Watercooling AIO Arctic Liquid Freezer 120

Imprimer

Un watercooling AIO de 120 mm qui est annoncé se destiner aux overclockers, voila qui n'est pas courant, c'est pourtant le pari d'Arctic avec son Liquid Freezer 120. Pour cela il n'y va pas avec le dos de la cuillère, le radiateur est certes un 120 mm mais qui mesure 49 mm de profondeur, nous sommes loin des 25 ou 30 mm habituellement rencontrés. Ventilateurs montés nous mesurons une profondeur de 99 mm, les dimensions d'un bon ventirad aircooling finalement.

Arctic Liquid Freezer 120

A cela Arctic a ajouté deux ventilateurs de 120 mm en push-pull, ils sont donnés pour 1350 tr/min maxi, rassurant vis à vis des nuisances sonores.
On ne présente plus Arctic, comme son nom le laisse penser ils ont débutés par le refroidissement en 2001 en Suisse. Désormais la gamme refroidissement processeur compte 26 modèles en aircooling et seulement deux en watercooling, le Liquid Freezer 120 et le Liquid Freezer 240.

Arctic Liquid Freezer 120specifications

Notre Arctic Liquid Freezer 120 est donc classé dans la gamme des 120 mm, ils ne sont pas très larges et peuvent trouver leur place dans quasiment tous les types de boîtiers y compris les petits cela constitue leur principal intérêt.
Notre radiateur mesure 120 x 155 x 49 mm, il est de couleur noire satinée pas de fioritures, tout juste une étiquette stipulant la provenance de ce matériel, Asetek pour ne rien vous cacher.
Les tuyaux mesurent 325 mm, ils sont recouverts de matière souple mais la structure est rigide, pour limiter les pincements.

 Arctic Liquid Freezer 120Arctic Liquid Freezer 120 5

Côté waterblock/pompe, il est recouvert d'une coque en plastique avec une finition brillante et le logo Arctic sur le dessus, il mesure 82 x 82 x 40 mm, comme tous les AIO il ne risque pas d'empiéter sur les emplacements mémoire.
Le raccordement électrique  est d'une grande simplicité, le waterblock/pompe est alimenté via un cordon trois broches à brancher à proximité du socket.

Arctic Liquid Freezer 120Arctic Liquid Freezer 120 5

La ventilation repose donc sur du push-pull, un ventilateur pousse le flux et l'autre le tire selon permet une augmentation de la vitesse de ce flux et donc du débit. Dans notre cas ce sont des ventilateurs de la marque, ils sont estampillés F12 PWM PST et sont donnés pour une vitesse de 500 à 1350 tr/min, le guidage est assuré par du Fluid Dynamic Bearing. Ils sont compatibles PWM et PST, ce PST permet de chainer jusqu'à 5 ventilateurs sur le même connecteur, si bien sur la puissance totale consommée reste compatible avec ce connecteur.

Arctic Liquid Freezer 120Arctic Liquid Freezer 120 5
L'alimentation des ventilateurs repose sur une connectique standard 4 broches, à brancher sur une prise compatible près du socket.
Pas de logiciel de gestion fourni, il faudra passer par un logiciel tiers pour monitorer notre Arctic Liquid Freezer 120.


Cet Arctic Liquid Freezer 120 étant en provenance d'Asetek, la procédure de montage du waterblock/pompe est commune à pas mal de produit d'autres marques.

Arctic Liquid Freezer 120Arctic Liquid Freezer 120 5

La contre plaque est livré pour les sockets Intel, à noter que la compatibilité est limitée au LGA 115X et LGA 2011-3 pas de 1366 et encore moins de 750. En fait il s'agit plus d'une croix que d'une plaque. Pour AMD il faut réutiliser la pièce d'origine, elles se positionnent au dos de la carte mère et des entretoises sont vissées par le dessus.
Il ne reste qu'à placer la couronne sur le waterblock est le posé sur les entretoises, des écrous à main le termine le montage. Attention à ces vis car le filetage à l'air fragile, il faut veiller à bien engager droit les écrous pour ne pas abimer le filetage.

Si le dos du socket est accessible, il est possible d'effectuer le montage carte mère installée, mais veiller à ce que la plaque soit bien contre le dos de la carte.

Arctic Liquid Freezer 120Arctic Liquid Freezer 120 5

L'installation du radiateur peut être plus complexe si le boîtier est exigu, rappelons ses dimensions,  155 x 120 x 49 mm, au pire il est possible d'installer le ventilateur d'extraction à l'extérieur du boîtier, mais l'efficacité de l'ensemble risque d'être entamée.
Autre montage possible avec le sens du flux, il peut être sortant de façon classique autrement dit ou entrant, le flux transite par le radiateur avant d'entrer dans le boîtier, c'est donc un flux "chaud" qui rentre dans le coffret, en tenir compte pour l'extraction.
Dans tous les cas de figure, dès qu'on procède au montage d'un refroidisseur, il est conseillé de vérifier dans le bios son bon fonctionnement au premier redémarrage .


Nous avons opté pour une plateforme totalement fanless, à l'exception  du système de refroidissement du processeur bien sur, c'est un AMD FX 4130 Black Edition à 3,8/ 3,9 GHz (base/ boost) qui sera notre processeur témoin, il affiche un TDP de 125 Watts.

plateforme AMD 1

Pour se rapprocher d'une utilisation réelle, cette plateforme sera montée dans un boîtier au format Lan Box, le Cooler Master HAF XB, il se prête particulièrement bien à ce type d'exercice de part une très grande accessibilité à la carte mère par le dessus, mais aussi ses emplacements de dissipation.

plateforme AMD

Les différents mesures s'effectueront à la fréquence de base du processeur (3800 MHz), nous procéderons à son overclocking maximum stable, pour nos mesures de base le processeur sera équipé de son dissipateur d'origine.

Le test comportera trois phases,
- Une période sous Windows que nous qualifierons de repos,
- Nous passerons ensuite au test avec IntelBurnTest, ce bench met le processeur en charge d'une façon très intensive,
- Un retour sous Windows conclura le test.

Nous relèverons la vitesse du ventilateur du dissipateur et la température du processeur sous les deux cadencements (base et OC). La température ambiante sera également relevée, nous en déduirons un delta (température processeur moins température ambiante).

Le graphique représente les deltas des températures (rouge) et la vitesse du ventilateur (bleu) sous les deux phases du test, à côté les synthéses.

Temp-stock-amd-synthese

Enfin nous conclurons par les nuisances sonores, les valeurs maximales seront mesurées sous les deux phases du test, repos et en charge, elles s'effectuerons à 10 cm sur le dessus du boîtier

Glossaire

Caloducs : Un caloduc se présente sous la forme d’une enceinte hermétique qui renferme un fluide en équilibre avec sa phase gazeuse et sa phase liquide, en absence de tout autre gaz. A un bout du caloduc, celui près de l'élément à refroidir, le liquide chauffe et se vaporise en emmagasinant de l'énergie provenant de la chaleur émise par cet élément.

Ce gaz se diffuse alors dans le caloduc jusqu'au niveau d'un dissipateur thermique (ou d'un autre système de refroidissement) où il sera refroidi, jusqu'à ce qu'il se condense pour redevenir à nouveau un liquide, et céder de l'énergie à l'air ambiant sous forme de chaleur... Source Wikipédia.

PWM : Pulse Width Modulation, c'est un concept de commande de ventilateur par un espacement de la durée d'alimentation. Reconnaissable à son connecteur 4 broches au lieu de 3, il se veut plus souple et plus rapide que le réglage par variation de tension.

CFM : Cubic Feet Minute, en le multipliant par 1.7, vous connaîtrez la capacité de déplacement d’air en m3/heure d'un ventilateur.

HDT : Certains ventirads sont équipés de cette technologie, la surface utile en matière de refroidissement n'est constituée quasiment que par la jonction caloduc/processeur. L'aluminium présent sur la base jouant plus un rôle de support des caloducs et de montage.
De plus, dans la plupart des cas, il n’est pas en contact avec la pièce à refroidir et en est éloigné de quelques dixièmes de millimètre.

Pression statique : C’est une des composantes de l’évaluation d’un flux avec le débit (CFM). Il s’agit, pour simplifier, de la force de l’air. Elle est indispensable en refroidissement processeur dans la mesure où le débit doit rester important en sortie de radiateur pour évacuer les calories prélevées.

Pour avoir une pression statique importante, plusieurs éléments entrent en ligne de compte, la géométrie des pales, (surface et courbures notamment), et la vitesse de rotation. Pour les courbures des pales, les ventilateurs "épais" sont nettement plus adaptés. A vitesse équivalente, un 120 x 32 sera forcément plus à l’aise qu’un 120 x 25 ou même un 140x25.

Donc 2 ventilateurs peuvent posséder des caractéristiques en termes de débit identiques mais des pressions statiques très différentes. Une forte pression statique est nécessaire partout où la circulation d’air est difficile : petits orifices de ventilation, obstacles ... Le radiateur d’un ventirad est assimilable à un obstacle.

Dans le cadre d’une ventilation boîtier et si ce dernier n'est pas trop encombré, la notion de pression statique est un peu moins importante, le débit et la discrétion sont à mettre en avant. Par contre, pour information, un boîtier vide réduit le débit d’environ 15 %, un boîtier bien rempli de près de 60 %, quand on vous dit de bien ranger vos câbles !

Pâte thermique : Le but principal d'une pâte thermique est d'assurer un contact optimal et d'éviter la présence d'air entre les surfaces d'un composant et de son système de refroidissement (souvent un dissipateur thermique). Ces surfaces possédant de nombreuses micro porosités (trous, bosses), de l'air est présent entre le composant et le dissipateur. L'air étant un mauvais conducteur thermique, le transfert thermique s'effectue ainsi moins bien.
L'application de pâte thermique permet de remplir ces imperfections par une substance dont la conductivité thermique est beaucoup plus élevée que celle de l'air. La surface de contact entre le composant et le dissipateur est ainsi plus importante et donc le transfert thermique va s'effectuer plus efficacement.

Le paramètre le plus important d'une pâte thermique est sa conductivité thermique, exprimée en watt par mètre-kelvin (c'est-à-dire en W/(m×K), à ne pas confondre avec W/mK : watt par millikelvin).
Une pâte thermique à base de silicone a une conductivité thermique comprise entre 0,7 et 0,9 W/(m×K), tandis que celle d'une pâte à base d'argent est comprise entre 2 et 3 W/(m×K), voire plus. À titre de comparaison, à une température de 20°C, la conductivité thermique du cuivre est de 401 W/(m×K), celle de l'argent de 429 W/(m×K), et celle de l'air... 0,0262 W/(m×K, à une pression d'un bar).


Nous débuterons par des graphiques, sur l'axe de gauche les deltas des températures relevées au niveau du processeur et sur celui de droite la vitesse moyenne des ventilateur(s).
Les premiers sont basés sur la fréquence de base, ensuite à la fréquence maximale stable en overclocking. La vitesse de la pompe est fixe, elle a été relevée à 2700 tr/min.

Fréquence processeur de base

 relevé basesynthese vitesse fan base

delta temp base

La température augmente très régulièrement  pour atteindre 48,60 °C au maximum, la vitesse de rotation des ventilateurs plafonne à 1028 tr/min.
Des températures assez élevées dans l'ensemble avec une vitesse des ventilateurs faibles, l'Arctic Liquid Freezer 120 s'orienterait-il plutôt vers la discrétion ?

 Fréquence processeur 4600 MHz

releve ocsynthese vitesse fan oc

delta temp oc

Nous n'avons pu tenir les 4800 ni les 4700 MHz, nous nous sommes replier sur 4600 MHz mais la situation n'est pas idyllique, à pleine charge nous atteignons les 60,10 °C.
La vitesse des ventilateurs ne dépasse pas les 1100 tr/min, ils sont pourtant donné pour 1350 tr/min maxi...


Elles correspondent aux valeurs maximales relevées sur les deux phases de test, repos et en charge, la vitesse de la pompe est de 2700 tr/min.

db

Forcément avec des ventilateurs aux environs des 1000 tr/min la discrétion est de mise.


Cet Arctic Liquid Freezer 120 possède des atouts mais qui ne sont pas exactement ceux que nous pensions.
Tout d'abord la capacité de dissipation est correcte par rapport à sa taille de 120 mm, mais surtout il refroidit avec une très bonne discrétion, même sous forte charge la vitesse de ventilation étant quasi constante.
Le montage est simple, c'est un atout pour les non-initiés.

Arctic Liquid Freezer 120 8

Le bémol pourrait être une non compatibilité avec le LGA 1366, gênant pour les possesseurs de ce socket encore répandu.  

Niveau tarification, il est possible de le trouver aux environs des 65 euros, le marché se situe pour les premiers prix à 55-60 euros, il est donc tout à fait dans la course.

fleche Performances correctes,
fleche Silence de fonctionnement,
fleche Simplicité du montage
fleche Pas de socket LGA 1366.
Share