSI Z77IA-E53 le bon choix pour passer au format mini ITX ?

La MSI Z77IA-E53 est une carte mère au format mini ITX bien plus compact que celles reposants sur la norme ATX. Elle passe ainsi de plus de trente centimètres à seulement dix-sept centimètres. Ces dimensions permettent ainsi de disposer d’un PC plus facilement intégrable dans un espace de détente ou de travail.

IMGP4697Alors que mini ITX était essentiellement destiné aux « petites » configurations spécifiquement utilisée pour de la bureautique ou surfer sur le net, désormais ce standard n’a presque plus rien à envier aux PC classiques. Les dernières technologies sont présentes et toutes les dernières fonctionnalités sont présentes.

C’est pourquoi la Z77IA-E53 dispose d’un socket 1155 permettant d’accueillir tous les processeurs Intel de la gamme Sandy Bridge ou Ivy Bridge. Et grâce au socket Z77, le dernier conçu par Intel pour ce type de plateforme, les utilisateurs peuvent ainsi accéder à des configurations musclées. Elles autorisent le montage d’une machine dédiée aux jeux mais aussi aux tâches lourdes en termes de calcul.

IMGP4627Le contrôleur Z77 bénéficie de caractéristiques utiles et complètes permettant de répondre à tous les besoins. Il est capable de répartir ses lignes PCI Express compatible 3.0 jusqu’en 8/8/4, dispose de six ports SATA dont deux capables d’atteindre 6Gbps. Les quatre autres sont cantonnés à 3Gbps mais tous supportent les modes RAID 0, 1, 5 et 10.

La Z77IA-E53 est capable d’accueillir jusqu’à 16GB de mémoire car deux slots sont prévus à cet effet. C’est donc moitié moins que la plupart des cartes mères ATX mais cette limitation n’est aucunement génante car cette capacité reste largement confortable pour tous les usages.

Longtemps attendu par les adeptes de la marque Intel, le support de l’USB 3.0 est enfin présent et quatre ports sont disponibles.

Du côté des fonctionnalités, on retrouve le Smart Response technology déjà présent sur le Z68 et permettant d’allier la rapidité du SSD aux capacités d’un disque dur magnétique. Intel Rapid Start améliore le réveil quand le PC est en veille et Smart Connect Technology se charge de mettre en cache les flux destinés à Internet au cas où la connexion serait interrompue.

La Z77IA-E53 se distingue par la présence d’autres outils tout aussi bienvenus. OC Genie II se chargera d’overclocker le processeur automatiquement et rapidement. Une option qu’apprécieront les néophytes désireux de profiter des meilleures performances sans pour autant se plonger dans d’obscurs paramètres présents dans le BIOS.

clickA propos de ce dernier, la MSI Z77IA-E53 utilise la technologie Click BIOS II. Basée sur un modèle UEFI donc graphique et utilisable avec la souris, elle permet d’accéder aux paramètres directement depuis le système d’exploitation. On retrouve également des possibilités de sauvegardes des paramètres et de profils échangeables par exemple en utilisant un support de stockage amovible USB.

La Z77IA-E53 bénéficie d’un équipement élaboré afin d’assurer la connectivité aux réseaux. En plus de son connecteur Ethernet compatible Gigabyte, le support des réseaux sans fil est assuré grâce à un contrôleur Wifi 802.11 b/g ainsi que le Bluetooth 3.0.

IMGP4637Le son est également intégré sur la carte mère MSI Z77IA-E53. Il supporte sept canaux, une entrée ligne et une micro. L’ensemble est compatible THX TruStudio Pro, une application résultant d’une coopération entre Creative et THX et qui offre différents environnements sonores plus riches. La carte son bénéficie d’un mécanisme de détection de branchement de périphériques simplifiant la configuration. Elle répond également à la certification Azalia 1.0.

La Z77IA-E53 dispose d’un connecteur mSATA succeptible d’accueillir un support de stockage tel qu’un SSD et donc de bénéficier de la technologie Intel Smart Response. En couplant un SSD à un disque dur classique, on profite des deux avantages de chaque système : rapidité d’un côté et grosses capacités de l’autre.

Enfin la Z77IA-E53 embarque deux sorties vidéo, une VGA et une autre HDMI pour profiter de l’IGP intégré au processeur s’il est présent.

Layout

Avec dix sept centimètres de côté, la Z77IA-E53 se doit de respecter un agencement des composants particulièrement efficace et pratique car chaque millimètre est compté.

IMGP4641

Elle opte pour un PCB noir virant rapidement au marron en cas d’une forte luminosité. Elle est agrémentée d’une touche de bleu. Le support processeur loge naturellement au milieu de la Z77IA-E53.

Il bénéficie de suffisamment d’espace pour accueillir les ventirad les plus imposants. Mais il faudra faire particulièrement attention au branchement du connecteur d’alimentation auxilliaire CPU car celui-ci peut devenir rapidement inaccessible.

etalim

Les étages d’alimentation ainsi que le chipset sont refroidis par des dissipateurs passifs compacts mais efficaces. Cet espace central est encadré d’une part d’un port PCI Express 16x destiné à reçevoir par exemple une carte graphique. D’autre part, les deux slots mémoire longent la quasi intégralité de la Z77IA-E53.

IMGP4752

Le connecteur d’alimentation ATX est lui très bien placé car il ne gênera aucun autre composant et n’interférera pas dans le montage ce qui n’est pas le cas du connecteur d’alimentation auxilliaire huit pins.

IMGP4636

Quatre ports SATA sont installés au sommet de la Z77IA-E53. Ainsi MSI préfère opter pour un port mSATA et un eSATA externe au lieu de six connecteurs SATA classiques.

Si c’est un choix pertinent pour les machines compactes, ça le sera moins pour les machines vouées à stocker de gros volumes de données. Ainsi deux des connecteurs SATA sont compatibles 6Gbps (blancs) et les deux derniers se limiteront à 3Gbps. Ils gèrent le RAID 0, 1, 5  et 10.

IMGP4628

Enfin la Z77IA-E53 dispose de deux connecteurs d’extension USB dont un en version 3.0 utilisés par les prises disposées en façade des boîtiers. Ils sont tous deux placés à côté des connecteurs SATA ce qui facilite leur branchement. Par contre les connecteurs audio déportés sont à côté du connecteur d’alimentation auxilliaire connu pour être difficilement accessible au cas ou un ventirad imposant est installé.

Et pour terminer ce tour du proriétaire, on découvrira deux connecteurs dédiés aux ventilateurs compatibles PWM. Le premier est réservé au processeur et le second se situe à côté du connecteur d’alimentation ATX.

IMGP4640

Le panneau arrière regroupe la connectique suivante :


2 sorties vidéo VGA et HDMI
2 ports USB 3.0
1 connecteur Ethernet
1 bouton clear CMOS
1 sortie optique S/PDIF
1 connecteur PS2
1 connecteur eSATA
4 connecteurs USB 2.0
1 module WIFI
1 module Bluetooth
3 connecteurs jack audio

On retiendra donc que la MSI Z77IA-E53 bénéficie d’un design efficace et d’une très bonne qualité de fabrication. Seuls les connecteurs d’alimentation auxiliaire et les prises audio déportées ne sont pas très bien placées si l’on utilise un ventirad dédié à l’overclocking. Pourtant la Z77IA-E53 est conçue pour cette application en priorité.

De plus, le choix du mSATA et de l’eSATA ne convaincra pas forcément les utilisateurs désireux de réaliser un espace de stockage conséquent en RAID. Ils auraient probablement préféré six connecteurs SATA classiques.

On retrouve au sein de la Z77IA-E53 le « Click BIOS II », un modèle compatible UEFI donc graphique, navigable à la souris et supportant les disques durs de plus de 3To.

msBS0002L’interface graphique est conviviale et agréable à utiliser même si du point de vue de la lisibilité, elle pourrait être améliorée. Car les énormes boutons placés de chaque côté de la fenêtre principale occupent un espace qui aurait pu être attribué aux nombreuses options surtout que les trois de droite « Browser, Security et Utilities » ne serviront quasiment à personne. On doit dans plusieurs menus user du défilement pour atteindre les derniers paramètres.

Le Click BIOS II dispose toujours de trois menus indispensables : Paramètres, Overclocking et Economie d’énergie. Le premier regroupe toutes les options concernant le chipset, les périphériques embarqués et le stockage et on apprécie la richesse des options notamment du côté des préférences pour le choix du support de démarrage.

msBS0007Le menu overclocking regroupe les paramètres indispensables pour cette pratique visant à faire fonctionner le processeur et la RAM plus rapidement.  Et en effet la Z77IA-E53 dispose de tout ce qu’il faut afin d’atteindre les fréquences les plus élevées. Les plages des valeurs sont suffisamment larges et précises pour ne pas limiter les gains en termes de performances. Nous retrouverons plus en détail l’intérêt de ces paramètres dans notre chapitre dédié.

Enfin, le menu économie d’énergie se contente d’intervenir sommairement sur le fonctionnement des ventilateurs. Toutefois la configuration est simple et compréhensible par tous. Il suffit d’indiquer la température maximale souhaitée ainsi que le seuil minimum de la vitesse du ventilateur CPU.

msBS0008Derniers avantages du Click BIOS II, il est accessible depuis Windows et même si cette option parait ingénieuse, malheureusement la lenteur de cette fonctionnalité comme son obligation de redémarrer pour valider certaines options la rendent peu pratique et convaincante. L’outil OC Genie II par contre autorise la gestion et la sauvegarde de profils.

On aimerait surtout que la marque permette de configurer avec précision la gestion de la ventilation comme c’est le cas sur certains modèles d’Asus nettement plus personnalisables sur ce point.

Control Center évolue ! Et c’est tant mieux car la précédente version que nous avions pu tester avec la carte mère Z77A-GD65 ici n’avait pas su se montrer satisfaisante à cent pour cent. Or la version livrée avec la Z77IA-E53 bénéficie de nombreuses améliorations notamment sur la gestion de la ventilation, un point capital pour les overclockers mais aussi pour les fans de silence.

Snap1Le premier onglet laisse la possibilité d’overclocker le processeur directement depuis le système d’exploitation. On peut intervenir sur les coefficients du processeur, sur différentes fréquences ainsi que sur les voltages. Le second onglet se contente d’activer OC Genie II. Point de bouton directement placé sur la carte mère dans le cas de la Z77IA-E53. Tout se passe par logiciel ou le BIOS. Pour rappel, OC Genie II détecte le CPU présent sur la carte mère et applique un profil d’overclocking performant tout en gardant une certaine marge de sécurité. Pour le coup, on reste assez loin des fréquences maximales atteignables.

Snap3 Snap4

 

Le troisième onglet est dédié à la gestion des deux ventilateurs supportés par la Z77IA-E53. On apprécie grandement cette apparition car il est désormais possible de réguler les ventilateurs finement. On indique un seuil minimal en termes de températures pour le processeur ainsi que la vitesse du ventilateur correspondant. On fait de même avec le plafond maximal et le ventilateur système lui aussi bénéficiant de la technologie PWM se configure de la même façon.

Enfin l’avant dernier onglet permet de superviser les tensions et autres paramètres comme la vitesse des ventilateurs. On reconnait une inspiration venue de chez Asus, probablement la meilleure suite logicielle dédiée aux cartes mères. Mais ici, on ne peut pas vraiment affirmer que l’on soit enthousiasmé par la version de chez MSI. Il semblerait que l’historique ne soit pas conservé et qu’il ne puisse pas être exporté. A quand une application aussi efficace que HWmonitor pro avec  les paramétrages en plus ?

Le dernier onglet est consacré aux amateurs de smarphones car la Z77IA-E53 peut être contrôlée depuis ce type de périphérique grâce à une application spécifique. Dans tous les cas, Control Center arrive à maturité et sera probablement dans un avenir très proche une réelle alternative à l’exemplaire Ai Suite II d’Asus.

Snap6

Click BIOS II en version Microsoft Windows donne l’accès au BIOS de la Z77IA-E53. Il reprend donc toutes les options présentes lors du démarrage de la machine. Toutefois sa lenteur et son obligation de redémarrer pour valider les modifications rendent l’outil peu pratique si bien que la majorité des utilisateurs feront probablement l’impasse dessus.

Snap7

Live Update 5 réalise directement les mises à jour de la Z77IA-E53 que ce soit au niveau BIOS, logiciels et pilotes. L’application se charge de vérifier sur internet les éventuelles updates disponibles et il est possible de les installer directement. Une fonctionnalité convaincante par son efficacité concernant le BIOS et les applications. Quand aux drivers, il sera surement préférable de se reporter aux sites des fondeurs afin de bénéficier au plus vite des dernières versions.

Processeur

pi 

Hyper Pi nous donne le meilleur aperçu en termes de calculs bruts. Grâce à la Z77IA-E53, notre processeur à pu monter à 4.8GHz et donc obtenir un gain de plus de huit secondes.

 cine

Cinebench lui aussi requiert une forte puissance et si le gain entre 3.5GHz et 4.2GHz est important, il est plus modéré en atteignant 4.8GHz.

 rar

Concernant le traitement de fichiers compressés, on retrouve le même comportement que sous Cinebench. Les gains explosent de 3.5GHz à 4.2Ghz mais se réduisent en montant à 4.8GHz.

 7zip

7Zip est équivalent à Winrar et les résultats sont proportionnellement identiques.

 pcmark

PCMark 2011 est le benchmark le plus représentatif pour une utilisation multimédia. La aussi la Z77IA-E53 permet d'atteindre des performances significatives à 4.2GHz mais en montant plus haut, les gains se réduisent.

 2x264

Enfin terminons nos mesures du processeur avec X264 benchmark, une parmi les taches les plus rudes: l'encodage vidéo. La encore, l'overclocking procuré par la Z77IA-E53 permet de réduire la durée d'encodage. Lors de ce test nous avons su atteindre les 5GHz stable le temps de la mesure mais au prix d'une température trop élevée pour une utilisation quotidienne.

RAM

aida

A l'aide d'AIDA 64, nous mesurons la bande passante de la RAM et si la montée en fréquence permet de gagner quelques Mo/s, en utilisation concrète on ne constate pas d'amélioration.

 

Stockage

sata

On distingue une différence significative entre les débits mesurés sur les ports 6Gbps et ceux à 3Gbps. Ils passent ainsi de 459Mo/s à 256Mo/s.

Le Z77 équipant la Z77IA-E53 permet de réaliser des grappes RAID performantes avec 348Mo/s en RAID 0 sur quatre disques durs.

raid

Le RAID 5, mode le plus populaire pour réaliser des espaces de stockage conséquents lui aussi tire plein profit du chipset Intel Z77 avec 274Mo/s.

Smart Response

Nous ajoutons un SSD Intel 510 Series de 120Go à notre disque dur afin de bénéficier de la technologie Smart Response dont le but est d'accélérer le système et en effet les gains sont bien présents.

response

Le démarrage de la machine gagne 10s, Word 2007 s'exécute cinq fois plus rapidement et Photoshop CS4 passe de 11s à moins de 3s. Seul notre jeu Hard Reset ne profite pas vraiment de cette fonctionnalité en gagnant à peine 4s.

 

Interfaces USB 2.0/3.0/eSATA

interfaces 

Les interfaces USB de la Z77IA-E53 offrent de bonnes performances avec 23Mo/s en USB 2.0 et 180Mo/s en USB 3.0. Enfin l'eSATA atteint 114Mo/s.

Audio

son 

Le ALC 898 équipant la Z77IA-E53 offre de meilleures performances que le ALC 892 car sa plage dynamique est supérieure en atteignant 85.8dB contre 79.7dB. Ainsi le chipset embarqué sur la carte donnera une impression de "puissance" plus élevée.

freqHz

Concernant la distorsion, elle est un peu élevée avec 0.13% mais reste dans des limites acceptables.
La courbe de fréquence montre quelques irrégularités sur les fréquences aigues. Or dans l'idéal, la courbe doit être la plus linéaire possible. Cela veut donc dire que le son aura une petite note accentuée sur les fréquences aigues.

Réseau

lan 

Le Realtek 8111E offre bonnes performances permettant de bénéficier du meilleur parti des équipements dédiés car les débits dépassent les 110Mo/s.

3D /Jeux

3dmark

Sous 3DMark 2011, bien entendu c'est la carte graphique qui est déterminante dans le score et quelques points sont à rogner sur l'overclocking du CPU.

metro

Par contre en jeu, Metro 2033 met en évidence les gains faibles obtenus grâce à l'overclocking car une fois que le processeur n'est pas saturé, seule la carte graphique entre en ligne de compte.



fans1

Les deux ventilateurs supportés par la Z77IA-E53 observent strictement les valeurs indiquées par défaut dans l'application Control Center. Ainsi MSI offre un contrôle précis sur ce point autorisant un paramétrage efficace et obtenir un compromis idéal entre faibles nuisances sonores au repos et performances de refroidissement lors de fortes sollicitations.

fans2
Par défaut, le ventilateur CPU tourne à 20% de sa vitesse soit 600RPM et celui système reste stable à 65% soit 820RPM. Une fois la machine en charge, le ventilateur passe à 70% (sans overclock).

 

feature_20120308132057Afin de tester les capacités en overlocking de la Z77IA-E53, nous augmentons progressivement les coefficients puis nous intervenons sur la tension au besoin. Nous savons que notre processeur de test le Intel Core i7 2600K est capable d'être stable à 5200MHz à condition d'être refroidis sous  watercooling pour un usage 24/24. Dans le cas d'une utilisation mini ITX, nous optons pour un refroidissement air plus conventionnel grâce auquel les 5000MHz sont accessibles pour un peu plus de 1.5V au core.

La Z77IA-E53 s'arrêtera d'être stable à 4800MHz car au delà nous soupçonnons l'étage d'alimentation d'être trop léger. Il s'agit tout de même d'un excellent score. On aura également prit le soin de modifier les limites du TPD car la Z77IA-E53 a tendance à réduire le coefficient pour rester dans les valeurs  jugées comme acceptables. Toutefois en les augmentant dans le BIOS, notre processeur à pu rester stable dans les fréquences voulues de 4800MHz exception faite de X264 benchmark qui a tenu les 5GHz.

watts

Nous avons équipé notre plateforme de test d'une carte graphique Radeon HD6950 embarquant un BIOS de 6970. Nous  avons au préalable relevé les consommations sans cette carte. Le processeur seul, la consommation au repos est de seulement 34 watts. Une fois la carte graphique installée, on passe à 71watts. Et une fois qu'on sollicite l'ensemble, on passe à 253watts aux fréquences de bases puis  337watts le tout overclocké.
On remarque également que sans la carte graphique une fois en charge, notre plateforme consommait à la prise 111watts seulement.

La Z77IA-E53 réussit son pari d’autoriser de vrais overclocking sur du format mini ITX puisqu’il est possible d’atteindre de hautes fréquences grâce aux nombreux outils et paramètres disponibles dans le BIOS mais aussi directement depuis le système d’exploitation.

IMGP4639
MSI dote la Z77IA-E53 d’une excellente qualité de fabrication même si le placement de quelques connecteurs nécessitera une réflexion pour ne pas se retrouver « coincé » une fois un gros ventirad installé. Il s’agit uniquement du connecteur CPU huit pins et de l’audio déporté vers la façade du boîtier du PC.

Sinon MSI préfère intégrer un port mSATA ainsi qu’un eSATA et donc « seulement »  quatre ports SATA. Si le mSATA permet de gagner en espace dans un boîtier mini ITX en économisant un emplacement 2.5’’ ou 3.5’’, on envisage mal qu’une carte dédiée à l’overclocking ne puisse pas prendre place par exemple dans l’excellent boitier Bitfenix Prodigy testé ici.

Auquel cas, le gain de place n’est plus vraiment une priorité. Il en est de même pour le eSATA qui sera à terme remplacé par l’USB 3.0, un équipement également présent sur la Z77IA-E53.
Et si la Z77IA-E53 n’aura pas su exploiter le plein potentiel de notre processeur Intel i7 2600K probablement en raison d’un étage d’alimentation plus réduit que sur une carte mère au format ATX, elle aura tout de même permit d’atteindre 4.8Ghz facilement.

C’est d’ailleurs sur ce point qu’il faut se concentrer, sans battre des records la Z77IA-E53 permet d’atteindre de très hautes fréquences et donc de confectionner une machine quasiment aussi puissante qu’une tour classique et pourquoi pas une configuration de gamer au besoin puisque la Z77IA-E53 dispose d’un port PCI Express 3.0 autorisant les cartes graphiques les plus puissantes.

On reste également enthousiaste sur les efforts faits par MSI sur son application « Control Center » qui a su évoluer favorablement pour rivaliser avec les applications des marques concurrentes. Même si elle n’égale pas encore l’exemplaire Ai Suite II d’Asus, il ne fait nul doute que dans un avenir proche, elles seront sur un pied d’égalité. On apprécie également le support du Wifi qui décuple les possibilités de connexions aux réseaux.

Enfin proposée à cent quarante euros, la Z77IA-E53 reste la moins chère des cartes mères de sa gamme. C’est pourquoi elle demeure un excellent choix pour tous les utilisateurs dont le budget est serré et même si quelques points n’ont pas apporté une entière satisfaction, nous avons eu un coup de cœur pour ce modèle.

alt alt
fleche Application Control Center en net progrès
fleche Alliance du mini ITX et Overclocking réussie
fleche Rapport qualité/prix

fleche Connecteur alimentation 8 pins
fleche  Choix mSATA et eSATA discutable

 

Carte mère Gigabyte GA-Z77X-UP5 TH

Envoyer Imprimer

Gigabyte présente la GA-Z77X-UP5 TH, une carte mère haut de gamme pour processeurs Intel Ivy Bridge et Sandy Bridge reposant sur un socket 1155. Elle embarque le dernier chipset Z77 mais surtout la connectivité Thunderbolt offrant une bande passante de 10Gbps.

IMGP4646

Pour parfaire la qualité de cette nouvelle carte mère, Gigabyte a recours à des composants sélectionnés « Ultra Durable 5 » offrant un rendement optimisé, un potentiel d’overclocking amélioré et une fiabilité accrue.

Carte mère MSI Z77A-GD65

Envoyer Imprimer

Parmi neuf cartes mères basées sur le chipset Intel Z77 disponibles sur prestigieux catalogue de la marque MSI, nous testons la Z77A-GD65, un modèle haut de gamme dédié à l’overclocking.

MSI-Z77A-GD65

Destinée à accueillir les processeurs Intel reposant sur un socket 1155 soit les tout récents Ivy Bridge mais aussi la génération précédente Sandy Bridge, la MSI Z77A-GD65 dispose d’un arsenal complet afin de battre les records de fréquences et de benchmarks.

Carte mère Asus M5A990X EVO & CPU AMD FX8120 Black Edition

Envoyer Imprimer
{menu Introduction}
Introduction

Les machines à base de processeur AMD sont loin d'être enterrées et Asus reste son premier défenseur grâce à sa nouvelle carte mère dénommée Asus M5A990X EVO basée sur un socket AM3+ et sur un des chipsets les plus puissants du fondeur le AMD 990X.

59hardware


Le leader mondial des cartes mères propose une alternative très séduisante en rendant accessible la technologie octocore soit huit coeurs embarqués au sein d'un unique processeur AMD pour un tarif abordable.

La carte mère Asus M5A990X EVO est donc compatible avec tous les processeurs utilisant le socket AM3+ mais surtout la série FX, la gamme la plus puissante de chez AMD.

Largement dédiée à l'overclocking, cette nouvelle plateforme est parfaitement conçue pour répondre aux lourdes exigences engendrées par les applications multi tâches.

D'autant plus que grâce à un processeur AMD FX 8120 Black Edition totalement débridé, cadencé à 3.1GHz et disposant d'un coefficient multiplicateur débridé, la Asus M5A990X EVO se désigne comme la carte mère idéale pour atteindre de très hautes performances.
{mospagebreak}
{menu Présentation}
Présentation

Chez Asus, la gamme de cartes mères compatibles avec le socket AM3+ est particulièrement riche car tous les chipsets sont représentés. La différence entre le socket AM3 et AM3+ réside simplement dans la compatibilité avec certains processeurs.
5ezj1gfpao4nhm4ynvn4.jpg

01ofumyqa73f0or5mrls.jpgLe AM3+ est le seul à pouvoir accueillir la génération « Bulldozer ». On retrouve donc les contrôleurs AMD 760G, 880, 970, 990X et enfin 990FX. Notre carte mère Asus M5A990X EVO intègre le modèle AMD 990X dont la seule différence avec la version 990FX se distingue au niveau des ports PCI Express. Elle supporte jusqu'à deux cartes graphiques en 8X (une seule en 16X) alors que le 990FX permet leur utilisation en 2x16X.

Trois ports PCI Express au format 16X sont disponibles mais également deux ports au format 1X et même un ancien PCI 32bits. Le chipset AMD 990X est accompagné d’une seconde puce, le SB950 ayant à charge les ports USB ainsi que la partie stockage SATA.

Ainsi la M5A990X EVO embarque des fonctionnalités complètes et polyvalentes. Elle dispose de quatre ports mémoire DDR3 dont la fréquence maximale atteignable est de 2133MHz et la capacité totale ne pourra excéder 32GB. Afin de connecter le ou les supports de stockage SATA, le SB950 permet d’installer jusqu’à six disques durs, SSD ou lecteurs optiques.

La M5A990X EVO a ici un avantage indéniable car tous ses ports respectent la norme SATA 6GBps ce qui n’est pas le cas des plateformes Intel. Au cas où cette batterie de connecteurs ne suffiraient pas, la M5A990X EVO intègre un second contrôleur de stockage gérant deux interfaces SATA 3GBps ainsi qu’un eSATA et enfin un Power eSATA. Ce dernier évite au périphérique de requérir à une alimentation secteur.

8tza5g0cxlsyhhs4p7tr.jpgToujours dans un souci de pouvoir brancher un maximum de périphériques, douze ports USB 2.0 sont utilisables simultanément et gérés par le chipset principal. Un second contrôleur est compatible avec la nouvelle norme USB 3.0 et quatre ports sont gérés. Ils supportent la technologie USB Boost et Asus prétend des gains pouvant atteindre 170%.

Pour se connecter aux réseaux, une interface Ethernet est présente et respecte la norme Gigabit et la partie son sera assurée par un chipset intégré de marque Realtek. Asus tient également à proposer une solution en termes de refroidissement complète car la M5A990X EVO gère jusqu’à quatre ventilateurs paramétrables directement sous Windows ou via le BIOS, une version UEFI donc graphique et pilotable à la souris.

h4q2e0qux95bn4wohy3w.jpgComme toute carte mère proposant des fonctions avancées d’overclocking, la M5A990X EVO dispose d’étages d’alimentation numérique reposant sur la technologie DIGI+ VRM. Ainsi grâce à deux processeurs autonomes activables par des interrupteurs, les utilisateurs peuvent opter entre économie d’énergie et puissance décuplée. Ces fonctionnalités pourront elles aussi également être configurées via l’excellente application Ai Suite 2.

Ainsi la M5A990X EVO dispose d’un équipement complet permettant de confectionner une machine puissante parée pour les applications multi tâches comme la retouche photo, l’édition vidéo et la modélisation 3D.

Design

La Asus M5A990X EVO repose sur un format ATX classique, opte pour un PCB noir agrémenté de connecteurs et de dissipateurs bleus. L’ensemble est ainsi esthétiquement réussi et permettra à coup sûr de réaliser une configuration au look des plus plaisants.
juo9ki8hd8gvl688qip6.jpg

Asus nous ayant habitué à une qualité de conception et d’assemblage remarquable, la M5A990X EVO ne fait pas exception car les composants de première classe sont parfaitement disposés. Ainsi l’installation d’un ventirad imposant ne sollicitera pas de réelles contraintes même s’il reste indispensable de prendre en compte la hauteur des modules mémoires. Ces derniers se retrouvant régulièrement sous le radiateur du processeur, un désagrément que l’on ne retrouve pas en utilisant par exemple le ventirad fourni avec le CPU.
e0ein2l9ixiq0j858p04.jpg

On remarque immédiatement que le socket est extrêmement bien dégagé et laisse donc un espace considérable pour les ventirad les plus imposants. En dessous, cinq connecteurs PCI Express 16x sont disposés ainsi que 2 PCI Express 1x et enfin un PCI 32 bits.
zjj7xcjbgz3xs09qyttp.jpg

Le radiateur disposé sur les étages d’alimentations est plus imposant que la moyenne et il est interconnecté par un Heatpipe à celui du Northbridge.
mn6dm0dzkoytra9mznqv.jpg

Dénudée de ses dissipateurs, la carte mère révèle ses  deux chipsets AMD 990X et SB950 ainsi que son étage d’alimentation digital en haut à gauche du socket. Le Southbridge lui dispose d’un dissipateur bien moins haut mais dont la surface est optimisée. L’encombrement est donc réduit afin de ne pas gêner les cartes graphiques.
i0fp571a19bc6l3cl6rc.jpg

En haut à côté du socket AM3+, un connecteur quatre pins est accompagné d'un autre trois pins. A noter que ce dernier intitulé Power Fan est voué à tourner à plein régime car c'est une tension régulière de douze volts que l'on mesure.

En dessous du CPU, un second connecteur PWM indépendant de celui réservé au ventirad appelé Chassis Fan est parallèlement câblé au deuxième connecteur Chassis Fan 2 lui aussi en trois contacts.

La gestion du réseau est confiée à une puce Realtek 8111E très largement répandue. Elle supporte la norme Gigabit, utilise la norme PCI Express 1.1 et est compatible avec les VLAN, le réveil par le réseau WOL et les Jumbo Frame.

Enfin le son est comme toutes les cartes mères actuelles intégré. Dans le cas de la M5A990X EVO, c'est un chipset multi canaux Realtek ALC892 dont le signal sonore devrait être au moins égal à 90dB, compatible avec les flux jusqu'à 192KHz en 24bits. Cette puce met l'accent sur l'utilisation multimédia et communication grâce à son procédé anti echo et suppresseur de nuisances sonores.

Connectique

Les connecteurs SATA sont situés juste dans le prolongement dans la carte graphique la plus haute. Même s’ils sont coudés, il sera préférable voire indispensable de la démonter pour accéder aux prises SATA. On espère que dans de futures révisions, ils seront placés en bas comme les connecteurs USB auxiliaires où ils seront bien plus accessibles.
4s0n53numtanx9esbibx.jpg

Le branchement jusqu'à huit périphérique est possible. Six connecteurs sont gérés par le chipset principal de la carte mère et respectent la norme 6GBps. Ils peuvent d'ailleurs être tous utilisés dans une grappe RAID 0, 1, 5 et 10. Dommage que le mode 6 soit encore absent. Les deux connecteurs supplémentaires se limitent à la norme 3GBps et sont gérés par une puce JMB 362 compatible AHCI reposant sur un bus PCI Express 1.0a.
xvggrvpg8bqfwaolwxjq.jpg

A propos des connecteurs USB additionnels, il est possible de brancher les six connecteurs déportés du boîtier comme les prises casque, micro, USB, Power/Reset et autres LED. Même le port série est encore supporté même si aucun bracket n’est fourni. Un accessoire manquant qu’aucun utilisateur ne regrettera.

Le connecteur réservé à l’USB 3.0 fait bande à part car il se situe juste en dessous des ports DIMM. Ils sont contrôlés par une puce ASMedia 1042 supportant la révision 2.0 de la norme PCI Express.

La carte mère est aussi équipée d’une gestion de la ventilation poussée car la Asus M5A990X EVO peut en gérer jusqu’à cinq ventilateurs. Seulement deux supportent la technologie PWM et nous avons hâte que dans un avenir proche tous les connecteurs réservés à cet usage abandonnent le vieillissant modèle à trois contacts.
mjaq5w8r9r1el46fxdnm.jpg

A l'arrière, le panneau est  toujours très riche chez Asus:

fleche 1 PS2 hybride Clavier ou souris
fleche 8 USB 2.0
fleche 1 SPDIF
fleche 1 Power eSATA
fleche 1 eSATA
fleche 2 USB 3.0
fleche 6 mini jack audio
fleche 1 Firewire 400

Spécificités de la Asus M5A990X EVO

yjwc8ebqtz5bc743nppr.jpg

Les interrupteurs EPU et TPU se situent en bas de la carte. Ils permettent de décupler la puissance du processeur en augmentant sa vitesse de fonctionnement (TPU) ou de gagner en économie d'énergie grâce à EPU.
yilphiofzvjwzjwp2tw1.jpg

Le bouton MemOK facilite grandement la configuration des modules mémoires installés sur la Asus M5A990X EVO puisqu'il permet de détecter la fréquence, la tension et les timings corrects. Car pour des raisons de compatibilité et de fiabilité, les cartes mères ont systématiquement tendance par défaut à fixer des valeurs les plus basses. Certes ça évite d'éventuels plantages mais c'est malheureusement souvent l'occasion de grappiller quelques pour cents de puissance supplémentaire toujours bienvenus.

Les LED de diagnostique obtiennent notre préférence face aux afficheurs numériques de debug car ils sont bien plus compréhensibles. Même si les numéros affichés par un debug sont plus précis (mais pas toujours interprétables), les LED montrent une efficacité redoutable. Que cela concerne le CPU, la RAM, le GPU ou le Boot, une LED restera allumée indiquant un soucis sur le composant défaillant. Elles sont bien placées et on peut pas se tromper.

Bundle

2fylts1neegseokq1ip0.jpg

Le suffixe "Evo" indiquant un modèle entrée de gamme, le bundle de la M5A990X EVO se contente du minimum absolu:
 
fleche 4 câbles SATA
fleche 1 Panneau arrière
fleche 1 Pont multi GPU
fleche 1 adaptateur de connectique de boîtier
fleche 1 documentation
{mospagebreak}
{menu CPU, RAM et Chipset}
CPU, RAM et Chipset

zi7vxgcq7ebj6464v9k8.jpgLe socket AM3+ utilise 938 contacts ou pins le rendant compatible avec la dernière génération de processeur AMD Bulldozer. Pour notre test de la Asus M5A990X EVO, nous utilisons le processeur AMD FX 8120 Black Edition dont la particularité est d'être totalement débridé.

 
t6a9cjbfjd75yf1nl56d.jpgC'est une puce intégrant huit coeurs gravée en 32nm pour une fréquence nominale de 3.1GHz. Grâce au mode Turbocore 2.0, elle peut alors atteindre 4GHz. Elle dispose de 128Ko de cache L1, 8Mo de cache L2 et autant en L3.
Elle utilise la technologie Hypertransport 3.0, un bus connectant le CPU au chipset et offrant alors une bande passante de 4000MT/s full duplex.

wq3lgfivmc6k1qoh5pkp.jpgEnfin son TDP maximal est de 125 watts tout comme le FX 8150. Il est livré avec un ventirad reposant sur une base en cuivre doté de quatre heatpipes parcourus par de nombreuses ailettes. Le ventilateur est un modèle basique à sept pales de 70mm et supportant le PWM.


Le montage est de l'ensemble reste à la portée de tous. On veillera à installer le processeur dans le bon sens grâce à un détrompeur sur son support.
8eqkxgi32fmtqkgfljhi.jpg

Le ventirad sera fixé grâce à deux ergots clipsés par un fermoir à levier. Un système efficace, simple, rapide et convaincant.

Performances

Nous mesurons les performances de notre plateforme selon trois profils définis: Fréquence de base de 3100MHz mode Turbocore désactivé. Mode Auto Tuning où nous laissons la Asus M5A990X EVO effectuer automatiquement l'overclocking.

fleche Fréquence de 3100MHz
fleche Mode Turbocore activé à 4000MHz.
fleche Mode TPU activé Overclocking manuel à 4500MHz.

Nous opérons nos mesure pour chaque profil à l'aide de huit benchmark reconnus pour leurs spécificités et leurs particularités:

fleche HyperPI
fleche Cinebench
fleche PCMark 2011
fleche Winrar
fleche 7Zip
fleche X264 Benchmark
fleche 3DMark 2011
fleche Metro 2033

Ainsi nous couvrons les capacités de notre machine sur un large champ d'applications:

fleche Calculs intensifs
fleche Bureautique et Multimédia
fleche Traitement de fichiers
fleche 3D

Processeur

Hyper PI présente l'avantage d'utiliser l'intégralité de la puissance du CPU et donne donc un excellent indice sur les capacités du PC. Plus le temps est court et plus véloce est le processeur.
wovku04zzrkidz5fhl68.png

Par défaut et sans mode Turbocore, notre AMD FX8120 Black Edition installé sur la carte mère Asus M5A990X EVO obtient 31.98 secondes contre 16.61 pour le Intel i7 2600K. Ce dernier se montrant jusqu'à deux fois plus rapide.

Toutefois, le mode Turbocore permet d'atteindre un gain significatif de presque neuf secondes. Certes le FX8120 reste toujours derrière le i7 2600K mais il ne  faut pas oublier que ce dernier est bien plus coûteux à l'achat. Toutefois, ce ne sont plus que sept secondes qui les séparent une fois le AMD FX8120 overlcocké manuellement à 4500MHz.

lmmbwu55tvdc9hg1ibq9.png

En utilisation bureautique et multimédia, Intel conserve son immense avance avec un score atteignant presque 5000 points là ou le FX8120 fait presque deux fois moins bien. Un résultat attendu car les plateformes Intel montrent un large avantage sur ce type d'utilisation.
a8gl1y22z4u8xs6ghh7f.png

Cinebench reprend le même principe que Hyper PI mais cette fois en calculant un rendu 3D. Le résultat est donné sous la forme d'un score dont le plus est donc le meilleur. Cette fois le FX8120 démontre son énorme potentiel en dépassant le Intel i7 2600K s'il fonctionne à 4500MHz. Ainsi les huit coeurs du processeur d'AMD sont très bien optimisés pour les lourdes applications multi tâches.
mj66jkb9pnw2jlnilpkw.png

La compression de fichiers est une tâche largement tributaire du CPU fortement sollicitée par les utilisateurs. C'est pourquoi nous intégrons tant Winrar que 7Zip dans notre test. Sous Winrar, le AMD FX8120 overclocké fait presque aussi bien que le i7 2600K avec à peine  200 points d'écart.
vsj7cny8gbojh58vlc10.png

Sous 7Zip largement optimisé pour les processeurs reposant sur un grand nombre de coeurs, le FX8120 fait largement la différence car il a seulement besoin de voir son Turbocore activé pour dépasser le i7.

Enfin notre test de prédilection concernant les CPU dédiés aux lourdes tâches: X264Benchmark représentant l'encodage vidéo, une activité requérant une capacité de calcul hors norme.
wn81598tzca4esocdnqj.png

Le test est divisé en deux résultats: la pass1 dont le rôle est l'analyse de la vidéo à convertir et  la pass2 procédant à l'encodage proprement dit bien plus lourde que la première.
exp6cjqh8r1gjs0bl0y7.png

La première passe sollicitant plus légèrement le CPU, le i7 est meilleur mais lors de l'encodage de la passe 2, le FX8120 Black Edition couplé à la carte mère Asus M5A990X EVO ne laisse aucune chance au processeur Intel i7 2600K puisque l'écart sans overclock est de quatre images seconde.

Ainsi les amateurs d'encodage trouveront ici une plateforme particulièrement véloce pour ce type de tâches.

En jeux, nous utilisons 3DMark2011 et Metro2033, deux applications représentatives des exigences des utilisateurs actuellement.
148k0rouvnuebopjh912.png

Sous 3DMark le 2600K n'a aucune peine à affirmer sa supériorité car il faudra 4500MHz pour légèrement rattraper le best seller d'Intel.

3g0oun17t3b83xnc3lmw.png

Utilisons maintenant un titre phare et populaire comme Metro2033 réputé pour requérir d'énormes ressources en termes de calculs. Nous utilisons comme carte graphique une Radeon 6950 modifiée à l'aide d'un BIOS de 6970. Le i7 2600K est meilleur si les filtrages sont désactivés mais le AMD FX 8120 Black Edition passe devant de très peu en améliorant la qualité graphique. Les écarts sont si faibles qu'ils restent insignifiants. Les deux plateformes étant parfaitement adaptées aux jeux vidéo.

RAM

La M5A990X EVO est capable d'accueillir de grosses capacités en mémoire vive car grâce aux quatre ports DIMM à la norme DDR3, on peut installer jusqu'à 32GB. Le bus mémoire peut fonctionner jusquà une vitesse de 2133MHz.

Pour notre test, nous utilisons 8GB certifiés 1866MHz mais nous laissons la M5A990X EVO configurer automatiquement la fréquence de base de 1333MHz.
8zvm9nj4das99wkx8cyj.png

Le contrôleur mémoire de la M5A990X EVO demeure très performant puisqu'on atteint 14Go/s en lecture en mode Turbocore activé et 10Go/s en écriture. On remarque que quelque soit le profil utilisé, les variations de la capacité de la RAM restent très faibles et imperceptibles à l'utilisation.

Chipset

Le couple AMD 990X et SB950 offre de nombreuses fonctionnalités.  Il est compatible  avec les solutions graphiques multi GPU SLI et CrossfireX en partageant les 16x en deux. Il supporte quatorze ports USB 2.0 et prend en charge la norme 6GBps pour les ports SATA.
juxl8e5vupj6mfckvftx.png

Si la RAM est directement connectée au processeur, le chipset AMD 990X gère les ports PCI Express et le SB950 lui gère la partie stockage soit six ports SATA compatibles 6GB/s ainsi que les quatorze ports USB 2.0.
{mospagebreak}
{menu Stockage, son et réseau}
Stockage, son et réseau

Nous testons toutes les interfaces proposées par la M5A990X EVO, de l'USB 2.0 au RAID 0 incluant six disques durs. Pour réaliser nos mesures, nous utilisons l'application HDTune.
zhlga56zc2497m950mco.png

Dans notre premier récapitulatif de résultats, on remarque bien sûr que l'interface SATA 6 obtient les meilleurs débits avec une moyenne de 276.8 Mo/s qui avouons le se montre peu convaincante même si les performances sont au rendez-vous. Nous aurions été plus enthousiastes si l'on avait atteint plus de 400Mo/s. Les interfaces SATA contrôlées par le chipset JMicron s'arrêtent à 126.3 Mo/s.
o0x7m2dvk9x5jxttyag1.png

En analysant le flux de données, nous avons du mal à donner une raison au fait que les transferts démarrent à 300 Mo/s puis stagnent rapidement à 265 Mo/s tout en atteignant de rares pics à 300 Mo/s toujours.

RAID

La gestion du RAID sur la M5A990X EVO est si bien conçue qu'elle n'a eu aucun mal à nous convaincre. Cette fonctionnalité est paramétrable directement grâce à un BIOS dédié ou directement sous Windows grâce à l'application fournie par AMD: RAIDXpert. Elle repose sur une interface de gestion web tout comme les NAS.

n27ljmo83soziqnjst9j.pngLa configuration est simple, bien documentée et esthétiquement réussie. Elle fait donc jeu égal à l'alternative proposée par Intel: Rapid Storage. La M5A990X EVO permet de réaliser un excellent serveur de fichier voir d'atteindre des performances de premier ordre grâce à ses six ports SATA 6Gbps. Nous utilisons alors six disques durs Western Digital Caviar Black de 2To chacun.
rwgmerrs7nlmxdk5unkm.png

Sans équivoque, le chipset AMD SB950 de la carte mère Asus M5A990X EVO réalise des prouesses avec des débits pouvant dépasser 900 Mo/s en écriture et presque 800 Mo/s en lecture. On remarque également l'excellent comportement en RAID 5, mode populaire pour les espaces de stockage conséquents. En écriture les débits baissent beaucoup pour atteindre 250 Mo/s même si cette valeur permet d'obtenir un confort d'utilisation des plus confortable.

USB 2 / USB 3 / USB Boost

Asus présente la technologie USB Boost supportée par la M5A990X EVO dont le rôle est d'augmenter significativement les débits proposés par cette interface. Elle propose ainsi des gains prometteurs de 170%. Bien entendu nous envisageons qu'il s'agit de cas précis et qu'ils ne reflètent pas une généralité constatée par tous les utilisateurs.

Il suffit pour en bénéficier d'installer l'application inclue dans AI Suite II se chargeant de détecter le périphérique. Un simple clic active la fonctionnalité. C'est pourquoi nous avons effectué deux tests, nous avons réalisé une mesure toujours avec HDTune mode Turbo désactivé puis une autre avec l'USB Boost activé. Nous avons commencé par utiliser un SSD connecté à l'interface USB grâce à un adaptateur USB 3.0 / SATA.
88nb4yn8431vrwy4tenn.png

Les gains sont inexistants voire même réduits car on atteint 141 Mo/s USB Boost activé contre 143.7 Mo/s lorsqu'il est désactivé. Par contre nous avons lors d'un deuxième test utilisé une clé USB et en effet, nous avons relevé des gains significatifs et intéressants en passant de 75 Mo/s en mode normal à 123 Mo/s en mode Boost. Ainsi Asus signe ici une excellente fonctionnalité permettant de décupler les débits dans des cas précis certes mais qui ont le mérite d'être présents.

Son

jhzoki6o9pv1lgqwa17f.jpgNous nous intéressons maintenant à la partie audio de la carte mère Asus M5A990X EVO gérée par le contrôleur Realtek ALC892. Il est compatible avec les systèmes 7.1 et embarque deux fonctionnalités intéressantes surtout pour les utilisateurs de logiciels de communication instantanée.

La première vise à annuler le phénomène d'écho souvent rencontré lorsque qu'un micro est trop proche des hauts parleurs grâce à AEC (Acoustic Echo Cancellation). La seconde Noise Suppression est capable de supprimer les bruits résidents tels que ceux émis par les ventilateurs des PC bien souvent pénibles lorsqu'ils se répercutent dans un casque.

Le ALC892 supporte les formats audio encodés sur 16, 20 et 24 bits et à une fréquence maximale de 192KHz. Pour rappel, un CD Audio utilise le 16 bits et le 44.1KHz. A l'aide de RightMark Audio Analyser, nous retenons deux valeurs primordiales indiquant la qualité d'une carte son: la plage dynamique ainsi que la distorsion.
ia6x8znzu3ky5jtrcjpt.png

La plage dynamique indique le niveau sonore maximal atteignable. Plus la valeur est élevée et plus le "volume" sera important. Une carte son de haut rang atteindra facilement 100dB mais la moyenne actuelle concernant les chipsets intégrés varient autour de 80dB. Et ça ne manque pas notre ALC892 atteint 79.7dB. Une valeur suffisante pour la plupart des applications mêlant son et informatique.

La distorsion indique l'altération du signal. Elle doit être la plus faible possible. En général, elle doit se situer à moins de 0.1% pour prétendre être inaudible. La encore à titre de comparaison une bonne carte obtient une distorsion de 0.005%. Le ALC892 est mesuré à 0.13% soit une valeur acceptable mais largement améliorable.
vop6jhedc9ckok9wzyiy.png

Notre courbe de la réponse de fréquence se doit d'être idéalement totalement rectiligne ce qui n'est bien sûr jamais le cas. On constate dans le cas du ALC892 qu'elle chute assez rapidement vers 15KHz mais surtout qu'elle présente des fluctuations dès 4KHz. Inutile de connecter des enceintes haut de gamme sur les sorties de la Asus M5A990X EVO car le son sera très légèrement dénaturé. Bien entendu pour une utilisation courante consistant à écouter des mp3, le ALC892 est largement suffisant.

Réseau

La Asus M5A990X EVO peut se connecter aux réseaux grâce à son contrôleur toujours de Realtek référencé RTL8111E. Il permet d'utiliser la norme Gigabit et repose sur un port PCI Express 1.1 et assure la compatibilité avec la gestion d'énergie ACPI. Le RTL8111E supporte la fonctionnalité WOL (Wake On Lan) permettant de démarrer le PC grâce à cette interface. Au cas où le réseau local serait scindé en différents VLAN, la Asus M5A990X EVO pourra s'y conformer.

Nous mesurons les débits grâce à un transfert entre deux machines: notre plateforme de test ainsi qu'un second PC reposant sur une puce Intel pour le réseau. Nous effectuons un premier transfert d'un fichier unique d'un giga octet tant en lecture qu'en écriture puis nous effectuons un second test concernant des fichiers JPG toujours en lecture comme en écriture via le protocole FTP.
8wpqoyv2uqp3k7e4vy3z.png

Il est possible sur de bons contrôleurs réseau intégrés sur les cartes mères d'atteindre des débits supérieurs à 110 Mo/s. Dans le cas de la Asus M5A990X EVO, le realtek 8111E n'est pas un foudre de guerre puisque ses débits dépassent au mieux 90 Mo/s. Toutefois ces débits mesurés suffisent largement pour une utilisation classique.
{mospagebreak}
{menu BIOS UEFI}
BIOS UEFI

przh21bxfhjn8h5zpspb.gifLe BIOS de la Asus M5A990X EVO est probablement le plus réussi toutes cartes mères confondues. Depuis le support de la norme UEFI rendant possible les interfaces graphiques évolués, le support de la souris mais aussi le support des disques durs d'une capacité supérieure à 2.2To, le BIOS a donc le droit à sa petite révolution bien à lui.

Asus a eu l'excellente idée de proposer deux alternatives: une version ultra simplifiée résumée en une unique page et une version largement plus évoluée disposant de nombreux réglages et options personnalisables.
8skemlqe5hde21tk1ce6.jpg

En version simplifiée, la page reprend les informations essentielles des températures, des tensions et de la ventilation. Trois profils sont proposés pour les performances de la machine: Silence, Performances et Economie d'énergie.
Enfin la dernière section du BIOS de la Asus M5A990X EVO concerne le support de stockage démarrable.
jw24mo5aj3l7i68hqjt5.jpg

En mode avancé, le BIOS se compose de six onglets identiques à toutes les cartes mères de la marque. Ce premier menu reprend les informations générales de la machine: CPU, RAM et horloge système.

Le menu Ai Tweaker sera à coup sûr le plus visité car il concerne toutes les options liées à l'overclocking. Nous avons ici accès à toutes les fréquences de chaque composant avec des plages de modifications larges et précises. Parmi les plus importantes, le ration CPU, la fréquence de la mémoire, celle du bus et de l'HyperTransport.
nye2675y9wyudbvvcl2m.jpg

Toutes les tensions sont également modifiables et les plus importantes sont celles du CPU, des chipsets et de la RAM.
Au cas où l'on ne serait pas familier avec ces paramètres relativement complexes pour le néophyte, l'utilisateur pourra préférer l'Auto Tuning, une option se chargeant automatiquement d'overclocker la machine tout en respectant une marge de sécurité que certains jugeront comme trop importante.

Sur notre Asus M5A990X EVO, le processeur a grimpé à un peu plus de 4100MHz alors que manuellement, nous avons pu atteindre 4500MHz avec le ventirad de reférence AMD.
8v9vmhjiuuhabpy8u62b.jpg

L'onglet "Avancé" permet d'intervenir sur le stockage et sur les contrôleurs supplémentaires intégrés à la Asus M5A990X EVO comme les puces eSATA, le réseau, l'USB ou le son.
ansuhyortu3z2jbc6qlh.jpg

Le menu "Matérielle" récapitule les valeurs des températures, des tensions mais aussi la vitesse des ventilateurs.
wohv0rawt46f9wjyytvv.jpg

La section "Démarrage" permet la sélection du système de stockage pour la boot. Divers options sont aussi présentes pour personnaliser le démarrage de la machine.
On retiendra également de ce fabuleux BIOS qu'il est extrêmement simple à mettre à jour. Il suffit de télécharger la dernière version sur le site du constructeur sur une clé USB et d'aller dans le menu "Outil" ou l'update se fera rapidement, sans risque et automatiquement.
{mospagebreak}
{menu Overclocking}
Overclocking

L'overclocking est devenu le cheval de bataille de tous les constructeurs de cartes mère. Les fondeurs ne sont pas étrangers à cette orientation car les processeurs n'ont aucun soucis à fonctionner plus vite que la vitesse pour laquelle ils sont recommandés.

La Asus M5A990X EVO dispose de très nombreuses options, d'outils et d'application concernant l'overclocking du processeur du PC. TPU s'active via un switch disposé sur la carte mère. C'est un dispositif automatique d'overclocking. Auto Tuning est une application disponible via le BIOS mais aussi sous Windows. Et enfin les utilisateurs peuvent bien entendu configurer manuellement leur overclocking et atteindre un niveau de performance supérieur.

TPU

uj3g9tqwgu1za8hxu6kt.jpgTout d'abord la fonction TPU se charge d'améliorer la vitesse du processeur via le bus passant alors de 200MHz à 250MHz. Notre AMD FX8120 Black Edition est donc passé de 3100MHz à 3875MHz grâce à l'activation de la fonctionnalité via l'interrupteur disposé sur la carte mère. Il faut également passer par la case BIOS afin d'étalonner la fréquence maximale atteignable. La tension du Vcore à atteint 1.27V au lieu des 1.17V initiaux.

Auto Tuning

y18owm67jne1p1cw46n4.pngEn installant l'application Asus AI Suite II, les utilisateurs peuvent directement depuis Windows intervenir sur leur overclocking. A ce jour nous n'avons pas encore rencontré meilleure application que celle ci. Auto Tuning fait partie du module TurboV permettant aussi l'overclocking manuel. Il suffit de lancer l'option et le programme se charge de trouver la fréquence la plus haute tout en maintenant un seuil de stabilité parfait. Auto Tuning se charge par palier de trouver la meilleure fréquence ainsi que la meilleure tension via différentes phases de tests de stabilité rapides.
Lors de notre essai, la Asus M5A990X EVO n'a eu aucun mal à atteindre 258Mhz pour le bus soit une vitesse de 3999MHz sans Turbocore.

TurboV

1paqz7l8u1bnc087n4jh.pngTurboV est l'application par excellence pour tout fan d'overclocking. Elle offre l'accès à de nombreux paramètres afin d'obtenir la fréquence maximale. Même si généralement nous préférons les réglages directement dans le BIOS, TurboV nous a largement enthousiasmé et il devient difficile de s'en passer une fois essayé.
Nous avons accès aux coefficients modifiable en direct à la volée, aux tensions CPU, Chipsets et  mémoire. Il ne manquerait plus que les fréquences mémoires et timing et TurboV serait absolument parfait.
En laissant le bus à 200MHz et en augmentant le coefficient à 22.5, nous avons pu atteindre 4500MHz TurboCore activé avec un VCore de 1.35V. Nous avons préféré ne pas aller plus loin faute  d'un ventirad peu adapté à ce type de pratique.
{mospagebreak}
{menu Gestion de la ventilation & températures}
Gestion de la ventilation & températures

Que l'on souhaite refroidir activement les éléments de sa machine que ça soit en raison d'overclocking ou que l'on préfère opter pour un PC le plus silencieux possible, Asus intègre sur sa M5A990X EVO une gestion de la ventilation aussi efficace que les outils dédiés à l'overclocking.

Ainsi grâce à ses cinq connecteurs pour ventilateurs et son application FAN Xpert, les rhéobus n'ont plus vraiment lieu d'être. A titre d'exemple, nous avons fini par démonter celui de notre plateforme de test dédiée aux NAS tant la gestion de la ventilation d'une autre carte mère Asus est efficace.
Sur la Asus M5A990X EVO, on retrouve les ventilateurs suivants:

fleche CPU en PWM
fleche Power Fan fixe 12 volts
fleche Le Chassis 1 PWM
fleche Le Chassis 2 3 pins contrôlé par le profil Chassis 1

Afin d'effectuer nos mesures nous avons utilisé un ventilateur de chez Be Quiet! 120mm Silent Wings.
En mode automatique, le ventilateur CPU opte pour une courbe progressive privilégiant l'efficacité au silence. En effet la plage basse est assez courte et la vitesse maximale est atteinte dès 80%.

Xpert FAN

w314brevfrfmtey4oybu.pngAu cas où le profil par défaut ne conviendrait pas aux utilisateurs, il reste parfaitement possible de personnaliser cette courbe grâce à trois positions: basse, moyenne et maximale. Si elles sont modifiables sur une plage relativement large, on regrette toutefois qu'on ne puisse pas par exemple placer le point maximal à 100°, ce dernier étant contraint à se situer au plus tard à 75°C.
Concrètement la Asus M5A990X EVO oblige donc le ventilateur a tourner au maximum dès 75°C ce qui peut être gênant si on utilise des ventilateurs très rapides et donc bruyants. On aurait également aimé  pouvoir rajouter d'autres points de personnalisations en plus des trois présents afin d'affiner d'avantage les comportements des ventilateurs.

Températures

Nous avons mesuré la température du CPU ainsi que celle de la sonde de la carte mère.
La plateforme est montée dans un boîtier Antec Sonata IV. Nous utilisons pour le processeur le ventilateur fourni avec le processeur AMD FX 8120 Black Edition et dans notre boîtier, nous montons à l'arrière notre ventilateur Be Quiet! Dark Wings 120mm.
5tnx7y1oiz8q5rn5t7k4.png

A sa fréquence de base, le processeur montre des températures relativement maîtrisées mais acceptables car au repos, le CPU atteint 37°C soit 15°C de delta.
Sollicité à son maximum le FX 8120 atteint 63°C mais au détriment d'une nuisance sonore assourdissante. Le ventilateur d'origine équipant ce processeur étant capable de fonctionner à plus de 7000 tours par minute.

Toujours grâce à  ce ventirad, nous avons pu atteindre 4500MHz mais au détriment du température trop élevée  pour une utilisation quotidienne. Au repos le FX 8120 Black Edition culminait à 43°C et atteignait 89°C une fois tous les cores sollicités.
55myeinkjfgzcvzhkf00.png

La carte mère dispose également d'une sonde température. Sans overclocking au repos, la Asus M5A990X EVO montait à 35°C au repos contre 36°C en sollicitation.
Une fois le processeur surcadencé, la sonde de la Asus M5A990X EVO atteignait 36°C au repos et 39°C en activité.

Nous avons également voulu vérifier l'efficacité du radiateur installé sur les étages d'alimentation DIGI VRM en les sollicitant à leur maximum grâce à l'application DIGI VRM+ que nous avons configuré en mode "Extreme".
mwoaokblxibuvjo09s0r.png

Au repos la carte mère grimpait à 38°C et son maximum mesuré est de 46°C en activité.
Ainsi on constate que les imposants radiateurs de la Asus M5A990X EVO sont très efficaces et permettent donc de déployer une puissance énergétique importante au CPU en toute sécurité sur ce point.
{mospagebreak}
{menu Gestion de l'énergie & consommation électrique }
Gestion de l'énergie & Consommation électrique

vjs4lcbypk0pdj3igokk.jpgAsus a également souhaité intégrer de nombreuses fonctionnalités liées à la gestion de l'énergie dans la M5A990X EVO. Ainsi le PC peut au final se révéler économe surtout quand il n'est pas sollicité. L'impact sur la facture électrique pourra donc se ressentir.

La M5A990X EVO repose sur la technologie EPU et sera configuré grâce à l'application ASUS EPU proposant différents profils mettant en avant soit les performances ou alors l'économie d'énergie. Chacun de ces profils est personnalisable pour répondre aux attentes précises des utilisateurs pouvant ainsi intervenir sur la tension du processeur, celle du chipset mais aussi sur les ventilateurs, l'écran et les disques durs.
rs24pg7chzhkd335t375.png

Il s'agit donc d'un mode veille amélioré et évolué. On fera particulièrement attention aux paramètres retenus car à titre d'exemple, en mode d'économie maximum, le processeur reste à sa fréquence de repos soit seulement 1700MHz. Certes l'économie est effective mais au détriment de performances revues largement à la baisse. A noter également qu'Asus propose AI Charger, une solution accélérant le chargement de batterie par les ports USB.
64jaxf738p69wlbk1e5v.png

Nous avons aussi mesuré la consommation électrique que notre plateforme de test à la prise. Nous relevons 80 watts en mode EPU off ou on. Un mode économe mais au détriment de performances revues largement à la baisse. En mode overclocké, la consommation atteint 89 watts.
o97nx3xrm0ha37qpsrld.png

En activant la fonctionnalité TPU (Turbo), la consommation augmente encore un peu pour passer à 225 watts. Enfin toujours à sa fréquence de base de 3100MHz mais les étages d'alimentation numériques poussés à leur maximum, on atteint 325 watts.

Et pour terminer la consommation la plus élevée revient évidemment en overclocking ou à 4500MHz, le FX8120 couplé à la M5A990X EVO n'est plus très loins des 400 watts. Alors bien sûr la consommation énergétique est plus élevée qu'une plateforme Intel mais il reste indispensable de garder à l'esprit que dans notre cas, nous avons affaire à une machine embarquant huit cores.
{mospagebreak}
{menu Conclusion}
Conclusion

Un design parfait, un look soigné et une qualité de conception et de fabrication de haut vol faut de cette carte mère Asus M5A990X EVO un modèle de choix. De plus grâce au processeur AMD FX 8120 Black Edition, les performances sont réellement impressionnantes et nous ne pensions pas cette plateforme supérieure à notre référence actuelle le Intel i7 2600K sur certaines applications multi tâches comme l'encodage vidéo.
f8omseznsx8000xx15fs.jpg

La M5A990X EVO embarque toutes les fonctionnalités modernes et indispensables comme l'USB présentant des débits améliorés grâce à la technologie USB Boost. L'unique carte mère de chez Asus embarquant le chipset AMD 990X est une excellente alternative car il présente de nombreux atouts. Nous avons été largement séduits par les capacités en terme de stockage de la carte mère Asus M5A990X EVO grâce à ses six ports SATA 6GBps compatibles avec de nombreux modes RAID. Les débits sont impressionnants et on peut disposer d'un espace de stockage important, fiable et facilement paramétrable.
jc5920bswuowxi5jimbp.jpg

Comme toujours chez Asus, la suite logicielle permettant l'accéder aux fonctionnalités de la M5A990X EVO dénommé AI Suite II est probablement la meilleure conçue à ce jour. Ce n'est pas peu dire si nous l'utilisons quotidiennement ici à 59Hardware. La gestion de la ventilation est proche de la perfection tout comme TurboV reservé aux overclockers. On pourra même encore aller plus loin grâce à DIGI VRM+, l'interface de gestion des étages numériques de la carte mère.

Son BIOS UEFI est également un argument de choix et une fois essayé, il est adopté tant son interface graphique est réussie, pratique et accessible. On oubliera ainsi grâce à lui les ancestraux écrans textes à base de fond bleu.

Enfin la carte mère Asus M5A990X EVO dispose d'un dernier argument convainquant: son prix. Car proposée à moins de 120 euros, on bénéficie de l'excellente qualité et de la fiabilité Asus. Alors faut-il la préférer face aux concurrentes directes? Si la qualité des applications reste une priorité, la M5A990X EVO n'a aucune rivale. Seule la MSI 990XA-GD55 est dix euros moins chère pour une esthétique moins clinquante mais des fonctionnalités identiques. Sinon Gigabyte propose la 990FXA-UD3 superbe car intégralement noire mais plus chère et surtout aux applications moins évoluées.

 Ainsi le couple Asus M5A990X EVO et AMD FX8120 Black Edition offre principalement aux amateurs d'applications lourdes multitâches une plateforme idéale car économique mais d'une puissance remarquable grâce à l'intégration de huit coeurs dans le processeur. C'est pourquoi on la recommande pour ses nombreuses qualités dont le rapport qualité performance prix est largement au rendez-vous.


fleche Les performances en multitâches
fleche Rapport perfs/prix
fleche Design & Qualité
fleche 6 Ports SATA 6
fleche Réseau & son un peu faible
fleche Pas de PWM intégral

Gigabyte X79-UD3 : Comme les "Petit Pimousse", petite mais costaude !

Envoyer Imprimer

{menu Introduction}

Introduction

59hardware

Après le test de la Rampage IV Extreme, 59Hardware se propose de tester pour vous une autre carte mère équipée du chipset Intel X79, la Gigabyte X79-UD3. Elle se veut toutefois bien plus modeste.
Avec un prix de vente sous les 200€, la nouvelle UD3 se place donc en entrée de la nouvelle gamme de carte mère Gigabyte X79. Pourtant, petit prix ne rime pas pour autant avec piètre qualité, comme vous pourrez le lire dans notre article.
 
En effet cette Gigabyte X79-UD3, tout comme les "Petits Pimousses", s'avère "Petite, mais costaude !" Mais trêve d'introduction; comme d'habitude, suivez le guide !
{mospagebreak}
{menu Protocole et configuration de test}

Protocole et configuration de test

Nous allons mettre à l’épreuve la Gigabyte X79-UD3 à travers un panel de tests. Ils nous permettront, chacun à leur manière, de mesurer les performances de la carte-mère dans différentes conditions d'utilisation.

3.jpgLogiciels de tests :

fleche AIDA64 Extreme Edition 2.0
fleche WinRAR 3.93 64bits (Benchmark intégré)
fleche HD Tune Pro 4.61
fleche Crystal Disk Mark 3.0
fleche Super Pi 1.5 Mod XS (1M)
fleche Super Pi 1.5 Mod XS (32M)
fleche Hexus Pifast (1024K)
fleche wPrime Benchmark 1.55 HWBot (32M)
fleche wPrime Benchmark 1.55 HWBot (1024M)
fleche X264 Benchmark HD 4.0
fleche Cinebench R11.5 64bits 
fleche 3DMark 2006
fleche 3DMark Vantage
fleche 3DMark 2011
fleche Unigine Heaven 2.5 DirectX11
fleche Gigabyte Easy Tune 6
fleche CPU-Z 1.59 64bits
fleche HWMonitor 1.18.5 64bits
fleche Windows 7 Edition Intégrale 64bits (AHCI)
 
Les différents benchmarks ont tous été effectués à une fréquence de 4000 Mhz pour le processeur, Hyper Threading activé. Pour la mémoire, la fréquence est fixée à 2133 Mhz Cas 9-11-9-28-1T. Ces réglages sont pour nous le meilleur compromis permettant d'émuler l'ensemble des utilisateurs moyens actuels. Chaque benchmark est exécuté trois fois. Entre chaque run, nous procédons à un nettoyage, défragmentation (sauf s'il s'agit d'un SSD) puis redémarrage du système. Pour chaque bench, c'est la moyenne des trois runs qui est retenue. Avant chaque article, nous restaurons une image "neuve" de notre système d'exploitation. Dans la mesure du possible nous essayons de garder les mêmes pilotes entre les tests. Autrement ce sont les derniers disponibles qui sont installés. Bien entendu, nous réglons notre système de façon à obtenir des résultats les plus cohérents possible.

Plateforme de test :

fleche Table de bench Cooler Master Lab v1.0
fleche Alimentation Enermax Platimax 1000w "Super OC Edition"
fleche Carte mère Gigabyte X79-UD3 (Bios F9b)
fleche Processeur Intel Core i7 3960X ES 
fleche Ventirad Thermlright HR02 + Ventilateur 140mm Thermalright
fleche Mémoire DDR3 G.Skill RipjawsZ F3-17000CL9Q-16GBZHD
fleche Carte graphique Asus GeForce GTX580 DirectCU II
fleche HDD Western Digital Caviar Black 1Tb + SSD 40Gb Corsair F40
fleche Ecran iiyama B2409HDS

{mospagebreak}
{menu Bundle et layout}

Bundle et Layout
 
Le package de cette Gigabyte X79-UD3 se révèle assez sobre. Le blanc est la couleur prédominante, et les diverses inscriptions sont rédigées en noir. La référence "UD3", viens relever l'ensemble  en orange. Une pléiade de logos marketings est aussi présente. Bref vous l'aurez compris, pas de quoi fouetter un chat. En même temps, est-ce ce que l'on attend d'une carte mère d'entrée de gamme ? Pas vraiment... D'autant que l'ensemble n'est toutefois pas désagréable à l'oeil. 



Voyons à présent ce que contient le bundle de cette Gigabyte X79-UD3. Comme vous pouvez le voir sur la liste exhaustive ci-dessous, il s'avère plutôt léger. Pourtant, ce bundle contient l'éssentiel, et même plus puisque Gigabyte y a même inclus tous les ponts SLI et CrossfireX possibles ! Belle surprise donc, étant donné qu'on ne s'attend généralement pas à grand-chose pour ce type de carte-mère d'entrée de gamme.
 
fleche 1 x Manuel d'utilisateur
fleche 1 x Manuel d'installation 
fleche 1 x CD de pliotes et logiciels
fleche 1 x Plaque arrière entrées/sorties
fleche 4 x Câbles SATA3
fleche 1 x Pont AMD CrossfireX 
fleche 1 x Pont nVidia SLI
fleche 1 x Pont nVidia 3-Way SLI
fleche 1 x Pont nVidia 4-Way SLI 
 2.jpg 3.jpg 

Récapitulatif des caractéristiques :



 6.jpg  9.jpg

Présentation du layout :
Le design de cette Gigabyte X79-UD3, reprend en partie celui initié par le fabricant taiwanais avec sa gamme de cartes P67/Z68. On retrouve donc un PCB noir mat, des ports DIMM et PCIe noirs, ainsi que des dissipateurs thermiques gris anodisés. Nous avions déjà trouvé l'ensemble fort réussi comparé au "bleu Gigabyte" lors du lancement du P67. Notre avis n'a toujours pas changé ! Mais voyez plutôt par vous-même :
 18.jpg  17.jpg

Pour la petite histoire, nous avons reçu cette Gigabyte X79-UD3 bien avant la polémique des VRM défectueux. Notre exemplaire aurait donc du être affecté par ce problème. Pourtant lors de nos tests, nous n'avons eu à déplorer aucune casse, ni aucune chauffe exagérée des étages d'alimentation ni d'ailleurs d'autres parties de la carte. Et cela même en utilisant un fort vCore (1,5v) ainsi qu'une forte charge simultanée (LinX/OCCT).
 5.jpg  7.jpg
Les problèmes de surchauffe VRM dont semblaient être victime Gigabyte au lancement de ses cartes X79 sont donc bel et bien résolus. Ils étaient causés par un manque de ventilation autour du socket, ainsi que par l'absence de sécurité logicielle appellés OCP et OVP (Over Circuit Protection et Over Voltage Protection). Ce problème, largement exagéré par la presse et affolant les utilisateurs aura donc pu être réglé par une simple mise à jour BIOS.  
 11.jpg  14.jpg

{mospagebreak}
{menu Présentation du BIOS}

Présentation du BIOS.
 
Dans cette partie, plutôt que de vous détailler quelques menus importants du BIOS 3D UEFI, j'ai choisi de vous en faire une petite vidéo. Vous pourrez donc découvrir l'intégralité du BIOS 3D de cette Gigabyte X79-UD3 comme si vous y étiez ! Voyez plutôt par vous même :  

{mospagebreak}
{menu Tests de performances}

Tests de performances.

Rappel des fréquences de bench :
arrow Processeur à 4000 Mhz
arrow Base clock à 100 Mhz
arrow Mémoire à 2133 Mhz
arrow Timings mémoire primaires 9-11-9-28-1T (Timings secondaires fixés manuellement aux valeurs SPD)
arrow Carte graphique à 772 Mhz/1002 Mhz

AIDA64
aida64.pngaida64.png
Gigabyte X79-UD3 et Asus Rampage IV Extreme

WinRAR
winrar.png

HD Tune Pro 

hdtune.pnghdtunepro.png

Gigabyte X79-UD3 et Asus Rampage IV Extreme

CrystalDiskMark 

crystaldisk.pngcrystaldiskmark.png

Gigabyte X79-UD3 et Asus Rampage IV Extreme

Super Pi 1M/32M & Pifast
spi_pifast.png

WPrime 32M/1024M
wprime.png
 
X264 HD Benchmark
x264.png

Cinebench



3DMark 2006/Vantage/2011

3dmarks.png

Unigine Heaven

Comme vous pouvez le voir sur notre série de graphiques ci-dessus, la Gigabyte X79-UD3 s'en sort très bien à l'issue de notre protocole de test de performances. En effet quel que soit le test, cette dernière n'a même pas à rougir de la comparaison avec la Rampage IV Extreme d'Asus.
Carte pourtant autrement plus haut de gamme… Sans pour autant faire jeu égal avec celle-ci, la Gigabyte X79-UD3 la talonne de près la plupart du temps, se permettant même de devancer la reine des cartes-mères X79 dans certains benchs. Une très belle performance donc, surtout si l’on considère l'écart de prix et de gamme entre les deux cartes.

{mospagebreak}
{menu Tests overclockings}

Tests overclocking

Dans cette partie, nous allons tester les différents aspects overclocking de la carte, à savoir :

arrow Fréquence MAX Baseclock
arrow Fréquence MAX mémoire

arrow Fréquence MAX processeur air et sous azote liquide

Pour ces tests, les tensions utilisées seront les suivantes :
arrow Une tension maximale de 1,55v au vCore (processeur)
arrow Une tension maximale de 1.3v au VCCSA (contrôleur-mémoire)
arrow Une tension maximale de 1.75v au vDimm (DDR3)

Tous les voltages sont mesurés au multimètre, directement sur le PCB de la carte mère.

Fréquence Max Baseclock :


Pour ce qui est de l’overclocking baseclock, rien à signaler. Nous avons choisi de tester le strap qui vous sera le plus utile lors de vos overclockings, à savoir le strap 125Mhz. Dans cette configuration, notre Rampage IV Extreme avait été capable d’atteindre 131,5mhz. La Gigabyte X79-UD3 ne fait pas mieux, mais pas forcément non plus moins bien. 0,5Mhz sépare nos deux cartes mères X79.

Fréquence Max mémoire :


Rien à signaler non plus coté mémoire, la Gigabyte X79-UD3 nous permet d’atteindre la fréquence maximale de notre kit mémoire G.Skill, tout comme la R4E. Match nul donc.

Fréquence Max processeur air & Ln2 :

En ce qui concerne l’overclocking processeur, les résultats sont plus nuancés. En air, très peu d’écart sépare nos deux cartes-mères. En effet, nous avions pu valider une fréquence maximale processeur de 5292Mhz sur la R4E, la Gigabyte fait un poil moins bien, avec 5Mhz de moins soit 5287Mhz validés.
Cependant, on ne retrouve pas cette différence en max benchable (comprendre la fréquence maximale stable pour exécuter un benchmark). Les deux cartes nous ayant toutes deux  permises de bencher à la même fréquence maximale, soit 5555Mhz.

Sous températures négatives (-60 ~ -70°), le constat n’est plus tout à fait le même. La X79-UD3 est un peu plus en retrait, avec 10,2Mhz de moins que sa consœur. Mais attention, tout ceci est encore une fois à relativiser, ces écarts n’étant présent encore une fois qu’en maxscreen, et pas en max benchable.
{mospagebreak}
{menu Conclusion}
 

Conclusion
 
vk661vptajzmcslw1vcz.jpgEn conclusion, cette Gigabyte X79-UD3 à tout pour plaire. Outre son prix attractif d'en moyenne 195€ (tout du moins comparé aux autres cartes X79), cette carte mère dispose de tout ce dont vous avez besoin, et même plus.
La Gigabyte X79-UD3 est tout simplement la carte X79 la moins chère du marché ! Pour cette raison, nous lui décernons un label "59Hardware Economie".

4lfpwxbh614qpggpvwqs.jpgElle se démarque par ses fonctionnalités aussi nombreuses qu'utiles. On aime le 3D BIOS, qui satisfera les néophytes souhaitant apprendre à configurer celui-ci au mieux et sans prise de tête. On aime les six ports SATA3, quand la majorité des cartes concurrentes dans cette gamme de prix n'en propose en moyenne que 2 ou 3.
On aime encore le design de la carte avec son PCB noir mat et ses dissipateurs gris anodisé. On aime aussi les quatre ports PCIe 3.0 16x/8x permettant le support du quad SLI ou CrossfireX. La Gigabyte X79-UD3 étant la seule carte à moins de 300€ à proposer cette possibilité ! Pour cette raison, nous lui décernons un label "Recommandé par 59Hardware "

3mw0nhdldyzdn88weud8.jpgMais ce n'est pas tout, puisque les performances sont aussi au rendez-vous. En effet cette Gigabyte X79-UD3, sans pour autant les égaler, n'a pas à rougir de la comparaison avec des cartes autrement plus haut de gamme. L'overclocking n'est lui aussi qu'une formalité pour l'X79-UD3.
Les capacités d'overclocking en air de celle-ci se sont révélées très similaires à ce qu'on avait pu mesurer sur la R4E d'Asus. Pour cette raison, nous lui décernons un label "59Hardware Performance"

8.jpgFinalement, seuls trois "points noirs" sont pour nous à relever sur cette Gigabyte X79-UD3, mais ils ne le seront pas forcément pour tout le monde.
Tout d'abord, le manque de ports DIMM, on aurait aimé en voir quatre de plus. Deuxièmement, l'absence de boutons Power, Reset ou Clear CMOS à même le PCB, ils manquent cruellement lorsqu'on travaille hors-boitier.
Et pour finir, l'absence d'afficheur "debug codes", pour les mêmes raisons qu'au dessus. Vous voyez, comme je vous le disais, ces "points noirs" ne seront pas forcément valables pour tout le monde...

arrow Performances excellentes
arrow Capacités d'overclocking excellentes
arrow Prix
arrow Compatible CrossfireX et 4-Way SLI
arrow Design réussi

arrow Pas de boutons Power & Reset sur le PCB
arrow Pas d'afficheur "debug codes"
arrow Seulement 4 ports DIMM (on aurait aimé 8)

Asus Rampage IV Extreme : Extrême Overclocking !

Envoyer Imprimer

{menu Introduction}

Introduction. 

59hardware

Il y a un peu plus de deux mois, Intel lançait ses nouveaux processeurs Core i7 Sandy Bridge-E sur socket 2011. Le lancement de ces nouveaux processeurs haut de gamme et de ce nouveau socket, furent irrémédiablement accompagnés d'un lancement chipset, le X79. Aujourd'hui, 59H se propose de tester pour vous l'une des plus abouties, si ce n'est LA plus aboutie des cartes mère X79. Mais attention, ne vous méprenez pas, ce bijou technologique n'est pas à mettre entre toutes les mains.
 
En effet cette carte, le développement sans pareil dont elle a bénéficié, et la pléiades de fonctionnalités qui ont été implémentées sont dédiés à un public bien précis : Les overclockeurs. Et j'oserais même plus : Les overclockeurs extrême ! Mais trêve d'introduction, j'espère avoir su attiser votre curiosité avec ces quelques lignes... Si tel est le cas : Suivez le guide !

{mospagebreak}{menu Protocole et configuration de test}

Protocole de test.

ivnxcr5ue134xe5m5jbm.jpg

Nous allons mettre à l’épreuve l'Asus Rampage IV Extreme à travers un panel de tests. Ils nous permettront, chacun à leur manière, de mesurer les performances de la carte-mère dans différentes conditions d'utilisation. 

Logiciels de tests :  

fleche AIDA64 Extreme Edition 2.0 
fleche WinRAR 3.93 64bits (Benchmark intégré)

fleche HD Tune Pro 4.61    
fleche Crystal Disk Mark 3.0  
fleche Super Pi 1.5 Mod XS (1M)   
fleche Super Pi 1.5 Mod XS (32M)  

fleche Hexus Pifast (1024K)  
fleche wPrime Benchmark 1.55 HWBot (32M) 
fleche wPrime Benchmark 1.55 HWBot (1024M) 
fleche X264 Benchmark HD 4.0  
fleche Cinebench R11.5 64bits (Test processeur) 
fleche 3DMark 2006 
fleche 3DMark Vantage 
fleche 3DMark 2011
fleche Unigine Heaven 2.5 DirectX11  
  
fleche Asus R.O.G Mem TweakIt
fleche Asus R.O.G CPU-Z 1.59 64bits 

fleche HWMonitor 1.18.5 64bits  
fleche Windows 7 Edition Intégrale 64bits (AHCI)

Les différents benchmarks ont tous été effectués à une fréquence de 4000 Mhz pour le processeur, Hyper Threading activé. Pour la mémoire, la fréquence est fixée à 2133 Mhz Cas 9-11-9-28-1T. Ces réglages sont pour nous le meilleur compromis permettant d'émuler l'ensemble des utilisateurs moyens actuels. Chaque benchmark est exécuté trois fois. Entre chaque run, nous procédons à un nettoyage, défragmentation (sauf s'il s'agit d'un SSD) puis redémarrage du système. Pour chaque bench, c'est la moyenne des trois runs qui est retenue.
Avant chaque article, nous restaurons une image "neuve" de notre système d'exploitation. Dans la mesure du possible nous essayons de garder les mêmes pilotes entre les tests. Autrement ce sont les derniers disponibles qui sont installés. Bien entendu, nous réglons notre système de façon à obtenir des résultats les plus cohérents possible.

Plateforme de test n°1 : 

fleche Table de bench Cooler Master Lab v1.0
fleche Alimentation Enermax Platimax 1000w "Super OC Edition"
fleche Carte mère Asus Rampage IV Extreme
fleche Processeur Intel Core i7 3960X ES C0 
fleche Ventirad Thermlright HR02 + Ventilateur 140mm Thermalright
fleche Mémoire
 DDR3 G.Skill RipjawsZ F3-17000CL9Q-16GBZHD 

fleche Carte graphique Asus GeForce GTX580 DirectCU II
fleche HDD Western Digital Caviar Black 1Tb + SSD 40Gb Corsair F40 
fleche Ecran iiyama B2409HDS

{mospagebreak}
{menu Bundle et layout}

Bundle et Layout.

Sur cette Rampage IV Extreme, Asus ne déroge pas à ses habitudes. On retrouve donc le package auquel nous avait habitué la gamme Republic Of Gamers. Ainsi que l'indémodable (jusqu'à quand ?) thème de couleurs noir et rouge. On ne change pas une équipe qui gagne comme dirait l'autre, et l'ensemble est encore une fois réussi. 

p_500.jpg

Voyons à présent ce que contient le bundle de cette Rampage IV Extreme. Comme vous pouvez le voir sur la liste exhaustive ci-dessous, la dernière née d'Asus s'avère très bien dotée en la matière...

fleche 1 x Manuel d'utilisateur
fleche 1 x Autocollant Asus R.O.G. 
fleche 1 x CD de pliotes et logiciels 
fleche 1 x Câble USB ROG Connect
fleche 1 x Asus O.C. Key  
fleche 1 x Pont nVidia SLI
fleche 1 x Pont nVidia 3-Way SLI  
fleche 1 x Pont nVidia 4-Way SLI  
fleche 1 x Pont ATI Crossfire 
fleche 4 x Câbles SATA 
fleche 4 x Câbles SATA 3.0 
fleche 1 x Planche d'autocolants d'identification câbles SATA 
fleche 1 x Backplate pour refroidisseurs socket 1366
fleche 1 x Clé de démontage socket/backplate 
fleche 1 x Plaque arrière E/S  
fleche 1 x Pack de câbles pour mesure des voltages  
fleche 1 x Cable de connection Asus O.C. Key vers carte mère 
fleche 1 x Kit ASUS Q-Connector  

19.jpg

Récapitulatif des caractéristiques :

r4e_specs.png

Présentation du layout :
Le design de cette Rampage IV Extreme ne rompt pas avec celui de ses ainées. Je dirais même qu'au contraire, elle le sublime ! Comme à l'accoutumée avec Asus et sa série R.O.G., on à affaire ici à du lourd ! Les dissipateurs thermiques noirs sont en aluminium. Un caloduc les relie entre eux ainsi qu'au dissipateur du chipset X79. Ce dernier, mi alu, mi plastique est doté d'un ventilateur.

xz4fe7668tiqumzo8wud.jpg 2.jpg

À noter que ce ventilateur était uniquement nécessaire avec les premiers samples du X79 qui chauffaient beaucoup, ce qui n'est plus le cas maintenant. Asus à donc inclus à son BIOS une option pour totalement le désactiver, dans le cas ou celui-ci vous dérangerait.

h91m3xuboihdyewjvdts.jpg d37mvyaqzfv7j5jaymn2.jpg
L'Asus Rampage IV Extreme embarque pas moins de 8 connecteurs ventilateurs, un nombre qui, nous le pensons, devrait satisfaire les plus exigeants d'entre vous ! Sont aussi présents quatre DIP switches permettant de désactiver un ou plusieurs des ports PCI-E dédiés aux cartes graphiques. Ceux-ci s'avèreront très pratiques pour identifier rapidement la ou les cartes graphiques posant problème lors de sessions sous froid.
 n6mdh7ttf51lhrd6stin.jpg  72lc7cpz7smzj4jk5npu.jpg

Sont aussi présents les presque "classiques" points de mesures des divers voltages à même le PCB, ou déportés via les câbles fournis. Un mode Ln2, déjà présent sur les précédents modèles, permettant à la carte de mieux supporter les sessions sous grand froid. Le "Slow Mode", nouveauté propre au X79, permet lui de sous-cadencer les processeurs capricieux (coef 12x) lors des "démarrages à froid". Autre nouveauté, Asus à pensé à nous faire économiser le prix d'un thermomètre en incluant sur sa Rampage IV Extreme deux ports sondes type K. Ces derniers permettront d'afficher via l'OC Key ou le R.O.G. Connect la température d'un godet processeur ainsi que celui d'une carte graphique par exemple... Nous avons comparé leur précision avec celle de notre thermomètre Voltcraft K204. Verdict : Peu mieux faire, mais c'est pas mal du tout !

xrvx5j9bz1k8228ckjlm.jpg jq4x486z5o64bo41bau9.jpg

Mais ce n'est pas tout, comme nous vous le disions dans l'introduction de cet article, la Rampage IV Extreme à bénéficié d'un développement et d'attentions toutes particulières dédiées aux overclockeurs extrême. En effet, les overclockeurs et ingénieurs que sont respectivement les célèbres André Yang et Shamino ont bien entendu participé activement au développement de cette R4E. De ce fait, ils ce sont particulièrement attardés à peaufiner le fonctionnement de cette Rampage IV Extreme sous températures négatives. Dans ce but, des dizaines de condensateurs différents ont été testés pour leurs aptitudes à garder leurs capacités sous froid. Seuls les meilleurs d'entre eux ont été utilisés sur cette carte mère. 

u9scpct4b14ccjkg52ju.jpg fwwftebzdv3zx43gazk5.jpg

L'Asus O.C. Key est un autre des aspects du développement dont a fait l'objet la R4E. Ce périphérique permet un accès direct aux réglages importants du BIOS, comme c'était auparavant déjà le cas via le R.O.G Connect par exemple. Oui, mais à ceci prés que tout ces réglages sont directement accessibles depuis votre écran, en transparence ! Un outil fantastique donc, dont je suis tombé amoureux et dont j'en suis sûr, nombre d'entre vous s'enticheront aussi... Dernière nouveauté overclocking, et non des moindres, l'Asus HotWire.
J'imagine d'ici vos visages pensifs derrière l'écran : "L'Asus fil chaud c'est quoi ça encore ?" Et bien c'est assez simple en fait ; Asus à inclus à sa Rampage IV Extreme tout le nécessaire pour vModder et monitorer les voltages des cartes graphiques. Ne manquerait plus qu'un fer à souder et de l'étain inclus au bundle (ou presque) ! Mais nous reviendrons plus en détail sur l'Asus HotWire et l'O.C. Key en cinquième page de cet article...

4e8iyrlabvooj6re37u3.jpg ql4wlj0tt1ncz8n1euut.jpg

 {mospagebreak}

{menu Présentation du BIOS}

Présentation du BIOS .

Dans cette partie, plutôt que de vous détailler quelques menus importants du BIOS, j'ai choisi de capturer chronologiquement chaque partie du BIOS. Vous pourrez donc, à travers ces 48 captures découvrir l'intégralité du BIOS de cette Asus Rampage IV Extreme. Mais trêve de blabla, de belles images étant toujours plus explicites que des longs discours...

1.png2.png

3.png4.png

5.png6.png

7.png8.png

9.png10.png

11.png12.png

13.png14.png

15.png16.png

17.png18.png

19.png20.png

21.png22.png

23.png24.png 

{mospagebreak}

{menu Présentation du BIOS (suite)}

Présentation du BIOS (suite).

25.png26.png

27.png28.png

29.png30.png 

31.png32.png 

33.png34.png

35.png36.png 

37.png38.png

39.png40.png 

41.png42.png 

43.png44.png 

45.png46.png 

47.png48.png 

{mospagebreak}

{menu Tests de performances}

Tests de performances.

Rappel des fréquences de bench :

arrow Processeur à 4000 Mhz 
arrow Base clock à 100 Mhz 

arrow Mémoire à 2133 Mhz
arrow Timings mémoire primaires 9-11-9-28-1T (Timings secondaires fixés manuellement aux valeurs SPD)
arrow Carte graphique à 772 Mhz/1002 Mhz

AIDA64

aida64.png
 
Commençons par les tests de bande passante. Lorsque l'on compare les résultats obtenus par la Rampage IV Extreme avec ceux obtenus sur la DX79SI d'Intel, on s'aperçoit que toutes les mesures sont en nette hausse. Quelque soit le test.
WinRAR
winrar.png

Même constat en compression RAR, alors que la DX79SI d'Intel plafonnait à un peu moins de 4600 Ko/s, sur la R4E les 5000 Ko/s sont atteint et même dépassés.

HD Tune Pro

hdtunepro.png


Sous HDTune, les mesures sont comparables à ce que nous avons relevé sur les différentes cartes mère du marché (P67/Z68/X58...). Seuls les débits maximums en lecture sont en légères baisses. En effet, sur la Rampage IV Extreme on mesure un débit maximum de 255,16 Mo/s en lecture, contre environ 260~270 Mo/s sur les autres cartes. En revanche, le débit moyen, soit ce qui nous intéresse vraiment, est en nette progression ! Alors que jusqu'ici notre SSD Corsair F40 plafonnait aux alentours de 210 ~ 230 Mo/s selon les cartes mères, sur R4E notre SSD affiche un débit moyen de 248,33 Mo/s. Une belle progression donc.

CrystalDiskMark

crystaldiskmark.png


Sous Crystal Disk Mark, aucune amélioration, mais pas de dégradation non plus. Les débits de cette Rampage IV Extreme sont similaires à ceux mesurés sur la R3BE par exemble.

Super Pi 1M/32M & Pifast

spi_pifast.png


Sous Super Pi, les temps sont bien meilleurs comparés à ceux obtenus avec l'Intel DX79SI. Un peu moins de 38 secondes séparent les deux cartes au 32M. Un gouffre abyssal en faveur de l'Asus Rampage IV Extreme, bien plus nerveuse dans cet exercice.

WPrime 32M/1024M

wprime.png


Sous Wprime, c'est encore une fois le même constat. 7s secondes séparent la nerveuse Rampage IV Extreme de l'Intel DX79SI.

X264 HD Benchmark

x264hd.png


En ce qui concerne la compression HD, la Rampage IV Extreme affiche encore une fois d'excellents résultats, toutes les mesures relevées sont en hause. En images par secondes comme en débit.

Cinebench

cinebench.png

Passons maintenant aux tests de la partie graphique. Sous Cinebench, l'Asus Rampage IV Extreme tire encore une fois son épingle du jeu. Les FPS sont en légères hausses et le test CPU quant a lui, s'envole. La Ramapage IV Extreme s'offre même le luxe de faire jeux égal avec une configuration de référence Cinebench, basée sur 2 Xeon X5690 !

3DMark 2006/Vantage/2011

3dmarks.png


Vient l'heure des benchs qui passionnent les foules, j'ai nommé la série des 3DMarks. Ici nous avons choisi les trois versions les plus récentes du bench, qui sont les plus à même de mesurer les performances graphiques des systèmes actuels. encore une fois, quelque soit le bench, l'Asus Rampage IV Extreme excelle en 3D.

Unigine Heaven

heaven.png
 
Sous Unigine Heaven 2.5, bench DirectX11. Le score est en hause, mais très légèrement. Nous avions relevé un score de 778 points sur l'Intel DX79SI. L'Asus R4E fait un peu mieux, portant ce score à 781 points.
{mospagebreak}

{menu Tests overclockings} 

Tests overclocking.

Dans cette partie, nous allons tester les différents aspects overclocking de la carte, à savoir : 

arrow Fréquence MAX Baseclock
arrow Fréquence MAX mémoire

arrow Fréquence MAX processeur air et sous Azote liquide

Pour ces tests, les tensions utilisées seront les suivantes :
arrow Une tension maximale de 1,55v au vCore (processeur)
arrow Une tension maximale de 1.3v au VCCSA (controleur mémoire)
arrow Une tension maximale de 1.75v au vDimm (DDR3)
Tous les voltages sont mesurés au multimètre, directement sur le PCB de la carte mère. 

Fréquence Max Baseclock :

oc_bclk.png


En ce qui concerne l'overclocking du baseclock sur X79, plusieurs straps sont disponibles. Nous avons donc cherché la fréquence maximale avec chaque strap disponible. Comme vous pourrez le constater sur le graphique ci-dessus, quelque soit le strap choisi, la marge d'overclocking reste à peu prêt la même (6 ~ 8 Mhz). Pour résumer, non le X79 ne débloque pas l'overcklocking par le baseclock comme c'était le cas avec le FSB. Mais oui, on peu monter beaucoup plus haut en baseclock que sur P67 ou Z68. Tout cela grâce à l'implémentation des straps par Intel. À noter que les fréquences maximales relevées sont les limites de notre 3960X ES et non celles de la Rampage IV Extreme.

Fréquence Max mémoire :
oc_ram.png

Même constat côté mémoire, ici on atteint 2371 MHz. Soit la limite de notre controleur mémoire, pas celle de la Rampage IV Extreme.

Fréquence Max processeur air & Ln2 :

Pour ce qui est de la fréquence maximale processeur, nous étions grandement limités par le sample presse qu'Intel France nous avais fourni (4.9GHz). En effet, celui-ci n'étant clairement pas "un foudre de guerre", j'ai utilisé mon processeur perso. Ce dernier est aussi un 3960X ES à ceci prés que c'est un C0 (le sample presse d'Intel est un C1), et qu'il à été "ultra trié". En aircooling, sous notre Thermalright HR02, nous atteignons quasiment 5.3GHz pour 1.55 volts. Une fréquence plus qu'honorable, qu'il ne nous a pas été possible d'atteindre avec la DX79SI d'Intel ou la X79-UD3 de Gigabyte. D'ailleurs, il en va de même sous azote liquide. En effet, la R4E nous à permis d'atteindre 5605Mhz avec notre Core i7 3960X sous Ln2, contre 5590Mhz en moyenne sur ses concurrentes. La Rampage IV Extreme d'Asus démontre donc encore une fois sa supériorité.

{mospagebreak}

{menu Conclusion}

Conclusion.
uhcczfetv0699a69vv6i.jpg
Avec sa Rampage IV Extreme, le fabricant Taïwanais Asus réalise un quasi sans faute. Cette nouvelle carte mère basée sur le chipset X79 est un petit bijou technologique. Elle reprend aisément la couronne de la carte mère « ultime » qu’avais perdu Asus sur socket 1366. Nous avons été séduit tant par son design, que par ses fonctionnalités overclocking avancées ou encore ses excellentes performances.
Concernant ces dites fonctionnalités, L’Asus O.C. Key, périphérique au combien pratique et utile, rendra littéralement amoureux tout overclockeur extrême qui se respecte !
De même que l’Asus HotWire , petite « révolution » en matière de volt mod, dont les premières applications sur AMD Radeon 7970 ont déjà permis de briser nombre de records 3D. C’est simple, lorsqu’il s’agit d’overclocking ou de performances, l’Asus Rampage IV Extreme est tout simplement la reine de sa catégorie. Pour ces raisons, nous lui attribuons les labels 59H « Performance » et 59H « Coup de cœur ».

Mais tout ceci à bien évidemment à un prix, et pas des moindres… Avec une facture aux alentours de 350€ selon les échoppes, cette R4E ne s’adresse bien évidemment pas à tous les publics. D’ailleurs, si vous êtes un gamer averti, ou encore un de ses Power Users fortunés, nous ne serions que trop vous conseiller que d’opter pour une carte mère moins onéreuse.

Au final, une carte comme la Rampage IV Formula, équivalente en tout point mais dépouillée de ses fonctions dédiée à l’overclocking extrême, nous parait un choix bien plus judicieux. Vous l’aurez donc compris, à l’issu de cette article, cette Asus Rampage IV Extreme est une excellente carte mère. Mais elle reste une carte d’exception, une arme ultime, qui comme nous vous le disions dans notre introduction, n’est pas à mettre entre toutes les mains…

arrow Performances au top  
arrow Capacités d'overclocking excellentes
arrow Stable et docile en overclocking
arrow Carte "ultime" de l'overclockeur extrême 
arrow Compatible CrossfireX et 4-Way SLI 
arrow Asus O.C. Key
arrow Volts mods via l'Asus HotWire
arrow Thermomètre pour sondes type K intégré 
arrow Design réussi
arrow Prix

Gigabyte X58A-OC vs Asus Rampage III Black Edition : Qui est la reine du X58 ?

Envoyer Imprimer

{menu Introduction}

Introduction.

Il y a bien longtemps, dans une contrée lointaine, l'overclockeur de renom Hicookie, employé par la firme Gigabyte, lança l'idée d'une carte mère entièrement dédiée aux overclockeurs, dépourvue de toute fonctionnalité superflue. Il fallut beaucoup de temps avant que cette idée soit acceptée par les équipes du fabricant taiwanais. En effet, la cible de cette carte étant par définition les overclockeurs, et même s'il s'agit d'un marché certes actuellement porteur, reste qu'il s'agit d'un marché de niche, concernant une très faible portion des utilisateurs de PC.

59hardware di5locsq9cy3rxsimgp9.jpg

Mais, à l'aide de sa passion inconditionnelle pour l'overclocking, d'une persévérance sans faille, et, bien sûr, de ses connaissances reconnues et indiscutables en la matière, Hicookie réussit finalement à transformer ce qui ne fut au départ qu'une idée, en un projet bien réel. Ainsi naquit la Gigabyte X58A-OC. Aujourd'hui, les derniers jours du chipset X58 d'Intel sont proches, puisqu'en passe d'être remplacé par le nouveau X79. Cependant, ce dernier n'étant pas encore disponible pour le moment, 59Hardware a décidé de vous faire patienter jusqu'à la fin du NDA (ndlr lundi prochain), en vous concoctant un comparatif en bonne et due forme, le premier francophone à ce jour, entre la X58A-OC de Gigabyte, et la Rampage III Black Edition d'Asus. Soit un combat entre deux des plus féroces animaux en voie de disparition ! Qui en sortira vainqueur ? Suivez le guide pour le savoir ! 

{mospagebreak}
{menu Protocole et configuration de test}

Protocole de test.

Nous allons mettre à l’épreuve les cartes-mères à travers un panel de tests. Ils nous permettront, chacun à leur manière, de mesurer les performances de la carte-mère dans différents cas; nous utiliserons pour ce faire les logiciels suivants :
fleche AIDA64 : Remplaçant de EVEREST, test de bande passante mémoire et cache processeur.
fleche WinRAR 3.93 : Test de compression de fichiers
fleche HD Tune Pro 4.61 : Test de débit et temps d’accès disque dur.
fleche Crystal Disk Mark : Test de débit et temps d’accès disque dur.
fleche Super Pi 1M/32M : Test de performances axé mémoire et processeur calculant les décimales de π.
fleche Pifast : Test de performances axé mémoire et processeur calculant les décimales de π.
fleche Wprime 32M/1024M : Test de performances axé processeur calculant des racines carrées en utilisant la méthode de Newton.
fleche X264 HD Benchmark 3.0 : Test de performances compression vidéo HD 720p.
fleche Cinebench Release 11.5 x64 : Test de performances de rendu 3D (OpenGL) et processeur.
fleche 3Dmark 2006 : Test de performances graphiques.
fleche 3Dmark Vantage : Test de performances graphiques.
fleche 3Dmark 2011 : Test de performances graphiques
fleche Unigine Heaven 2.5 : Test de performances graphiques.
fleche PC Mark 7 : Test de performances globales de la machine.
fleche CPU-Z : Logiciel regroupant des informations systèmes essentielles.
fleche Windows 7 Ultimate x64 : Système d'exploitation (Installation AHCI)

Les différents benchmarks ont tous été effectués à une fréquence de 4000 Mhz pour le processeur, Hyper Threading activé. Pour la mémoire, la fréquence est fixée à 1600 Mhz Cas 8-8-8-24-1T. Ces réglages sont pour nous le meilleur compromis permettant d'émuler l'ensemble des utilisateurs moyens actuels. Chaque benchmark est exécuté trois fois. Entre chaque run, nous procédons à un nettoyage, défragmentation (sauf s'il s'agit d'un SSD) puis redémarrage du système. Pour chaque bench, c'est la moyenne des trois runs qui est retenue. Avant chaque article, nous restaurons une image "neuve" de notre système d'exploitation. Dans la mesure du possible nous essayons de garder les mêmes pilotes entre les tests. Autrement ce sont les derniers disponibles qui sont installés. Bien entendu, nous réglons notre système de façon à obtenir des résultats les plus cohérents possibles.  
Afin de surmonter les rudes épreuves que nous infligerons aux cartes mères pour vous, elles se verront épaulées des éléments suivants :
fleche Table de bench Cooler Master Lab v1.0
fleche Alimentation Cooler Master Silent Pro Gold 1200w
fleche Processeur Intel Core i7 Extreme 980x 
fleche Mémoire DDR3 SuperTalent ProjectX 3x2 GB 2200 Cas 8-8-8-24
fleche Carte graphique Asus GeForce GTX580 Direct CU II
fleche SSD 40Gb Corsair F40

{mospagebreak}
{menu Bundle et layout - Gigabyte X58A-OC}

Bundle et Layout - Gigabyte X58A-OC.

Avec la X58A-OC, Gigabyte nous gratifie d'un nouveau thème de couleur encore jamais vu auparavant, Ce thème dénote avec le reste de la gamme Gigabyte, mais aussi avec le reste des constructeurs, ce qui, il faut le dire, n'est pas pour nous déplaire. Ainsi, le noir et l'orange qu'orne fièrement cette X58A-OC sont tout simplement MA-GNI-FI-QUES ! Oui, vous avez bien lu, magnifiques. À notre sens, aucun autre adjectif ne sied mieux aux couleurs de cette carte, mais bien évidemment, cela reste une affaire de goûts personnels (qui ne se discutent pas !).

 Le package de cette X58A-OC, somme toute très léger, contient néanmoins l'essentiel pour un overclocker :
fleche 1 x Manuel d'utilisateur
fleche 1 x Manuel d'installation
fleche 1 x CD de pilotes et logiciels
fleche 1 x Pont 3-Way SLI
fleche 1 x Pont SLI 
fleche 1 x Pont CrossFire
fleche 4 x Câbles SATA 3.0
fleche 1 x Plaque arrière I/O
fleche 1 x Pack de câbles pour mesure des voltages
fleche 1 x Sticker Gigabyte
fleche 1 x Sticker Dolby Home Theater
2.jpg
Récapitulatif des caractéristiques :

specs_x58a-oc.jpg
 

Présentation du layout :

Le moins que l'on puisse dire à propos du layout de cette X58A-OC, c'est que Gigabyte n'y a pas été par quatre chemins. Aucune concession n'a été faite. 

 8.jpg  4.jpg

On remarquera en premier lieu l'utilisation exclusive de condensateurs CMS au tantale. Certes, MSI en utilisait déjà pour ce qui était de la partie CPU de ses cartes-mères dites "Military Class". Mais ici, c'est bel et bien l'ensemble de la carte qui utilise ce type de condensateurs. Sans rentrer dans les détails, ces condensateurs facilitent l'isolation de la carte mère, lors des sessions d'overclocking sous Ln2 ou autre, de par leur profil plat. Mais aussi, et surtout, ils régulent mieux le signal qui passe par leurs bornes que les condensateurs de type polymère solide. En revanche, les condensateurs au tantale ont une capacité moindre, ils nécessitent donc généralement une quantité plus importante de condensateurs que leurs homologues de type solide au polymère pour une même application.  

Quatre ports PCI-Express 16x sont présents, ils sont certifiés Quad Crossfire mais malheureusement, tout comme sur les Asus R3E et Asus R3BE, en l'absence d'une puce NF200, ils sont uniquement compatibles avec le 3-WAY SLI. On retrouve aussi un port PCI classique, qui s'avèrera bien utile pour ceux d'entre nous qui affectionnent tout particulièrement Super Pi ou encore PCMark. 

10.jpg 7.jpg

Vous l'aurez compris, en regardant le panneau E/S arrière de cette X58A-OC : Cette carte mère ne s'adresse pas à tout le monde. En effet, ce panneau E/S pousse le minimalisme à son paroxysme, et en tant qu'overclockeurs, ce n'est pas pour nous déplaire ! Sont présents deux ports PS/2, qui restent le choix psychologique d'une majorité d'overclockeurs sur l'USB, celui-ci ne pinguant (du verbe « pinguer ») pas inutilement à tout bout de champ. On retrouve aussi quatre ports USB (dont deux USB3.0), bien utiles pour y connecter clés USB et autres disques durs externes lors de vos sessions de bench. 

Sont aussi présents 3 ports audio (Entrée auxiliaire, sortie et micro) dont on se demande bien quelle utilité un overclocker pourrait en faire ? Mais passons, même si cette carte-mère est à la base purement destinée à un public d'overclockeurs, on comprend qu'il fallait tout de même y implanter un minimum de fonctions à destination du "grand public", pour que cette dernière réussisse à ce vendre.

12.jpg 9.jpg

Tout près des ports mémoire Dimms, se trouvent le bouton Power, un bouton "4G" permettant un overclocking automatique à 4Ghz pour les plus novices mais aussi un curieux ensemble de boutons fort utiles, ce que Gigabyte a appelé l’OC Touch. Ces derniers permettent d'ajuster ratios multiplicateurs et baseclock (avec un pas ajustable de 1 à 3mhz) du processeur à la volée, sans passer par le BIOS, un quelconque logiciel d'overclocking ou encore un notebook, voire un Smartphone comme cela peut être le cas chez Asus avec les excellentes technologies R.O.G. Connect et RC Blutooth. À notre avis, il s'agit tout simplement là de la meilleure fonction overclocking de cette carte. 

Sous cette zone "OC Touch" sont disposés les points de mesures des différentes tensions de la carte et autres composants du système. Il est possible de laisser connecter son ou ses multimètres en permanence via les câbles fournis. C'est une fonctionnalité qui s'avère très pratique lors de sessions overclocking sous froid solitaires, évitant ainsi de jouer du multimètre directement sur le PCB de la carte mère en fonction.

Derrière le connecteur ATX 24 broches ce trouve l'afficheur à LED "debug codes". Ce choix est peu judicieux, en effet, une fois la carte mère installée sur une table de bench et l'alimentation connectée, le câble de celle-ci vient gêner la lisibilité de l'écran. 

11.jpg 6.jpg

On notera aussi la présence de deux connecteurs d'alimentation, de part et d'autre des huit ports S-ATA (dont deux S-ATA 3.0) présents. Ces connecteurs d'alimentation servent à fournir un afflux d'électricité supplémentaire aux ports PCI-E, lors de configuration triple ou quadruple cartes graphiques. Cela permet ainsi d’assurer une meilleure stabilité du système. Même si cette fonctionnalité est disponible sur la majorité des cartes haut de gamme disposant de quatre ports PCI-Express, il faut tout de même souligner que c'est la première fois qu'un constructeur utilise des connecteurs au format S-ATA, délaissant ainsi le vieillissant et peu pratique connecteur MOLEX. 

{mospagebreak}
{menu Bundle et layout - Asus Rampage III Black Edition}

Bundle et Layout - Asus Rampage III Black Edition.

(Ce qui suit est éxtrait de l'article "Asus Rampage III Black Edition : La carte X58 ultime ?" du 11/04/2011)

Black Edition oblige, Asus nous livre ici un nouveau package dénotant complètement avec le reste de la gamme ROG , et ce n'est pas pour nous déplaire !  La boîte arbore un thème de couleur moderne rappelant l'esprit gamer. Incriptions blanches sur fond noir avec quelques logos ROG ici et là, revêtant pour l'occasion une couleur feu du plus bel effet.

uyggp0kpa0xqldxq2lt0.jpg 

Mais voyons ce que ce package renferme et son bundle, assez généreux :

fleche 1 x Manuel d'utilisateur
fleche 1 x Manuel d'installation rapide
fleche 1 x CD de pliotes et logiciels
fleche 1 x Câble USB ROG Connect
fleche 1 x Pont 3-Way SLI
fleche 1 x Pont SLI 
fleche 1 x Pont CrossFire
fleche 1 x Kit ASUS Q-Connector 
fleche 6 x Câbles SATA 
fleche 2 x Câbles SATA 3.0 
fleche 1 x Module 2 ports USB 2.0 + 1 port E-SATA
fleche 1 x Plaque arrière I/O 
fleche 3 x Packs de sondes de températures 
fleche 1 x Pack de coliers plastique
fleche 1 x Sticker ROG
fleche 1 x Cable USB à USB interne pour module ThunderBolt 
fleche 2 x Antenne Wi-Fi rondes 
fleche 1 x Ventilateur chipset optionel

ss4zghyt7zwgrk8ifnpa.jpg 6kzs1x4cjtip7akbi3yc.jpg

Récapitulatif des caractéristiques :

ww6wcycxiv34lkx9t02d.jpg

Présentation du layout :

pkbti4sq6fvygdkpz6xj.jpg

f8863oni5vjb6pa8hb8p.jpg 2qutwvbed8t2j791uexz.jpg

Vous l'aurez compris en regardant ces photos, l'essentiel de la transformation de cette Rampage réside dans son layout. Les plus attentifs d'entre vous (ou tout simplement les possesseurs de Rampage III Extreme) auront remarqué quelques différences mineures... Parmi elles, le thème de couleur noir, blanc, bordeaux est du plus bel effet et sied parfaitement à cette Black Edition. Au premier coup d'oeil, on remarquera aussi le nouveau design du heatsink, un panneau E/S arrière différent avec notamment l'ajout d'un module WIFI, ainsi que l'ajout d'un écran "debug codes" à LED à proximité des boutons Power et Reset.

yg36m4unpysp5acshbbn.jpg 5sl6ydtz9a28hajojpgg.jpg

 

Sur la photo ci-dessus, vous pouvez admirer le nouvel étage d'alimentation dédié aux modules mémoires ainsi qu'à l'IMC (controleur mémoire) du processeur.

lbchb5lasycp41701o1q.jpg tnayzof55rvojymq7z2e.jpg
Le nouveau panneau E/S arrière regroupe un port PS/2 (compatible clavier/souris), 6 ports USB 2.0, 2 ports USB 3.0, 2 ports E-SATA, un port Ethernet Gigabit ainsi qu'un port USB dédié à la technologie d'overclocking ROG Connect. Sont aussi présents: 6 E/S audio ainsi qu'un module WIFI acceptant deux antennes (fournies). Mais aussi  deux boutons poussoirs, l'un servant à activer le ROG Connect, l'autre étant le classique "Clear CMOS". 
oulyd5x173f69t4q56n5.jpg xg1x13ylceifuhov471l.jpg

Quasiment rien n'a changé sur ces parties de la carte. Hormis l'ajout d'un afficheur "Debug Codes" à LED que nous vous avons évoqué plus haut, et la suppression des connecteurs pour la lecture des différents voltages. Les points de mesures sur le PCB sont toujours présents, néanmoins le cuivre qui les compose est de nature assez friable. Nous avons pu constater pendant nos tests que le métal qui constituait l'un de nos points de masses s'effritait peu à peu, rendant ce point quasiment inutilisable : Prudence donc. 
Coté slots d'extensions, les quatres ports PCI-E sont toujours présents, en revanche le port PCI-E x4 à été remplacé par un x1 et il en va de même pour le port PCI d'ancienne génération, remplacé lui aussi de la même manière.
wb8ajbq6zcapg2i7cs1f.jpg d71xhe8sfdxaufiom1ee.jpg
L'étage d'alimentation CPU reste lui inchangé, mais avait-il besoin de l'être ? Nous ne le pensons pas. Toujours ce système de double BIOS, et au format EPROM s'il vous plait ! Bien pratique en cas de problème pour les bidouilleurs et autres overclockeurs, point qui selon notre avis mériterait d'être copié par tous les autres constructeurs...
qrsxl13a3hf8mu708dfk.jpg wkahe3u1v1q8er3nogfb.jpg
{mospagebreak}
{menu Tests de performances}

Tests de performances.

Rappel des fréquences de bench :

arrow Processeur à 4000 Mhz
arrow Base clock à 133 Mhz

arrow Uncore à 4000 Mhz
arrow Mémoire à 1600 Mhz
arrow Timings mémoire primaires 8-8-8-24-1T (Timings secondaires fixés manuellement aux valeurs SPD)
arrow Carte graphique à 772 Mhz/1002 Mhz

AIDA64
aida64.jpg

Commençons par les tests de bande passante. Hormis le test de bande passante mémoire ou la X58A-OC domine uniquement en lecture et en copie, l'Asus Rampage III Black Edition mène la danse dans tous les tests de bande passante processeur, que ce soit en lecture, en écriture ou en copie.

WinRAR
winrar.jpg

En compression RAR, ce n'est plus tout à fait la même donne, la X58A-OC domine mais de très peu. 5 Ko/s séparent les deux cartes mères. 

HD Tune
Pro
hdtune.jpg

Sous HDTune, malgré le fait que les deux cartes disposent en fait du même contrôleur Marvell 88SE9182, la X58A-OC sort son épingle du jeu et prend la tête du classement. Cela s'explique par le fait que Gigabyte optimise systématiquement le firmware des contrôleurs SATA de ses cartes. Tandis que celui de l'Asus R3BE est d'origine Marvell. Cependant, et même si cela n'est pas forcément significatif sur les performances globales, la Rampage III Black Edition détient tout de même les débits du cache les plus élevés. Les temps d'accès disques sont en revanche révélateurs, et dans ce domaine même si l'écart est faible, c'est la carte d'Asus qui domine.
 
CrystalDiskMark
crystaldiskmark.jpg

Sous Crystal Disk Mark, les résultats sont plus balancés. Il n'y a qu'en écriture 4K avec longueur de queue 32bits et en lecture séquentielle que la X58A-OC devance sa concurrente. Sur le reste des tests, c'est la R3BE qui sort gagnante à tous les niveaux, que ce soit en lecture ou en écriture.

Super Pi 1M/32M & Pifast
superpi.jpg

Super Pi, de tous les benchs que les overclockeurs affectionnent, fut notre plus grande surprise ! En effet, de mémoire, nous n'avons jamais vu aucune carte Gigabyte devancer une Asus sur ce bench. Chapeau bas donc aux ingénieurs qui ont travaillé sur cette X58A-OC, nous aimerions voir plus de cartes de ce calibre de votre part ! En revanche pour Pifast, c'est sans équivoque que la Rampage III Black Edition remporte fièrement la mise. 
Dans ces tests, même si les différences de temps (de 0.03 secondes au plus bas) peuvent paraitre insignifiantes à certains, ceux qui ont déjà pratiqué ce bench pendant des heures le savent bien : C'est un gouffre abyssal qui sépare les deux cartes.
 

WPrime 32M/1024M
wprime.jpg

Sous Wprime, c'est encore une fois la X58A-OC qui prend la tête du classement. Le bench 32M n'étant pas assez long pour exprimer de contraste dans le cas présent, c'est sur le 1024M que la carte de Gigabyte fait la différence et domine sa concurrente.

X264 HD Benchmark
x264.jpg

En ce qui concerne la compression HD, nos deux cartes ce retrouvent au coude à coude sur les débits. En revanche du côté des FPS, c'est une autre donne. En effet, la Rampage III Black Edition domine la X58A-OC avec jusqu'à 1 FPS de plus dans certains cas. Vous l'aurez compris, il n'y rien là qui n'affecte vraiment les performances globales.

Cinebench
cinebench.jpg

Passons maintenant aux tests touchant aussi la partie graphique. Sous Cinebench, l'Asus R3BE devance la Gigabyte X58A-OC pour ce qui est du test OpenGL avec moins d'un FPS de mieux. A contrario, c'est la X58A-OC qui prend le pas sur la R3BE pour ce qui est du test processeur, mais une fois de plus, l'écart entre les deux cartes est insignifiant.

3DMark 2006/Vantage/2011
3dmarks.jpg

Vient l'heure des benchs qui passionnent les foules, j'ai nommé la série des 3DMarks. Ici nous avons choisi les trois versions les plus récentes du bench, qui sont les plus à même de mesurer les performances graphiques des systèmes actuels. Sous le vieillissant 3DMark 2006, c'est la R3BE qui tient le haut du pavé. En revanche avec des benchs plus récents comme 3DMark Vantage ou 2011, la X58A-OC reprend systématiquement l'avantage.

Unigine Heaven
unigine.jpg

Même constat sous Unigine Heaven 2.5, bench DirectX11. C'est la Gigabyte X58A-OC qui signe le meilleur score final et la meilleure moyenne de FPS.

PC Mark 7
pcmark7.jpg
Enfin PCMark 7, dernier bench de notre protocole de test. Dernière mouture en date du benchmark, la version 7 nous permet de mesurer les performances globales de notre système, ou dans le cas présent, de nos deux carte mères. Comme vous pouvez le voir sur notre graphique ci-dessus, c'est encore la X58A-OC qui remporte la victoire, 5 (petits) points supplémentaires la séparent de la R3BE dans le score total de ce bench.
 
Le match entre les deux animaux féroces fut rude, mais vous l'aurez compris, à l'issue de notre protocole de test, la sentence est sans appel : avec 12 benchs remportés pour la X58A-OC, contre 5 pour la R3BE sur un total de 17 benchs (Les deux sous-tests de Cinebench comptant pour deux benchs), la couronne de la victoire revient sans conteste à la carte-mère de Gigabyte !
{mospagebreak}
{menu Tests overclockings} 

Tests overclocking

Dans cette partie, nous allons tester les différents aspects overclocking de la carte, à savoir : 

arrow Fréquence MAX Baseclock
arrow Fréquence MAX mémoire
arrow Fréquence MAX Uncore (fréquence du controleur mémoire)
arrow Fréquence MAX processeur

Tous les voltages sont mesurés au multimètre, directement sur le PCB de la carte mère. Pour ces tests, les voltages utilisés seront les suivants :

arrow Une tension maximale de 1,55v au vCore (processeur) 

arrow Une tension maximale de 1.5v à l'IOH/QPI/VTT (controleur mémoire)

arrow Une tension maximale de 1.80v au vDimm (DDR3)

Fréquence Max Baseclock :

bclk_r3be.jpg bclk_x58a-oc.jpg

Commençons avec l'overclocking du baseclock. Sur notre processeur, il nous avait été possible d'atteindre 235,5Mhz sur notre Asus Rampage III Black Edition. Notre meilleur score toutes cartes confondues jusqu'alors. La Gigabyte X58A-OC nous permet d'améliorer cette fréquence mais de très peu. En effet, l'écart reste très faible, pour ne pas dire négligeable avec seulement 0,6Mhz d'écart entre nos deux compétitrices. Rappelons aussi qu'il s'agit-là d'un maxscreen et non de la fréquence maximale stable. Dans ce cas précis, les deux cartes font match nul. 
Fréquence Max mémoire :

ram_r3be.jpg ram_x58a-oc.jpg

Même constat du côté de la mémoire, l'écart de 3Mhz entre les deux cartes, correspond à l'écart de potentiel d'overclocking entre les deux kits utilisés. D'ailleurs ici, il ne s'agit nullement de la limite des cartes, mais bel et bien de la limite de nos kits mémoires à ce voltage. Match nul donc.

Fréquence Max Uncore :

uncore_r3be.jpg uncore_x58a-oc.jpg

Si l'Asus Rampage III Black Edition nous avait surpris par ces capacités à sublimer l'overclocking Uncore de notre 980x en aircooling, il faut admettre que la Gigabyte X58A-OC nous a tout simplement estomaqués ! En effet, ce ne sont pas moins de 98Mhz supplémentaire que notre X58A-OC consent à nous offrir ! Un résultat plus qu'honorable, qui enterre définitivement toute concurrence... Victoire : X58A-OC ! 

Fréquence Max processeur :

cpu_r3be.jpg cpu_x58a-oc.png

Même constat côté fréquence maximale du processeur, même si cette fois le gain s'avère moindre, c'est tout de même 15Mhz qui séparent nos deux cartes. Victoire : X58A-OC ! En revanche, comme vous pouvez le voir sur ces screens, il est à noter que la lecture du vCore sous CPU-Z sur l'Asus est bien plus précise que sur la Gigabyte. En effet, notre vCore réel était de 1,55V, quel que soit la carte-mère utilisée.

{mospagebreak}

{menu Conclusion}

Conclusion
 

pjy664wj0fpvardw71c0.jpgEn conclusion, et comme nous le disions au début de cette article, nous avons à faire ici à deux cartes munies d'un chipset, le X58, à présent en voie de disparition. Dans quelques jours, le nouveau X79 et les processeurs qui vont avec débarqueront, reléguant ainsi nos bonnes vieilles cartes X58 au placard dont c'est deux excellents produits que sont l'Asus Rampage III Black Edition et la Gigabyte X58A-OC. Ainsi on regrettera encore une fois le choix d'Intel de changer de socket, tant ces deux cartes-mères, matures, nous auront donné du plaisir à les tester et à les overclocker. Mais nous verrons dans quelques jours sur 59Hardware si les "grand mères" X58 et leurs "enfants" 990x et autres 980x se laissent battre si facilement par les nouveaux venus X79 et 3960x.
 
6vadr6wmnbg9mvk2dqw2.jpgRevenons maintenant à nos moutons, ou plutôt devrions-nous dire à nos deux cartes-mères. Bien que les deux philosophies proposées par les cartes testées ici soient quelque peu différentes, elles n’en visent pas moins les mêmes cibles d'utilisateurs ou tout du moins en partie. L'Asus Rampage III Black Edition fait le pari du haut de gamme, de la carte d'exception, ciblant aussi bien les gros joueurs que les petits et les gros overclockeurs. Pari risqué, puisqu'à plus de 400€ la carte, les moins opulents d'entre nous auront rebroussé chemin depuis belle lurette. 
La philosophie de la Gigabyte X58A-OC, même si elle est tout autre, n'en reste pas moins un pari tout aussi risqué. Il consiste en une carte dépouillée, avec le strict minimum pour le commun des utilisateurs, mais des fonctions essentielles pour l'overclocking, voire vitales lorsqu'on a commencé à les utiliser. Dans le but unique de séduire les overclockeurs extrêmes, aucune concession n'a été faite sur les composants ou le design optimal à adopter. Autre atout, son prix, oscillant entre 280€ et 300€ il reste contenu et accessible pour une carte mère de ce niveau. Ainsi, même si quelques aventureux gamers, geek ou tout simplement passionnées achèteront anecdotiquement cette X58A-OC, la cible visée par ce produit reste avant tout les overclockeurs, peu nombreux à travers le monde en comparaison du reste des utilisateurs de PC. 
 
Chacun fera donc son choix, les besoins étant différents d'un utilisateur à l'autre. Le gamer choisira sans doute l'Asus Rampage III Black Edition pour sa carte Xonar Thunderbolt améliorant le Ping, sa partie audio X-FI, ou encore son module WIFI intégré. Tandis que l'overclocker choisira la Gigabyte X58A-OC pour son layout bien particulier, ainsi que ses performances et ses capacités d'overclocking inégalées. D'un point de vue purement overclockeur donc, mais aussi sur le plan des performances, la Gigabyte X58A-OC sort grand- vainqueur de ce match comparatif ! Pour toutes ces raisons nous lui décernons les labels "Recommandé par 59H", "59H Performances" et "59H Coup de cœur". L'Asus Rampage III Black Edition n'étant pas bien loin derrière, elle conserve bien entendu son label "59H Performances" décerné précédemment.   

ASUS Rampage III Black Edition 

arrow Look "Black Edition" 
arrow Carte "ultime" du gamer averti
arrow Performances 
arrow Stabilité/docilité en OC
arrow Overclocking Uncore amélioré
arrow Fonctionnalités
arrow Pas de grosse différence avec la R3E
arrow Toujours pas de 4-Way SLI
arrow Prix

Gigabyte X58A-OC

arrow Look "Orange" ça change !
arrow Carte "ultime" de l'OCer extrême
arrow Meilleures performances du marché
arrow Stabilité/docilité en OC inouies   
arrow Meilleures capacités OC du marché 
arrow Prix
arrow PAS DE 4-WAY SLI !!!
arrow N'existera probablement pas en X79 

Gigabyte Z68X-UD4-B3 : Le Z68 tient-il ses promesses ?

Envoyer Imprimer

{menu Introduction}

Introduction.

Lepa G700-MA
Le 16 mai, Intel officialisait son nouveau chipset, le  Z68 Express. Aujourd'hui, 59Hardware vous en propose un aperçu au travers d'une nouvelle carte mère signé Gigabyte : la Z68X-UD4-B3. Ce chipset tient-il ces promesses ? "L'overclocking libre pour tous" est-il redevenu une réalité ? Qu'apporte ce Z68 par rapport à un P67 coté performances ?
 
Enfin quels sont les atouts et les faiblesses de la Gigabyte Z68X-UD4-B3 ? Autant de questions auxquelles nous avons tenté de répondre pour vous au travers de cet article. Suivez le guide...

{mospagebreak}
{menu Protocole de test}

Protocole de test.

Nous allons mettre à l’épreuve notre Gigabyte Z68X-UD4-B3 à travers un panel de tests. Ils nous permettront chacun à leur manière de mesurer les performances de la carte mère dans différentes conditions; Nous utiliserons pour ce faire les logiciels suivants :

fleche AIDA64 : Remplaçant de EVEREST, test de bande passante mémoire et cache processeur.

fleche WinRAR 3.93 : Test de compression de fichiers.
fleche HD Tune 2.10 : Test de débit et temps d’accès disque dur.
fleche Crystal Disk Mark : Test de débit et temps d’accès disque dur.
fleche Super Pi 1M/32M : Test de performances axé mémoire et processeur calculant les décimales de π.
fleche Pifast : Test de performances axé mémoire et processeur calculant les décimales de π.
fleche Wprime 32M/1024M : Test de performances axé processeur calculant des racines carrées en utilisant la méthode de Newton.
fleche X264 HD Benchmark 3.0 : Test de performances compression vidéo HD 720p.
fleche Cinebench Release 11.5 x64 : Test de performances graphiques (OpenGL) et vidéo (processeur).
fleche 3Dmark 2006 : Test de performances graphiques.
fleche 3Dmark Vantage : Test de performances graphiques.
fleche 3Dmark 2011 : Test de performances graphiques.
fleche Unigine Heaven 2.5 : Test de performances graphiques.
fleche CPU-Z : Logiciel regroupant des informations systèmes essentielles.
fleche Windows 7 Ultimate x64 : Système d'exploitation (Installation AHCI)

Les différents benchmarks ont tous été effectués à une fréquence de 4000 Mhz pour le processeur, Hyper Threading activé. Pour la mémoire, la fréquence est fixée à 1600 Mhz Cas 8-9-8-24-1T. Ces réglages sont pour nous le meilleur compromis permettant d'émuler l'ensemble des utilisateurs moyens actuels. Chaques benchmarks sont exécutés trois fois. Entre chaques run nous procédons à un nettoyage, défragmentation puis redémarrage du système. Pour chaques benchs, c'est la moyenne des trois runs qui est retenue. Avant chaque article, nous restaurons une image "neuve" de notre système d'exploitation. Dans la mesure du possible nous essayons de garder les mêmes pilotes entre les tests. Autrement ce sont les derniers disponibles qui sont installés. Bien entendu, nous réglons notre système de façon à obtenir des résultats les plus cohérents possibles.  

Afin de surmonter les rudes épreuves que nous lui infligerons pour vous, notre Gigabyte Z68X-UD4-B3 ce verra épaulée des éléments suivants :
fleche Table de bench Cooler Master Lab v1.0
fleche Alimentation Cooler Master Silent Pro Gold 1000w
fleche Processeur Intel Core i7 2600K ES
fleche Mémoire DDR3 Corsair Dominator GT 2x2 GB 2000 Cas 8-9-8-24
fleche Carte graphique ASUS nVidia GeForce GTX580 DirectCU II
fleche SSD 40Gb Corsair F40

 

{mospagebreak}
{menu Bundle et layout}

Bundle et layout.

Le package de cette Z68X-UD4-B3 arbore un thème de couleur noir et vert avec un motif carbone sur le devant de la boîte. Il est agrémenté de multiples logos en tout genres (un peut trop à notre gout), propriétaire de la marque ou pas. Au premier regard, l'ensemble est plutôt de bonne facture et nous évoque qualité et performance. Nous verrons ce qu'il en est plus loin dans cet article, au travers de nos tests.

z68x-ud4-038.jpgz68x-ud4-036.jpg

Voyons maintenant ensemble ce que contient le bundle, plutôt rudimentaire :

fleche 1x Manuel d’utilisateur et diverses notices
fleche 1x CD d'installation de drivers et utilitaires 
fleche 4x Câbles SATA 3
fleche 1x Pont SLI
fleche 1 x Cache E/S arrière 

z68x-ud4-004.jpgz68x-ud4-001.jpg


Récapitulatif des caractéristiques :

n3q5jbl0eqskun0mn4te.jpg

La Gigabyte Z68X-UD4-B3 est dors et déjà disponible dans la plupart des bonnes cremeries aux alentours de 185€ (prix boutique constaté).

Présentation de la carte :

Comme vous pouvez le voir sur la série de photos ci-dessous, cette Gigabyte Z68X-UD4-B3 reprend le nouveau thème de couleur déjà adopté sur sa série P67 par le fabricant Taiwanais. cela nous a séduit par ses couleurs noires, grises, blanches mais aussi et surtout par son magnifique PCB noir mat. Cela nous change un peu des thèmes de couleur rouge et noir dont tous les constructeurs font actuellement usage à outrance. Ce type de design et ces couleurs sont reprises sur l'ensemble des cartes Z68 milieu/haut de gamme de Gigabyte. Elles remplacent donc pour notre plus grand bonheur le sempiternel bleu auquel nous avait habitué la marque...
z68x-ud4-006.jpgz68x-ud4-012.jpg
z68x-ud4-014.jpgz68x-ud4-018.jpg 
Les dissipateurs thermiques sont en aluminium et quasiment identiques à ceux présent sur la série P67 de Gigabyte. Ils sont suffisamment efficaces pour refroidir les parties de la carte mère concernées. En outre, ils ne nous ont aucunement gênés lors de l'installation de notre Thermalright HR02. Ce qui n'est malheureusement pas le cas de toutes les cartes mères Sandy Bridge (ou autre).

z68x-ud4-020.jpgz68x-ud4-030.jpg

z68x-ud4-016.jpgz68x-ud4-027.jpg

Côté refroidissement, quatre ports sont présent pour ce charger d'alimenter vos ventilateurs. Un nombre dans la moyenne des cartes mères de ce segment. À noter qu'en cas d'utilisation d'une carte graphique double slot, vous condamnerez automatiquement l'un des ports PCI-E 1x ou PCI selon le slot choisi. Cela ne s'arrangera pas en cas de SLI puisque c'est cette fois un port PCI-E 1x, avec un port PCI classique qui seront condamnés. 

z68x-ud4-025.jpgz68x-ud4-032.jpg

z68x-ud4-024.jpgz68x-ud4-034.jpg

Fidèle à son programme Ultra Durable 3, le PCB de cette Gigabyte Z68X-UD4-B4 embarque exclusivement des condensateurs de type polymère solide en aluminium, ainsi que des Mosfet à faible RDS et des phases d'alimentation à cœur en ferrite. Comme vous le savez, tout ceci est un gage de  performance,de fiabilité et de longévité. Le PCB n'est pas en reste lui non plus puisque toutes les couches de cuivre qui le composent sont doublées. Le processeur est lui alimenté par pas moins de seize phases analogiques, un record sur une carte de ce segment. Trois ports d’extension USB sont présents, dont un compatible USB3. Il est ainsi possible d’étendre le total des ports USB à quatorze ports USB 2.0/1.1 et quatre USB 3.0/2.0. 

{mospagebreak}
{menu Tests de performances}

Tests de performances.

Rappel des fréquences de bench :

arrow Processeur à 4000 Mhz
arrow Base clock à 100 Mhz
arrow Mémoire à 1600 Mhz
arrow Timings mémoire primaires 8-9-8-24-1T (Timings secondaires et tertiaires fixés manuellement aux valeurs SPD)
arrow Carte graphique à 772 Mhz/1002 Mhz

AIDA64 sur Gigabyte Z68X-UD4-B3

aida64.jpg


AIDA64 sur Asus P8P67

aida64.png


arrow Commençons par les performances en bande passante mémoire de nos deux cartes. Sur les graphiques ci-dessus, on dénote un avantage plutôt significatif de la Gigabyte Z68X-UD4-B3 sur l’Asus P8P67 et par extension du Z68 sur le P67. Au niveau du cache processeur, les débits sont en hausse à tous les niveaux : Cache L1, L2 et L3. En revanche coté mémoire la P8P67 reprend l'avantage, creusant surtout l'écart en lecture et en copie, mais de peu cependant.   
 

WinRAR
sur Gigabyte Z68X-UD4-B3

winrar.jpg


WinRAR
sur Asus P8P67

winrar.jpg

arrow Pour ce qui est de la décompression RAR/ZIP, vous pourrez constater sur les graphiques ci-dessus que la Z68X-UD4-B3 accuse un énorme retard face à la P8P67. En effet, ce sont plus de 1600 Mo/s qui séparent nos deux cartes ! La faute à cette carte mère Gigabyte ou au Z68 ? Aucun des pilotes, systèmes d'exploitation ou réglages testés n'ont pu effacer cet écart. De plus amples tests comparatifs incluant d'autres modèles de cartes Z68 et P67 seront nécessaires avant de tirer toute conclusion.
 

HD Tune sur Gigabyte Z68X-UD4-B3

hdtune.jpg

HD Tune sur Asus P8P67

hdtune.png

arrow Passons maintenant aux performances SATA. Le chipset Intel Z68 de cette Gigabyte Z68X-UD4-B3 affiche des performances dans la moyenne de ce que l'on peut retrouver sur les cartes P67. Toutefois même si notre Asus P8P67 prend une légère avance de 6 Mo/s sur le débit moyen, le contrôleur GSATA/Marvell  de  cette  Z68X-UD4-N3, affiche lui des performances sans commune mesure avec ce que nous avions vu jusqu'à présent. En effet, les débits moyens de notre SSD Corsair F40 s'envolent aux alentours des 194 Mo/s, effectuant même des pointes frôlant les 246 Mo/s ! Tout simplement du jamais vu sur les différentes cartes  mères testées par 59Hardware !

CrystalDiskMark sur Gigabyte Z68X-UD4-B3

crystaldiskmark.jpg

arrow Nouveau venu dans notre protocole de test, CrystalDiskMark se chargera tout comme HDTune de mesurer les performances SATA. À ceci prêt qu'il ce concentre lui sur les débits en écriture, lecture et copie de fichiers 4K, 512K et séquentielle. Ici point de débits frôlant les sommets, mais on dénote toujours un net avantage du contrôleur Marvell sur le chipset Z68 de cette carte mère Gigabyte. Malheureusement, l’Asus P8P67 n'étant plus à notre disposition, nous n'avons pas pu l'inclure dans ce test.

Super Pi 1M/32M & Pifast sur Gigabyte Z68X-UD4-B3

superpi1m-32m_pifast.jpg

  Super Pi 1M/32M & Pifast sur Asus P8P67

superpi-1m_32m_pifast.png

arrow Aucune surprise pour les performances SuperPi. En effet, les cartes Asus sont généralement plus nerveuses que les cartes Gigabyte pour ce bench. Le léger écart que vous pouvez observer sur les graphiques ci-dessus, est fonction des réglages du bios et notamment des latences du chipset des deux fabricants, plutôt qu'aux différences entre les Z68 et P67. Toutefois pour ce qui est de Pifast, c'est la Z68X-UD4-B3 qui reprend l'avantage de peu.
 

WPrime 32M/1024M sur Gigabyte Z68X-UD4-B3

wprime32m-1024m.jpg

WPrime 32M/1024M sur Asus P8P67

wprime32m_1024m.png

arrow Pour ce qui est de Wprime, benchmark multithreads, la Z68X-UD4-B3 affiche un net avantage sur la P8P67. Ce test étant entre autre chose assez dépendant du cache processeur, on retrouve ici l'écart déjà constater plus haut sous AIDA64.

X264 HD Benchmark sur Gigabyte Z68X-UD4-B3

x264_hd_bench.jpg


X264 HD Benchmark sur Asus P8P67

x264-hd.png

arrow Au niveau des performances en compression vidéo, les résultats sont  assez balancés. En effet tantôt la Gigabyte Z68X-UD4-B3 prend l'avantage côté débit, tantôt l’Asus P8P67 reprend la tête côté FPS. Mais cela reste tout de même très proche.

Cinebench sur Gigabyte Z68X-UD4-B3

cinebench.jpg


Cinebench sur Asus P8P67

cinebench.png

arrow Passons à présent aux performances graphiques. Du côté de Cinebench, c'est la P8P67 qui reprend la tête sur la Z68X-UD4-B3,  cependant l'écart reste très faible : Moins de 1 FPS sur le test OpenGL et 0.03 pts d'avance pour le test CPU.

3DMark2006/Vantage/2011 sur Gigabyte Z68X-UD4-B3

3dmark06va11.jpg


3DMark2006/Vantage/2011
sur Asus P8P67

3dm06&vantage.png

arrow Comme vous pouvez le voir sur les graphiques ci-dessus, la Gigabyte Z68X-UD4-B3 n'a pas à rougir de ses performances 3D. En effet, que ce soit sur 3DMark06 où Vantage elle domine l’Asus P8P67. Ce ne sont pas moins de 360 marks qui séparent les deux cartes mères sous 3DMark Vantage.  Espérons que cette  avance  du Z68 sur le P67 se vérifie sur d'autres modèles de cartes mères. Vous l'aurez remarqué sur notre premier graphique, nous avons décidé d'ajouter 3DMark 2011 à notre protocole de test cartes mères. Néanmoins, comme précédemment, l’Asus P8P67 n'étant plus à notre disposition, nous n'avons pas pu réaliser ce nouveau test sur celle-ci.


Unigine Heaven sur Gigabyte Z68X-UD4-B3

unigine.jpg

Unigine Heaven sur Asus P8P67


unigine_p8p67.jpg

arrow Unigine Heaven est un bench 3D qui se charge de mesurer les performances DirectX11 de la machine. Dans ce domaine, la supériorité de l’Asus P8P67 sur la Gigabyte Z68X-UD4-B3 ne fait aucun doute. Sur le score final, la P8P67 devance la Z68X-UD4-B3 avec pas moins de 500 points d' écart. Ce n'est pas mieux du côté des FPS puisque c'est quasiment 20 FPS qui séparent les deux cartes mères.

{mospagebreak}
{menu Tests overclockings} 

Tests overclocking

Dans cette partie, nous allons tester les différents aspects overclocking de la carte, à savoir : 

arrow Fréquence MAX Base clock
arrow
Fréquence MAX DDR3
arrow
Fréquence MAX processeur

Tous les voltages seront mesurés au multimètre, directement sur le PCB de la carte mère. Pour ces tests, les voltages utilisés seront les suivants :

arrow Une tension maximale de 1,665v au vCore (processeur)
arrow Une tension maximale de 1.18v à l'IOH (controleur mémoire/IMC)

arrow Une tension maximale de 1.75v au vDimm (DDR3)

Fréquence Max Baseclock :

maxbclk.jpg

arrow La capture d'écran ci-dessus confirme enfin ce que nous pensions. À savoir que l'overclocking des processeurs Sandy Bridge n'était pas ou plus limité par les carte mères, mais bien par l'architecture des processeurs . En effet, le résultat est sans appel , seulement 0,2 Mhz de mieux que notre validation précédente sur Asus P8P67. Rien de bien transcendant donc pour ce qui est de l'overclocking de base clock "libre", ou tout du moins "débloqué", passez votre chemin !

Fréquence Max DDR3 :

maxddr3.jpg

arrow Une belle fréquence DDR3. Le Z68 se prête docilement, tout comme le P67, au jeu de l'overclocking mémoire. Avec une fréquence maximale de 1106.7 Mhz pour 1,75v sur notre kit Dominator GT 2000 CL8 (puces PSC), cet overclocking est dans la moyenne haute de ce que nous avons pu relever sur les différentes cartes mères P67 passées entre nos mains.

Fréquence Max processeur :

maxcpu.jpg

arrow Comme nous vous le précisions plus haut, le Z68 n'apporte strictement rien côté overclocking. La preuve en est cette capture d'écran ci-dessus : Notre fréquence maximale est restée la même sur quasiment toutes les cartes socket 1155 testées depuis la sortie du Sandy Bridge. Nous l'avons constaté maintes fois, aucune carte mère n'a été capable de dépasser cette fréquence sous notre Thermalright HR02. Sur ce processeur, seul l'apport d'un meilleur refroidissement (-10 ~ - 15°), ainsi que la désactivation de deux cores et du HT nous permettent de valider une fréquence supérieure (5570 Mhz).  

{mospagebreak}
{menu Conclusion}

Conclusion

  

shcov6o6omw6ve8veed1.jpgEn conclusion, cette Gigabyte Z68X-UD4-B3 regorge de qualités, mais elle n'est pas non plus sans défauts. En effet, on a du mal à voir l'apport, ou même l'intérêt du nouveau chipset Intel. Après ce premier test, les performances relevées restent balancées : La plupart du temps dans la moyenne du P67, voir meilleures dans certains cas, elles sont parfois complètement décevantes. Dés lors, on se demande à quoi sert ce nouveau chipset ? Quel est son intérêt face au P67 maintenant largement disponible en révision B3 ? Outre le SSD Caching (Intel Smart Reponse), et le Lucid Virtu, deux technologies intéressantes auxquelles nous consacrerons un article prochainement; ni les performances, ni l’overclocking n’ont évolués notablement. Reste l'apport de l'overclocking du chipset graphique intégré. Mais comme nous, vous le savez pertinemment : La majorité des acheteurs de processeurs Sandy Bridge appartenant à la série K, n'utiliseront jamais cette partie du processeur. Ils délaisseront le chipset graphique intégré, au profit d'une carte PCI-Express AMD ou nVidia plus performante.

À partir de la, on peut donc comprendre un peu mieux le choix de Gigabyte d'avoir scindé sa gamme en deux parties. D'un côté les cartes ATX sans sorties DVI/HDMI, et de l'autre les cartes Micro-ATX (hormis un modèle), embarquant la connectique et destinées quant à elle à un usage HTPC.
Cependant on aurait tout de même préféré voir la technologie Virtu intégrée aux cartes sans sorties vidéos. En effet, il aurait été ainsi possible de profiter des performances et de l'overclocking de l'IGP du processeur pour l'encodage vidéo (À l'instar de l'Asus P8Z68 Deluxe).

Néanmoins, certaines qualités de cette Z68X-UD4-B3 auront su nous séduire. Tout d'abord le nouveau look noir mat est tout simplement magnifique, ce coup de frais est plus que bienvenu et je dirais même nécessaire. Le design des dissipateurs thermiques est lui aussi bien choisi et assez soigné. Ces caloducs, peint en noir anodisé, séduirons les plus geeks d'entres nous. Ensuite le programme Ultra Durable 3 et la pléthore de technologie et composants électroniques haut de gamme qui l'accompagnent, est toujours un gage de fiabilité et de longévité. Citons aussi les seize phases analogiques, un record sur une carte de ce segment, qui inspirent surtout confiance quant à la stabilité de l'alimentation du processeur.

 D'excellentes performances SATA (à condition d'utiliser les ports du chipset Marvell), ainsi que des performances globales dans la moyenne haute des cartes socket 1155 sont les qualités majeures de cette Gigabyte Z68X-UD4-B3. De plus, l'overclocking de cette carte mère s'est avéré sans faille, égalant les meilleures cartes P67, voir les surpassant pour ce qui est de la facilité. Pour cette raison, nous décernons à la Gigabyte Z68X-UD4-B3 un label recommandé par 59H.

En revanche, les performances de cette Z68X-UD4-B3 sous WinRAR et Unigine Heaven sont très décevantes. À vérifier dans nos prochains articles s'il s'agit d'un cas isolé du à cette carte mère uniquement ou bien au chipset Intel Z68 Express. De plus, le support des disques +3 To et le logiciel Gigabyte TouchBios (fonctionnant sous windows); et même que bien pensé et pratique, ils ne suffisent pas à nous faire oublier l'absence d'un véritable bios EFI comme on les aime.
 
 
Enfin, même si le prix de 185€ reste dans la moyenne constatée pour une carte Z68 de ce type (eg. Asus P8Z68 Deluxe). L'apport du Z68 Express seul, reste bien maigre à notre gout, pour justifier la différence de prix avec un modèle de carte mère similaire en P67 vendu quelques 40€ de moins
.
arrow Nouveau look noir mat
arrow Performances globales
arrow Performances SATA sur Marvell
arrow Overclocking
arrow Logiciel TouchBios
arrow Pas de véritable BIOS EFI
arrow Absence de technologie Lucid Virtu
arrow Performances WinRAR
arrow Performances Unigine Heaven (DirectX11)
arrow Intérêt du Z68 face au P67 B3 ?
arrow Prix

Asus Rampage III Black Edition : La carte X58 ultime ?

Envoyer Imprimer

{menu Introduction}

Introduction

Lepa G700-MA

Il y a quelques mois, nous vous proposions le test d'une carte mère haut de gamme, pour ne pas dire d'exception. L'Asus Rampage III Extreme s'était en effet particulièrement bien illustrée dans nos tests et avait obtenu un Label Performance ainsi qu'un Label Coup de Coeur 59H à l'issue de cet article. Grâce à ses performances de premier choix et son overclocking irréprochable,  la R3E de son petit nom est maintenant devenue reine incontestée de la série ROG mais aussi du classement HWBot.org (ligue mondiale d'overclocking). Reléguant ainsi les Classified, UD7 et autres UD9 au banc des remplaçants.

Aujourd'hui, le fabricant taiwanais à décidé d'enfoncer le clou avec une ultime déclinaison du fleuron de sa gamme ROG : La Rampage III Black Edition ! Mais voyons plutôt ensemble dans cet article ce qu'il en est réellement...

{mospagebreak}
{menu Protocole et configuration de test}

Protocole et configuration de test.

hahr9tddzfzs5n9qw36k.jpgNous allons mettre à l’épreuve notre Asus Rampage III Black Edition à travers un panel de tests. Ils nous permettront chacun à leur manière de mesurer les performances de la carte mère dans différentes conditions ; Overclocking, performances 2D & 3D, bande passante mémoire, débits disque dur, compression vidéo, compression de fichiers et consommation électrique, tout y passera ! Nous utiliserons pour ce faire les logiciels suivants :

arrow AIDA64, remplaçant d’EVEREST, test de bande passante mémoire et cache CPU.
arrow Winrar 3.93, test de compression de fichiers.
arrow HD Tune 2.10, test de débit et temps d’accès disque dur.
arrow X264 HD Benchmark 3.0, test de compression vidéo HD.
arrow Super Pi 1M/32M, test de performances axé mémoire et CPU calculant les décimales de π.
arrow Wprime 32M/1024M, test de performances axé CPU calculant des racines carrées en utilisant la méthode de Newton.
arrow Cinebench Release 11.5, test de performances graphiques et vidéos.
arrow 3Dmark 2005, test de performances graphiques.
arrow 3Dmark 2006, test de performances graphiques.
arrow 3Dmark Vantage, test de performances graphiques.
arrow CPU-Z (logiciel regroupant des informations systèmes essentielles)

Les différents benchs ont tous été effectués aux fréquences suivantes :
arrow CPU à 4400Mhz
arrow BaseClock à 200Mhz
arrow Mémoire à 1000Mhz (réels)
arrow Uncore à 4000Mhz
arrow Ratio QPI au minimum  

Ces réglages sont ceux qui avaient été utilisés pour le test de la Rampage III Extreme. Nous permettant ainsi de comparer les deux cartes entre elles. Nous avons bien entendu réglé nos systèmes de façon à obtenir des résultats les plus cohérents possibles. Afin de surmonter les rudes épreuves que nous lui infligerons pour vous, notre Asus R3BE ce verra épaulée des éléments suivants :

fleche Table de bench Cooler Master Lab v1.0
fleche Alimentation Antec True Power Quatro 1200w EC
fleche Processeur Intel Core i7 Extreme 980x
fleche Mémoire DDR3 SuperTalent ProjectX 3x2 GB 2200 Cas 8-8-8-24
fleche Carte graphique Zotac GeForce GTX480
fleche SSD 40Gb Corsair F40

{mospagebreak}
{menu Bundle et layout}

Bundle et layout.

Asus Rampage III Black Edition :

Black Edition oblige, Asus nous livre ici un nouveau package dénotant complètement avec le reste de la gamme ROG , et ce n'est pas pour nous déplaire !  La boîte arbore un thème de couleur moderne rappelant l'esprit gamer. Incriptions blanches sur fond noir avec quelques logos ROG ici et là, revêtant pour l'occasion une couleur feu du plus bel effet.

3ajetgyvahokml88ygk9.jpg

Mais voyons ce que ce package renferme et son bundle, assez généreux :

fleche 1 x Câble USB ROG Connect
fleche 1 x Pont 3-Way SLI
fleche 1 x Pont SLI 
fleche 1 x Pont CrossFire
fleche 1 x Kit ASUS Q-Connector
fleche 6 x Câbles SATA
fleche 2 x Câbles SATA 3.0
fleche 1 x Module 2 ports USB 2.0 + 1 port E-SATA
fleche 1 x Plaque arrière I/O
fleche 3 x Packs de sondes de températures
fleche 1 x Pack de coliers plastique
fleche 1 x Sticker ROG
fleche 1 x Cable USB à USB interne pour module ThunderBolt
fleche 2 x Antenne Wi-Fi rondes 
fleche 1 x Ventilateur chipset optionel

ps1gvmpy9klwwwh47nz4.jpg5sp7nz8i7a7wqfkh5jjo.jpg

Spécifications Asus Rampage III Black Edition :

ww6wcycxiv34lkx9t02d.jpg

Dans le bundle de cette Asus Rampage III Black Edition figure aussi un module audio/réseau au format PCIe x1. Il répond au doux nom de ThunderBolt et fait partie de la gamme Xonar d'Asus. Ce module est animé par un jeu de puces Killer E2100/C-Media CM6631 et vient en complément du port Ethernet Gigabit et de la puce SupremeFX X-FI 2 déjà intégrés à la carte mère. Il est censé apporter une expérience de jeu améliorée aux gamers avertis. Nous dédirons à la carte Asus ThunderBolt Xonar un test à part entière afin de savoir si elle tient ses promesses.

Spécifications ThunderBolt Xonar :

ajw99rtob0bp7gp9avrj.jpg

Présentation du Layout :

8wxjhvdexijf3nma0mc2.jpg
7dhjlsvgonbrxcbw7twb.jpg4dg2n348ae2j0izrdlt3.jpg
w1ojmomxgocoy2uotexl.jpgltr9pzai3a0c8plizn8u.jpg

Vous l'aurez compris en regardant ces photos, l'essentiel de la transformation de cette Rampage réside dans son layout. Les plus attentifs d'entre vous (ou tout simplement les possesseurs de Rampage III Extreme) auront remarqué quelques différences mineures... Parmi elles, le thème de couleur noir, blanc, bordeaux est du plus bel effet et sied parfaitement à cette Black Edition. Au premier coup d'oeil, on remarquera aussi le nouveau design du heatsink, un panneau E/S arrière différent avec notamment l'ajout d'un module WIFI, ainsi que l'ajout d'un écran "Debug Codes" à LED à proximité des boutons Power et Reset.

63kzup8332hy3jvedutl.jpgfs8204em20js4rghsun9.jpg

Sur la photo ci-dessus, vous pouvez admirer le nouvel étage d'alimentation dédié aux modules mémoires ainsi qu'à l'IMC (controleur mémoire) du processeur.

icblqb6glpc7d0fxzua1.jpgcveekstx75y5dkffkrfg.jpg

Le nouveau panneau E/S arrière regroupe un port PS/2 (compatible clavier/souris), 6 ports USB 2.0, 2 ports USB 3.0, 2 ports E-SATA, un port Ethernet Gigabit ainsi qu'un port USB dédié à la technologie d'overclocking ROG Connect. Sont aussi présents: 6 E/S audio ainsi qu'un module WIFI acceptant deux antennes (fournies). Mais aussi  deux boutons poussoirs, l'un servant à activer le ROG Connect, l'autre étant le classique "Clear CMOS". 

u7q3k28bff28b27d1in8.jpgxi40wv2atg63nig0b1l0.jpg

Quasiment rien n'a changé sur ces parties de la carte. Hormis l'ajout d'un afficheur "Debug Codes" à LED que nous vous avons évoqué plus haut, et la suppression des connecteurs pour la lecture des différents voltages. Les points de mesures sur le PCB sont toujours présents, néanmoins le cuivre qui les compose est de nature assez friable. Nous avons pu constater pendant nos tests que le métal qui constituait l'un de nos points de masses s'effritait peu à peu, rendant ce point quasiment inutilisable : Prudence donc.
Coté slots d'extensions, les quatres ports PCI-E sont toujours présents, en revanche le port PCI-E x4 à été remplacé par un x1 et il en va de même pour le port PCI d'ancienne génération, remplacé lui aussi de la même manière.

83kg3b794qnw0rwrvnqm.jpgxd6wothoyok4lmwuj7s4.jpg

L'étage d'alimentation CPU reste lui inchangé, mais avait-il besoin de l'être ? Nous ne le pensons pas. Toujours ce système de double BIOS, et au format EPROM s'il vous plait ! Bien pratique en cas de problème pour les bidouilleurs et autres overclockers, point qui selon notre avis mériterait dêtre copié par tout les autres constructeurs...

{mospagebreak}
{menu Tests performances}

Tests de performances


Rappel des fréquences de bench :

arrow CPU à 4400Mhz
arrow BaseClock à 200Mhz
arrow Mémoire à 1000Mhz (réels)
arrow Uncore à 4000Mhz
arrow Ratio QPI au minimum 

AIDA64

6g5pzhx3afz2guphbh0b.jpg

WinRAR 3.93

e91lh6wcph3jn5eg6vga.jpg

HD Tune 2.10 (SSD branché sur port géré par le chipset)

pjliuw5gt9itljbygjzx.jpg

HD Tune 2.10 (SSD branché sur un port géré par le controleur Marvell)

gwgxftadkz9km54w0yj7.jpg

X264 HD Benchmark 3.0

czx4bmlau7nrlnt0mevd.jpg

Super Pi 1M, 32M & Pifast

ivl1e7m55sy79iat18du.jpg

WPrime 32M & 1024M

dsga89jei48e0aey0gdb.jpg

Cinebench Release 11.5

hd1m26yrr9h16bhn7rf6.jpg

3DMark2005, 2006 & 3DMark Vantage

ulv1p0aetd2zekvntv7e.jpg

Aucune surprise pour nous à l'issu de notre protocole de tests. Une fois les variations aléatoires des benchs écartées, les résultats de nos cartes mères sont identiques. Point pour point, mark pour mark et seconde pour seconde, et cela quelque soit le bench ! Nous pouvons donc voir ici que la Rampage III Black Edition, n'a hormis les changements cosmétiques et autre ajouts hardware, aucune réelle différence fondamentale avec sa soeur jumelle la Rampage III Extreme.

Ceci n'est absolument pas une mauvaise chose en soit, la performance de l'Asus Rampage III Extreme étant ce qui ce fait de mieux actuellement en matière de carte mère X58. Neanmoins nous aurions espérer voir cette Black Edition faire mieux que sa devancière...

{mospagebreak}
{menu Tests overclockings}

Tests overclocking

Dans cette partie, nous allons tester les différents aspects overclocking de la carte à savoir : 

arrow Fréquence MAX BaseClock
arrow Fréquence MAX DDR3
arrow Fréquence MAX Uncore (fréquence IMC ou controleur mémoire en français)
arrow Fréquence MAX CPU

Pour ces tests, nous limiterons volontairement les voltages par précaution. Une tension maximale de 1,55v sera appliquée au processeur tandis qu’un maximum de 1.48v sera appliqué au contrôleur mémoire. Tout ces voltages seront mesurés au multimètre, directement sur le PCB de la carte mère.

Commençons par le maximum en fréquence Baseclock : 

xidxgkgcdvxi2a7gikw1.jpg

Validation CPU-Z.

Dans ce test, la Black Edition devance l'Extreme de 7 Mhz. En effet, nous avions été limités à 228.5 Mhz avec ce même processeur sur R3E, limite que nous avons retrouvé sur d'autres cartes X58, hormis EVGA. Sur la Rampage III Black Edition notre processeur boot sans soucis à 231 Mhz et monte docilement jusqu'à 235.9 Mhz en validation.  À noter qu'il s'agit de la fréquence la plus haute que nous ayons atteinte sur ce CPU jusqu'à maintenant. Il y a fort à parier que nous avons découvert la limite du processeur ici, et non celle de la carte.

Fréquence Max DDR3 :

yzc4za4fsicsh1mxqpae.jpg

Ici, il n'y aucune différence entre les deux cartes. Notre kit composé de deux module ADATA 2200 C8 et d'un module SuperTalent 2200 C8 nous permettait de valider à 1149 Mhz (1155 Mhz vus) sur la Rampage III Extreme. La Black Edition ne fait ni mieux ni moins bien en validant exactement à la même fréquence.

Fréquence Max Uncore :

rdr508dhidfo2ozws04y.jpg

Vous l'aurez surement compris à la lecture du screen ci-dessus : Coté Uncore, la Rampage III Black Edition nous réservais une belle surprise ! C'est la ou l'on attendais le moins que cette Black Edition nous a surprend le plus ! En effet, dans ce test  l'overclocking de notre R3BE enterre littérallement celui de la Rampage III Extreme. Nous avions été capables de pousser l'uncore de notre CPU à près de 4568 MHz sur R3E, ce qui était déjà un record en soit pour de l'aircooling. Mais la Rampage III Black Edition fait mieux et porte notre fréquence Uncore à 4653 Mhz : Tout simplement du jamais vu ! La seule partie ou les EVGA X58 Classified surpassait encore les R3E viens de s'envoler... Voilà donc l'apport du nouvel étage d'alimentation mémoire/IMC dont nous vous parlions en section Bundle & Layout. Ou alors serait-ce la conséquence du passage de la carte entre les mains du sorcier Shamino ?

Fréquence Max processeur :

g9ilwtehnvba7rd1nlp9.jpg 

Validation CPU-Z.

Pour ce qui est de la fréquence maximale processeur nous n'avons dénoté aucune différence entre les deux cartes. Que ce soit la Rampage III Extreme ou la Rampage III Black Edition, toutes deux ont été capables de porter la fréquence CPU à 5260 MHz validés pour 1,55vcore. Quelque soit la carte, il nous était possible d'atteindre de plus hautes fréquences sous notre Thermalright HR02. Ceci était possible en augmentant encore le vcore, au dela des 1,55v. Cepandant même si notre limite de 1,55v reste "safe" pour de rapides tests, elle ne l'ai pas pour une utilisation 24/7. De plus, dépasser ce vcore sous un cooling non adapté même rapidement, peut être périlleux pour notre 980x.

Pour ceux qui n'auraient pas suivi l'actualité 59H ces derniers jours; Boblemagnifique et moi même avons organisé une Session Overclocking 59H @ln2 il y'a quelques semaines. Nous avons passé notre temps a tester nos composants sous froid, dont cette Rampage III Black Edition de ce test. "Hélène Deux" nous prêtant main forte, nous avons été en mesure de valider notre fréquence CPU à plus de 6,7 Ghz, voyez plutôt :

4yyfcfqy7nh0661rmhdc.png

Validation CPU-Z

{mospagebreak}
{menu Conclusion}

Conclusion

Comme à son habitude avec sa série Republic Of Gamers, Asus nous livre ici un produit d'exception. Cette Asus Rampage III Black Edition, tout comme sa jumelle Extreme avant elle, ce destine à un marché de niche. A savoir celui des gamers, overclockers et autres power users avides de composants ultra haut de gammes.

m6e5o4mg4z5auozfaec2.jpgCette R3BE de son petit nom, reprend tous les ingrédients qui ont fait le succès de la R3E. Elle y ajoute un look "Black" différent mais ravageur, tant au niveau de la carte que du package, ou même du bios, "Black" lui aussi. Elle ajoute aussi quelques nouveautés hardware comme le nouvel étage d'alimentation mémoire, le module WIFI livré avec deux antennes, l'afficheur "Debug Codes" à Led, la puce audio SupremeFX X-FI 2 ou la carte audio/lan ThunderBolt (à laquelle nous dédierons un test à part entière incessamment).

Cependant, hormis ces quelques différences, la Rampage III Black Edition reste une Rampage III. Certes revue et corrigée, mais qui nous le regrettons, ne se démarque pas vraiment de la version Extreme. En effet, n'étant pas de fervants gamers par nature, nous aurions préféré un jeu de puces NF200 permettant le 4-Way SLI (le ROG X-Pander n'étant pas disponible à la vente) rendant la carte complètement polyvalente, plutôt qu'une carte Xonar ThunderBolt dont nous n'aurons probablement jamais l'utilité. La différence de prix d'environ 150€ entre les deux cartes (Prix constaté de 310€ pour la R3E, prix annoncé de 460€ pour la R3BE) sera donc justifiée ou pas, en fonction de l'utilisation de chacun.

Comme nous nous y attendions, les performances de cette Rampage III Black Edition ne régressent pas mais ne progressent pas non plus. Un point positif donc, même si nous aurions préféré que la cadette dépasse l'ainée. En revanche, les aptitudes overclocking déjà exceptionnelles de la R3E ont globalement été revues à la hausse sur cette nouvelle déclinaison. Faisant de cette Asus Rampage III Black Edition l'arme ultime de tout overclocker qui ce respecte, pour cette raison nous lui decervons un Label Performance 59H. Peut être devons nous y voir la conséquence du travail effectué par le sorcier Shamino, ou encore le célèbre overclocker Andre Yang. Travaillant maintenant tout deux pour la firme Taiwanaise.

En résumé, cette Asus Rampage III Black Edition est actuellement la carte X58 ultime. Elle s'adresse clairement et purement aux gamers et combine les meilleurs performances du marché avec les meilleurs aptitudes overclocking actuelles que sont celles de la R3E. Capacités qui ont été sublimées par les améliorations apportées à cette Black Edition. Seul le prix annoncé de 460 € nous rebute un peu. Même s'il reste toute de même dans la moyenne haute des cartes de ce segment (eg. Gigabyte G1.Killer, X58A-UD9 ou EVGA E762). Nous aurions tout de même aimé voir une version moins couteuse, sans carte ThunderBolt ou bien comme dit plus haut, une version compatible 4-Way SLI, ainsi le prix aurait été plus justifié pour nous autres "simples" overclockers.
arrow Look "Black Edition"
arrow Carte "ultime" du gamer averti
arrow Performances 
arrow Stabilité/docilité Overclocking
arrow Overclocking Uncore amélioré
arrow Fonctionnalités
arrow Pas de grosse différence avec la R3E
arrow Toujours pas de 4-Way SLI
arrow Prix

Asus P8P67 : "Elle a tout d'une grande !"

Envoyer Imprimer

{menu Introduction}

Introduction.

Lepa G700-MA

Aujourd’hui nous vous proposons le test d’une nouvelle venue, carte mère dotée du nouveau chipset P67 d’Intel supportant les Sandy Bridge : J’ai nommé la P8P67 d’Asus. Cette carte se place en entrée de la nouvelle gamme de cartes mères P67 du fabricant Taïwanais.

Avec un prix aux alentours des 130€, elle se destine donc aux « petites bourses », toutefois soucieuses d’acquérir une carte gageant d’un minimum de performances et de qualité. Mais pour reprendre un célèbre slogan publicitaire, vous allez pouvoir constater dans cet article que la P8P67 d’Asus "A tout d’une grande !".

{mospagebreak}
{menu Protocole de test}

Protocole de test.

rykj93fw6k464gj3vqw0.jpgNous allons mettre à l’épreuve notre P8P67 à travers un panel de tests. Ils nous permettront chacun à leur manière de mesurer les performances de la carte mère dans différentes conditions ; Overclocking, performances 2D & 3D, bande passante mémoire, débits disque dur, compression vidéo, compression de fichiers et consommation électrique, tout y passera ! Nous utiliserons pour ce faire les logiciels suivants :

fleche AIDA64, remplaçant d’EVEREST, test de bande passante mémoire et cache CPU.
fleche Winrar 3.93, test de compression de fichiers.
fleche HD Tune 2.10, test de débit et temps d’accès disque dur.
fleche X264 HD Benchmark 3.0, test de compression vidéo HD.
fleche Super Pi 1M/32M, test de performances axé mémoire et CPU calculant les décimales de π.
fleche Pifast, test de performances axé mémoire et CPU calculant les décimales de π.
fleche Wprime 32M/1024M, test de performances axé CPU calculant des racines carrées en utilisant la méthode de Newton.
fleche Cinebench Release 11.5
fleche 3Dmark 2006
fleche 3Dmark Vantage
fleche CPU-Z, logiciel regroupant des informations systèmes essentielles.
Les différents benchs ont tous été effectués à une fréquence de 4 Ghz pour le processeur et 1600 Mhz cas 8 pour la mémoire. Des réglages qui représentent au mieux l’ensemble du panel des utilisateurs moyens actuels. Nous avons bien entendu réglé nos systèmes de façon à obtenir des résultats les plus cohérents possibles. 

Afin de surmonter les rudes épreuves que nous lui infligerons pour vous, notre Asus P8P67 ce verra épaulée des éléments suivants :

fleche Table de bench Cooler Master Lab v1.0
fleche Alimentation Antec True Power Quatro 1200w EC
fleche Processeur Intel Core i7 2600K ES
fleche Mémoire DDR3 Corsair Dominator 2x2 GB 2000 Cas 8-9-8-24
fleche Carte graphique ASUS nVidia GeForce GTX580
fleche SSD 40Gb Corsair F40

{mospagebreak}
{menu Bundle et layout}

Bundle et layout

nhhhe3203tfldayllgsg.jpg

Le package de cette Asus P8P67 est somme toute simple, mais nous l’avons tout de même trouvé assez réussi. Il adopte une couleur noir parsemée de motifs rappelant le carbone. Au bas du package et au dos, on retrouve pléthore de logos propres à la marque ou non, DIGIVRM+ EPU, TPU, BT GO!, Q-Design, Green Asus, ErP, ATI CrossfireX, DTS… Soit autant de fonctionnalités et technologies incluses à cette carte. Voyons maintenant ensemble ce que contient le bundle, plutôt simpliste, mais nous ne nous attendions pas à mieux pour un modèle « Vanilla » :  

fleche 1x Manuel d’utilisateur
fleche 1x Kit ASUS Q-Connector 
fleche 2x Câbles SATA 3Gb/s
fleche 2x Câbles SATA 6Gb/s
fleche 1 x Module supplémentaire 2 port USB2.0 + 1 port ESATA externes
fleche 1 x Cache E/S arrière 

Récapitulatif des caractéristiques :

fleche Chipset :
Intel P67 Express Chipset
fleche Mémoire :
4 x DIMM DDR3 double channel, 32 Go maximum.

1066(Natif)/1333(Natif)/1600(Natif)/1866(Natif)/2133(Natif)/2200(O.C.).
1066(Natif)/1333(Natif)/1600(Natif)/1866(Natif)/2133(Natif)/2200(O.C.).
fleche Slots d´extension :
2 x PCIe 2.0 x16 (Configurations x16; x16/x4)
Support de la technologie ATI Quad-GPU CrossFireX
1 x PCIe 2.0 x1, 3 x PCI 2.2
fleche Stockage :
Intel P67 Express Chipset B2 
4 x ports SATA 3.0 Gb/s (couleur bleue)
1 x port SATA 3.0 Gb/s externe (SATA On-the-Go)
2 x ports SATA 6.0 Gb/s (couleur grise)
Technologie Intel Matrix Storage, Support RAID 0, 1, 5, 10
Contrôleur Marvell 9120 PCIe SATA 6Gb/s
2 x ports SATA 6.0 Gb/s (couleur bleu marine)
fleche Réseau :
Realtek 8111E Gigabit LAN
1 x port Gigabit Intel LAN
1 x module Bluetooth v2.1 + EDR
ASUS BT GO! Utility

fleche Audio :
Realtek ALC892
8-Canaux audio haute définition
fleche USB :
Contrôleur NEC USB 3.0
4 x ports USB 3.0/2.0
12 x ports USB 2.0/1.1
fleche IEEE 1394a :
Contrôleur VIA Fire IIM VT6308P
fleche Ports E/S arrières :
1x port PS/2 clavier
1x port PS/2 souris
1 x port sortie S/PDIF optique
1 x module Blutooth v2.1 + EDR
1 x connecteur IEEE 1394a
1 x port eSATA
1 x port Gigabit LAN (RJ45)
2 x ports USB 3.0/2.0 (bleu)
6 x ports USB 2.0/1.1
6 x E/S audio

Présentation de la carte :

Comme vous le remarquerez, cette Asus P8P67 arbore un thème de couleur noire et bleue. Ce dernier rappel fortement celui de ses grandes sœurs P7P55. Les dissipateurs thermiques de ce modèle sont en aluminium.

p8p67-012.jpgp8p67-010.jpg

Suffisamment efficaces, ils ne sont cependant reliés entre eux par aucun caloduc, contrairement aux modèles Deluxe, ou Evo, qui se situent un cran au dessus dans la gamme P67 d’Asus. Nous avons trouvé le design de cette P8P67 plutôt soigné et le thème de couleur bien choisi et plaisant.

p8p67-006.jpgp8p67-008.jpg

La P8P67 embarque sur son PCB des condensateurs de type polymère solide en aluminium. Le processeur est quant à lui alimenté via huit phases analogiques. Deux ports d’extension USB sont présents, dont un compatible USB3. Offrant ainsi la possibilité d’étendre le total des ports USB à douze USB 2.0/1.1, et quatre USB 3.0/2.0. 

n8acnvzmv3vz9zckbpac.jpg9ulz0mxogl0i3vengooq.jpg

Quatre ports ventilateurs sont disponibles, et on retrouve tout comme sur la série P7P55 les interrupteurs EPU (technologie d’économie d’énergie Asus), et MEM OK! (permet un boot sans encombre avec des mémoires au SPD capricieux). On notera aussi le système de rétention simplifié des barrettes mémoires, qui continue de ce généraliser pour notre plus grand bonheur.

sdx6hcjcyvm2mbycaf5m.jpgyuteslozdo4xa09xpd9u.jpg

{mospagebreak}
{menu EFI Bios}

EFI Bios

Fini les anciens menus bicolores uniquement paramétrables au clavier auxquels les fabricants nous avaient habitués depuis tant d’années : L’EFI BIOS est là ! L’EFI Bios est plutôt complet, enfin tout autant que l’était son prédécesseur, mais surtout il est beaucoup plus clair, et simple d’utilisation ! L’usage de la souris renforce encore ce confort d’utilisation omniprésent avec ce nouveau type de bios. Il faut bien le reconnaitre, nous n’imaginons plus la vie informatique sans cet outil, tant l’EFI Bios de cette petite P8P67 nous aura séduit.

Comme vous allez pouvoir le constater sur les captures d’écran ci-dessous, on y retrouve tout les menus et fonctionnalités déjà disponibles auparavant avec en plus les paramètres et fonctionnalités propres à la marque et à Sandy Bridge. De belles images parlant toujours plus que de longs discours, voyez plutôt par vous-même (captures classées chronologiquement) :

rith9qurf1o57ob00mx3.pngr72l2grpe5bb2rfgxzew.png
sxv3mek5uqa805qdyzhl.pngoa5tqoj5f3mqout5iint.png
zapxwynf5h3iy404fmul.pngrs9kh6a2yjcuhfl6p7of.png
bq8yah95j6f3hsgli7d6.pngkpisfoszr98ygfvjwran.png
8zhvclabhzu0snw9gk4n.pngcabmwe77x8ryu5omfrz4.png
ys993r7sjti9s32r1d0t.png09gc7po2qvrh10yon2jz.png

dnjl9cqwh85of8kbkzh9.pngxl5nukwzwcyvxus63ttr.png
qqe4wrajx1p9wznveyd9.png24m8l2732cg2e51nfy50.png 

1rjy28k9sbr4jreznfyg.png

{mospagebreak}
{menu Tests performances}

Tests performances

Nous avons réalisé les tests aux fréquences suivantes :

- Processeur à 4000 Mhz
- Base clock à 100 Mhz
- Coefficient multiplicateur x 50
- Mémoire à 800 Mhz (réels)
- Timings mémoire primaires 8-9-8-24-1T (Timings secondaires et tertiaires fixés manuellement aux valeurs SPD pour limiter les écarts entre les différentes plateformes de test)

AIDA64 :

aida64.png

Winrar 3.93 :

winrar.png


HD Tune 2.10 :

hdtune.png

X264 HD Benchmark 3.0 :

x264-hd.png

Super Pi 1M & 32M :

superpi-1m_32m_pifast.png

Unigine :

unigine.png

Wprime 32M & 1024M :

wprime32m_1024m.png

Cinebench Release 11.5 :

cinebench.png

3Dmark 2006 et Vantage :

3dm06&vantage.png

Comme vous pouvez le voir sur la série de graphiques ci-dessus, cette Asus P8P67 n'affiche aucun défaut coté performances. Et même bien au contraire puisque d'excellents résultats sont au rendez vous.  Ces derniers se situent tous dans la moyenne haute de ce que nous retrouvons sur les différentes cartes P67. Allant même jusqu'à titiller les reines de la catégorie, en 2D comme en 3D. Une très bonne surprise donc, pour une carte "low budget" nous ne nous attendions pas vraiment à cela.

Tout ces résultats nous ont servi de base comme point de comparaison pour tous les tests de cartes P67 à venir sur 59Hardware, notamment les Asus Maximus IV Extreme et Gigabyte P67A-UD7.

{mospagebreak}
{menu Tests overclocking}

Tests overclocking

Dans cette partie, nous allons tester les différents aspects overclocking de la carte à savoir :

fleche Fréquence MAX Base clock
fleche Fréquence MAX processeur

Nous n'effecturons pas de test fréquence maximum mémoire cette fois ci, n'ayant malheureusement pas de kit adéquat à disposition.

Commençons par le maximum en fréquence Base clock :
 
max_bclk.jpg

Dans ce test, nous avons volontairement bridé la fréquence CPU ainsi que la fréquence mémoire. Ceci afin d'éliminer au maximum les facteurs limitants pour l'overclocking de notre baseclock. Notre couple i7 2600K et Asus P8P67 ne s'en sort pas trop mal avec une fréquence de 105.1Mhz.
Depuis la sortie des i7 Sandy Bridge on a pu observer une nette amélioration de l'overclocking de ceux -ci, tout du moins sur la série K. Le BaseClock ne fait pas exception, puisque que même si nous avons pu atteindre une fréquence honorable de 105Mhz (pour du Sandy Bridge j'entend), il n'est plus rare maintenant de voir ici et la sur la toile des screens à plus de 110 Mhz. Vous l'aurez donc compris le facteur limitant ici n'est donc pas notre P8P67 en test mais bel et bien notre processeur. Comme vous le verrez dans un prochain test, il n'est pas capable de mieux sur d'autres cartes.

Puis pour finir la fréquence CPU maximum :
maxscreen_5547.jpg

Une fréquence maximum de 5547Mhz aura pu être obtenue avec notre HR-02, ceci à condition bien sur d'activer l'option "PLL Overvoltage" qui n'était pas présente au lancement de notre chère Sandy. Une fréquence honorable, qui s'avère être à quelques Mhz près identique à ce que nous retrouverons dans notre test de la Maximus 4 Extreme, publié prochainement. Bien evidemment, comme nous vous le disions plus haut, la fréquence ici obtenue reflète le potentiel maximum d'overclocking de notre processeur. Encore une fois il n'est pas rare d'observer maintenant des fréquences bien plus élevées. Le World Record actuel ce situant lui à 5961Mhz.

{mospagebreak}
{menu Conclusion}

Conclusion

p8p67-040.jpg

En conclusion, la P8P67 a beau être le premier modèle de la gamme P67 d'Asus, ou plutôt l'entrée de gamme, cette carte donne tout son sens à l'adage "l'habit ne fait pas le moine".
Des composants de première qualité, un solide étage d'alimentation, un bios EFI agréable et faciler à utiliser, des performances de premier choix combinées à un overclocking très proche des meilleurs. Autant de qualités réunies dans cette carte mère auxquelles nous décernons un Label Performance 59H.

 Mais comme l'annonçait le titre de notre article, ce n'est pas tout. Avec huit ports SATA dont quatre compatibles 6 Gb/s, qui cette fois grace à un chipset révision B3 ne se dégraderont pas dans le temps.  Ajoutons quatre ports USB 3.0 internes et externes, mais aussi une partie audio 8 canaux HD, un module blutooth v2.1 et un prix constaté d'environ 130€ (en révision B3) selon les revendeurs, Nous pouvons le dire, "L'asus P8P67 à tout d'une grande !" Pour son séduisant rapport qualité/prix nous lui décernons aussi un Label Economie 59H.

 Enfin, quelques légers défauts mineurs sont cependant à dénoter. L'Asus P8P67 s'est avérée un tantinet capricieuse en overclocking, même avec les derniers bios. En effet, beaucoup de patiente et de minutie nous auront été nécessaires pour achever les fréquences que vous aurez pu lire dans cette article. 
De multiples tentatives de boots étant souvent obligatoires avant qu'un overclocking ne s'applique ou ne fonctionne. Néanmoins les résultats obtenus sont excellents, et très peu d'écarts sont constatés avec ceux obtenus sur une des grandes soeurs de cette P8P67, reine de la série ROG.
En revanche, le peu d'outils permettant l'overclocking ou leur agaçante lourdeur, pour ceux qui veulent bien fonctionner, n'incite pas vraiment à se lancer dans l'aventure. Point regrettable mais qui n'est pas le cas de toute les cartes P67.

Test: Gigabyte 890GPA-UD3H

Envoyer Imprimer

{menu Introduction}
Introduction

59hardware

Durant le dernier trimestre de l'année 2010, nous avons publié trois articles sur des cartes mères architecturées autour du chipset 890FX d'AMD et supportant les derniers processeurs hexacores du constructeur de Sunnyvale. Nous vous proposons aujourd'hui le test d'une carte mère Gigabyte supportant elle aussi les Phenom II X6, mais architecturée autour du 890GX.

Les cartes mères possédant le chipset 890GX se veulent par définition moins haut de gamme que leurs grandes soeurs au chipset 890FX. Cependant, elles possèdent elles aussi le SB850 et donc proposent malgré tout des cartes mères avec une connectique plus que correcte. Nous verrons ceci tout au long de l'article.

La principale différence entre le 890FX et le 890GX est la partie graphique que le 890GX possède. Cette partie graphique n'est ni plus ni moins qu'une Radeon HD4290. Pour plus de détails concernant le 890GX, nous vous proposons une des nos précédentes article.
{mospagebreak}
{menu Présentation de la carte mère : bundle et layout}
Présentation de la carte mère : bundle et layout

La boite de la carte mère est plutôt réussie, elle ressemble même à celle de sa grand soeur, la 890FXA-UD7, sans pour autant avoir le fenêtre que nous avions évoquée dans notre précédent article. Cependant, et comme nous en avons parlé dans l'introduction, cette 890GPA-UD3H n'est pas axée sur le haut de gamme et donc ceci se ressent dès l'ouverture de la boite de la carte mère. La boite ne contient  que le minimum syndical : le CD de drivers, le manuel d'utilisation (avec son guide rapide), un câble IDE, quatre câbles SATA et la backplate. Ici, aucune fioriture qui n'aurait pour effet que l'augmentation du prix de vente.

box.jpg

La carte mère et sa boite

Le design de la carte mère en revanche, n'a pas été délaissé. Le refroidissement des composants principaux de la carte mère semble être largement à la hauteur. L'étage d'alimentation du processeur reçoit un gros radiateur qui est relié à celui du Northbridge par un caloduc. Le radiateur du Northbridge est lui aussi surdimensionné, et comme vous pouvez le remarquer sur les images, les ingénieurs ont intelligemment positionné un port PCIe-1x en première position, de manière à faire empiéter un peu plus vers le bas de la carte mère le radiateur du Northbridge.

mobo_main.jpg

Vue globale de la carte mère

Les ports pour cartes filles sont malgré tout nombreux, et vous retrouverez trois ports PCIe-1x, placés à différentes hauteurs, deux ports PCIe-16x qui vous permettront de connecter deux cartes graphiques en Crossfire, même si vous ne pourrez pas profiter de la vitesse maximum car dans ce cas là, les deux ports seront limités à une vitesse de seulement 8x. Notez que ces ports PCIe-16x sont séparés par deux ports PCIe-1x, ce qui vous permettra de ne pas trop vous poser de questions quant au type de refroidissement que vous pouvez utiliser sur vos cartes graphiques. En deux mots : tous types! Sur le bas de la carte mère, Gigabyte à pensé à ceux d'entre nous qui possèdent encore des cartes en PCI, en positionnant deux ports.

cartesfilles.jpg

Vue sur les ports pour cartes filles

Nous pouvons féliciter les ingénieurs qui ont décidé de conserver un port IDE et un port floppy qui s'avèrent indispensables pour plusieurs personnes. En effet, combien d'entres nous préfèrent flasher un bios à partir d'un lecteur disquette ?

sata.jpg

usb_firewire.jpg

Ports SATA / ports USB & Firewire

Le reste des connecteurs est à la hauteur de ce que nous pouvons trouver sur du haut de gamme. Nous retrouvons donc en plus des traditionnels ports USB et Firewire, six ports SATA 3.0 orientés à 90° et deux ports SATA 2.0 orientés eux aussi à 90°. Les connecteurs pour ventilateurs sont au nombre de quatre, dont un évidemment réservé pour le ventilateur du processeur, ce qui sans être trop faible, ni extraordinairement élevé, permettra de refroidir correctement la plus grande majorité des configurations.

panel_io.jpg

Panel I/O assez complet de la Gigabyte 890GPA-UD3H

L'arrière de la carte mère est plutôt bien fourni lui aussi, les ports ne sont pas multipliés à outrance comme ceci peut se voir sur d'autres cartes mères haut de gamme, mais nous retrouvons l'essentiel avec tout de même six ports USB (dont deux USB 3.0), un port PS/2, un port réseau Gigabyt, un port Firewire, six ports audio et un port optique S/PDIF-OUT. En plus de ces ports classiques, nous retrouvons des ports spécifiques à cette carte mère, à savoir les ports graphiques. Avec un port VGA, un port DVI-D et un port HDMI, il était difficile de faire plus complet !

Nous finissons la description de la carte mère par un tableau récapitulatif assez exhaustif, détaillant les caractéristiques de la carte mère:

recap_1_2.jpgrecap_2_2.jpg

{mospagebreak}
{menu Le Bios}
Le Bios

Le bios de cette petite Gigabyte n'a rien à envier  à ceux de ses grandes soeurs. Non seulement la carte mère propose le système Dual Bios, mais mises à part les options très (trop?) avancées que proposent les cartes mères très haut de gamme, cette carte mère vous permettra sans aucun problème de paramétrer presque à volonté la carte mère. Mais aussi d'overclocker votre processeur et la mémoire vive, ainsi que régler le mode RAID si vous décidez à en construire un.

Voyez plutôt par vous-même avec ces quelques captures d'écran montrant les fonctions principales du bios.

bios_1.jpg
bios_3.jpg bios_6.jpgbios_4.jpgbios_2.jpg
bios_5.jpgbios_9.jpg
bios_7.jpgbios_8.jpg

Afin de vous proposer une vue plus simplifiée des fonctions du bios liées à l'overclocking, voici trois petits tableaux récapitulatifs :

bios_tableau_1.jpg bios_tableau_2.jpgbios_tableau_3.jpg
{mospagebreak}
{menu Protocole de test}
Protocole de test

De manière à pouvoir tester puis comparer les différentes cartes mères basées autour du NorthBridge AMD 890, nous avons utilisé strictement le même matériel, ainsi que les mêmes logiciels. Vous retrouvez donc la même configuration que pour le test des précédentes cartes mères la Gigabyte 890FXA-UD7, la MSI 890FXA-GD70 et l' Asus Crosshair IV Formula et cette configuration sera aussi utilisée pour les futurs tests qui seront publiés sur 59H.

Voici la configuration que nous avons utilisée pour le test de cette nouvelle Gigabyte 890GPA-UD3H:

arrow Processeur : AMD Phenom II X6 1050T (cadencé à 3.30 GHz)
arrow Mémoire Vive : Kingston HyperX 2 x 2Go DDR3 2000 MHz C9
arrow Carte Graphique : PNY 8800 GTX 768 Mo
arrow Alimentation : Seasonic S12 650W
arrow Disque Dur : Seagate 160 Go 7200 Tr/min SATA2
arrow Ventirad : Artic Cooling Freeze Xtreme Rev. 2.0
Comme système d'exploitation nous avons choisi Windows XP SP3 32 bits pour la simple et bonne raison qu'il s'agit encore du système d'exploitation le plus utilisé. De plus nous n'avons pas besoin d'un système d'exploitation qui autoriserait l'utilisation de la toute dernière version de DirectX ou qui encore permettrait de profiter d'une grosse quantité de mémoire vive pour pratiquer nos tests.

Pour mener à bien ce test nous avons utilisé une batterie de tests relativement complète.

Vous pourrez ainsi voir les performances pour des applications utilisant uniquement la puissance du processeur (Super Pi, Pifast, Wprime et compression H264), la mémoire vive (SiSoft Sandra), un test des performances du disque dur (HDTach) et finalement des tests complets (3DMark06, X3 : Terran Conflict, Street Fighter IV, Resident Evil 5, Far Cry 2 et Cinebench).

Chaque test a été effectué trois fois, puis une moyenne a été calculée de manière à éliminer les scores aberrants qui pourraient apparaître pour telle ou telle raison (e.g. processeur ou disque dur occupé pendant un court moment par un autre programme).
{mospagebreak}
{menu Résultat des tests}
Résultat des tests

Cette partie consacrée aux résultats des tests sera la première d'une série qui en compte deux. Dans cette première partie donc, nous avons effectué les mêmes tests que pour les autres cartes mères 890FX déjà testées. Dans la seconde partie, une partie sera dédiée à la caractéristique principale de cette Gigabyte 890GPA-UD3H, c'est à dire, sa partie graphique intégrée.
 
Benchmarks:

Nous commençons donc cette première partie par les résultats des benchmarks testant la puissance processeur. La référence constituée par la Gigabyte 790FXA-UD5P est représentée en bleu, et en rouge, vous retrouvez notre Gigabyte 890GPA-UD3H.

resultat_cpu.jpg

Résultats des tests "processeur"

La petite Gigabyte 890GPA-UD3H se défend bien face au haut de gamme de l'ancienne génération. Nous rappelons à ceux qui l'auraient oublié, que l'ancien haut de gamme Gigabyte nous avait particulièrement impressionné face aux cartes mères de l'époque. Le seul hic intervient pour le benchmark Super Pi 32M, mais cette baisse de performance dans ce benchmark avait aussi été remarquée pour les cartes mères équipées du 890FX. Ceci est dû principalement au fait que la latence mémoire sur 890FX (et 890GX) est moins bonne que sur 790FX.

La suite des tests fait intervenir les benchmarks 3D (jeux et autres).

resultat_gpu.jpg

Résultats des tests 3D


Même constat que pour les tests processeurs, ces résultats sont équivalents à ce que les cartes mères 890FX avaient réussi à faire. Les "grosses" différences sur X3 : Terran Conflict et Resident Evil 5 avaient déjà été  mesurées sur d'autres cartes mères.


La dernière partie est axée sur des tests que l'on pourrait qualifier de "globaux".

resultat_global.jpg

Résultats des tests globaux


Le 890FX est connu pour procurer une plus forte bande-passante et une latence plus lente de la mémoire vive, ceci, bien évidemment en comparaison avec le 790FX. Il s'avère, et ceci semble tout à fait logique, que l'histoire se répète pour le 890GX. La vitesse en burst un peu plus faible mesurée avec HDTach est elle aussi représentative de ce que le 890FX propose.
{mospagebreak}
{menu Analyse des performances de la partie graphique}
Analyse des performances de la partie graphique

Voici donc la seconde partie au sein de laquelle nous évoquerons les performances de la partie graphique du NorthBridge 890GX. Tout particulièrement, nous n'allons pas comparer ces performances là face à celle d'une carte graphique dédiée, mais nous allons nous intéresser à l'importance de la quantité de mémoire vive allouée à la partie graphique, en donnant un petit mot sur l'overclocking - et les gains qui y sont liés - du chipset graphique. Pour une analyse plus poussée de l'overclocking nous vous invitons à lire cette précédente article.

En effet, cette quantité de mémoire vive allouée à la puce graphique influera directement sur la quantité de ram que vous achèterez pour votre configuration. Certes la mémoire vive ne représente pas une partie très importante dans le budget global d'un ordinateur complet, et spécialement dans le cas d'une mémoire axée milieu de gamme qui ira parfaitement avec cette carte mère qui, encore une fois, ne se veut pas être haut de gamme. Toute économie est bonne à prendre.

Nous avons donc relancé les tests 3D, et testé les quantités de mémoire allouée suivantes : 128 Mo, 256 Mo, et 512 Mo. L'overclocking que nous avons réalisé atteint seulement 800 Mhz, soit 100 Mhz de plus que la fréquence d'origine. Nous voulons ici, juste montrer à quel point l'overclocking de ce chip graphique est aisé. Voici une présentation rapide des résultats, l'axe vertical représentant le nombre d'images affichées par seconde durant les tests.

gpu_x3.jpggpu_sfiv.jpg
gpu_re.jpggpu_fc2.jpg

Résultats des tests 3D de la partie graphique intégrée


Un bref coup d'oeil à ces quatre graphiques permet de se rendre compte qu'une fois overclocké, le 890GX permet d'afficher plus d'images par seconde. Ceci ne constitue pas la découverte du siècle, mais les chiffres montrent que la pratique de l'overclocking permet dans certains cas d'utiliser ce 890GX pour jouer à certains jeux.

Deuxièmement, nous pouvons voir que l'influence de la quantité de mémoire allouée au 890GX sur les performances obtenues est nulle, mis à part pour X3 - Terran Conflict qui apparemment demande plus de mémoire que les autres benchmarks.

Si vous décidez d'acheter cette carte mère et que vous ne souhaitez pas de carte graphique dédiée car vous ne jouez pas ou très peu, prenez donc garde à ne pas acheter une quantité importante de mémoire vive de manière à en redistribuer ultérieurement à la partie graphique du 890GX. Ceci serait totalement inutile ! Vous voyez très bien ici que dans la plupart des cas 128 Mo suffisent, et si vous voulez être tranquille, choisissez 256 Mo.
{mospagebreak}
{menu Conclusion}
Conclusion

Comme nous l'avions précédemment vu, il est difficile de vous fournir un classement, et de dire, telle carte mère est la meilleure. En termes de performances, toutes les cartes mères se tiennent dans un mouchoir de poche, et la différence se fera certainement plus sur l'image d'une marque, qui sera chère aux yeux de certains, les possibilités offertes par la carte mère (nombre mirobolant de ports pour cartes filles, de sorties USB, etc.) ou éventuellement, le bundle. Vous voyez donc de suite que le choix appartiendra donc à l'utilisateur final.

Cependant, notre rôle en tant que testeur et rédacteur pour la presse n'en est pas pour autant diminué, car il est de notre devoir de guider l'utilisateur qui ne connait pas le sujet, et pour ceux qui connaissent d'ores et déjà les moindres détails des cartes mères, il nous faudra leur procurer l'envie de lire notre prose.

Mais revenons à nos moutons.
34j4cxqm83earkd0urx6.jpg

Une carte simple certes

Cette carte n'est pas tape à l'oeil, elle ne possède pas de système de refroidissement hybride (aircooling + watercooling), elle n'offre pas quatre ports PCIe 16x pour un maximum de performances 3D, le nombre de ports USB n'est pas astronomique et le bundle est minimaliste. On pourrait donc croire que cette petite carte mère n'a rien pour elle... mais lisez plutôt la suite !

Mais suffisamment complète

Mais justement, en n'étant pointue sur aucun point précis, cette carte mère est ultra-polyvalente, en atteste label_eco.jpgplus particulièrement son chipset graphique intégré. Vous pourrez connecter tout type de cartes filles, vos périphériques externes pourront eux aussi sans aucun problème être intégrés à la configuration grâce aux différents ports présents au niveau du panneau arrière. Comme nous avons pu le remarquer, cette carte mère est plus complète que la plupart des cartes mères en 890FX, avec une mention spéciale pour le port IDE et le port floppy.

Et efficace !

Cependant, il ne faut pas croire que cette petite carte mère n'est pas efficace. En étant architecturée autourlabel_recom.jpg du 890GX qui reprend bon nombre de caractéristiques du 890FX, cette carte mère promet de bonnes performances. CrossfireX possible, RAID possibles, tout ceci montre bel et bien qu'elle n'a rien à envier aux grandes. Nous n'avons pas évoqué l'overclocking durant notre article, mais sachez que cette petite carte mère se défend très très bien, et nous avons réussi à atteindre des fréquences équivalentes à celles que les cartes mères en 890FX proposent.


aime.png

arrow Les très bonnes performances
arrow L'overclocking aisé
arrow Le petit prix
arrow Le chip graphique intégré
arrow La polyvalence

aimepas.png


arrow on cherche encore... 

Asus Crosshair IV Formula, Asus en rouge et noir

Envoyer Imprimer
{menu Introduction}
Introduction

59hardware
Asus, Gigabyte et MSI sont les trois principaux acteurs du marché des cartes mères grand public. Nous vous avions déjà proposé les tests des cartes mères Gigabyte et MSI utilisant le chipset 890FX d'AMD, il ne manquait qu'un test à l'appel, et ceci est désormais réparé.
Nous allons donc aujourd'hui nous intéresser à la Asus Crosshair IV Formula, depuis peu vice-fleuron des cartes mères supportant les processeurs AMD chez Asus. Vice-fleuron, car depuis la fin de mois de septembre existe une nouvelle carte mère Asus très haut de gamme pour processeurs AMD, l'Asus Crosshair IV Extreme, carte mère qui sera certainement testée prochainement sur 59Hardware.

Cet article vient donc étoffer notre série de tests de cartes mères au socket AM3 supportant les derniers processeurs du fabricant AMD, et bâties autour du NorthBridge 890FX et SouthBridge SB850, jeu de composants haut de gamme pour Phenom II X6. A cette série de tests, nous ajouterons prochainement des tests de cartes mères basées sur le 890GX, chipset haut de gamme AMD comportant une partie graphique intégrée.

Mais revenons plutôt au test de cette Asus Crosshair IV Formula puisque vous n'êtes plus qu'à un clic de l'article !

{mospagebreak}
{menu Présentation de la carte mère : bundle et layout}
Présentation de la carte mère : bundle et layout

Asus réutilise un style de boite bien connu pour contenir mais surtout présenter la carte mère et son bundle, mais comme nous allons le voir, ceci ne constitue en aucun cas un point négatif car au contraire cette boite possède un très beau design!
Nous retrouvons donc une boite très similaire pour ne pas dire identique à celle de l'Asus Crosshair III Formula, avec une petite modification du plus bel effet. Similairement à ce que nous avions vu pour la Gigabyte 890FXA-UD7, la boite possède une fenêtre qui permet d'avoir un premier aperçu de la carte mère.


boiter_1.jpg
La boite de l''Asus Crosshair IV Formula


Une fois la boite ouverte, la carte mère et le bundle sont logés dans deux compartiments séparés en carton, tout ceci transpire la qualité. Le bundle est conséquent et en plus des composants typiques tels que le manuel d'utilisateur, la backplate du panneau I/O, nous retrouvons une rallonge en PCI pour deux ports USB 2.0 et un port e-SATA. Un pont CrossFire pour connecter deux cartes graphiques AMD est également présent, des câbles SATA  (droits et coudés) de très bonne qualité (anti-arrachement) et afin de ne pas avoir des fils dans les sens dans votre tour, Asus vous propose des colliers de serrage en plastique. De plus, vous aurez aussi droit à des stickers afin de pouvoir plus facilement suivre et reconnaître vos cables SATA, ce qui sera très utile si votre boitier vous permet de cacher les câbles.

boite.jpg
Le bundle de la carte mère Asus Crosshair IV Formula


La boite possède des couleurs rouge et noire afin de rappeller celles de la carte mère. Le PCB de cette dernière est noir, les ports étant noir ou rouge. L'évolution de la carte mère par rapport à la Crosshair III est globale, et ceci ne concerne pas uniquement les couleurs de la carte mère. La carte mère possède quatre ports PCIe 16x contre deux seulement pour la Crosshair III. Asus a fait le choix de rapprocher deux de ces ports, ce qui a pour effet d'empêcher l'utilisation d'une carte graphique double slot sur le troisième port si le quatrième est utilisé.
Ceci a aussi pour effet de pouvoir positionner le NorthBridge un peu plus éloigné du socket du processeur et de l'étage d'alimentation que sur la carte mère MSI que nous avons testée récemment. Nous verrons un peu plus tard dans ce test quel est l'intérêt pour Asus d'avoir mis le NorthBridge un peu plus vers le "milieu" de la carte mère. La Crosshair III possédait deux ports PCIe 1x que nous ne retrouvons plus sur cette nouvelle mouture, ceux-ci pourront cependant être remplacés par les ports PCIe 16x non-utilisés. Un choix donc intéressant, que nous félicitons. En effet, selon l'adage, qui peut le plus, peut le moins! Généralement, les cartes mères de nouvelles générations possèdent uniquement un seul port PCI, en proposant deux ports PCI cette carte mère Asus aura donc un atout supplémentaire pour ceux qui souhaitent connecter deux cartes filles d'ancienne génération.


mobo_001.jpg
La carte mère

Comme annoncé un peu plus haut, passons maintenant à la disposition assez inhabituelle du NorthBridge et à son refroidissement. Les positions habituelles du NorthBridge sont très dépendantes de la taille de la carte mère et du nombre de ports pour cartes filles, mais cependant, nous comptons deux positions typiques, une centrale (e.g. Gigabyte 890FXA-UD7) et une haute (e.g. MSI 890FXA-GD70). Ici, Asus a décidé de positionner le NorthBridge entre les deux positions précédemment énoncées, le soudant donc à côté du dernier connecteur du panneau I/O.
Ceci permet à Asus deux choses principalement:  la première est l'utilisation d'un radiateur spécifique au NorthBridge et ne pas être obligé de créer un radiateur commun pour le NorthBridge et l'étage d'alimentation, et deuxièmement, proposer un radiateur sur-dimensionné pour le SouthBridge.


filles_001.jpg
Les ports pour cartes filles

Le SouthBridge n'est pas une puce qui est connue pour son dégagement thermique excessif, et ce n'est que très rarement que les utilisateurs augmentent la tension spécifique de ce composant, comme ceci est très souvent pratiqué sur le NorthBridge. Alors vous allez nous demander pourquoi Asus a jugé utile de disposer un tel radiateur sur le SouthBridge? Pourtant la réponse à cette question n'est pas très complexe, et ne tient qu'en un seul mot : caloduc.
En effet, l'utilisation des heatpipes permet de conduire rapidement la chaleur et par voie de conséquence d'homogénéiser la température de différents composants si ces derniers sont connectés par un heatpipe. Ici, le radiateur du SouthBridge permet de refroidir le NorthBridge. Toujours dans le domaine du refroidissement, cette carte mère est pourvue par défaut de cinq connecteurs pour ventilateurs, ce qui constitue un chiffre assez important tout de même.

Concernant le reste de la carte mère et comme nous pouvons le voir sur plusieurs modèles de la même marque, Asus a placé un nombre de connecteurs un poil inférieur à ce que la concurrence propose. Nous retrouvons sept ports SATA mais aucun port IDE ni floppy. D'un côté Asus pense aux utilisateurs possédant encore du matériel d'ancienne génération en proposant deux ports PCI, mais oublie les lecteurs optiques en IDE et les lecteurs de disquette. Les ports additionnels USB, FireWire et audio sont eux bien présents à l'appel.

probe.jpg
Le système ProbeIt

En contre-partie, Asus a disposé sur son PCB, à côté des ports DIMM, un système complet de suivi de la charge et monitoring des tensions des composants de la carte mère et installés sur la carte mère. Le système ProbeIt offre des plots qui vous permettront à l'aide de votre multimètre de connaître instantanément différentes tensions (Vcore, Vdimm, etc). Les quatre ports DIMM supportent la DDR3 2000 (16 Go max) et tout comme nous l'avions vu pour la carte mère MSI, les ports ne possèdent les petits leviers de maintien que d'un seul côté, permettant une fixation plus rapide et aisée des barrettes mémoires.

dimm_001.jpg sata_001.jpg
Les ports DIMM                                         Les ports SATA   

En plus de ces mesures directes qui permettront de connaître précisément ces valeurs, Asus a placé sur sa carte mère des diodes qui en fonction de leur couleur (vert > jaune > rouge) vous permettront en un seul coup d'oeil, de connaître la charge allouée sur quatre composants (processeur, mémoire vive, NorthBridge et SouthBridge).

boutons_001.jpg
Les boutons ON/OFF, Reset, Unlock Core et Overclocking dans un look "racing"

Nous comprenons donc un peu mieux la politique d'Asus concernant le layout de la carte mère. Asus propose une carte mère tournée vers le haut de gamme, voire très haut de gamme, afin de toucher plus particulièrement les utilisateurs très exigeants, comme les overclockeurs. Et cette orientation passe évidemment par la présence des boutons qui permettent d'utiliser la carte mère en dehors d'un boitier mais aussi d'overclocker la carte mère ou d'activer les cores potentiellement "cachés" de votre processeur.


Comme nous l'avons vu le nombre de connecteurs internes sur le PCB n'est pas tellement impressionant, mais un coup d'oeil sur les sorties externes nous laisse penser que les ingénieurs d'Asus ont tout concentré sur le panel I/O. Voyez par vous-même !


rvbpouxly1n1vx05l72m.jpg 
Panel I/O très complet de la Crosshair IV Formula


Un port PS2, un e-SATA, un port Ethernet Gigabyt, deux ports USB 3.0, sept ports USB 2.0, un port Firewire, un optique S/PDIF, une partie audio bien fournie, un bouton Clear CMOS et finalement un bouton pour activer/désactiver le boitier additionnel ROG. Ce boitier additionnel que nous n'avons pas testé vous offre une interface pour configurer/overclocker votre carte mère.

Nous finissons la description de la carte mère par un tableau récapitulatif assez exhaustif, détaillant les caractéristiques de la carte mère:

tableau_1.jpgtableau_2.jpg
 


{mospagebreak}
{menu Le Bios}
Le Bios

Comme d'habitude, nous finirons la présentation de cette carte mère par des screenshots du bios qui, comme comme pour la grande majorité des cartes mères haut de gamme, est immense! A côté des options standards, vous retrouverez tout ce dont vous aurez besoin pour paramétrer votre carte mère afin de l'overclocker bien évidemment, mais aussi gérer la ventilation et bien d'autres options.

 bios1.jpg  bios4.jpg
 bios3.jpg  bios2.jpg
 bios5.jpg  bios6.jpg
 bios7.jpg  bios8.jpg
bios10.jpg
bios12.jpg
 bios11.jpg  bios9.jpg

Screenshots du bios

Voici un récapitulatif des fonctions principales offertes dans le bios:

5byxfpi5ducf75yhgusy.jpg

{mospagebreak}
{menu Protocole de test}
Protocole de test

De manière à pouvoir tester puis comparer les différentes cartes mères basées autour du NorthBridge AMD 890, nous avons utilisé strictement le même matériel, ainsi que les mêmes logiciels. Vous retrouvez donc la même configuration que pour le test de la Gigabyte 890FXA-UD7 et de la MSI 890FXA-GD70 et cette configuration sera aussi utilisée pour les futurs tests qui seront publiés sur 59H.

Voici la configuration que nous avons utilisée pour le test de cette nouvelle Asus Crosshair IV Formula:

arrow Processeur : AMD Phenom II X6 1050T (cadencé à 3.30 GHz)
arrow Mémoire Vive : Kingston HyperX 2 x 2Go DDR3 2000 MHz C9
arrow Carte Graphique : PNY 8800 GTX 768 Mo
arrow Alimentation : Seasonic S12 650W
arrow Disque Dur : Seagate 160 Go 7200 Tr/min SATA2
arrow Ventirad : Artic Cooling Freeze Xtreme Rev. 2.0

Comme système d'exploitation nous avons choisi Windows XP SP3 32 bits pour la simple et bonne raison qu'il s'agit encore du système d'exploitation le plus utilisé. De plus nous n'avons pas besoin d'un système d'exploitation qui autoriserait l'utilisation de la toute dernière version de DirectX ou qui encore permettrait de profiter d'une grosse quantité de mémoire vive pour pratiquer nos tests.

Pour mener à bien ce test nous avons utilisé une batterie de tests relativement complète.

Vous pourrez ainsi voir les performances pour des applications utilisant uniquement la puissance du processeur (Super Pi, Pifast, Wprime et compression H264), la mémoire vive (SiSoft Sandra), un test des performances du disque dur (HDTach) et finalement des tests complets (3DMark06, X3 : Terran Conflict, Street Fighter IV, Resident Evil5, Far Cry 2 et Cinebench).

Chaque test a été effectué trois fois, puis une moyenne a été calculée de manière à éliminer les scores aberrants qui pourraient apparaître pour telle ou telle raison (e.g. disque dur occupé pendant un court moment par un autre programme).


{mospagebreak}
{menu Résultat des tests}
Résultat des tests


Benchmarks:

Cette première partie commence comme pour les autres tests, par les performances de la carte mère sur les benchmarks utilisant principalement le processeur, en prenant comme référence les résultats de la Gigabyte 790FXA-UD5P.


res_1.jpg
Résultats des tests "processeur"

A la vue de ces premiers résultats, la carte mère Asus montre toute sa puissance. C'est d'ailleurs rarement que nous avons testé une carte mère possèdant des performances supérieures à la carte de référence. Cette première partie est donc de bonne augure pour la suite des benchmarks, dont voici tout de suite les benchmarks 3D.


res_2.jpg
Résultats des tests 3D

Ici encore l'Asus Crosshair IV Formula fait fort, voire très fort ! Ces résultats 3D confirment les résultats mesurés précédemment.

res_3.jpg
Résultats des tests spécifiques

Ces derniers résultats sont en accord avec ce que nous avons mesuré dans les deux premières séries "processeur" et "3D". Nous retrouvons encore une fois une forte bande-passante et une latence un peu faible, mais ces résultats sont typiques des cartes mères à base de chipset 890FX par rapport à une référence basée sur un chipset 790FX.

Cette partie de présentation des résultats est maintenant terminée, et avant de passer à la conclusion, nous allons vous présenter les capacités d'overclocking de cette carte mère.

L'overclocking:


Nous avons tenu à vérifier les capacités d'overclocking de cette carte mère. Notre méthodologie a été simple, et similaire à celle employée pour les cartes mères Gigabyte et MSI. Nous n'avons pas cherché à obtenir la meilleure fréquence possible à tout prix, mais plutôt à tester la facilité d'overclocking. En effet, il serait tout à fait possible de passer plusieurs heures voire jours devant l'écran bleu du bios afin d'en connaître les moindres recoins et pouvoir grapiller quelques megahertz, mais nous considérons qu'une personne lambda ne s'aventurera pas dans cette voie là, mais au contraire voudra simplement augmenter de quelques centaines de MHz la fréquence de son processeur.

valid.jpg
Le Phenom II X6 overclocké à 4286 MHz

Le résultat est plutôt convaincant, car c'est avec cette Asus Crosshair IV que nous avons obtenu la plus haute fréquence pour notre Phenom II X6, un très joli 4286 MHz !

Notez que cette fréquence n'était pas stable, stabilité que nous pouvons espérer atteindre en enlevant une dizaine de MHz au FSB. Notez aussi que l'overclocking n'est pas une science exacte, et varie en fonction du processeur, de la carte mère, des températures, etc. Vous pourrez donc obtenir un résultat inférieur, similaire ou supérieur à ce que nous avons réussi à atteindre.

{mospagebreak}
{menu Conclusion}
Conclusion

l2affpb7nks57r12uil3.jpgCet article fait partie d'une série de tests de cartes mères construites autour des chipsets série 890 d'AMD et supportant les derniers processeurs du même constructeur, aka les Phenom II X6. Nous refusons de faire pour l'instant une comparaison directe entre différents modèles pour la simple et bonne raison qu'un récapitulatif global sera publié lorsque toutes les cartes auront été testées et qu'un article leur aura été individuellement consacré.

Une carte mère sexy
La carte mère Asus est très certainement la carte mère la plus séduisante de toutes celles que nous avons testées. Une histoire de goût vous me direz et je suis bien d'accord avec vous, mais nous considérons que les boutons type "racing" sont très bien réussis ainsi que le design des radiateurs, et ceci donne un look aussi bien sobre qu'agressif à cette carte mère. Le bundle est lui aussi ultra complet et la boite est très bien réussie.

Un design réussi et utile
En effet, le design est un point fort de cette carte mère, mais il n'est pas là uniquement pour son côté bling-bling, car comme nous avons pu le voir, les performances sont largement au rendez-vous ainsi que le système de refroidissment qui est très efficace.

txf2gmwne26wxsw6l934.jpgDes performances au rendez-vous
Comme vous avez pu vous en rendre compte, cette carte mère propose de très très bonnes performances. L'Asus Crosshair IV Formula n'est pas une révolution, mais ceux d'entre vous qui n'auront qu'une philosophie en tête, les performances, trouveront une très bonne alliée en choisissant cette carte mère. 

Ceci au détriment des ports internes...
Tout n'est pas rose malheureusement, la carte mère manque cruellement de ports internes. Par de port floppy, pas de port IDE, uniquement sept ports SATA, et deux ports PCI... cherchez l'erreur. Nous expliquons dans notre article en partie cette stratégie, mais nous ne l'expliquons pas entièrement. Notez aussi que cette carte mère offre une partie son SupremeFX qui se veut être un cran au-dessus de ce que la concurrence propose.

perf.jpgGlobalement, cette carte mère est très bonne, et constitue certainement une référence en terme de performances. Cependant comme nous l'avons vu, elle possède quelques défauts. Il vous appartiendra donc de décider si cette carte mère est faite pour vous ou non. Vous pourrez la trouver aux alentours de 185€ chez votre marchand informatique.

aime.png


arrow les très bonnes performances
arrow l'overclocking aisé
arrow le bundle fourni et la belle boite


aimepas.png


arrow l'absence de certains ports (floppy, IDE)


Page 6 sur 8